Tout au long de la saison, des milliers de joueurs amateurs participent à des compétitions sponsorisées. Certaines sont privées et sur invitations; d'autres sont ouvertes aux membres des clubs, généralement le week-end. Voici venu le temps, pour les lauréats de ces différents tournois, de savourer les délices et les récompenses du succès !

C'est à cette période de l'année que se disputent, en effet, la plupart des finales. Histoire de joindre l'utile à l'agréable, celles-ci se déroulent, en général, à l'étranger, le plus au Sud possible ! "L'an passé, nous avions réuni les lauréats de notre tournoi sous le soleil de l'île Maurice. Cette fois, c'est aux Seychelles que se disputera, en décembre, la finale des Bulles de Laurent-Perrier", explique Yves de Bohan, directeur général pour la Belgique de la célèbre marque de champagne.

Les vainqueurs de la BMW Golf Cup se retrouveront en Afrique du Sud, ceux du Porsche Inter-Company en Espagne et ceux de la Audi Quattro Cup sur un prestigieux parcours anglais. Les gagnants des éliminatoires du Mercedes Benz Trophy ont déjà disputé leur finale au sud de l'île Maurice et ceux du Sergio Tacchini Trophy ont découvert les greens de Belek, en Turquie. Bref, le bon joueur a intérêt à glisser un passeport en cours de validité dans son sac de golf.

Le concept de ces épreuves qui animent agréablement la saison et font rêver les swingueurs avertis est bien rodé. Avec son fort pouvoir d'achat théorique, le golfeur présente, il est vrai, un profil idéal pour les marques haut de gamme. Rien n'est donc trop beau ou trop cher pour combler ses attentes et l'inciter à céder ensuite à la tentation.

"C'est vrai, le golfeur est généralement un sportif assez exigeant. Il réclame la quasi-perfection à tout instant. Il faut donc placer la barre très haut", résume Thierry Delcambe, directeur de la société D-Side Sport qui organise de nombreux événements golfiques.

Accueil personnalisé, cadeau de bienvenue, cocktails au champagne, magnifique table de prix : déjà lors des tournois qualificatifs, chaque détail est minutieusement étudié. Et la mise en scène est encore plus fastueuse pour la finale belge, puis lors de la finale internationale. L'objectif pour le "parrain du tournoi" est évidemment de soigner son image et de faire de la relation publique. L'idée est que le participant rentre le soir chez lui avec le sentiment d'avoir passé une belle journée, peu importe sa carte de score.

Quelle rentabilité ?

Ce n'est pas un hasard si ce sont les concessionnaires de la marque allemande qui lancent les invitations aux tournois, en ciblant de façon très pointue de possibles futurs acheteurs. Objectif avoué : augmenter le parc de BMW dans les parkings des Club Houses.

La même analyse vaut pour Laurent-Perrier, même si, là, il s'agit surtout d'une question d'image. "Notre tournoi véhicule des images qui nous sont chères comme l'art de vivre, l'élégance ou le respect de la nature" explique Yves de Bohan.

En terme de participation, la BMW Golf Cup (2 000 joueurs) et Les Bulles de Laurent-Perrier (1 200 joueurs, chiffre limité après tirage au sort) sont probablement les plus importants en Belgique.

L'organisation de tels événements représente, bien sûr, un solide budget (greenfees, hôtesses, repas, cocktails, hôtels et avions pour la finale,...). Yves de Bohan parle d'un budget d'environ 300 000€ pour Les Bulles. "Mais il est clair que nous devons raison garder et qu'il n'est pas possible de continuer la surenchère chaque année", précise-t-il.

Tous les tournois ne sont évidemment pas organisés à cette échelle. Certains sont plus modestes (sans finale à l'étranger, par exemple), d'autres beaucoup plus privés et réservés à des clients ou des invités triés sur le volet. Le golf mène à tout à condition d'en sortir...

© La Libre Belgique 2006