Un derby, cela reste toujours aléatoire

JEAN-FRANÇOIS JOURDAIN

HÉRAKLÈS

3-3

DRAGONS

Il y avait un monde fou pour ce derby anversois qui faillit bien ne jamais avoir lieu. À l'heure du coup d'envoi, en effet, une bourrasque avait renversé l'un des deux buts lierrois, de sorte que les arbitres avaient décidé - à juste titre - de faire rentrer tout le monde au vestiaire. Les éléments s'étant ensuite apaisés (temporairement, car la deuxième mi-temps fut cauchemardesque à cet égard), et les (excellents) arbitres ayant fait preuve de patience, le match put ensuite se dérouler dans des conditions plus ou moins normales.

D'entrée de jeu, l'Héraklès se mit en devoir de rééditer sa splendide performance de la semaine dernière. Van Rijthoven dut intervenir du pied sur une belle combinaison de Chaffoy-Vermesse-Hertoghe, puis dévia du stick le tir de de Chaffoy sur le premier pc hérakléen. En réplique, un mouvement Van Elderen-Berger nécessita une excellente sortie de Versteegh. Il y avait du but dans l'air et de fait, à la 20e minute, un mouvement limpide entre Hertoghe, Reckinger et McLeod obligea Van Rijthoven à se retourner pour la première fois (1-0). La balle était à peine remise en jeu que Berger envoyait une longue balle à suivre, apparemment pour personne. Si ce n'est que Van Elderen y crut et mit son stick pour dévier la balle dans le but et ramener l'égalité au marquoir. Un but beaucoup moins beau, mais tout aussi valable (1-1).

Les Lierrois reprirent le cours de leur domination et sur un coup franc au bord du cercle, McLeod atteignit de Chaffoy qui contrôla et pivota pour battre une deuxième fois Van Rijthoven (2-1).

À la reprise, alors que les éléments se déchaînaient à nouveau, un débordement de Schuermans lui permit de tirer au but. Van Rijthoven sauva son envoi du pied, mais au rebond Reckinger avait bien suivi et creusa l'écart. Un nouveau but à mettre à l'actif des juniors locaux (3-1). Au lieu de poursuivre sur sa lancée, l'Héraklès choisit alors (volens nolens ?) de rentrer sous sa tente, abandonnant de manière de plus en plus manifeste l'entrejeu à l'adversaire. Collignon n'en demandait pas tant pour prendre position au centre du terrain et régenter la manoeuvre. Il fallut cependant un coup du sort, sous la forme d'une déviation malencontreuse d'Alex de Chaffoy sur un pc de Gierts, pour que le Dragons recolle au score (3-2). Dès lors, ce fut la panique dans le camp local et les Bleus ne passèrent pour ainsi dire plus jamais la ligne des 25 yards. Et ce qui devait arriver arriva : sur une percée de Gierts, Hopchet déboula sur la droite et son centre pour Gerres, à peine monté au jeu, fut parfait (3-3).

La fin du match fut un peu folle et les deux équipes se ménagèrent tour à tour des occasions de l'emporter. La plus nette fut à l'actif des Hérakléens, Rahier ponctuant un une-deux avec de Chaffoy par un tir qui sortit de quelques centimètres, mais un dernier pc de Collignon dut être sauvé sur la ligne par de Chaffoy alors que Reckinger déviait en pc un tir de Berger

© La Libre Belgique 2000