C’est une adresse incontournable pour les connaisseurs. Établi à Erbisœul, près de Mons, le Royal Hainaut fait clairement partie des plus beaux domaines golfiques de Belgique. Dessiné par le légendaire architecte anglais Tom Simpson en 1933, le parcours historique (9 trous du Quesnoy, 9 trous des Bruyères) fait partie de la légende du swing belge. Classique, plat, naturel, très tactique et balisé par les bunkers, il serpente dans un décor forestier exceptionnel. Le 9 trous "Les Étangs", de construction plus récente (1990), porte la griffe de Martin Hawtree. Il présente un profil différent, plus moderne et spectaculaire avec, notamment, quelques obstacles d’eau et un relief plus tourmenté.

À l’heure d’hiver, lorsque les baromètres sont à la baisse, de nombreux parcours belges éprouvent de grosses difficultés à résister aux intempéries. Parfois même, les greenkeepers sont obligés de fermer le terrain pour éviter qu’il soit trop endommagé. Grâce à son sous-sol sablonneux, digne d’un links côtier, le Royal Golf Club du Hainaut a la particularité de résister très bien à la pluie et au froid. Les connaisseurs savent qu’il n’y a sans doute pas meilleure adresse en Wallonie pour chasser le birdie en période hivernale. "Il faut vraiment qu’il gèle très fort pour que nous fermions le club. Voilà pourquoi nous proposons une cotisation temporaire qui permet aux golfeurs non-membres de jouer du 1er novembre au 31 mars pour 580 euros. Et, durant cette même période, le greenfee pour les visiteurs est de 50 euros, même le week-end", explique Bart Bollen, Head-Pro et Directeur Général du club hennuyer.

Fût-il respectueux de la tradition, le "Hainaut" a toujours fait preuve d’esprit novateur. Il fut ainsi le premier club "royal" à supprimer le droit d’entrée, assumant une réelle politique d’ouverture. Il compte aujourd’hui environ 700 "full members". "Mais la moyenne d’âge est relativement élevée et il nous faut anticiper l’avenir. Voilà pourquoi nous essayons d’attirer les visiteurs extérieurs, de former de bons jeunes et d’aller à la rencontre d’un nouveau public via des journées portes ouvertes ou des initiations", poursuit Bart Bollen, qui fut autrefois l’entraîneur d’un certain Thomas Pieters au Golf du Millennium.

On le voit, le club présidé par Daniel Dufrasne cultive les projets avec un plan stratégique à horizon 2030. "Nous avons déjà rénové le Club House. Parallèlement, nous espérons apporter quelques modifications à nos différents terrains. Le parcours historique Quesnoy-Bruyères pourrait ainsi être allongé de plus de 350 mètres (des back tees) afin de le rendre plus challenging pour les meilleurs joueurs."

Avec ces modifications, le Royal Hainaut conserverait évidemment son âme de club convivial. Mais il se positionnerait également parmi les "championship courses" pouvant accueillir des compétitions nationales ou internationales.

Suivez toute l’actu du golf sur notre page Facebook @lalibregolf