Deuxième journée de championnat de Hockey en salle Messieurs: le White Star efficace, l'énergie de la Gantoise impressionne

Suivez notre direct match après match.

Deuxième journée de championnat de Hockey en salle Messieurs: le White Star efficace, l'énergie de la Gantoise impressionne
©Belga
Ethel Vandiest

Les rencontres du jour se passent aujourd’hui à la Salle Erasme à Anderlecht. La première partie de journée, ce sont les équipes de l’Orée, du Pingouin, du White Star et de Namur qui s’opposent. La deuxième partie de la journée laissera place aux équipes de la Gantoise, du Léopold, d’Amicale Anderlecht et du Watducks. Il s’agira d’un test pour le groupe de Gaby Garreta qui devra enchaîner ses deux rencontres, mais à domicile.

Les groupes du jour ne seront pas encore au grand complet, mais déjà regarnis de plusieurs joueurs qui avaient souhaité prendre un peu de vacances entre les deux championnats.

Suivez notre direct match après match.

Le programme du jour :

Orée – Pingouin : (3-2) L’Orée arrache la victoire au Pingouin.

Orée : Beckers, Bogaerts, Branicki, Havaux, Neven, Perez G., Perez R., Robbrecht, Thiéry, Van Nieuwstadt

Pingouin : Beirnaert, Fernandez, Lemaire, Leroy, Meire, Mitrotta, Molle, Vandiest, Verdussen

Arbitres : MM. N. Stenier et T. Bigare

Carte verte : Meire

Les buts : Beirnaert (0-1), Van Nieuwstadt (1-1), Van Nieuwstadt (2-1), Vandiest (2-2), Branicki (3-2)

La première rencontre du jour oppose donc une équipe du Pingouin pas encore au complet et une équipe de l’Orée qui souhaite continuer sur sa belle lancée de la semaine passée. Une particularité est que Pol Gantois, nouveau coach de la Blue Army est un ancien coach du Pingouin, il connaît donc bien la formation adverse du jour.

La rencontre commence vite et fort. L’Orée obtenant un premier pc, belle sortie de Mitrotta qui intercepte l’essai très vite. Les deux capitaines s’entrechoquent, Perez est à terre, Vandiest reste debout, cela démontre l’intensité des échanges. La première occasion nivelloise vient de Fernandez, que Perez, Remy cette fois, dévie du stick. La particularité du jeu aclot est que le gardien fait partie entière de la défense, il sort rapidement ce qui permet une reconversion rapide. C’est sur ce type de phase que le Pingouin entame le marquoir, Meire centre sur Beirnaert qui plonge afin de la dévier dans les filets. Le deuxième pc de l’Orée est également intercepté par Mitrotta, mais le rebond parvient au donneur, la défense reste présente et éloigne le danger.

Le deuxième quart reprend de la même manière, l’Orée obtient un pc, Mitrotta est encore sur le coup, c’est du stick et du bras qu’il s’oppose cette fois-ci. Les deux jeunes attaquants Meire et Leroy se confrontent à Perez, mais sans succès, Thiéry et Beckers fort présents ne leur permettant pas de placer leurs tentatives. Les arbitres rappellent à l’ordre les deux bancs et appuient leur coup de sifflet. Un nouveau pc est accordé à l’Orée suite à un échange jugé trop rude entre les deux capitaines. Cette fois Van Nieuwstadt réussit à tromper le portier du Pingouin c’est 1-1. Quelques instants plus tard, les Nivellois réclament un stroke qui n’est pas donné. Ils sortent de leur match en cette fin de mi-temps et la sanction est immédiate. Van Nieuwstadt se retrouve seul bord de cercle et trompe encore une fois trembler les filets, l’Orée passe devant pour la première fois du match, c’est 2-1.

La consigne du coach de l’Orée est d’être patient, celle du capitaine du Pingouin est de se reconcentrer sur le match et d’obtenir des pcs. Le Pingouin concède encore un pc dans ce match, qui donne lieu à un second essai. La tentative de Havaux fait retentir le poteau. Le score reste inchangé. Bien que ce quart fût plus posé, il n’aura pas été témoin de beaucoup d'occasions, beaucoup de pertes de balles du côté du Pingouin et peu d’efficacité du côté de l’Orée.

Le premier pc du Pingouin arrive enfin, après un coup de stick volontaire sur Meire. Le calage n’est pas optimal, mais Meire a la lucidité d’esprit de passer à Vandiest plutôt que de tenter sa chance, Vandiest converti, c’est 2-2. Sur une belle phase offensive du Pingouin, les locataires de la Dodaine donnent tout dans l’échange, jusqu’à perdre leur chaussure, cela n’empêche pas Beirnaert de continuer à jouer. Le 3-2 tombe par Branicki sur une phase litigieuse, la balle étant jouée alors qu’elle était encore en l’air. Les arbitres, après concertation, décident de tout de même accorder le goal. En fin de rencontre, le Pingouin se voit réduire à 4 joueurs de champ. Le score n'évoluera plus. L'Orée arrache la victoire au Pingouin.

White Star – Namur : (7-2) Le White Star assomme Namur

White Star : Aerts, Bigaré, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert

Namur : Andre, Daussogne, De Cocqueau, Dieudonne, Joye, Lauwers, Orbant, Vaerman, Willemart

Arbitres : MM. V. Michotte et F. Haine

Cartes vertes : Willemart, Aerts, Daussogne

Carte jaune : Joye

Les buts : Dykmans (1-0), Hermans (2-0), Bigaré (3-0), Dykmans (4-0), Willemart (4-1), Van Bogaert (5-1), Willemart (5-2), Dykmans (6-2), Van Bogaert (7-2)

Le match a débuté depuis 72 secondes et Dykmans a déjà fait vibrer les filets, il trompe Vaerman après un face à face rapproché, c’est 1-0 pour le White Star. Dans la foulée deux pc sont accordés au White Star, Hermans convertit le second nous en somme à 2-0. Les Namurois n’ont presque pas le temps de tenter une construction que le 3ème but tombe déjà par Bigaré. Namur parvient peu à peu à sortir de son camp, mais sans arriver à devenir dangereux pour son adversaire.

Le quatrième goal ne viendra pas directement sur phase de pc mais sur sa suite, Dykmans attend calmement que la balle soit jouable pour effacer Vaerman. Sur une contre-attaque, Destrée et Willemart se retrouve seul face au portier bruxellois. C’est finalement Willemart qui la met au fond du but, le marquoir indique 4-1, mais uniquement pour un instant, en effet sur une phase de pc, Van Bogaert creuse de nouveau l’écart, nous en sommes à 5-1.

Namur se veut plus offensif dans cette reprise de match, mais face à un Brocorens en forme, c’est fort compliqué. Le White Star obtient un pc, que Willemart sauve sur la ligne. Le premier pc obtenu pour Namur est suite à un violent accrochage de Brocorens sur Orbant, après concertation arbitrale celui-ci est finalement changé en stroke. Willemart fait d’abord raisonner le poteau, mais la balle rentre, c’est donc 5-2. Namur est réduit à 4 joueurs de champ durant 60 secondes. Le coach du White demande à son groupe de rester serein et de ne pas tomber dans le jeu namurois. Les escargots devront s’habituer à jouer en comité réduit, Joye hérite d’une carte jaune pour avoir volontairement jouer le pied de l’adversaire alors que celui-ci se replaçait.

Namur en aura sauvé des pcs durant cette rencontre, un de plus en ce début de dernier quart. Mais Dykmans et les autres attaquants ne laissent pas de répit à leur adversaire. C’est 6-2 via Dykmans. Le White est réduit à 4 joueurs de jeu et Namur décide de passer à 6 joueurs de champ en sortant Vaerman. Bien que la méthode semble donner une supériorité aux hommes de Mathias Vandebroeck pendant quelques instants, Van Bogaert aggrave la marque à 7-2.

Namur – Orée : (4-9) L'Orée enfonce le clou, mais encaisse beaucoup

Namur : Andre, Daussogne, De Cocqueau, Dieudonne, Joye, Lauwers, Orbant, Vaerman, Willemart

Orée : Becker, Bogaerts, Branicki, Havaux, Neven, Perez G., Perez R., Robbrecht, Thiéry, Van Nieuwstadt

Arbitres : MM. T. Bigare et N. Stenier

Cartes vertes : Thiery, Dieudonné

Carte jaune : Dieudonné

Les buts : Neven (0-1), Perez G. (0-2), Branicki (0-3), André (1-3), Robbrecht (1-4), Branicki (1-5), Robbrecht (1-6), Joye (2-6), Havaux (2-7), Van Nieuwstadt (2-8), Lauwers (3-8), Orbant (4-8), Perez G. (4-9)

C’est Namur qui s’approche en premier des cages adverses, sans véritable succès. Ce sont les joueurs de l’Orée qui obtiennent le premier pc de la rencontre, le calage ne permet pas à la phase de se jouer. L’Orée laisse Namur jouer sur sa ligne défensive et attend le moment opportun pour agir. Au bout de 6 minutes de jeu, c’est Neven qui débloque le score (0-1). Perez double la marque 30 secondes plus tard, 0-2. Dans la foulée, une phase de pc est obtenue pour les bleus, c’est Branicki qui le convertit, nous en sommes à 3-0. Le scénario se rejoue pour Namur ; être mené par trois buts en premier quart.

Une carte verte est attribuée à Thiéry, le groupe réduit laisse plus de place aux Namurois qui inscrivent leur premier but, via André. L’Orée décide de riposter, après plusieurs duels, ceux-ci tournent en faveur de Robbrecht qui inscrit le quatrième goal. Namur construit mieux et se confronte à R. Perez plusieurs fois, mais ne sont pas efficaces lors de ces tentatives. Alors qu’en face, les hommes de Pol Gantois sont d’un réalisme fatal, c’est déjà 1-5 via Branicki qui récupère la balle en bord de cercle. Namur, tout comme son précédent match, sort de son match et se laisse emporter, après les rappels à l’ordre, ce sont logiquement les premières cartes qui tombent.

L’Orée mène au score, plus que lors de leur rencontre avec Anderlecht, semaine dernière, mais le groupe semble retomber dans les mêmes travers. Ils se relâchent, laissent de plus en plus l’adversaire progresser, abandonnent leur gardien. Le scénario de se faire rattraper au score ne se représentera certainement pas, surtout que Robbrecht monte le score à 1-6, cependant le relâchement est visible. Joye en profite pour inscrire le deuxième goal namurois, 2-6. Pour le septième but de l’Orée, c’est bien simple, l’ensemble des joueurs de champ y sont allés de leur tentative, c’est finalement Havaux qui achève Vaerman, le gardien ayant repoussé au moins cinq tentatives franches.

Dieudonné déjà averti en première partie de match, se fait sanctionner d’une seconde verte pour rouspétance, que l’arbitre convertit en jaune. Le dernier quart verra encore 4 buts, tout d’abord un but de Van Nieuwstadt, ensuite Lauwers, ensuite Orbant, suivi par Perez. Le score final est donc de 4-9. L’Orée décroche les trois points, mais se fait remonter en fin de rencontre.

Pingouin – White Star : (0-3) L'efficacité du White Star frappe encore.

Pingouin : Beirnaert, Fernandez, Lemaire, Leroy, Meire, Mitrotta, Molle, Vandiest, Verdussen

White Star : Aerts, Bigaré, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert

Arbitres : MM. V. Michotte et F. Haine

Carte verte : Hermans

Carte jaune :

Les buts : Hermans (0-1), Hermans (0-2), Bigaré (0-3)

Le Pingouin n’a encore engrangé aucun point dans ce championnat, les défaites ne sont jamais très sévères, mais elles sont présentes. Cette quatrième rencontre face au White Star est la possibilité pour eux d’engranger les premiers points. Sauf que cette rencontre se joue face au champion en titre, cela s’annonce donc ardu.

Les échanges sont assez équilibrés bien que le groupe du White Star construit, là où le Pingouin a tendance à se jeter. C’est à l’usure que deux attaquants obtiennent le premier pc en piégeant un défenseur nivellois le long de sa ligne de fond, il est forcé de commettre la faute. Hermans ne tergiverse pas et transforme l’essai par un sleep dans le plafond (0-1).

Le White Star impose son rythme dans ce deuxième quart, le Pingouin ne parvient pas à sortir et subit son adversaire. Deuxième pc, Hermans remet le couvert, la même phase et trompe pour la deuxième fois Mitrotta (0-2). Beirnaert et Meire parviennent parfois jusqu’au cercle adverse mais sont stoppés par le bloc défensif et par Brocorens. Le Pingouin ne peut se contenter que de contre-attaques, il est compliqué de construire dans ces sprints. Sur l’une de celle-ci, le Pingouin obtient un stroke, sur l’essai Brocorens concède un second stroke, Vandiest ne parviendra pas à convertir ces deux tentatives. Le score reste à (0-2).

Le goal de Bigaré à l’entame de cette mi-temps est l’un des plus spectaculaires du championnat et le restera longtemps. Il est placé sur la ligne de fond du Pingouin à l’extrême droite du gardien, il reçoit une passe directe et réussi à la dévier en un temps dans le goal en lobant Mitrotta, sous un angle impossible. Le but est proche d’être annulé mais finalement sera accordé. C’est donc trois buts pour le White Star. C’est bien la White Star qui continue à dominer les échanges. Le troisième pc bruxellois de la rencontre est sifflé sur la limite de temps. Il est intercepté d’abord par Mitrotta et ensuite est dégagé par Vandiest.

Le reste de la rencontre ne changera pas de physionomie, le White Star ne laisse rien à son adversaire, aucune occasion de construire. Ils ne parviennent cependant pas à enterrer le match comme face à Namur, la résistance étant plus forte. Le Pingouin obtient un premier pc alors qu’il reste trois minutes, le donneur ne donne pas assez de puissance à son envoi. Le deuxième pc obtenu par le Pingouin ne sera non plus pas dangereux.

Gantoise – Léopold : (3-5) Les jeunes gantois ne font pas encore le poids

Gantoise : Cefko, Crelers, De Paepe, Deplus, Hellin, Lauwers, Leitar, Molenaar, Rogge, Vandenbossche, Waller

Léopold : Cuvelier, Degroote, Depauw, Detrez, Forgues, Henet, Moreno, Poncelet, Simar, Zimmer.

Arbitres : MM. T. Dagnelie et T. Roland

Carte verte : Hellin,

Carte jaune : Zimmer

Les buts : Degroote (0-1), Simar (0-2), Zimmer (0-3), Lauwers (1-3), Degroote (1-4), Cuvelier (1-5), Hellin (2-5), Lauwers (3-5)

Déjà un premier pc dans la rencontre mais Simar ne la calibre pas correctement. Le deuxième pc est obtenu quelques secondes plus tard, Simar passe à Degroote, celui-ci inscrit le premier but (1-0). Le Léopold ne quitte pas le cercle adverse, et y va de ses tentatives. La Gantoise aligne le même jeune groupe que la semaine passée, un groupe qui court beaucoup mais qui porte trop la balle. Le deuxième goal tombe également par pc, Simar calibre correctement son essai. Suite à une belle construction en équipe, Zimmer se présente face au gardien gantois et inscrit le premier but de champ de la rencontre, c’est 0-3.

La Gantoise est réduite à 5 joueurs durant 60 secondes en début de deuxième quart. Ce quart verra également le premier but gantois, Lauwers fait se coucher le gardien ce qui lui permet de placer son envoi idéalement, c’est 1-3. Au nombre de tentatives, c’est bien la Gantoise qui prend le lead de ce quart, même si c’est toujours le Léo qui est à la manœuvre. Degroote, encore sur pc, monte la marque à 1-4.

Le Léo souhaite mettre du rythme dans cette rencontre. Il enchaîne trois phases de pc mais n’en marque aucune. Les aller-retours d’un côté et de l’autre de la salle se font plus nombreux, la Gantoise se confronte enfin aux guêtres bruxelloises mais sans succès. Cuvelier, présent sur un rebond peut calmement placer le 5ème but du Léo. Pour conclure ce troisième quart, la Gantoise obtient un pc suite à un coude trop sorti du défenseur adverse, Hellin traduit cet essai par le deuxième goal de son équipe, 2-5.

L’énergie du groupe gantois impressionne encore, bien que la construction ne soit pas présente. Ils ne semblent nullement éprouvés par l’effort, ce qui permet à ceux-ci d’obtenir encore un pc et à Lauwers de le transformer, c’est 3-5, il reste 5 minutes. Le Léopold finira sa rencontre à 4 joueurs de champ, Zimmer étant exclu par une carte jaune.

Amicale Anderlecht – Watducks : (1-4) Autant de cartes jaunes que de buts pour le Watducks

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud'hui, Conreur, De Sousa Ventosa, Delos, Faille, Gryspeerdt, Michiels, Patterson, Scheer, Sior

Watducks : Capelle L., Capelle M., Dumont, Dykmans, Esquelin, Hazar, Lemaire, Neyts, Sidler, Van Strydonck

Arbitres : Mme M. Sergeant et M L. Dooms

Cartes vertes : Neyts, Sior

Cartes jaunes : Dumont, Esquelin, Neyts, Dykmans, Patterson

Les buts : Capelle L. (0-1), De Sousa (1-1), Van Strydonck (1-2), Dumont (1-3), Esquelin (1-4)

Le groupe du Watducks est fortement remanié depuis la semaine dernière, difficile de dire avant l’entame de la rencontre qui est le favori. Les échanges sont vifs et rapides. Alors qu’ils sont réduits par une carte verte, le Watducks obtient son premier pc. Il n’est pas converti au premier essai, mais bien après avoir maîtrisé le rebond. C’est L. Capelle qui le dépose dans la lucarne. Après Neyts, c’est Dumont qui est sorti 2 minutes.

Les cartes continuent à tomber, c’est Anderlecht qui est réduit durant 60 secondes. Anderlecht ne parvient pas encore a franchement explorer la partie adverse du terrain. Ils se confrontent à une solide ligne défensive. Ligne réduite durant 2minutes, encore une carte jaune pour les Waterlootois. Il y a donc plus de cartes distribuées que de goal inscrit dans cette mi-temps. De Sousa s’approche dangereusement du cercle, mais son centre n’atteint aucun destinataire, tout comme la déviation de Faille. Dykmans réussit à se faufiler dans le cercle et à provoquer un pc pour les siens. Celui-ci n’est donné sur aucun joueur. Un dernier pc est sifflé avant la mi-temps, l’essai waterlootois est stoppé par les guêtres bruxelloises.

Un stroke est accordé sur la balle de reprise de mi-temps, le gardien waterlootois fauche l’attaquant bruxellois, mais après un aparté entre arbitres, la décision est revue et le stroke annulé. Est-ce la frustration liée au fait de ne pas mener plus largement au score, ou l’atmosphère du jour, aucune idée, mais la troisième carte jaune est brandie contre le Watducks. Au bout d’un sprint remontant l’ensemble du terrain, balle au stick Dykmans voit son tir stoppé. On se retrouve déjà de l’autre côté du terrain, et De Sousa quant à lui, voit sa tentative finir au fond des filets. Anderlecht enchaîne de belles constructions en un temps, mais ne parvient pas à faire basculer le match. C’est même le Watducks qui reprend les reines avec un joli tir entre les jambes venant de Van Strydonck.

Déjà 4 cartes jaunes du côtés waterlotois, la prochaine, sera donc accompagnée de 5 minutes d’exclusion. Mais pour l’instant c’est le compteur des buts qui est titillé, par Dumont, pour le 3ème but des brabançons. Anderlecht commence quelque peu à subir les assauts des Blancs. Même si sur la fin, la précision laisse à désirer. Comme souvent aujourd’hui une phase de pc sera sifflée pour conclure le match, Esquelin transforme la dernière balle de match, c’est 1-4, score final.

Léopold – Amicale Anderlecht : (2-6) Match sous haute tension

Léopold : Cuvelier, Degroote, Depauw, Detrez, Forgues, Henet, Moreno, Poncelet, Simar, Zimmer.

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud'hui, Conreur, De Sousa Ventosa, Delos, Faille, Gryspeerdt, Michiels, Patterson, Scheer, Sior

Arbitres : MM. T. Roland et T. Dagnelie

Carte verte : Antoine

Carte jaune : Zimmer, Zimmer, Antoine

Les buts : Patterson (0-1), Scheer (0-2), Patterson (0-3), Simar (1-3), Sior (1-4), Patterson (1-5), Degroote (2-5), Antoine (2-6)

Le derby bruxellois démarre avec quelque peu d’avance, les joueurs voulant tout de suite entamer l’affrontement. Cette affiche s’est déjà vu lors de la dernière saison et avait un goût de demi-finale. C’est le gardien ucclois qui doit lever le gant. Zimmer est exclu directement et lourdement 5 minutes. Dans le même temps, Anderlecht obtient un pc, et Patterson le transforme. C’est donc 0-1. Anderlecht double le score, via Scheer.

Anderlecht obtient un pc en ce début de quart temps, et retente exactement la même phase avec Patterson et cela s’avère gagnant, c’est donc bien 0-3 au marquoir. Sur pc, le Léo revient au score en inscrivant son premier but via Simar. Un incident de match sévère a lieu, suite à une remarque insultante venant du staff anderlechtois, des joueurs du Léopold s’emportent. Zimmer ayant déjà pris une carte jaune, il se voit sortir définitivement par une deuxième jaune. L’équipe du Léopold, déjà menée au score, devra finir le match à 4 joueurs de champ.

En supériorité numérique, il est logique qu'Anderlecht mène les débats, mais ce n’est pas pour cela que le Léo est submergé, loin de là. Ils tiennent bon, et se défendent plus qu’honorablement. La ligne défensive concède tout de même un pc en fin de quart, Sior, sur rebond, transforme la phase en quatrième but.

Une construction en équipe, la balle passant de Sior à De Sousa pour ensuite terminer dans le stick de Patterson, qui inscrit son triplé du match. Pour les spectateurs arrivant lors de ce dernier quart ne comprendraient pas le score au marquoir, surtout en voyant la facilité avec laquelle Degroote inscrit le deuxième but. Il faut avoir suivi l’entièreté de la rencontre pour comprendre l’atmosphère de celle-ci. Le Léo sort son gardien et continue à mitrailler Gryspeerdt. Sans keeper, le Léo concède un dernier goal en fin de match. Le score final est de 2-6.

Watducks – Gantoise : (2-5) L’énergie de la Gantoise impressionne

Watducks : Capelle L., Capelle M., Dumont, Dykmans, Esquelin, Hazar, Lemaire, Neyts, Sidler, Van Strydonck.

Gantoise : Cefko, Crelers, De Paepe, Deplus, Hellin, Lauwers, Leitar, Molenaar, Rogge, Vandenbossche, Waller

Arbitres : M L. Dooms et Mme M. Sergeant

Carte verte : Lietaer, Van Strydonck

Les buts : Hellin (0-1), Lietaer (0-2), Hellin (0-3), Hellin (0-4), Molenaar (0-5), Esquelin (1-5), Esquelin (2-5)

La dernière rencontre de la journée oppose les Gantois face aux Waterlootois. Après avoir obtenu un premier pc, c’est bien la Gantoise qui déclenche le marquoir via Hellin. La Gantoise continue sur la lancée, mais la balle est mal transmise entre les attaquants, la combinaison échoue. Le Watducks doit se ressaisir s' il ne veut pas laisser les Gantois prendre le large. C’est maintenant le 3ème pc de la rencontre qui est sifflé en leur faveur. Le score reste cependant inchangé. Les verts en ont plein les pattes, mais s’en sortent bien.

Le Watducks ne parvient pas à reprendre ses esprits ou à imposer son jeu, c’est toujours la Gantoise qui se veut la plus dangereuse. En témoigne le deuxième but de Lietaer, accompagné de Lauwers, ils ont harcelé le portier, la balle finit par entrer, c’est 0-2. Le Watducks fini cette mi-temps complètement dépassé, Hellin aggrave encore le score, c’est 0-3

La Gantoise peut enterrer le match avec le stroke obtenu en début de reprise, mais ne saisit pas cette occasion. Hellin se rattrape une minute plus tard en inscrivant le pc obtenu, c’est donc bien 0-4. Les rares tentatives que s’accordent le Watducks ne sont pas concrétisées. La Gantoise est en feu, Molenaar plante la cinquième fleur dans les filets adverses.

Certes cette équipe doit faire face à un groupe waterlootois complètement décontenancé, mais il ne faut pas diminuer l’importance de l’exploit que ce jeune groupe est en train de faire en ce début de soirée. L’addition de leur individualité, et le début de leur structure et d’automatisme leur permet de s’imposer sur le terrain. Le Watducks ne laissera au moins pas la clean sheet à son adversaire, Esquelin inscrit sur pc le 1-5 et ensuite le 2-5 également sur pc.