L’Omnium de Belgique s’est conclu en apothéose dimanche sur le parcours nord-anversois de Rinkven, théâtre de cette manche belge de l’Alps Tour. Si la victoire est revenue finalement au Français Benjamin Hebert, le duel de la partie de tête entre le jeune prodige néerlandais Joost Luiten et notre compatriote Christopher Mivis valait à lui seul le déplacement. Ce qu’ont bien compris nos voisins hollandais, qui étaient plusieurs centaines à suivre leur idole, tandis que seul une cinquantaine de supporters belges (principalement limbourgeois) suivait le joueur du Millennium. Du haut de ses 20 ans, il était opposé à Luiten suite notamment à sa première carte de 63 (-9), record du parcours et record personnel à la clé. Dimanche, Mivis a bien tenu la distance, terminant par une dernière carte dans le par 72 pour finir à une superbe 4e place.

"Je n’ai pas rentré trois putts pour birdies, puis j’ai raté deux petits putts aux trous 10 et 11, ce qui fait la différence à ce niveau. Mais bon, je suis très satisfait de mon tournoi, et j’aurais d’ailleurs signé des deux mains pour terminer à -12, avec une dernière carte de 72", nous commentait Christopher. Après avoir commencé le golf à 11 ans au Golfforum de Lummen, Mivis est ensuite allé au Limburg à l’âge de 14 ans, avant de se faire membre également au Millennium, "un club qui me donne beaucoup de facilités au niveau des conditions d’entraînement". [ ] "Je vais tenter la Qualifying School européenne en fin de saison en tant qu’amateur, avant de passer peut-être pro. Je cherche pour l’instant des personnes pour me soutenir "

Face à Luiten, il a pu en tout cas constater l’écart qui le sépare du gratin européen même si le Néerlandais, qui revient sur l’Alps Tour après avoir été écarté des greens plusieurs mois sur blessure, n’a pas gagné le tournoi ! "Il a rentré une dernière carte de 70 (-2) après avoir perdu sa balle au trou n°2, avec un double-bogey à la clé. Avant de se remettre directement dedans par un eagle au trou n°4. C’est la preuve qu’il est très fort dans la tête, et qu’il a une mentalité de champion, nous commentait Mivis. Au niveau du jeu proprement dit, je peux tenir la comparaison, même s’il a une frappe de balle parfaite au drive. Mais à ce niveau, cela se joue surtout dans la tête. Et c’est là que je dois encore progresser."