Le Nord-Irlandais a remporté le WGC de Shanghai et se retrouve dans la roue de Brooks Koepka au sommet du ranking mondial.

Rory McIlroy a confirmé sa grande forme du moment en remportant, ce dimanche, le tournoi HSBC Champions qui s’est disputé sur le parcours du Sheshan GC (par 72), à Shanghai. A égalité avec l’Américain Xander Schauffele après les 72 trous règlementaires, le Nord-Irlandais s’est imposé au premier trou du playoff en signant un magnifique birdie.

C’est la quatrième victoire de l’année pour Rory qui s’était déjà imposé au Players Championship de Sawgrass, à l’Open du Canada et au Tour Championship d’Atlanta. C’est aussi son troisième succès dans une manche des WGC (World Golf Championships).

Très impressionnant tout au long des quatre tours, McIlroy a terminé le tournoi à 19 sous le par grâce à des cartes de 67, 67, 67 et 68. « J’avais de bonnes sensations. Même lorsque Xander est revenu à ma hauteur, je suis resté très positif » soulignait le champion britannique.

Le playoff s’est disputé sur le trou n°18, un par 5 de près de 500 mètres. Grâce à un superbe drive en plein milieu du fairway, Rory a touché le green en deux coups et a putté pour l’eagle. Schauffele, tenant du titre, a manqué son départ et a dû se replacer. En signant le birdie, McIlroy scella donc confortablement une victoire qui lui permet de se rapprocher du trône de numéro un mondial. « Je suis encore derrière Brooks Koepka mais je vais tout faire pour terminer numéro un à la fin de l’année » souriait-il en recevant son beau trophée et le chèque d’un million et demi d’euros qui l’accompagnait !

Agé de 30 ans, McIlroy n’a sans doute jamais été aussi fort dans tous les secteurs du jeu. A ses drives supersoniques, il ajoute un arsenal très complet dans le petit jeu. Il lui reste juste à faire preuve d’une plus grande solidité mentale lors des tournois du Grand Chelem où son putting est souvent hésitant. Bizarrement, il n’a plus gagné un Major depuis son titre à l’USPGA en 2014. Cinq ans de disette : c’est long, très long pour un joueur de sa dimension. Cette année, il a terminé 21ème au Masters, 8ème à l’USPGA, 9ème à l’US Open et n’a pas passé le cut au British Open. Nul doute qu’il essayera de vaincre le signe indien en 2020.

En attendant, son prochain grand rendez-vous est déjà noté dans son agenda. Il s’agit du DP World Championship de Dubaï (21 au 24 novembre), bouquet final de la saison sur l’European Tour. Déjà lauréat de la FedEx Cup sur le circuit américain, il espère réussir le doublé en s’adjugeant également la Race to Dubaï sur le circuit européen. Histoire de passer de belles fêtes de fin d’année…