Entre désert et pétrole, l'herbe qui pousse dans les pays arabes est désormais plus verte que celle de nombreux parcours occidentaux ! Promotion touristique oblige, les émirs n'ont il est vrai pas hésité à mettre sur la table des millions de pétrodollars afin de parvenir à leurs fins. A tel point que trois tournois font désormais partie de l'European Tour, et attirent de nombreux ténors tels l'Américain Chris Dimarco, qui défendra cette semaine son titre à Abu Dhabi, les Sud-Africains Retief Goosen et Ernie Els (vainqueur à trois reprises à Dubaï), tandis que Tiger Woods s'est également déjà déplacé à Dubaï... avant les attentats du 11 septembre 2001, avant d'y revenir pour la première fois l'an dernier... pour s'y imposer en play-off face à Els.

Dans un cadre de rêve, où il fait entre 25 et 35° en cette période de l'année (jusque fin mars) le National Course de l'Abu Dhabi Golf Club a été dessiné par Peter Harradine (par 72 de 7204 yards). Une riche abondance de palmiers et arbres ornementaux, dont les plantations remontent à 1992, contribue pleinement au design de ce parcours, vitrine de la chaîne internationale Sheraton.

"Comme tous les golfs de cette région, ce parcours est véritablement manucuré", nous commente Jean-Paul Bourdon, président des mid-amateurs belges. "J'ai eu la chance de le jouer l'an dernier avec un groupe d'investisseurs en condition Open. A partir des tees-pros, toucher les fairways est un défi permanent. Mais à partir des tees normaux messieurs et dames, cela devient raisonnable pour tous les niveaux de jeu. Attention cependant aux roughs en bermuda grass, dont il est très difficile de sortir même avec un bon lie..."

A noter que ce golf club, "dont le club-house en forme d'aigle est vraiment impressionnant, de même qu'un par 3 de 160m à l'aller, entièrement entouré d'eau etavec un green surélevé" est situé à dix minutes à peine de l'aéroport international d'Abu Dhabi, qui bénéficie désormais de trois liaisons hebdomadaires avec Bruxelles via Etihad Airways.

4 "Championship" à Dubaï

De son côté, l'Emirat de Dubaï compte désormais quatre parcours "Championship", appréciés des golfeurs asiatiques et... européens (vols directs quotidiens à partir de Bruxelles notamment).

Avec deux 18 trous, le Majlis et le Wadi, l'Emirates Golf Club est le berceau du Dubai Desert Classic. Le parcours Majlis est le premier créé exclusivement en herbe dans un pays du Moyen-Orient. Le Wadi, ouvert en 1996, impressionne les joueurs par son trou n°14 (468 m) bordant un plan d'eau sur toute sa longueur et par son green surélevé.

Le Dubai Creek Golf & Yacht Club, ouvert en 1993, a acquis une réputation mondiale grâce à son club-house spectaculaire, son parcours très "scenic" et son académie de golf réputée. Un autre golf, dessiné par Colin Montgomerie, a été inauguré en 2002. Long de 6680 m (par 72), il est parsemé de 79 bunkers et de 14 lacs. Il possède le green le plus grand du monde, reproduction de la carte des Emirats.

Hôtels magnifiques, excellents restaurants, plages idylliques, multiples possibilités de sports nautiques, d'excursions et de shopping dans les boutiques de luxe ou les souks, Dubai est devenu un monde en soi. La meilleure preuve ? "The World", un ensemble de plus de 300 îles, construites de toutes pièces et reproduisant la carte de la planète, réservées à des multimilliardaires s'offrant l'île à la forme du pays de leur choix...

Un peu excentré par rapport à Abu Dhabi et Dubaï (distant quant à eux de 160km), le Qatar possède également un parcours du top niveau avec celui du Doha GC (par 72 de 7312 yards). Huit superbes lacs construits de toutes pièces dans le désert offrent une extraordinaire variété de coups aux joueurs, expérimentés ou non. A voir la semaine prochaine sur l'European Tour. Avant de l'apprécier sur place ?