Hockey en salle : suivez en direct la première journée de championnat indoor Messieurs

C’est à la salle Tabora dans le centre de la capitale wallonne, que les huit équipes en compétitions entament les échanges.

Hockey en salle : suivez en direct la première journée de championnat indoor Messieurs
©Belga
Ethel Vandiest

Le White Star, détenteur du titre, reste un favori même si la formation a perdu quelques perles dans ses rangs. Cette saison, les deux clubs à suivre sont sans hésitation le Léopold, fidèle au Top 3, et le Watducks comptant un noyau qui fait rêver. Le Pingouin commence donc sa saison en affrontant les deux des trois principaux favoris au titre, cela risque d’être ardu pour le club Aclot. Un autre match à épingler en cette première journée, est l’affrontement entre l’Amicale Anderlecht et le White Star, rencontre qui a un goût de play-off de la saison dernière.

Mais la compétition indoor sera-t-elle aussi surprenante que le championnat extérieur et aussi intense que le championnat dames débuté hier ?

Suivez-nous en direct et chaque semaine pour le savoir.

Namur – Léopold : La délicatesse des Ucclois l’emporte face à la rudesse de Namur.

Namur : Andre, de Cocqueau, Dieudonne, Lauwers, Navez, Orbant, Pokorny, Vaerman, Willemart

Léopold : Cuvelier, Depauw, Detrez, Henet, Muschs, Poncelet, Simar, Zimmer

Arbitres : MM. T. Roland et M. Pontus

Carte verte : Cuvelier, Zimmer, Willemart

Les buts : Muschs (0-1), André (1-1), Zimmer (1-2), Zimmer (1-3), Willemart (2-3), Orbant (3-3), Simar (3-4), Simar (3-5), Pokorny (4-5), Simar (4-6), Zimmer (4-7), Simar (4-8).

Ce match oppose la finesse de jeu des Ucclois au jeu rude des Namurois. La balle d’entame mène au premier goal de la rencontre, par Muschs (0-1). André revient au score dès la première occasion de Namur (1-1). Le Léo enchaîne les phases de PC, mais Vaerman est impeccable et les interceptent.

Le deuxième quart fait s’emballer le marquoir, on arrive au un 3-4 avec des goals de Zimmer, Willemart, Orbant, Simar et Zimmer. Soulignons le sang froid de Orbant face à un grand Henet.

Même si Pokorny permet au sien de revenir dans la course par une splendide percée, les Namurois ne peuvent rien faire contre le duo Zimmer et Simar qui font preuve d’un travail d’orfèvre à l’attaque. Cuvelier rate le stroke de fin de match qui atterrit droit sur le poteau.

Pingouin – Watducks : Dykmans fait mal au Pingouin

Pingouin : Fernandes, Keusters, Leclef, Leroy, Meire, Mitrotta, Molle, Rousseau, Vandiest

Watducks : Burnotte, Capelle M., Depelsenaire, Dykmans, Hazar, Lemaire, Maraite, Neyts, Petit, Sidler.

Arbitres : MM. F. Haine et T. Bigare

Cartes vertes : Le Clef, Vandiest

Les buts : Dykmans (0-1), Keusters (1-1), Dykmans (1-2), Fernandes (2-2), Capelle (2-3), Lemaire (2-4), Meire (3-4)

Alors que le Pingouin semblait mettre son rythme à la rencontre, c’est le Watducks qui entame le score, via Dykmans son capitaine. Keusters répond presque automatiquement d’un joli but égalisateur, c’est donc 1-1. Le Watducks retrouve ses automatismes mais passe bien trop souvent par le centre offensif occupé par Keusters ou Leclef. Dykmans donne l’avantage au sein par un petit lobe de Mitrotta.

Cette fois-ci c’est Fernandes qui permet au Pingouin de revenir à la marque. Les échanges sont assez équilibrés et les occasions viennent des deux côtés. Mitrotta se retrouve plusieurs fois au sol le long des bommes afin de bloquer les offensives adverses. Il faudra éviter de se faire coincer de la sorte pour tromper le portier du Pingouin. C’est bien ce que les verts comprennent en inscrivant le troisième but du bord de cercle.

L’égalisation est proche du stick de Leroy, mais le stick est trop court. Les deux équipes semblent en manque d’inspiration lors de troisième quart temps, rien ne rentre. Même pas les quelques pc que provoquent les Nivellois.

Le Pingouin se rend compte qu’il ne reste que 10 minutes pour revenir au score. Ils poussent donc et pressent encore plus haut. Même si la méthode permet de se créer des occasions, elle affaiblit également la défense et laisse des espaces entre les lignes, ce qui permet à Lemaire de marquer le quatrième goal des Waterlootois, c’est 2-4. Les joueurs du Pingouin se voient réduire à 3 joueurs de champ, mais sans conséquences. Il reste 60 secondes au compteur, et Meire permet au Pingouin de revenir à 3-4. Cela sera cependant trop court, pour permettre d’arracher un point en ce premier match.

Léopold – Pingouin : Le Léo l’emporte face à un courageux Pingouin

Léopold : Cuvelier, Depauw, Detrez, Henet, Muschs, Poncelet, Simar, Zimmer

Pingouin : Fernandes, Keusters, Leclef, Leroy, Meire, Mitrotta, Molle, Rousseau, Vandiest

Arbitres : MM. M. Pontus et T. Roland

Carte verte : Cuvelier, Keusters

Carte jaune : Mitrotta

Les buts : Simar (1-0), Simar (2-0), Zimmer (3-0)

A peine digéré le premier affrontement, le Pingouin remonte déjà sur le terrain pour affronter un autre gros morceau. On soulignera le sauvetage sur la ligne de Leclef, son gardien étant lobé par Simar. Les occasions n’allant que dans un sens en ce début de match, on remarque que le Pingouin tient bon face aux assauts. Après plusieurs tentatives, Simar parvient tout de même à tromper Mitrotta et inscrit le premier but. Coup dur pour le Pingouin, Mitrotta, le gardien se fait sortir sur carte jaune, pour avoir toucher la balle hors cercle. Triple peine, plus de gardien, pc sifflé, converti par Simar, c’est 2-0.

Les automatismes sont déjà présents au Léo, alors que les idées sont bonnes au Pingouin mais n’arrivent rarement jusqu’au bout de l’action. Les déchets s’accumulent ainsi que les imprécisions. Muschs voit son tir se confronter au poteau. Cuvelier est à un gant d’aggraver le score, il obtient un pc. Celui-ci est tiré en plein dans le visage de Leclef qui porte heureusement un casque. Il est tout de même sonné. C’est malheureusement stroke. Mais Mitrotta contre l’essai de Zimmer par son stick. Le Pingouin subit mais résiste.

Le Léopold semble moins affuté que face à Namur en matinée, pour preuve les deux pc non concrétisés en début de mi-temps, et le nombre bien moins impressionnant de réelles occasions au goal. Le Pingouin accélère le rythme et le niveau de pression en cette mi-temps. C’est pourtant Zimmer qui fera trembler les filets. Le score affiche 3-0 avant la fin de ce 3ème quart.

Les dix dernières minutes démarrent avec autant d’intensité que le match. Le Léo obtient un PC mais celui-ci est intercepté par Mitrotta. Simar ne cadre pas ces dernières tentatives. Le score restera inchangé.

Watducks – Namur : Un 6 sur 6 pour le Watducks

Watducks : Burnotte, Capelle M., Depelsenaire, Dykmans, Hazar, Lemaire, Maraite, Neyts, Petit, Sidler.

Namur : Andre, de Cocqueau, Dieudonne, Joye, Lauwers, Navez, Orbant, Pokorny, Vaerman, Willemart

Arbitres : MM. T. Bigare et F. Haine

Carte verte : Pokorny, Maraite, Navez

Les buts : Pokorny (0-1), Neyts (1-1), Maraite (2-1), Dykmans (3-1), André (3-2), Maraite (4-2), Joye (4-3), Maraite (5-3), Dykmans (6-3)

Namur commence fort en inscrivant le premier but de la rencontre, Pokorny oublié en bord de cercle a le temps de placer une lucarne gauche dans le goal du portier waterlotois. Piqué au vif, le Watducks se réveille de suite et enchaîne par Neyts, Maraite et ensuite Dykmans pour parvenir à un score de 3-1 avant la fin des dix premières minutes. André réduit le score juste avant le premier triple coup de sifflet.

Les échanges sont musclés. Namur à domicile est porté par ses supporters, mais doit faire attention à ne pas se laisser emporter sur le terrain. Pokorny prend une carte verte suite à une réflexion inutile envers l’arbitrage. Bien que Maraite ait creusé l’écart, André et Joye, absents ce matin, permettent aux Namurois de réduire le score. C’est maintenant 4-3. Mais ensuite 5-3, via Dykmans.

Les deux formations enchaînent les phases d’un côté du terrain et ensuite de l’autre. Sans toutefois arriver au cercle adverse. Même sur la phase de pc sifflée pour le Watducks, le score ne se débloquera pas. Aucun goal n’est marqué durant ces 10 minutes, la fatigue se ressent dans les deux groupes.

Le dernier quart sera plus fourni en goal que le précédent, via une phase engageant l’ensemble des joueurs du Wadu, conclue par Dykmans et son troisième goal de la rencontre. Les automatismes commencent à s’activer au sein des deux formations, les partenaires se trouvent de plus en plus facilement. Vaerman est irréprochable sur pc et empêche encore que le score ne s’envole pour un Wadu très offensif en cette fin de rencontre.

Amicale Anderlecht – White Star : Juste partage entre Anderlecht et le White Star

Amicale Anderlecht : Antoine, Colemarts, Conreur, De Sousa Ventosa, Delos, Faille, Michiels, Noé, Patterson, Scheer, Sior, Van Cangh

White Star : Aerts, Bigaré, Brocorens, Devreker, Dykmans, Flipse, Gucassoff, Hermans, Moretto, Van Bogaert

Arbitres : MM. N. Stenier et L. Dooms

Carte verte : Michiels, De Sousa Ventosa, De Sousa Vantousa

Carte jaune : /

Les buts : Bigaré (0-1), Bigaré (0-2), Patterson (1-2), Patterson (2-2), Dykmans (2-3), Patterson (3-3)

Le round d’observation a tendance à durer entre les deux équipes complétant le top 4 lors de la dernière saison. Rappelons que c’est le White Star qui est détenteur du titre. Pas encore de réelles occasions dans ce premier quart. Deux occasions, une de chaque côté, les gardiens sont attentifs et s’interposent efficacement.

Le marquoir se débloque enfin via Bigaré qui suite à une construction en équipe parvient à tromper le portier anderlechtois, c’est 0-1. Il n’est pas loin d’inscrire le deuxième but de la rencontre, mais obtient un pc. Un second pc est accordé suite à ce premier, et c’est Bigaré qui conclut celui-ci par son deuxième but du jour, en effet, la balle revient sur lui, donneur de la phase, et fait trembler les filets.

Anderlecht revient dans les débats, en inscrivant un but sur pc. C’est Patterson qui inscrit directement son tir. Le White Star obtient un stroke, que Bigaré ne transformera pas, la guêtre de Van Cangh s’interposant. Le match commence à s’accélérer. Patterson remet le couvert sur PC, Anderlecht revient au score.

Tout se jouera dans ce dernier quart, les joueurs le savent. Les occasions sont plus nombreuses, les tentatives plus franches. Dykmans permet au White Star de conclure cette remontada, en passant enfin devant son adversaire, c’est 2-3. Mais c’est sans compter sur Patterson, inarrêtable sur PC, voici qu’il inscrit son triplé. Un stroke est sifflé pour le White Star sur le coup de sifflet final, mais l'essai de Bigaré s’écrase sur le poteau.

Gantoise – Orée : L’expérience de l’Orée l’emporte

Gantoise : Crelers, De Paepe, Domagi, Hellin, Lauwers, Leitar, Molenaar, Rogge

Orée : Branicki, Havaux, Labouchere, Neven, Perez G., Perez R., Robbrecht, Thiéry, Van Nieuwstadt

Arbitres : MM. T. Dagnelie et V. Michotte

Carte verte : Perez G.

Les buts : Robbrecht (0-1), Perez G. (0-2), Perez G. (0-3), Molenaar ( 1-3)

C’est une équipe extrêmement jeune, restreinte (seulement 8 joueurs) et inhabituelle qu’aligne la Gantoise en cette première journée de championnat. Le groupe de l’Orée est également jeune, mais le noyau est plus connu. C’est sur pc que Robbrecht entame le compteur, c’est 0-1, le gardien ne pouvant rien faire.

La jeunesse du groupe fait certainement que les joueurs de la Gantoise se lancent bien souvent seul à l’assaut du cercle, sans véritables constructions en équipe. Là où l’Orée suit les consignes de son coach et s’applique à construire le plus possible. Il y a cependant peu d’occasions directes et franches. Gaëtan Perez parvient à s’insérer dans le cercle et à fixer le gardien, c’est donc 0-2 au marquoir juste avant la mi-temps.

La construction de l’Orée se confronte à un De Paepe très en forme dans les cages de la Gantoise. Quand ils la possèdent, les jeunes joueurs gantois continuent à trop porter la balle et ne la donnent pas assez vite, c’est fatal contre, notamment, la défense d’un Dorian Thiéry. Cependant, l’Orée ne parvient pas à creuser le score et pourrait se faire peur en continuant de la sorte. En effet, leur adversaire se mettent souvent à trois pour perturber le porteur de balle ce qui freine logiquement leur avancée.

Ce dernier quart voit l’équipe de la Gantoise construire un peu plus, mais se cassant toujours les dents contre l’expérience de l’Orée. Perez inscrit son deuxième but du match, ce qui monte la sentence à un logique 0-3 pour l’Orée. Que Molenaar réduit à 1-3 en toute fin de rencontre.

White Star – Gantoise : Le White Star se fait peur mais l’emporte

White Star : Aerts, Bigaré, Brocorens, Devreker, Dykmans, Flipse, Gucassoff, Hermans, Moretto, Van Bogaert

Gantoise : Crelers, De Paepe, Domagi, Hellin, Lauwers, Leitar, Molenaar, Rogge.

Arbitres : MM. L. Dooms et N. Stenier

Carte verte : Van Bogaert

Carte jaune : Moretto

Les buts : Hellin (0-1), Hermans (1-1), Van Bogaert (2-1), Bigaré (3-1)

Le White Star est présent dès l’entame de la rencontre, la volonté est de tuer le match et de ne pas se faire rattraper comme face à Anderlecht. Les premières occasions sont bruxelloises, mais la Gantoise obtient le premier PC de la rencontre. Le score reste pourtant toujours vierge. L’avantage de jouer avec une jeune équipe ? Ils ont de l’énergie à revendre. Bien que peu capables d’imposer leur jeu par une structure, c’est bien eux qui entament le score. Via une course effrénée les Gantois arrivent en surnombre dans le cercle adverse et trompe le portier, c’est 0-1.

Après une interruption erronée du jeu, Hermans permet au sien de revenir au score, se présentant face au gardien et vise entre les guêtres de celui-ci. Le White Star obtient un stroke, suite à une contre-attaque, la balle est sauvée du but par un défenseur alors que la balle sautille. Certains voient cette balle passer la ligne avant le coup de sifflet, mais pas les arbitres. Le stroke n’est pas transformé, ni l’occasion de la Gantoise qui arrive juste dans la foulée. Les échanges s’accélèrent, voire s’emballent, sans plus trop de tactique et de méthode. Un second stroke est sifflé pour le White Star, cette fois-ci c’est le poteau qui arrête la tentative. Cette mi-temps est remplie.

Le White Star commence à sérieusement se faire peur, et devient plus dure dans les échanges, ce qui ne penche pas en leur faveur. Ils concèdent des fautes, dont des pc. Pour le moment cela ne s’avère pas pénalisant, mais il ne faudrait pas continuer comme cela. Le groupe de Kina, bien que ne disposant que de deux changements sur le banc, semble disposer d’un troisième poumon collectif tant ils ne cessent de courir. Van Bogaert donne une bouffée d’air à son groupe en inscrivant le but permettant au White Star de reprendre le dessus.

Durant ces dix dernières minutes, le White Star enchaîne les tentatives et les pc. A force cela rentre. Moretto qui suit l’action jusqu’au bout, inscrit le 3-1. Brocorens sauve son équipe à plusieurs reprises, surtout en fin de rencontre. Tirons tout de même notre chapeau à ce jeune groupe gantois qui débarque dans la cour des grands et qui pourra, si on leur laisse leur chance, bien évoluer cette saison.

Orée – Amicale Anderlecht : Un partage disputé jusqu'au bout

Orée : Branicki, Havaux, Labouchere, Neven, Perez G., Perez R., Robbrecht, Thiéry, Van Nieuwstadt

Amicale Anderlecht : Antoine, Colemarts, Conreur, De Sousa Ventosa, Delos, Faille, Michiels, Noé, Patterson, Scheer, Sior, Van Cangh

Arbitres : MM. V. Michotte et T. Dagnelie

Carte verte : Branicki

Les buts : Robbrecht (1-0), Perez G. (2-0), Robbrecht (3-0), Patterson (3-1), Sior (2-3), Antoine (3-3), Branicki (4-3), Patterson (4-4)

La dernière rencontre du jour oppose l’Orée et l’Amicale Anderlecht. Les premiers se sont montrés très constructifs face à la Gantoise mais parfois peu soudé. L’Amicale n’ayant pour l’instant remporté qu’un point ne veut pas se contenter de si peu. Cela promet un match engageant. Et c’est le cas, Robbrecht parti en solo, inscrit le premier but de la rencontre, c’est 1-0. Quelques instants plus tard, les arbitres doivent rappeler à l’ordre le banc d’Anderlecht, suite à plusieurs remarques venant du T1. Les échanges sont tendus et brouillons. Il n’y a que quand une équipe décide de repasser par l’arrière afin de véritablement construire que cela mène à quelque chose, comme lors du deuxième goal, où en repassant par Thiéry, celui-ci parvient à servir Perez qui ne perd pas son sang froid face au porteur anderlechtois et inscrit le 2-0.

L’Orée obtient un pc que Robbrecht convertit, c’est donc déjà 3-0 en ce début de deuxième quart. Anderlecht pénètre enfin dans le cercle de son adversaire, mais ne s’applique pas sur ses finitions. Patterson sur pc, rime décidément avec sleep marqué. C’est 3-1. Sior et Antoine permettent de revenir au score juste avant la mi-temps, c’est donc 2-3 et 3-3 coup sur coup.

L’Orée s’est donc fait reprendre au score un moins de 10 minutes, mais Anderlecht est coutumier du fait, pour preuve la rencontre face au White Star. L’Orée obtient un stroke, que Branicki transforme, c’est 4-3.

L’Orée doit absolument tenir ce score pour les dix dernières minutes. Ce que les hommes de Garreta refusent évidemment. Patterson, pour une fois en phase de jeu, revient au score, c’est 4-4. Les échanges avec les arbitres, les demandes d’explications se multiplient, les quatre dernières minutes se jouent à 200% . L’Orée obtient un pc durant les dernières secondes de match, mais le score ne changera finalement pas .