L'Orée s'effondre, le Léo déçoit, le Daring surprend, le Racing revit

L'Orée s'effondre, le Léo déçoit, le Daring surprend, le Racing revit
©BELGA
Thibaut Vinel, Jean-François Jourdain, Philippe Demaret, Ethel Vandiest, Patrick Dekelver, Damien Russel

L’Orée terrassée par le Dragons

Dragons - Orée 6-0

Dragons: Van Doren; Della Torre, Geers, Harte, Denayer; Putters, Rubbens, Gougnard; Raes, Van Aubel, Martinez puis Cobbaert, M. Luyten, T. Luyten, Foubert et Crols.

Orée: Thieffry; Willocx, Beckers, Willems, Bellenger; Thiéry, Dohmen, Simar, Curty; Domene, Clément puis Masso, M. Branicki, Labouchere, S. Branicki et Van Nieuwstadt.

Arbitres : MM. T. Bigare et M. Pontus

Les buts : 16e Cobbaert (1-0), 25e Denayer sur pc (2-0), 29e Cobbaert (3-0), 34e Van Aubel (4-0), 61e Denayer sur pc (5-0), 66e Martinez (6-0)

Penalty corner : Dragons 2/5 et Orée 0/2

A peine le temps de faire sécher leurs équipements, les joueurs sont de nouveau sur le terrain. Hier, le Dragons l’emportait 4-1 face au Léopold, alors que l’Orée se faisait accrocher par le Braxgata et s’inclinait 3-1.

C’est clairement le Dragons qui entame le match en favori. Ils ont la possession et les premières tentatives au goal. Ils obtiennent logiquement le premier pc de la rencontre. Première erreur de la part du Dragons, un mauvais calage lors de la phase, c’est une occasion ratée d’enclencher le compteur. L’Orée peut compter sur une Thieffry bien en jambe qui se fait assaillir par Cobbaert et Raes, complètement oubliés dans le cercle. Ils sont atteints directement par un dégagement de Denayer, ce qui démontre un sérieux problème au sein des lignes bruxelloises. Le premier but tombe T. Luyten remontant l’entièreté de son flanc jusqu’à atteindre la ligne de fond pour finalement lâcher un centre millimétré à Cobbaert qui n’a plus qu’à tromper Thieffry. Dans ce quart, l’Orée n’aura encore eu aucune entrée dans le cercle adverse.

Domene est proche d’y pénétrer dès l’entame de ce deuxième quart, mais il est stoppé de justesse par T. Luyten, très en forme. Le Dragons poursuit sur sa lancée, maintient le rythme et provoque un deuxième pc. Cette fois-ci Denayer est parfaitement servi, Thieffry ne peut que dévier l’envoi dans ses propres filets. C’est 2-0. La première tentative pour l’Orée est signée Clément, mais Van Doren l’intercepte du gant. Le 3-0 tombe peu avant la demi-heure de jeu, via un doublé pour Cobbaert, qui reçoit un centre en revers de son coéquipier. L’Orée est à peine plus agressif depuis ce troisième but encaissé. Ils provoquent leur premier PC qui est dévié en dehors du terrain. Le 4-0 sonne comme un coup fatal, encore une action collective, cette fois-ci conclue par Van Aubel, quelques instants avant la mi-temps.

Le break de la mi-temps n’aura pas permis aux joueurs visiteurs de se ressaisir. Le Dragons obtient son troisième pc, mais n’aggrave pas le score. Ils obtiennent également encore quelques occasions franches. La pluie, ou plutôt la drache nationale s’invite à la rencontre, ce qui n’accélère pas le heu, bien au contraire. En effet, la rencontre est interrompue à la 46ème minute afin de permettre au terrain d’absorber l’intempérie et l’eau accumulée. L’idée de changer de terrain est même abordée, souci, les caméras présentent pour retransmettre la rencontre. L’Orée remontre timidement le bout de son nez, mais sans aucune concrétisation. Le Dragons quant à lui peut se permettre de maîtriser le tempo de la rencontre, assis sur une large avance.

Pour leur 4ème pc, le Dragons tente un enchaînement original, sûrement dicté par l’état du terrain, via une courte passe pratiquement à la droite du donneur, avant d’armer un shoot second poteau, mais cela ne trouve aucun stick pour la déviation. Le 5ème pc du Dragons rimera avec le 5ème goal et le doublé de Denayer. Cinq minutes plus tard, Martinez clôt les débats en inscrivant le 6ème et dernier goal, d’un shot direct en bord de cercle. L’Orée se réveille, mais bien trop tard. Dans les deux dernières minutes de la rencontre, ils obtiennent leur deuxième pc de la rencontre, et se confrontent enfin à Van Doren, mais sans succès.

Louvain contrarie les plans du Léo

Louvain - Léopold 3-3

Louvain: Carr; Perez-Pla, Madeley, Coolen, Santana; Murray, Harris, Walsh; Lane, Quemada, Maraite; Puis Van Lembergen, Schoenaers, Dujardin, Divorra, Bosmans

Leopold: Henet; Muschs, J. Verdussen, Forgues, Eaton; Baumgarten, Moreno, Cuvelier; Zimmer, Plennevaux, Boon; Puis A. Verdussen, Englebert, De Trez, Degroote, Monja

Arbitres: MM. L. Dooms et S. Michielsen

Cartes vertes: 5e Eaton, 24e Santana

Cartes jaunes: 23e Corradini, 58e Santana

Les buts: 33e Baumgarten sur suite de pc (0-1), 52e Boon (0-2), 55e Quemada sur pc (1-2), 60e Lane (2-2), 61e Boon sur pc (2-3), 67e Harris (3-3)

Penalty corner: Louvain 1/6 et Léopold 2/5

Deux battus de la veille s'affrontaient à Louvain. Il s'agissait d'un duel au sommet opposant le premier au classement, le Léo, face à Louvain, quatrième. Avant sa défaite face au Dragons, le Leo restait sur deux succès probants face à l'Antwerp et au Racing. Du côté des universitaires, on entendait poursuivre la bonne première partie de saison et rebondir après la défaite à domicile hier face au Watducks.

Dès la première minute, Louvain était à l'attaque avec Perez qui passait la balle à Lane. Celui-ci s'infiltrait vers le cercle et tirait vers le but. Henet intervenait bien. Sur le long, Maraite obtenait un pc qui allait en donner une succession de trois pc qui se terminait par un tir à côté. Le Léo réagissait par une belle action collective qui ne donnait rien. A la 7ème, Pat Harris tentait un centre-tir qui passait devant le but. Les visiteurs avaient ensuite deux possibilités pour le même joueur, Degroote qui butait deux fois sur Carr. Le Leo obtenait son premier pc à la 10ème mais il était tiré dangereusement. C'était ensuite Arthur Verdussen qui alertait Carr. Le gardien irlandais interceptait le tir. Le même Verdussen était ensuite à la réception d'une passe de Moreno mais perdait son duel avec le gardien. Le premier quart se terminait par un pc du Leo que Boon tirait à côté de l'objectif.

Maraite obtenait un pc à la 21ème. Il etait stoppé fautivement. Une minute plus tard, Agus Corradini heritait d'une carte jaune pour avoir arrêté une balle qui était sortie/allait sortir du terrain. Les universitaires obtenaient un nouveau pc que Quemada tirait vers le goal à la 27ème. Henet déviait du gant, la balle montait en l'air et un louvaniste, à la réception, commetait un air-shot. Boon tirait à la retourne à côté du but. A la 32eme, sur pc, Boon tirait sur le corps de Carr mais Baumgarten avait bien suivi et inscrivait le premier but de la rencontre. En toute fin de mi-temps, Plennevaux lançait Zimmer d'une louche précise. Zimler perdait son face à face avec Carr. Nous étions proche d'un remake du but de Briels à l'euro d'Amstelveen sur une offrande de Boon.

Carr intervenait bien sur un tir presque à bout portant. Louvain réagissait sur pc mais la phase ne donnait rien. Le match était haché avec quelques imperfections. Arthur Verdussen se heurtait à Carr sur un tir près du but. A la 47e, Zimmer recevait la balle en entrée de cercle et se plaçait en revers pour armer un tir en revers, "sa spécialité" selon le banc du Leo. Carr était une nouvelle fois impeccable. A la 52ème, Boon doublait la mise pour le Leo.

Baumgarten concédait un pc. Quemada le transformait à la gauche du gardien. Lane égalisait ensuite sur une belle ouverture de Coolen. Il croisait parfaitement sa reprise. Dans la foulée, Boon redonnait l'avance à son équipe sur pc. Harris égalisait dans un dernier animé. Sur le gong, le Leo obtenait un pc. Boon ratait le cible. Les deux équipes se quittaient dos à dos.

{{3}}

Le Racing renoue enfin avec la victoire

Beerschot – Racing 2-3

Beerschot : De Gratie ; Goudsmet, De Sloover, Creed, Penelle ; H. Peeters, Draper, Cabuy ; Sior, Duvekot, L. Capelle ; Puis M. Capelle, M. Peeters, Gus, Perez, Dumonceau

Racing : Gucassoff ; Vanwetter, Delavignette, Lambeau, Wegnez ; Meurmans, Lucaccino, Cosyns ; Charlier, Cayphas, de Chaffoy, Puis Weyers, Berton, Xavier, Malherbe, H. Delavignette

Arbitres : MM. T. Croese et D. Van Den Eede

Cartes vertes : 31e H. Peeters, 46e Berton, 70e Cayphas

Les buts : 17e Cayphas (0-1), 44e Penelle (1-1), 53e Charlier sur pc (1-2), 56e Charlier (1-3), 60e L. Capelle (2-3)

Penalty corner : Beerschot (0/2) et Racing (1/5)

Après un round d’observation assez calme, Louis Capelle était le premier à obliger Gucassoff à se coucher à la 6e minute. Il fallait attendre la 11e minute pour voir la première occasion du Racing, un pc. Le sleep était détourné. Une longue passe de Wegnez précipitait le 2e pc à la 15e minute. Le sleep de Cosyns était contré par le premier sorteur. Sur une percée de Charlier sur la baseline, la passe en retrait était déviée par Cayphas dans la lucarne (0-1).

Dans le deuxième quart, Cayphas cadrait une frappe qui n’était pas vraiment dangereuse. Le Racing forçait déjà son 4e pc à la 22e minute. Le sleep de Cosyns ne passait toujours pas. De Chaffoy était aussi en position de tir, mais il était peu dangereux. Le Bee était assez pâle pour le moment. Louis Capelle touchait un gros centre dans le cercle, mais la balle ne prenait pas la direction du but. Xavier offrait un centre bien tendu que Malherbe ne touchait pas. Le Beerschot prenait une verte pour son capitaine à cause des rouspétances de ses attaquants. Les Ours étaient plus offensifs en cette fin de première mi-temps, mais les occasions restaient aux abonnés absents.

A la 36e minute, Perez était le premier à tenter sa chance dans le cercle. A côté. Charlier envoyait un missile dans le cercle. Le Bee se faisait plus menaçant. A la 44e minute, Penelle surgissait sur un rebond consécutif à un arrêt du gant de Gucassoff (1-1). Le tir initial était de Duvekot. Le Racing était plus timide depuis la mi-temps. Cosyns offrait un gros tir à Charlier qui ne cadrait pas à la 49e minute. L’égalisation a réveillé les Ucclois. Charlier et Cosyns jouaient encore à deux, mais cela ne donnait rien. De Gratie était impérial sur une déviation de Luccacioni à la 51e minute. A quelques secondes de la fin du 3e quart, le Racing obtenait son 5e pc. Cosyns jouait la déviation de Charlier qui l’envoyait dans la lucarne (1-2).

Le dernier quart était à forte coloration mauve, mais la défense tenait le coup. Charlier hérite d’une occasion de tir. Il n’en demandait pas tant (1-3). Creed prenait le stick. Louis Capelle touchait un envoi de Duvekot qui trompait Gucassoff à la 60e minute (2-3). Le Bee dominait et mettait une pression sur la défense bruxelloise. A 2 min 30, le coach sortait le gardien du Bee. Le Beerschot obtenait son premier pc à la 69e minute. Re pc. Il était raté. Le Racing résistait jusqu’au bout.

{{1}}

L’Herakles a bien profité du week-end

Herakles – Braxgata 3-2

Herakles : Timmermans, Weyer, M. Donck, Leclef, De Kerpel, Tarres, Welch, Keusters, Nepote, Delaisse, Vloeberghs, puis Amorosini, Van Damme, V. Donck, G. Verdussen et Devillé.

Braxgata : Walter, Loots, Clement, Luypaert, Van Cleynenbreugel, Walker, T. Biekens, Rossi, Onana, Van Biesen, Bordas, puis de Voogd, Van Bavel, Van Steerteghem, O. Biekens.

Arbitres : Melle C. Martin-Schmets et M. G. Boutte.

Cartes vertes : 55e Loots, 60e Verdussen, 62e O. Biekens.

Les buts : 4e Onana (0-1) ; 12e de Voogd (0-2) ; 20e Vloeberghs (1-2) ; 22e Delaisse (2-2) ; 50e Vloeberghs (3-2).

Le match commence particulièrement mal pour les Lierrois. Sur la première attaque sérieuse du Braxgata, Clement récupère la balle à gauche et centre en revers pour Onana qui est à la bonne place (0-1). L’Herakles peine à se remettre de ce coup de massue initial et Timmermans doit sortir une de ses nombreuses bonnes interventions pour empêcher Van Bavel de doubler l’écart, avant de voir un premier pc boomois stoppé par sa défense. Mais à la 12e quand Van Biesen s’infiltre et centre pour de Voogd, la reprise acrobatique du Hollandais fait mouche (0-2). Timmermans s’interpose encore au quart d’heure sur le deuxième pc du Brax pour éviter le 0-3.

Et puis, comme par magie, le match se retourne complètement à l’entrée du deuxième quart-temps. Sur un centre rapide de Keusters, Vloeberghs place une volée inarrêtable témoignant d’un grand sens du but (1-2). Et deux minutes plus tard c’est déjà 2-2 sur une incursion de Welch dans le cercle. Walter s’interpose mais Delaisse a bien suivi (2-2).

Le jeu reste partagé jusqu’au repos. Timmermans sort deux réflexes sur un pc de Luypaert puis un rebond final du même joueur, alors que l’Herakles obtient son… unique pc à la minute suivante, mais Walter lit bien la trajectoire de Weyer. Et à la 26e sur un long push de Luypaert, Van Biesen rate la cible de peu.

En deuxième période les occasions de but se font plus rares, même si un revers de Keusters heurte de plein fouet le montant après trois minutes. Dans l’autre camp un raid d’Onana est neutralisé par une superbe envolée de Timmermans, qui intervient encore devant le même joueur à la 49e. Mais à la minute suivante, le match bascule définitivement dans le camp lierrois lorsque Vloeberghs inscrit sa deuxième déviation de la journée (3-2).

C’en est un peu trop pour le Brax qui commence à ressentir les efforts de la veille (et du début de match joué tambour battant). Les Boomois verront Loots sauver sur la ligne un essai de Keusters puis forceront encore deux pc consécutifs, mais sans succès. Les Lierrois ont bien profité de leur double week-end à domicile pour revenir dans le parcours.

Le Watducks retrouve son efficacité offensive à l'Antwerp

Antwerp-Watducks 1-6

Antwerp: Drijver; Patterson, Rijkers, Budgeon, Huyghe ; N. Van Straaten, Verheijen, Paton ; De Winter, Igau, P. van Straaten ; puis van Baal, Delrue, van Groesen, Rath et Groen

Waterloo Ducks : Vandenbroucke ; Lemaire, Charlet, Boccard, Van Oost ; De Backer, Van Strydonck, Van Marcke ; Esquelin, Ghislain, Willems puis Wilbers, Dumont, Dykmans, Depelsenaire, Petit

Les arbitres : MM. J. Ciechanowski et A. Lemmens

Cartes vertes : 29e P. Van Straaten, 54e Verheijen

Les buts : 6e De Winter sur pc (1-0), 13e Charlet sur pc (1-1), 22e Willems sur stroke (1-2), 31e Charlet sur pc (1-3), 50e Willems (1-4), 62e Dykmans (1-5), 67e Dykmans (1-6)

Penalty corner : Antwerp (1/7) et Waterloo Ducks (2/10)

Après sa cruelle désillusion de la veille au Beerschot, l'Antwerp se voyait offrir une occasion de se reprendre face à un Waterloo Ducks, malheureusement pour les Anversois, dans une phase ascendante. Sa victoire à Louvain n'annonçait rien de bon chez les Rouges.

Pas de phase d'observation en ce début de rencontre et directement des actions par le très rapide Ghislain qui se trouvait partout et qui envoyait à la 4e minute un violent tir que Drijver détournait du sabot. A la 6e minute, premier pc pour l’Antwerp : De Winter envoyait son sleep sur Vandenbroucke (1-0). A la 7e minute, Wilbers manquait l’égalisation après une incursion de Ghislain. A la 8e minute, Verheijen tirait au-dessus du but. À la 9e minute, nouveau sauvetage de la défense locale devant un tir venu de loin. A la 10e, Dykmans envoyait un revers au-dessus du but. L’Antwerp se montrait pourtant très actif. Mais à la 13e, Van Oost obtenait le premier pc du Wat’ : Charlet envoyait un sleep raguer à gauche du gardien (1-1). A la 21e minute, double pc pour le Watducks : l'envoi de Charlet est arrêté du pied sur la ligne par Patton. Willems convertit le stroke (1-2). A la 27e minute, deuxième PC local, mal stoppé. A la 31e minute, 4e pc du Watducks converti à nouveau par Charlet (1-3). Sur la relance, l’Antwerp obtenait à nouveau un pc, à nouveau mal bloqué.

La seconde mi-temps sera endiablée, avec des actions des deux côtés. Mais au final, l’efficacité sera du côté brabançon. On notera un bon paquet d’occasions des deux côtés : 38e De Winter tirait au-dessus, 39e Dykmnas débordait sur la droite et se heurtait à Drijver, 39e flat de Willems à côté, 41e double pc du Wat et double arrêt de Drijver et de Paton, 43e pc de l’Antwerp dévié du stick par Vandenbroucke, 45e pc tirés à côté du but, 48e double pc du Wat qui rataient l’objectif. Puis un coup franc plutôt innocent voyait Willems partir vers le cercle : il n’était pas pris en charge et envoyait tranquillement sa balle dans le but (1-4). Une grosse averse rendait alors le terrain lourd et un peu plus lent. L’Antwerp en profitait avec des essais de Huyghe, Rath et Van Groesen. Drijver arrêtait un flick de Depelsenaire avant que son homologue Vandenbroucke intervienne sur un triple pc de l’Antwerp. Sur la relance du dernier pc, Dykmans se trouvait au second poteau pour le 1-5. Et il remettait ça à deux minutes du terme pour clore la marque à 1-6. Une rencontre très ouverte, avec autant d’occasions d’un côté comme de l’autre, mais l’efficacité pour le Watducks.

Une belle organisation et un Feldheim des grands jours expliquent ce succès surprise

Gantoise - Daring 1-2

Gantoise : Santiago ; Scheen, Waller, M.Deplus, Desgouillons ; Goyet, de Paeuw, Kina ; Rogeau, Ferreiro, Masson puis T.Deplus, Bugallo, de Borrekens, Hellin, Tynevez

Daring : Feldheim ; Cicileo, Brunet, Denis, Legrain ; Coelho, Cosyns, Marque ; Montelli, Van Linthoudt, Leffler puis Delos, Salis, Vander Gracht, Kruger, Esmenjaud

Arbitres :MM Dutrieux et C. Hardy

Cartes vertes : 22e Legrain, 45e Cosyns

Cartes jaunes : 29e Coelho, 47e Montelli

Les buts : 1e de Paeuw (1-0), 24e Montelli sur pc (1-1), 46e Cicileo sur stroke (1-2)

Penalty corner : Gantoise 0/5 et Daring 1/3

La Gantoise va-t-elle confirmer son succès de la veille ? Le Daring va-t-il arrêter l’hémorragie ? Deux questions qui trouveront réponse à l’issue de cette rencontre. Une pluie battante accueille les 32 acteurs qui s’échauffent ainsi que les arbitres malgré cette détestable météo. Leur terrain de jeu est détrempé… Les buffalos démarrent pied au plancher et Alex de Paeuw sur une percée dont il a le secret fait 1-0 dès l’entame du match d’un puissant tir dans le plafond. Gand insiste et à la 3e Ferreiro rate une occasion 3 étoiles. Les Bruxellois tentent de sortir mais les Locaux ont clairement la maîtrise du jeu. Les Gantois se sont clairement mieux adaptés aux conditions particulières d’un terrain gorgé d’eau. Les rouge et noir subissent le jeu et donnent l’impression de courir derrière la balle. Les occasions locales se succèdent sans concrétisation les visiteurs ayant de grosses difficultés à sortir. Avec un de Paeuw et un Waller en verve les Gantois malmènent leur adversaire, il ne manque que les buts. A la sortie du Q1, La Gantoise est mal payée. Dès l’entame du Q2, le Daring sort de sa boîte et Leffler a une belle occasion à la 19e sur une percée dans l’axe. On revoit Montelli et un engagement supérieur permet aux visiteurs de vraiment rentrer dans le match. A la 24e Cicileo égalise sur pc. Les Bruxellois se créent encore une grosse occasion à la 25e. On en vient à se demander si les Gantois ne vont pas regretter les grosses occasions manquées en Q1. Sous le déluge, Feldheim repousse un pc à la 30e et deux autres occasions locales. 35e tir de Ferreiro sur le piquet du gardien visiteur pétrifié. On sens le match changer d’âme. Les Gantois reprennent la 2e mi-temps en appuyant sur une défense du Daring bien regroupée. Les contres sont souvent dangereux, notamment quand Cicileo lance idéalement Leffler à la 40e. Celui-ci n’en profite pas. Gand insiste mais le dernier geste fait défaut. 41e Ferreiro se heurte au dernier rempart visiteur. 42e belle percée de de Paeuw qui ne donne rien. A la 44e Santiago sort un double arrêt sur un pc des Bruxellois. Puis 47e coup de théâtre : stroke justement accordé par C.Hardy pour une faute sur Legrain. Cicileo le convertit, le Daring est devant. A la 49e Feldheim sort un tir de Kina. A la 51e Santiago descend Esmenjaud dans le cercle : 2e stroke. Celui-ci est arrêté par Santiago qui se rachète de sa faute. Les Gantois continuent à pousser mais les Bruxellois sont dangereux en contre. Le jeu long de Cicileo fait merveille. A la 54e Rogeau voit son tir repoussé et le Daring tente de contrôler le jeu en cette fin de rencontre. 59e bel effort de Kina dont de Borrekens ne profite pas. A la 64e le Daring s’offre une dernière occasion sur une belle action initiée par Cicileo et finalisée par un beau centre de Marque. La fin de match est à suspense…Pascal Kina sort son gardien. Gand pousse s’offre encore 3 pc sans succès… On aurait jamais imaginé un tel scénario à l’issue du Q1 tant les Gantois avaient outrageusement dominé les débats. Remarquons aussi le bel arbitrage de la paire Dutrieux-Hardy.