Lara Tadiotto is back. La Brabançonne a en effet réussi une bonne performance la semaine dernière lors de la Qualifying School européenne disputée à La Manga (Espagne). Elle y a terminé 14e (+ 1), alors que le "Top 30" y obtenait une "full card" pour le Ladies European Tour 2009. Tadiotto est la seule Belge dans le cas. Ellen Smets a en effet décidé de faire l’impasse sur la Qualifying School et n’a dès lors qu’une catégorie partielle, via sa 90e place à l’ordre du mérite européen 2008, qui lui permettra de disputer 80 pc des tournois dont certains via des invitations, tandis que la jeune Lien Willems a été éliminée pour la 2e fois en finale.

"J’ai très bien géré la pression, alors que ce tournoi était très important en vue de ma prochaine saison", nous confiait Lara en début de semaine. "C’était en effet la première fois depuis dix ans que je devais repasser par la Qualifying School, suite à une saison 2008 difficile, alors que j’ai changé pas mal de choses dans mon jeu."

Du haut de ses 37 ans, la Brabançonne (originaire d’Afrique du Sud) n’a rien perdu de sa motivation, que du contraire !

"J’ai travaillé énormément ces derniers mois avec Angela Jones, coach mentale pour des sociétés qui est basée à Bruxelles. Elle m’a apporté beaucoup au niveau de la gestion du stress et de mon énergie, alors que je terminais souvent mes tournois très fatiguée mentalement. Mais aussi sur la manière de rester toujours dans le présent en évitant de penser au passé."

Depuis ses débuts professionnels il y a plus de quinze ans, le bât a en effet souvent blessé à ce niveau, avec de nombreuses fins de tournois catastrophiques.

"Cela a encore été le cas cette saison, avec cinq ou six tournois où j’étais dans le "Top 10" après deux tours, avant de faire n’importe quoi. Je réussis énormément de birdies, avec une moyenne au putting (juste en-dessous de 30) correcte. Mais je dois être la joueuse du circuit qui collectionne aussi le plus de double-bogeys ! C’est principalement le petit jeu (chipping) qui me lâche régulièrement "

Pas de double-bogeys

A cet égard, il est étonnant de constater que, lors de la Qualifying School de la semaine dernière, Tadiotto n’en a pas fait un seul, alors que la pression était pourtant maximale.

"Je ne m’en suis même pas rendu compte sur le moment ! Il y avait pourtant beaucoup de vent et beaucoup d’eau. Mais j’ai seulement essayé de jouer au golf, en évitant de trop réfléchir. J’avais déjà perçu un changement en Corée en novembre dernier, où j’ai réalisé ma meilleure performance de la saison (17e, NdlR), et cela est en train de se confirmer. On ne change pas sa manière de fonctionner du jour au lendemain, tout se fait progressivement. Tout comme mes changements au niveau technique effectués en compagnie de mon frère Yuri (Head-pro à Anderlecht, NdlR), au niveau de la posture et du grip, qui me donnent un meilleur contrôle de frappe. Et qui me permettent encore d’allonger, puisque je reste l’une des joueuses les plus longues du circuit avec une moyenne de drive au-delà de 230 m. Le tout est de parvenir à amener ces changements en tournois, au plus haut de la pression."

C’est donc nantie de ces apports que Tadiotto aborde la saison 2009, avec un moral regonflé à bloc. "Je ne ferai pas le déplacement en Australie et en Nouvelle-Zélande ces prochaines semaines, vu que je n’ai plus fait de véritable break depuis le 2 mars. Je reprendrai la compétition fin avril, avec l’European Nations Cup, épreuve de double où j’avais terminé 2e l’an dernier en Espagne en compagnie d’Ellen Smets. J’enchaînerai ensuite les tournois en essayant de bien planifier ma saison, avec trois semaines de tournois suivies d’une semaine de repos. L’objectif sera à nouveau de tenter de me qualifier pour l’Evian masters et le British Open féminin, mais aussi d’avoir une moyenne de score plus stable, autour du Par. Ce qui est toujours gage de bons résultats. Je vais essayer aussi de jouer quelques tournois en Belgique, avec notamment le PGA national et l’Omnium."

A noter que Lara Tadiotto a conservé par ailleurs le soutien de ses précieux sponsors (Casa Gi, Computer Support, Cross, Ecco, Callaway, ADT Transport et YES), et va devenir l’ambassadrice "golf" de Pink Ribbon, la fondation pour la recherche contre le cancer du sein.