DH : le Léo et l'Orée ne font pas le trou, le Watducks poursuit sa remontada, série noire pour le Racing

La DH propose un double week-end dont le premier acte a offert un resserrement général. Le Léo et l'Orée ont perdu. Le Racing s'est enlisé avec son 0 sur 12. Le Beerschot, le Dragons, Gand et le Watducks ont remporté le premier round. On remet ça lundi.

DH : le Léo et l'Orée ne font pas le trou, le Watducks poursuit sa remontada, série noire pour le Racing
©BELGA
Thibaut Vinel, Jean-François Jourdain, Philippe Demaret, Damien Russel, Ethel Vandiest, Patrick Dekelver

Le Watducks poursuit sa mission remontée

Louvain -Watducks 1-2

Louvain : Carr ; Perez-Pla, Madeley, Coolen, Santana; Murray, Harris, Walsh; Lane, Quemada, Maraite puis Van Lembergen, Schoenaers, Dujardin, Divorra, Bosmans

Watducks : Vandenbroucke ; Lemaire, Charlet, Boccard, Van Oost ; De Backer, Van Strydonck, Van Marcke; Esquelin, Ghislain, Willems puis Wilbers, Dumont, Dykmans, Depelsenaire, Petit

Arbitres : MM T.Bigare et D.Van Den Eede

Carte verte : 47e Willems

Cartes jaunes : 27e Madeley , 30e de Backer

Les buts : 25e Ghislain (0-1), 47e Ghislain sur pc (0-2), 63e Lane (1-2)

Penalty Corner : Louvain 0/8 et Watducks 1/5

Une confirmation pour le Watducks après son premier succès contre le Racing ou pour Louvain après un premier tiers de championnat prometteur ? Une belle joute en perspective avec de l’engagement et du suspense.Louvain met tout de suite la pression et tente d’asphyxier les Brabançons Wallons qui bien organisés résistent. A la 5e sur une perte de balle de Walsh, Willems lance Ghislain qui provoque un pc. Carr se met déjà en évidence en repoussant 2 tirs. Les visiteurs mettent le nez à la fenêtre et à la 9e une action confuse dans le cercle des Louvanistes est sauvée de toute justesse. A la 11e Vandenbroucke sort du stick un beau pc de Quemada qui prenait la lucarne. Les locaux tentent de remettre la pression mais les canards profitent de chaque occasion pour partir en contre. Sur un pc des visiteurs, Carr s’offre un double arrêt de grande classe pour écarter le danger. Dès l’entame du Q2, les verts tentent de contrôler la rencontre mais très rapidement les Louvanistes réagissent et poussent. A la 21e Maraite sollicite Vandenbroucke et Jean Willems exhorte ses troupes à profiter des quelques espaclaissés par Louvain. Sur une perte de balle malheureuse de Santana, Boccard va chercher Ghislain d’une lumineuse ouverture. Celui-ci isolé glisse la balle sous Carr (0-1). A la 27e une phase confuse dans le cercle local entraine une jaune pour Madeley très énervé (à juste titre ?) suite à cette action. Le Watducks est volontaire agressif et discipliné mais il a fort à faire devant la furia locale pourtant parfois désordonnée. Dès la 2e mi-temps, Louvain redémarre pied au plancher. Les Verts coupent tous les angles en se regroupant dans leur camp à la moindre alerte. 40e Carr sauve une balle déviée par un défenseur et maintient son équipe dans la rencontre. Louvain pousse toujours sans trouver l’ouverture dans une défense bien organisée. Les joueurs du Watducks ne profitent pas toujours des opportunités en contre . A la 47e Ghislain fait 0-2 sur rebond de pc. Malgré les débordements de Maraite à gauche et à droite, les locaux ne trouvent pas l’ouverture se heurtant tantôt à un défenseur tantôt à Vandenbroucke bien plus sollicité qu ‘en 1e mi-temps. 51e Vandenbroucke sauve encore un pc. La tension monte et Jean Willems harangue ses troupes en les coachant sur de nombreuses phases. Walsh et Murray se démènent au milieu du jeu mais la toile d’araignée verte est tissée. Walsh sollicite encore le dernier rempart vert. A la 63e Lane fait renaître l’espoir local en faisant 1-2. Le money time est empli de suspense. 64e grosse occasion pour Van Marcke parti en contre 66e pc non cadré de Louvain 67e belle occasion pour les visiteurs sur un centre de Willems, mais il n’y a personne au 2e piquet… 69e et 70e 2 pc pour Louvain le gardien vert sauvant le 2e. Les Canards sont soulagés, les Louvanistes déçus mais leurs regards se portent déjà sur la rencontre de demain.

Le Racing ne sort pas de sa spirale négative

Gantoise – Racing 1-0

Gantoise : Santiago ; Scheen, Waller, M. Deplus, Desgouillons ; de Paeuw, Goyet, Kina ; Rogeau, Ferreiro, Masson ; Puis Bugallo, de Borrekens, Hellin, Tynevez

Racing : Gucassoff ; Vanwetter, Delavignette, Lambeau, Wegnez ; Meurmans, Lucaccino, Cosyns ; Charlier, Cayphas, de Chaffoy, Puis Weyers, H. Delavignette, Berton, Xavier, Malherbe

Arbitres : Mlle C. Martin-Schmetts et J. Ciechanowski

Cartes vertes : 22e Meurmans, 23e Waller, 28e de Borrekens

Carte jaune : 60e Desgouillons

Le but : 2e de Paeuw sur suite de pc (1-0)

Penalty corner : Gand (1/3) et Racing (0/9)

Le Racing, qui restait sur une courte défaite mercredi à Waterloo et surtout sur un zéro sur neuf, était de passage à Gand pour le compte de la 8e journée de championnat. Jérôme Truyens était toujours absent du terrain tandis que Weyers était de retour.

Gand forçait déjà son premier pc à la 2e minute. Alex de Paeuw la stoppait mal, mais il poursuivait la phase et attirait la balle à nouveau. Son tir faisait mouche. Première entrée de cercle, premier but. Sur la phase suivante, Gucassoff remportait son duel face à Ferreiro. Un superbe arrêt. Charlier cadrait un gros tir que Santiago détournait. A la 5e minute, un kick de Scheen amenait un premier pc pour le Racing. Santiago détournait le sleep côté stick de Cosyns. Tynevez n’était pas loin du 2-0, mais sa déviation était contré. La phase collective était somptueuse et initiée par Antoine Kina. Lucaccino sortait en boîtant à la 14e minute. Le terrain était détrempé ce qui ralentissait la balle. LA pluie redoublait. Meurmans prenait une verte. Bugallo en profitait pour cadrer un tir arrêté par Gucassoff. L’arbitre stoppait le temps pour s’entretenir avec Antoine Kina. Waller remontait sur le terrain et était sèchement mis au tapis dans les 25. Sur un avantage bien laissé, Weyers tirait vers le but et Charlier la déviait, mais hors cadre. Le Racing pestait à son tour pour un pc non sifflé. A la 30e minute, le Racing, qui pressait bien depuis quelques minutes, obtenait son 2e pc. Cosyns retentait le même sleep que Santiago bloquait de la même manière. A la 32e minute, le 3e pc était accordé pour le Racing. Cosyns tentait à ras de terre. Sans succès. Cosyns tentait une passe qui n’aboutissait pas. Dans les dernières secondes, le Racing obtenait encore un pc, mais la phase ne donnait rien. Le deuxième quart s’achevait avec ce 1-0 qui ne reflétait pas le 2e quart sous domination uccloise.

La deuxième mi-temps reprenait avec une légère accalmie. A la 42e minute, la première occasion était ce 6e pc du Racing pour un kick. La série de 4 pc ne débouchait sur rien pour Cosyns qui était toujours contré par le premier sorteur. Sur le contre du dernier, de Paeuw remontait le terrain. Gand acceptait toujours la domination bruxelloise, mais le score ne bougeait toujours pas. Tynevez obligeait Gucassoff à plonger. Alex de Paeuw revenait sur la baseline et sa passe en retrait mettait à nouveau Gucassoff à l’épreuve. Gand allait chercher son 2e pc à la 50e minute. Le sleep de Scheen n’était pas cadré. Le 3e quart était engagé des deux côtés du terrain.

Le dernier quart démarrait fort avec Kina qui trouvait de Paeuw et son accélération magique. Son centre traversait le cercle. Alex de Paeuw était en grande forme sur une autre accélération. A la 57e minute, le Racing concédait un pc pour une obstruction de Wegnez. Wegnez réparait en sortant le sleep de Scheen. C’est Gand qui revenait encore à la charge à moins de 10 minutes de la fin de rencontre. Les Gantois étaient réduits à 10 à la suite de la jaune de Desgouillons à la 60e minute. Le Racing ne parvenait plus à dominer le jeu malgré sa supériorité numérique. Le Racing jouait sans gardien dans les 3 dernières minutes.

Le Racing perdait à nouveau cette semaine, mais en proposant un beau jeu à Gand malgré un terrain difficilement praticable.

{{2}}

Le Dragons irrésistible fave au Léopold

Dragons-Léopold 4-1

Dragons : Van Doren ; Geers, Lootens, T. Luyten, Foubert ; Denayer, Rubens, Gougnard ; Martinez, Cobbaert, van Aubel puis Putters, Della Torre, Crols et M. Luyten
Léopold : Henet ; Muschs, J. Verdussen, Forgues, Eaton ; Baumgarten, Moreno, Englebert ; Zimmer, Plennevaux, Boon ; puis A. Verdussen, Cuvelier, De Trez, Degroote, Monja.
Arbitres : MM. M. Dutrieux et Van Assum (NL)
Cartes vertes : 23e T. Luyten, 28e Boon, 58e J. Verdussen
Les buts : 5e Della Torre sur pc (1-0), 21e van Aubel (2-0), 30e Boon (2-1), 59e Martinez (3-1), 66e Martinez (4-1)
Penalty corner : Dragons (1/3) et Léopold (0/10)

Le premier contre le quatrième : voilà qui pouvait faire penser à une demi-finale des play-offs alors que Louvain et l'Orée s'affronteraient dans l'autre demie. Un rêve pour les deux équipes. Pour le Léo en tête du classement, et qui peut compter sur une attaque deux fois plus efficace que la meilleure attaque de ses poursuivants, ce déplacement à Brasschaat ne devait que confirmer sa suprématie. Pour le Dragons, il en va tout autrement car ses stats (à part le fait que Loic Van Doren est le gardien le plus imperméable de la compétition) sont loin d'être favorables. Ce rendez-vous était donc important pour les champions en titre.

Pas de phase d'observation dans cette rencontre puisque le Léopold obtenait de la première minute un pc : Van Doren se couchait sur le sleep de Boon. A la 2e minute, le Dragons obtenait un double pc ; sur le second Mr Dutrieux sifflait d'abord stroke avant de se raviser. Notons que les arbitres auront été très bons durant cette rencontre solide et animée. A la 5e minute, 3e pc pour les locaux : le sleep de Della Torre claque sur la planche (1-0). A la 7e minute, deuxième pc du Léo à nouveau contré par le premier sorteur du Dragons. La rencontre est rapide et va d'un côté à l'autre du terrain ; les interceptions dominent sur les phases de jeu. A la 13e minute, van Aubel tentait un petit lob que Hennet bloquait. A la 15e minute, Baumgarten envoyait un revers au-dessus du but de Van Doren. A la 16e minute, Van Doren repoussait un double revers et A. Verdussen terminait la phase à côté.
A la 22e, T. Luyten effectuait un joli travail sur la droite : sa balle était contrée par Henet mais van Aubel était à la bonne place pour doubler le score (2-0). A la 23e minute, e Trez entrait dans le cer cl » par la droite : Van Doren était attentif. Boon tentait par l'autre côté et le même Van Doren était à nouveau présent. A la 29e minute, le Léo obtenait son 3e pc : Van Doren déviait la fusée de Boon en long ; sur ce long corner, Boon se trouvait à la bonne place (2-1). A la 34e, Boon manquait l'égalisation suite à un cafouillage dont Van Doren, encore lui, sortait vainqueur.
La deuxième mi-temps débutait avec un pc suite à un centre de Cuvelier dévié par Zimmer sur un pied local : le double pc ne donnait rien. Le Léo commençait à s'énerver alors que rien ne fonctionnait comme il le voudrait. A la 40e, nouveau pc et Van Doren plonge du stick pour écarter le sleep de Boon. A la 45e, Henet déviait du sabot un tir de Martinez. A la 48e, Boon force le 10e pc du Léopold et le premier sorteur contre l'envoi. Ce n'était pas le jour des pc ucclois.
A la 51e, superbe travail de Denayer sur la gauche et envoi vers Martinez qui tirait au-dessus du but.
Le dernier quart débute par deux envois de Zimmer (une fois à gauche, une fois à droite) : Van Doren, toujours lui, contre les tirs. A la 59e, superbe action sur la gauche encore de Denayer : la louche du Red Lion arrive à Martinez qui fusille Henet (3-1). Après une interruption pour soigner Lootens, victime du coup de stick sur le nez, le Dragons repart à l'attaque face à des Ucclois résignés. Après un envoi à côté de Cobbaert, c'était Martinez qui signait un doublé à 4 minutes du terme. La maturité et l'efficacité du Dragons avait fait la différence face à des Ucclois en panne de conclusion dans les phases critiques.

Remontada du Beerschot

Beerschot - Antwerp 3-2

Beerschot: De Gratie; Goudsmet, Penelle, Creed, M.Peeters; Draper, De Sloover, Cabuy; Perez, M.Capelle, L. Capelle; Puis Sior, Gus, H. Peeters, Du monceau, Duvekot

Antwerp: Drijver;Patterson , Rijkers, Budgeon; N. Van Straaten, Verheijen, Paton; van Baal, De Winter, P. van Straaten; Puis Igau, Delrue, van Groesen, Rath et Groen

Arbitres MM. C. Hardy et T. Hennes

Les buts: 6e De winter sur pc (0-1), 18e Paton (0-2), 41e De Sloover sur pc (1-2), 47e Cabuy (2-2), 63 M. Capelle (3-2)

Penalty corner: Beerschot 1/6; Antwerp 1/3

Le Beerschot recevait à Kontich l'Antwerp pour ce qui était un match crucial pour les deux équipes. En effet, en cas de victoire, le Bee se donnerait un peu d'air avec le bas de classement. Pour l'Antwerp, c'était l'occasion de recoller à l'arrière du peloton. Car avec deux descendants en fin de saison et un barragiste, chaque point sera importantissime pour les deux équipes.

Le début de match était partagé entre les deux équipes. Il fallait attendre la cinquième minute de jeu pour voir le premier danger sous la forme d'un pc pour l'Antwerp. Le premier essai de De Winter redonnait pc. Sur sa seconde tentative, le sleeper anversois trouvait la faille d'un sleep à la droite de De Gratie. Le Bee tentait timidement de réagir avec une action sur le flanc gauche dans laquelle était impliqué De Sloover mais sans succès. Dans l'autre sens, Van Straaten trouvait De Winter en entrée de cercle. L'international -21 partait en dribble mais envoyait une balle dangereuse. Le Bee jouait sur la droite et Marin Peeters centrait fort vers Capelle qui semblait dévier dans le but. Les arbitres indiquaient un long car ils estimaient que la balle avait été finalement touchée par un défenseur.

Dès le début du second quart, les visiteurs inscrivaient un second but. Huyghe jouait vers De Winter qui profitait d'une mauvaise interception d'un défenseur du Bee. Il remisait vers le point de stroke vers Paton qui concluait. Le Bee réagissait via un pc mais Paton, sur la ligne, dégageait la balle. Marin Peeters sur la droite entrait dans le cercle et trouvait le filet latéral de Drijver. Sior ensuite centrait vers le point de stroke sans trouver de partenaire. Les Ours insistaient à l'image de Capelle ou de Perez mais l'Antwerp ne laissait pas passer beaucoup de balles vers Drijver. Après une belle séquence longue de plusieurs renversements de jeu, De Sloover jouait fort vers le cercle et trouvait H. Peeters. Le capitaine du Bee centrait et Budgeon était plus prompt que l'attaque visitée et dégageait le danger. Dans l'autre sens, De Gratie était mis à contribution et écartait le danger d'un bel arrêt.

Le Bee enclenchait la seconde et Perez passait superbement vers Capelle qui obtenait un pc. De Sloover en obtenait un second qui était tiré et à nouveau sauvé sur la ligne par Paton. Deux minutes plus tard, nouvelle opportunité sur pc. De Sloover est contré mais Creed pouvait armer mais cela passait à côté de l'objectif, touché par un défenseur. Sur le long, un nouveau pc était sifflé et celui-ci était transformé par De Sloover à la gauche de Drijver. Tout cela en moins de 5 minutes de jeu en seconde mi-temps. Le Bee continuait de pousser et De Sloover utilisait son flat pour casser les lignes. L'Antwerp en contre obtenait un pc. Il était joué fautivement. Duvekot à la retourne tirait sur Drijver qui sauvait la balle. Elle revenait vers Cabuy qui envoyait un missile se loger dans la lucarne du but. Sans aucun doute le but du week-end ! Deux minutes plus tard, Perez pouvait donner l'avance aux ours mais il tirait à plat au lieu de lever son essai.

Igau était tout proche de redonner l'avance aux visiteurs. Idéalement placé, il tirait fort dans le filet latéral. Paton déviait une balle sur De Gratie. S'en suivait une phase confuse devant le but, interrompue par un coup de sifflet des arbitres pour une faute visiteuse, alors que l'Antwerp était à deux doigts de marquer. De Sloover passait pour Creed qui jouait dans le cercle pour Capelle qui était trop court. Le Bee obtenait un pc. De Sloover le jouait en phase pour Creed. Drijver intervenait mais Creed récupérait et passait vers Capelle qui concluait dans le but vide. Quelle remontée du Bee! Un nouveau pc était sifflé pour le Bee. Il ne donnait rien. Le Bee contrôlait les dernières minutes et remportait la victoire.

L’Herakles poursuit sur sa série gagnante à domicile

Herakles – Daring 4-2

Daring : Feldheim ; Cicileo, Denis, Legrain, Brunet ; Coelho, Cosyns, Marque; Van Linthoudt, Montelli, puis Esmenjaud, Jacquier, Leffler, Vander Gracht, Salis, , Delos

Herakles: Timmermans; Weyer, M. Donck, Leclef; A. Van Dessel, Tarrès, Nepote; Vloeberghs, De Kerpel, Welch, Keusters puis Amorosini, Delaisse, Van Damme, V. Donck, Verdussen, Devillé.

Arbitres : MM. T. Croese et S. Michielsen

Carte verte : 45e Coehlo

Les buts : 15e Cosyns (0-1), 32e Nepote (1-1), 34e Delaisse (2-1), 63e Esmenjaud (2-2), 66e Weyer sur PC (3-2), 68e Van Dessel (4-2)

Penalty corner: Herakles (1/6) – Daring (0/9)

La confrontation entre le 8ème et le 10ème du classement qui ne sont séparés que d’un point présage d’une belle bataille. Dans un coin, on connait le jeu du Daring, un groupe soudé qui saisit la moindre occasion de contre-attaque à une vitesse impressionnante. Dans l’autre coin se présente une équipe d’Herakles qui se veut surprenante et insaisissable à domicile. Les points distribués aujourd’hui compteront lourd, surtout s’ils sont au nombre de trois.

Le Daring commence bien, sa balle d’entame de match découle sur une insertion de Marque dans la surface dangereuse. L’Herakles se veut tout aussi dangereux via sa première construction du match. En moins de deux minutes, chacun à pu afficher ses intentions, maintenant place au jeu. Le 1er pc est sifflé pour le Daring, il est sorti par Timmermans. Le premier PC pour l’Herakles donne lieu à une seconde tentative, dégagé également, par Feldheim. Ce sont finalement les visiteurs qui prennent l’avantage de la rencontre via un but de Cosyns à la 15ème minute.

Les échanges restent équilibrés, mais se terminent par peu d’occasions franches. D’abord dépassé au marquoir, l’Herakles commence à revenir dans le jeu en profitant de chaque imprécision et petites erreurs des molenbeekois. Le deuxième pc de Daring échouera sur le poteau adverse, ils sont proches de prendre le large, mais n’arrivent pas encore à faire la différence. Peu après la demi-heure de jeu, les hôtes s’emballent et accélèrent le rythme. Coup sur coup, pratiquement deux phases identiques. L’Herakles remonte le terrain sur son flanc gauche, s’insère dans les vingt-cinq, long de ligne, et finalement centre. La première fois, c’est Nepote qui attend au point de stroke et qui inscrit de la sorte le but égalisateur. La seconde fois, Welsh et Delaisse se jettent tous deux sur le centre, c’est finalement Delaisse qui permet à son équipe de prendre l’avantage (2-1).

La mi-temps reprend sur un PC pour le Daring, malgré une belle combinaison qui change de la tentative directe, la tentative n’aboutit pas. Les Noirs et Rouges restent menés au score. L’Herakles, coutumier de la situation, impose peu à peu son jeu face à un adversaire qui vacille entre frustration et orgueil. Le Daring obtient encore un PC pour une défense jugée trop musclée de la part de Nico De Kerpel. Bien qu’un kick soit réclamé, le dégagement est donné et l’Herakles s’en va chercher, à son tour une phase de penalty corner. Coelho, défenseur sur la phase, se voit attribuer le seul carton de la rencontre pour avoir pris trop de temps pour se préparer. Le pc rentre, mais n’est pas valide. Le score reste donc inchangé, mais le Daring est réduit à 10.

Après une série de PC infructueux pour le Daring, c'est maintenant à l’Herakles de se confronter à Feldheim et ses quatre défenseurs. Sans succès. Au Daring, tout le monde s’y met et tente de revenir au score, comme le back droit, Antoine Legrain, qui voit sa tentative rencontrer la transversale et non les filets. Après plusieurs tentatives de Marque et Esmenjaud, ce dernier permet finalement à son équipe de revenir au score d’un shoot en revers.

Il faudra attendre le 15ème pc de la rencontre pour voir enfin un goal sur cette phase, elle vient du stick de Weyer et donne l’avantage à l’Herakles. A la 67ème minute du match, le Daring sort logiquement son gardien, malheureusement pour eux, Van Dessel alourdit le score à 4-2 à la 68ème minutes.

Un jour sans pour les Bleus

Braxgata – Orée 3-1

Braxgata : Walter, Loots, Clement, Luypaert, T. Biekens, Rossi, Walker, Van Biesen, Bordas, Van Cleynenbreugel, Onana, puis de Voogd, Van Bavel, Van Steerteghem et O. Biekens.

Orée : Thieffry, Willocx, Bellenger, Beckers, L. Willems, Dohmen, Thiéry, Simar, Curty, Clément, Domene, puis Masso, S. Branicki, Labouchère, M. Branicki et Van Nieuwstadt.

Arbitres : MM. Th. Dagnelie et L. Dooms.

Cartes vertes : 29e Willocx, 37e Dohmen.
Cartes jaunes : 31e Van Cleynenbreugel (10 min), 41e Thiéry.

Les buts : 21e Luypaert sur pc (1-0) ; 41e de Voogd (2-0) ; 49e Luypaert sur stroke (3-0) ; 61e Masso (3-1).

Sur un terrain rapidement gorgé d’eau, le round d’observation a duré longtemps à Boom. Pendant le premier quart-temps il ne s’est strictement rien passé, si on excepte une intervention de routine pour chaque gardien, Thieffry devant Bordas à la 14e et Walter devant Simar trois minutes plus tard.

En deuxième quart-temps, les choses se sont un peu animées. Sur le premier pc du Braxgata, bientôt suivi d’un second, l’inévitable Loïck Luypaert trouve l’ouverture (1-0). L’Orée ne réagit pratiquement pas, Van Bavel étant à deux doigts de doubler le score à la 25e. Même avec la sortie de Van Cleynenbreugel pendant 10 minutes suite à un sliding (non sanctionné d’un pc pourtant…) les Bruxellois ne poussent pas sur le champignon. Au contraire, c’est le Brax qui se crée encore un 3e pc et une occasion de but sur une descente de de Voogd. A chaque fois, Thieffry écarte le danger. En vue du repos l’Orée obtient son premier pc, mais il est mal bloqué.

A la reprise, ça ne s’arrange pas pour les Bleus qui concèdent un 4e pc, puis un joli petit revers signé Bob de Voogd : de quoi montrer pourquoi les Boomois ont transféré l’ex-international hollandais. A 2-0 l’Orée s’ébroue enfin, mais sans résultat tangible devant le but. Au contraire, sur une contre-attaque, Bordas sert Onana qui plonge pour reprendre la balle. M. Dooms estime à tort ou à raison qu’une faute a été commise et siffle stroke. Luypaert ne fait pas de sentiment (3-0).

La messe semble dite, mais l’Orée va prendre le dernier quart à son compte. Le pc ne rentre cependant pas et un but de Curty est annulé pour back-stick. Quand Masso ramène les siens à 3-1 d’une habile déviation, c’est déjà le chant du cygne des Oréens qui passent plus près du 4-1 que d’une nouvelle réduction du score. Mais que fait ce Brax-là à l’avant-dernière place ?