L'hiver venu, de nombreux golfeurs rangent leurs clubs au garage et attendent sagement le printemps pour reprendre le chemin des fairways. Il en est d'autres qui bravent volontiers le froid et les terrains humides pour s'adonner, qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige, à leur sport favori. Le golf est, il est vrai, une discipline que l'on peut pratiquer toute l'année.

"C'est même une période idéale pour s'initier à ce sport. Un débutant peut profiter pleinement des mois d'hiver pour prendre quelques leçons et passer ensuite son brevet d'aptitude. Il sera prêt ainsi pour le début de la saison", remarque Michel Vanmeerbeeck, coach de Nicolas Colsaerts et qui supervise l'enseignement dans les clubs d'Overijse et du Royal Hainaut.

En vérité, la mauvaise saison est utile pour les joueurs de tous niveaux. "Pour l'amateur classique, c'est le moment idéal pour analyser son jeu et pour corriger ses faiblesses au practice. L'idéal est d'alterner les séances d'entraînement et quelques trous sur le parcours. La période se prête également bien pour prendre des leçons avec son pro. Durant la saison, le joueur prend souvent une ou deux leçons pour corriger, à la hâte, son slice. C'est un remède immédiat. En hiver, il peut s'organiser un vrai programme d'entraînement pour travailler vraiment ses défauts. Une leçon tous les quinze jours et, entre-temps, quelques séances de practice : c'est souvent suffisant pour remettre en ordre un swing et repartir sur de nouvelles bases. A chacun de voir en fonction notamment des Interclubs prévus déjà au mois d'avril", poursuit Michel Vanmeerbeeck.

Pour le joueur amateur de haut niveau - et notamment les jeunes élites nationales - l'hiver est également une saison capitale. "Je l'encourage toujours à se fixer des objectifs pour la saison suivante et à adapter son entraînement (technique, physique, mental) en fonction. Ce n'est pas toujours évident. La Fédération a supprimé les entraînements collectifs nationaux. Chaque joueur doit donc prendre ses responsabilités avec son encadrement personnel. Vu le climat qui sévit en Belgique, c'est parfois compliqué. Et il faut des moyens financiers importants et du temps libre pour programmer des entraînements à l'étranger. Idéalement, pour progresser, un joueur amateur de haut niveau doit s'entraîner tous les jours. Dans les faits, ce n'est pas toujours possible et, in fine, cela se paye inévitablement..."

Le cas du joueur professionnel - le "Touring pro" - est encore différent. "Le Tour Européen... 2007 a déjà commencé en Asie ! Malheureusement, il n'y a pas de joueurs belges en lice. Nos meilleurs joueurs - Colsaerts, Theunis, Vanhootegem... - doivent donc attendre le début du Challenge Tour (en mars prochain) pour reprendre réellement la compétition. Ils devront évidemment mettre à profit cette période creuse pour multiplier les entraînements techniques, les séances de musculation et les stages à l'étranger. A leur niveau, la préparation hivernale peut s'avérer capitale pour toute la saison..."

Bref, peu importe son niveau, il est important de garder, de novembre à février, le contact avec les fairways. Pour entretenir sa forme. "Un dernier conseil pour les accros du practice. Les tapis sont parfois très durs et, à force de taper des balles, la tendinite menacera les plus assidus. Mieux vaut parfois se décaler un peu et frapper depuis le gazon..."