puis ses débuts sur l’European Tour en 2017, Thomas Detry, 28 ans, collectionne les places d’honneur. En quatre ans, il a additionné la bagatelle de 21 Top 10 sans jamais réussir à soulever le trophée. C’est un record sur le circuit !

Samedi, alors qu’il était en tête de l’Omega Dubaï Desert Classic, le champion bruxellois a perdu pied après un drive manqué sur le trou n° 8. Et il n’a pas réussi ensuite à évacuer sa frustration, rentant une carte de de 74 qui l’écartait de la course pour la victoire. Certes, à l’arrivée, il a signé un Top 10. Dans un tournoi de cette catégorie, c’est loin d’être une contre-performance. Mais il est clair que cette accumulation de places d’honneur pose question et commence à titiller son orgueil.

Ces deux dernières années, Thomas a été souvent très proche de son premier titre. Mais il n’a jamais réussi à porter l’estocade, comme s’il était rattrapé par ses émotions lors des putts décisifs ou dans les moments importants. Et certains de se demander si, du coup, il ne devrait pas faire appel à un coach mental pour l’aider à trouver les bonnes clés. “C’est un choix personnel qu’il doit faire en âme et conscience. Techniquement, Thomas est devenu l’un des meilleurs joueurs d’Europe. Il a tous les coups dans son sac et il ne cesse de progresser. Je ne sais pas si un préparateur mental serait la bonne solution. Je me demande, en revanche, si des conversations avec d’anciens joueurs très expérimentés du Tour, comme Jose-Maria Olazabal, Thomas Bjorn ou Darren Clarke, ne pourraient pas l’aider à franchir un cap, à éliminer d’éventuels blocages psychologiques et à trouver cette fameuse clé émotionnelle” explique Jérôme Theunis qui, avec Michel Vanmeerbeek, coache le joueur belge.

Élevé dans le sérail du golf universitaire US, Detry est un vrai “winner”. Lorsqu’il pose sa balle sur le tee n° 1, c’est pour gagner. “Après son premier sacre, je suis sûr qu’il y aura un vrai déclic dans sa tête et qu’il en remportera d’autres. C’est une question de patience. Justin Rose avait également mis plusieurs années avant de soulever son premier trophée.”