Thomas Levet a réussi un coup de maître, hier, sur le parcours de Loch Lomond (par 71), théâtre du traditionnel Open d'Ecosse. Quatorzième à sept coups du leadership occupé par le duo Fraser-Havret, le Français a rentré une dernière carte phénoménale de 63 pour damer le pion à tous les favoris. Il s'est imposé ainsi avec un coup d'avance sur le Néo-Zélandais Michael Campbell (70, après 63 la veille) et deux sur l'Anglais David Howell et le Sud-Africain Ernie Els, le tenant du titre ayant pourtant été très régulier pendant quatre jours. Thomas Levet a réussi cette superbe remontée grâce notamment à un eagle et quatre birdies sur les neuf derniers trous, dont un sur le 18.

Quoi qu'il en soit, le Français, qui évolue désormais en majorité sur le PGA Tour, s'impose comme l'un des favoris pour le British Open, cette semaine au Royal Troon situé également en Ecosse, une troisième levée du Grand Chelem pour laquelle il n'était pas qualifié jusqu'à présent! Celui qui avait été battu en play-off par Ernie Els lors de l'édition 2002 à Muirfield y aura en tout cas une carte intéressante à jouer.

Tout comme... Nicolas Colsaerts, qui a encore affiché de belles dispositions à Loch Lomond. Après avoir rentré deux superbes cartes de 68, le plaçant à la 13e place provisoire à l'entame du week-end, le jeune ucclois a, certes, faibli samedi, commettant notamment trois double-bogeys. Mais il releva ensuite la tête, limitant les dégâts avec une carte de 75 grâce à deux birdies et un eagle en fin de parcours. Si ses chances de Top 10 s'étaient envolées, il a rentré hier une dernière bonne carte (69) pour partager finalement la 34e place, à égalité avec des joueurs tels le Suédois Fredrik Jacobson ou l'Ecossais Colin Montgomerie.

Aux esprits chagrins qui mettront en exergue le manque de constance sur quatre jours du jeune belge, soulignons à nouveau la performance du joueur de Waterloo qui, à 21 ans, parvient de plus en plus souvent à se retrouver devant des joueurs du gratin mondial nettement plus expérimentés. Et ce n'est pas l'Américain Phil Michelson (vainqueur du Masters 2004), l'Irlandais Paul McGinley ou encore l'Irlandais du Nord Darren Clarke qui nous démentiront, ceux-ci n'ayant tout simplement pas passé le cut...

de ponctuer une remontée phénoménale (63) par un dernier birdie. (AP)

© Les Sports 2004