Chamboulement général en tête de la DH: le Léo et l'Orée plongent en enfer, le Watducks et le Racing vont au paradis

Chamboulement général en tête de la DH: le Léo et l'Orée plongent en enfer, le Watducks et le Racing vont au paradis
©BELGA
Thibaut Vinel, Jean-François Jourdain, Philippe Demaret, Damien Russel, Ethel Vandiest, Patrick Dekelver

Le Léopold se réveille beaucoup trop tard pour discuter le succès mérité de Gand

Léopold – Gantoise 1-2

Léopold : Henet ; Eaton, J. Verdussen, Forgues, Monja ; Baumgarten, Cuvelier, De Trez ; Plennevaux, Boon, Zimmer, Puis Moreno, A. Verdussen, Degroote, Englebert, S. Poncelet

Gand : Santiago ; Scheen, Waller, M. Deplus, Desgouillons ; de Paeuw, Kina, Goyet ; Rogeau, Masson, Ferreiro ; Puis de Borrekens, Hellin, Bugallo, T. Deplus, Tynevez.

Arbitres : MM. G. Boutte et D. Van Den Eede

Carte verte : 12e de Borrekens

Carte jaune : 45e J. Verdussen

Les buts : 27e de Borrekens (0-1),45e Bugallo sur stroke (0-2), 60e Englebert (1-2)

Penalty corner Léopold (0/3) et Gantoise (0/2)

Après sa surprenante défaite contre le Daring, Gand se rendait chez le leader du classement, le Léopold qui est sorti avec un petit point sur 6 du double week-end passé.

Forgues concédait un premier pc à la 2 minute à la suite d’un kick. Henet repoussait d’abord le pc de Scheen avant de s’interposer sur le tir de Ferreiro. Sur le contre, Plennevaux touchait le… poteau. Le match démarrait à vive allure. Bien que marqué par deux défenseurs, Degroote parvenait à armer un tir qui filait loin du cadre. De son côté, Gand cherchait à jouer vite vers l’avant. La défense du Léo était mise sous pression, mais résistait. Goyet trouvait Kina en relais et récupérait la balle dans le cercle, mais la défense uccle bloquait. Sur une belle passe, de Borrekens armait un tir, mais frappait sur le stick de Jo. Verdussen plus prompt. Arthur de Borrekens ne déviait pas une balle qui traversait le cercle. Il ne contrôlait pas un autre centre. Le premier quart offrait déjà un haut niveau.

Gand intensifiait son pressing, mais de Paeuw, servi par Kina, ne trouvait personne sur le point de stroke. Sur un flick de Degroote, Arthur Verdussen réceptionnait la balle, mais ne trouvait personne. Tynevez était proche de trouver Masson qui avait un but vide. Desguillons entrait dans le cercle et trompait Henet qui était sauvé par son poteau. Sur le contre, Zimmer était dangereux. Les Gantois étaient nettement plus propres sur un plan technique ce qui les aidait à accélérer leur attaques. Le Léo ne devait son salut durant les 30 premières minutes qu’à ce dernier petit geste manqué du côté de Gand. A cet instant, Rogeau envoyait un obus qui était dévié par de Borrekens en pleine lucarne (0-1). Cette avance au marquoir était amplement méritée. Durant la fin de première mi-temps, le Léo cherchait à sortir la tête de l’eau, mais les déchets techniques gâchaient leur jeu. C’est Henet qui devait s’interposer à deux reprises face à Masson pour garder le 0-1 à la pause.

De retour des vestiaires, Henet était encore précieux sur un tir de Ferreiro. Alex de Paeuw était fauché en bord de cercle. Tynevez était sur une déviation qui n’était pas cadrée. Gand mettait toujours autant de pression sur des Ucclois fort effacés. Sur un tir de de Borrekens, le Léo concédait son 2e pc à la 42e minute. Henet sortait le sleep de Scheen. Le Léo entrait enfin dans le cercle de Santiago, mais Baumgarten ne pouvait pas tirer. Henet sortait de manière dangereuse pour stopper une balle de contre, mais il se faisait dribler. Le dernier défenseur, John Verdussen commettait la faute nécessaire pour éviter le but de Rogeau. Il prenait la jaune. Le stroke était indiscutable. Le capitaine Bugallo prenait ses responsabilités pour l’envoyer dans la lucarne (0-2). A 10 contre 11, le Léo ne créait rien malgré une envie de mieux faire. La tension montait d’un cran, mais Gand gardait la main assez facilement. Ferreiro entrait dans le cercle et permettait à Masson de cadrer une frappe.

Le début de 4e quart était assez pauvre. Gand n’y allait plus franchement, mais le Léo ne parvenait pas à produire des actions dignes de son rang. Monsieur Boutte prenait la tribune du Léo sur le dos à la suite d’une percée de Boon dans le cercle. Le Léo y voyait enfin un premier pc à la 58e minute. L’arbitre ne bronchait pas. Alors que le Léo pestait pour un autre pc non-sifflé, Englebert surgissait pour faire trembler les filets latéraux (1-2). Santiago dégageait un tir croqué de Verdussen. Les Ucclois jouaient enfin ! Englebert était bouillant au niveau de la récupération. A la 65e minute, le Léo obtenait enfin son premier pc. Le premier sleep de Boon était contré fautivement. Re pc. Le 3e sleep de Boon était contré à nouveau. Masson interceptait une balle et frôlait le 1-3. Les dernières minutes étaient hyper tendues, mais Gand arrachait un succès amplement mérité. Le Léo perd sa première place alors que Gand garde le contact avec le top 4.

Le Waterloo Ducks bat le Beerschot à l’usure

Waterloo Ducks - Berschot 3-0

Waterloo Ducks : Vandenbroucke ; Lemaire, Charlet, Boccard, Van Oost ; De Backer, Van Strydonck, Van Marcke; Esquelin, Ghislain, Willems, puis Wilbers, Sidler, Dykmans, Depelsenaire, Petit

Beerschot: Verhoeven; Goudsmet, Penelle, Creed, Duvekot; Draper, De Sloover, Cabuy; Perez, M.Capelle, Gus, puis Sior, L. Capelle, H. Peeters, Du Monceau, De Bolle

Arbitres : M. T. Dagnelie et Mlle C. Martin-Schmets

Carte verte : 57e Cabuy

Les buts : 48e Boccard (1-0), 58e Wilbers (2-0), 70e Ghislain (3-0)

Penalty corner : Watducks 0/1, Beerschot 0/1

Le Beerschot est passé de peu à côté d'une 4e place à cause de deux défaites dans les 3 dernières rencontres, à un but près. Et avec 6 points de moins, les Ours se retrouvent à une fort inconfortable 9e place, eux qui avaient tâté de la finale du championnat il y a deux ans. Le Watducks se trouvait à leur place il n'y a pas plus de trois semaines. De quoi leur faire envie. Seul problème, le Wat' pète le feu, le Bee pas. Pourtant la rencontre débutait à fond pour les deux équipes et allait se montrer équilibrée durant le premier quart-temps. A la deuxième minute, un long tir de Charlet était repoussé par le poteau de Verhoeven : Ghislain reprenait à bout portant sur le gardien du Beerschot qui déviait en long corner. A la 4e minute, premier PC pour le Beerschot, dévié en long. A la 6e minute, nouvelle balle compliquée dans le cercle du Bee, finalement sortie de la mêlée par Creed. Les occasions se multipliaient des 2 côtés, dont une possibilité à la 12e minute pour Sior. A la 15e, double tir de Willems et Ghislain, repoussés. Les deux équipes envoyaient de longues louches vesr l'avant, certaines arrivant dans le cercle et provoquants des situations compliquées à juger. A la 19e minute, ce diable de Ghislain effectuait une feinte qui réjouissait les centaines de spectateurs, mais qui déséquilibrait De Sloover : il s'effondrait et devait sortir quelques minutes plus tard ; il remontera après quelques minutes. Aux 20e et 24e minutes la défense du Wat' devait s'employer, Vandenbroucke devant intervenir. Aux 27e et 30e minutes, Dykmans entrait dans le cercle et décochait un revers qui s'envolait chaque fois au-dessus de la cage. Ala 32e minute, Duvekot allait inquiéter Vandenbroucke. A la 33e, van Marcke envoyaitr un revers qui longeait la ligne de but. Les situations dangereuses se multipliaient de part et d'autre.
La seconde mi-temps débutait avec un pressing du Waterloo Ducks qui se retrouvait à plusieurs reprises dans le cercle du Beerschot. A part une intervention du gant de Vandenbroucke à la 42e, les occasions allaient être pour les joueurs locaux qui obtenaient leur premier pc de la rencontre. Il était repoussé. A la 48e minute, sur une attaque locale, Boccard récupérait la balle dans le cercle et se jouait de la défense locale (1-0). Le plus dur était fait alors que le Bee ne parvenait plus à développer son jeu. A la 58e, Ghislain entrait en possession de la balle en tête de cercle, levait la tête pour évaluer la situation et envoyait un caviar à Wilbers qui se retournait et décochait un tir sec (2-0). Esquelin obtenait une nouvelle balle de but à la 62e, Ghislain tirait à côté à la 64e mais se rattrapait à la 70e quand il recevait une longue balle de l'arrière : il longeait la ligne de tête de cercle et décochait un revers impitoyable (3-0). Le Bee était impuissant et le Watducks passait en quelques semaines de la 8e place à la 2e, avec un hockey patient et efficace.

Le Brax émerge en seconde mi-temps

Antwerp - Braxgata 1-3

Antwerp: Drijver; Rath, Rijkers, Budgeon, Huyghe; N. Van Straaten, Verheijen, Paton; P Van Straaten, De Winter, Igau; Puis Van Baal, Delrue, van Groesen, Patterson et Groen

Braxgata: Walter; Loots, Clement, Luypaert, Van Cleynenbreugel; Walker, T. Biekens, Rossi; Onana, Van Biesen, Bordas; Puis de Voogd, Van Bavel, Van Steerteghem, O. Biekens, De Ridder

Arbitres: MM. T. Bigare et T. Croes

Cartes vertes: 58e Verheijen, 60e Igau, 65e Rijkers

Les buts: 35e Igau (1-0), 43e Luypaert sur pc (1-1), 45e T. Biekens (1-2), 65e Luypaert sur pc (1-3)

Penalty corner: Antwerp 0/3, Braxgata 2/5

L'Antwerp recevait le Brax à Sint-Job-In'tGoor, un match importantissime pour l'école locale. En effet, les joueurs de Glenn Simpson devait s'imposer pour éviter que le fossé qui les sépare des équipes classées devant lui ne grandisse et ne devienne insurmontable. L'Antwerp a l'habitude de bien commencer les rencontres mais s’essoufflent souvent après la mi-temps. Ils ont perdu d'un but le weekend dernier face au Bee alors qu'ils menaient 0-2 à la mi-temps. Pour le Brax, une victoire serait une bonne affaire dans la course au maintien. Le weekend dernier a été contrasté pour les boomois avec un succès contre l'Orée et une défaite à l'Herakles alors qu'ils menaient, comme l'Antwerp, 0-2. "Malheur aux vaincus" comme le disait Brennus!

Le match débutait par un coup dur pour les anversois. Van Baal se blessait lors de l'échauffement et ne pouvait pas jouer la début de rencontre. Le premier fait de match était un pc pour le Brax à la 6e. Mal stoppé, il permettait quand même un tir que Drijver dégageait. Les locaux se portaient à leur tour vers l'attaque et Groen alertait Walter sur une frappe croisée. L'Antwerp poursuivait sa bonne entame et Verheijen initiait un beau mouvement depuis la ligne arrière à la 9e. De Winter recevait la balle, entrait dans le cercle et tirait en revers mais son envoi n'était pas cadré. Les actions étaient rares, le match quelque peu fermé. On pouvait adrmirer un déboulé sur la droite d'Onana stoppé par Verheijen. En fin de premier quart, Antonin Igau se montrait à deux reprises. D'abord sur un tir stoppé par Walter puis sur un débordement sur la droite mais il se heurtait à nouveau au portier allemand.

Le Brax obtenait son second pc du match. Luypaert était derrière la balle mais Igau l'interceptait en premier sorteur. Van Baal montait au jeu durant ce second quart. A la 27e, de Voogd allumait en revers. Son envoi était dévié en long corner et passait au-dessus du but. Clément remontait la balle et accompagnait l'action vers l'avant. Il recevait à nouveau la balle et tirait en revers. Dévié, son envoi passait loin au-dessus du but mais le cameraman sur la tour avait juste le temps de s'abaisser pour éviter de recevoir la balle. Juste avant la mi-temps, les Anversois ouvraient le score sur une action limpide. Une remontée de balle rapide, une passe précise dans le stick et Igau remportait son duel avec Walter. Le hockey est facile quand il est joué de la sorte.

Le Brax remontait sur le terrain en mettant en place un pressing intense. Durant 7 minutes, la domination était stérile car la défense de l'Antwerp annihilait les incursions du Brax. Mais ensuite, en deux minutes, le château de carte anversois s'ecroulait. Le Braxgata obtenait un pc qui redonnait pc pour jeu dangereux de Drijver. Sur ce pc, Luypaert trouvait la faille d'un envoi puissant. Ensuite, Tobias Biekens donnait l'avance au boomois. Il plaçait la balle hors de portée de Drijver. Cela faisait mal à l'Antwerp. Le Brax continuait sa domination. Bordas, à la réception d'une passe en entrée de cercle sur la gauche, tirait vers le but sans cadrer sa reprise. Walker centrait ensuite vers le but. Van Biesen ne pouvait reprendre la balle. Le Brax a renversé la tendance durant le troisième quart.

T. Biekens dribblait dans le cercle et tirait à côté de l'objectif. C'était le premier fait saillant du dernier quart. En face, les locaux n'abdiquaient pas et obtenaient leur premier pc du match. De Winter le tirait sur Walter. Un joueur de l'Antwerp pouvait reprendre au rebond et armait une frappe qui était déviée hors du cadre par la défense du Brax. Les joueurs de l'Antwerp se frustraient suite à une situation qui se répète de semaine en semaine. Ils mènent au score puis voient leur adversaire leur passer devant au marquoir. Verheijen puis Igau écopaient d'un bristol vert. Walker était proche de tuer le suspense de la rencontre quand, à moins de dix minutes du terme, il tirait en revers juste à côté du but de Drijver. En face, la défense du Brax obtenait la faute sur une situation un peu confuse devant le but de Walter. Le Brax obtenait un nouveau pc à la 65e. Luypaert le transformait d'un sleep à la gauche du gardien. De Winter pouvait réduire le score sur pc mais sa tentative redonnait pc. Sur la seconde, Patterson voyait son tir être intercepté par la défense du Brax. Le score n'évoluait plus. Une nouvelle fois, l'Antwerp a mené mais a terminé par perdre. Une situation qui devient une récurrence. Pour le Brax, il s'agit d'un bon succès.

L'Orée n'en finit plus de tomber

Orée - Herakles 2-6

Orée : Thieffry, Beckers, Bellenger, L. Willems, Thiéry, Dohmen, Simar, Curty, M. Branicki, Clement, Domene, puis S. Branicki, Willocx, Masso, Van Nieuwstadt et Labouchère.

Herakles : Timmermans, Weyer, M. Donck, Leclef, De Kerpel, Amorosini, Tarres, Welch, Nepote, Vloeberghs, Delaisse, puis V. Donck, Verdussen, O. Collignon, N. Hertoghe et Devillé.

Arbitres : MM. J. Ciechanowski et M. Dutrieux.

Cartes vertes : 46e M. Branicki et De Kerpel.

Les buts : 7e Weyer sur pc (0-1); 14e Domene sur pc (1-1); 23e Simar (2-1); 29e De Kerpel sur stroke (2-2); 35e De Kerpel sur stroke (2-3); 41e De Kerpel sur pc (2-4); 55e Delaisse (2-5); 60e Welch (2-6).

L'Herakles se présente privé de Keusters, malade, et prend des précautions défensives visibles face à une Orée qui cherche à se remettre en selle. Première incursion pour les Oréens, Curty servi par Domene se heurte à Timmermans. Mais le premier pc de l'Herakles est le bon, Weyer fait mouche après 7 minutes. Encore sept minutes après et c'est la réponse du berger à la bergère : premier pc pour l'Orée et Domene dans le plafond du but (1-1).

L'Orée en veut davantage et croit avoir fait le plus difficile lorsque Simar volleye en un temps une longue balle qui a transpercé la défense lierroise : Timmermans est fusillé. Mais l'Herakles ne s'en laisse pas conter. Delaisse expédie une balle croisée à côté du but et deux minutes plus tard une faute de Willems sur Nepote vaut aux Lierrois un stroke que De Kerpel transforme. Ce n'est que la deuxième incursion lierroise dans le cercle local et il n'en faut pas plus aux joueurs locaux pour s'énerver. Une action Domene-Thiéry se termine sur le pied de... Max Branicki. En vue du repos l'Herakles force quatre pc consécutifs, le dernier se termine sur un pied et De Kerpel marque son second stroke en six minutes (2-3).

Les Oréens remontent bien décidés à renverser le cours des événements, mais ne trouvent pas la solution vis-à-vis du mur défensif lierrois, d'autant que le pc ne rentre pas et s'égare dans des phases mal exécutées. Pire, sur le sixième pc lierrois à la 41e, De Kerpel marque son troisième but de l'après-midi (2-4) à la grande fureur de Coche De Greve.

L'Orée y croit toujours mais ses espoirs sont définitivement douchés lorsque Welch perce à gauche et centre au deuxième montant pour Delaisse (2-5). La fin du match est un calvaire pour les Woluwéens, qui encaissent pour la deuxième fois de suite un 6e but lorsque Hertoghe monte en ligne et sert Welch (2-6). Thieffry sauvera encore un 7e but devant Devillé avant de voir le dernier pc adverse sortir du cercle. Les Oréens sortent du top 4 et doivent d'urgence se reprendre.

L’expérience du Dragons l’emporte face à un Daring tenace

Daring – Dragons 1-2

Daring : Feldheim ; Cicileo, Denis, Legrain, Brunet, Delos ; Vander Gracht, Coelho, Cosyns ; Van Linthoudt, Esmenjaud, Leffler puis Van Droogenbroeck, Jacqmotte, Jacquier, Marque, Delos.

Dragons: Van Doren; Della Torre, Luyten, Geers, Denayer; Putters, Rubbens, Gougnard; van Aubel, Raes, Martinez puis Cobbaert, Crols, Foubert, Lootens, Harte.

Arbitres : MM. L. Dooms et A. Lemmens

Carte verte : 64e Legrain

Les buts : 15e Cicileo sur stroke (1-0), 45e Raes (1-1), 65e Della Torre sur pc (1-2).

Penatly corner : Daring (0/1) et Dragons (1/4)

C’est un Daring remonté à bloc suite aux trois points empochés contre la Gantoise la semaine dernière qui accueille une grande équipe du Dragons qui à scoré jusqu’à 10 goals lors du double week-end passé. Dès l’entame du match, un premier pc est sifflé en faveur du Dragons. Celui-ci est parfaitement géré par les sorteurs et est rapidement dégagé. Notons cette très belle sortie en solo de Simon Gougnard, qui laisse pas moins de 4 joueurs du Daring sur le carreau avant de s’infiltrer jusqu’à la ligne de cercle, afin de servir royalement ses attaquants. Même si la phase ne se conclut pas par un goal, la technique et l’aisance du joueur est saluée par l’ensemble des spectateurs. Un stroke est justement accordé au Daring pour un trop franc coup de stick de Denayer en pleine surface de réparation. Cicileo ne tremble pas une seconde face à Van Doren et donne l’avantage aux siens. Le marquoir indique 15 minutes de jeu, et 1-0.

Alors que les joueurs du Daring jouaient jusque là très prudemment avec de longues possessions de la ligne défensive, cherchant l’ouverture. Dans ce deuxième quart et menant au score, ils se veulent plus entreprenants quelques minutes. Malheureusement pour eux, il faut se rendre à l’évidence, en duel, les joueurs du Dragons sont généralement plus forts. Le jeu se hâte donc un petit peu et commence à se diversifier. Le Dragons, lui, ne semble pas spécialement vouloir encore accélérer le rythme et ne change rien à sa stratégie de match. Il faut bien accorder tout de même, que les tentatives de prises de contrôle du Dragons sont souvent freinées par des coups de sifflets régulièrement en défaveurs de Blancs, à raison ou à tort. Impossible aussi de ne pas remarquer que Felix Denayer ne preste pas son meilleur match de la saison, on l’a déjà connu bien plus précis et plus concentré sur le terrain.

Le Dragons remonte sur le terrain assez rapidement avant même la reprise des échanges et ne semble pas inquiet du score qui pointe toujours en sa défaveur. Bien qu’ils aient décidé d’accélérer le jeu et d’augmenter la pression d’un cran, le Daring réussit encore à inquiéter les lignes défensives du Dragons, notamment avec la tentative de Leffler. On voyait les Blancs très sereins, sur le terrain comme sur le banc, ils l’analysent à la fin de la rencontre, ils savaient qu’ils allaient revenir au score. À la 45ème minute de match, Raes dévie dans les filets de Feldheim un centre venu d’une phase arrêtée dans les 25. C’est donc 1-1. Le 1-2 n’est pas loin du stick de Martinez quelques instants plus tard, lors d’un centre de Cobbaert, mais il lui manque un centimètre.

Le 2ème pc de la rencontre est seulement sifflé lors de ce début de fin de match. L’envoie de Della Torre n’est pas du tout calibré et s’envole deux mètres au-dessus du goal. L’électrocardiogramme du match sursaute faiblement vers la 60ème minute lorsque le Daring est à un poteau de reprendre l’avantage. Le pc obtenu dans la foulée par le Daring ne changera rien au score. Par contre, le pc obtenu par le Dragons quelques instants après aura quant à lui, un impact plus important sur la rencontre et changera la donne. Della Torre calibre bien mieux son essai et inscrit le 1-2 alors qu’il ne reste que 5 minutes au compteur. Comme à son habitude, le Daring sort Feldheim lors des dernières minutes de match afin d’être en surnombre et de revenir au score. La stratégie ne fonctionnera pas. Le score final reste un petit 1-2 suite à un match assez fermé.

Des Rats très efficaces

Racing - Louvain 4-2

Racing : Gucassoff ; Vanwetter, Delavignette, Lambeau, Wegnez; Truyens, Meurmans Lucaccino ; Charlier, Cosyns, de Chaffoy puis Berton, Xavier, Malherbe, H.Delavignette, Cayphas, Cornez-Massant

Louvain : Carr ; Perez-Pla, Madeley, Coolen, Santana; Murray, Harris, Walsh; Lane, Quemada, Maraite puis Van Lembergen, Schoenaers, Soetens, Divorra, Bosmans

Arbitres : MM G.Uyttenhove et T.Hennes

Cartes vertes : 65e Madeley, 65e Cosyns

Les buts : 17e Charlier (1-0), 27e Cayphas (2-0), 32e Quemada (2-1), 39e Cosyns (3-1), 44e Lane (3-2), 52e Cosyns sur pc (4-2)

Penalty corner : Racing 1/5 et Louvain 0/3

Cela devrait être un match serré -un de plus-: un Racing qui renait de ses cendres après sa victoire au Bee et une équipe de Louvain qui a comme caractéristique première de ne jamais rien lâcher et qui est toujours dans le coup après son périlleux week-end passé. Le décor est planté, place au jeu. Coup d’envoi donné par Guillermo Garcia qui a joué pour les deux clubs. Dès l’entame du match Louvain tente de garder la balle sans être fort dangereux. Walsh très présent initie une action dès la 1e Perez-Pla et Madeley organisent la défense des universitaires avec succès. A la 5e Superbe ouverture de Meurmans très actif qui trouve Charlier qui se heurte à Carr. Il y a peu d’occasions mais chaque équipe montre son potentiel en possession. Louvain galvaude un pc à la 10e. Les « Rats » tente de sortir via Meurmans très actif et Tanguy Cosyns qui décroche. Dans ce Q1, les défenses bien en place prennent le pas sur les attaques, d’autant plus qu’il y a quelques déchets dans les relances et ça dans les 2 camps. Louvain pousse en cette fin de Q1 mais sur une phase initiée par Cosyns, Charlier surprend Carr qui avait la vue bouchée d’un tir direct c’est 1-0. Le match qui était fermé commence à se débrider. 19e Gucassoff repousse un beau pc de Lane. La rencontre s’ouvre enfin. 20e Cosyns décidemment omniprésent se heurte à Perez-Pla le stabilisateur de l’arrière garde des visiteurs. Le Racing qui alterne avec bonheur jeu long et jeu court, gêne considérablement les Louvanistes. 29e tir de Meurmans repoussé par Carr. 30e Cayphas reprend une balle repoussée par Carr pour faire 2-0. A chaque relance les milieux de Louvain sont entourés de 2 ou 3 joueurs du Racing ce qui rend leur tâche très délicate. En cette fin de 1e mi-temps, Pau Quemada fait 2-1 sur une balle repoussée suite à un tir de Lane et 2 minutes plus tard il se crée une nouvelle occasion mais rate une difficile reprise sur une balle en profondeur. A la 35e Cosyns ne profite pas d’un pc évitable.

Début de la 2e mi-temps en fanfare pour les locaux : 37e Charlier met Carr à contribution d’un beau tir croisé et une minute plus tard, Cosyns fait 3-1 sur une balle repoussée par Carr suite à un tir de Charlier. La paire Charlier-Cosyns fait très mal aux Louvanistes qui tentent d’inverser la tendance mais se heurtent à une défense Bruxelloise bien en place. 45e tir non cadré de Quemada et 46e Lane isolé fait 3-2 sur un centre lié à une action menée sur l’aile droite. Truyens le revenant se démène dans l’entrejeu et isole 2 fois un attaquant qui n’en profite pas. 51e tir de Cosyns repoussé par Carr et 52e pc converti par l’attaquant du Racing (4-2). Le Racing insiste de Chaffoy inquiète Carr sur un beau tir croisé. Lucaccioni inquiète à son tour Carr. Les Louvanistes tentent le tout pour le tout et le Racing bien organisé reste très dangereux dans ses rapides reconversions. Le match se débride et des espaces se créent mais rien ne viendra changer le score. Victoire méritée d’un bon Racing face à Louvain que l’on a déjà vu plus percutant.