Championnat de Hockey en salle: résultats d'une journée où les points comptent double

Ce dimanche 5 décembre, a lieu la 3ème journée de championnat en hockey en salle. Voici les résultats, match après match.

Championnat de Hockey en salle: résultats d'une journée où les points comptent double
©BELGA
Ethel Vandiest

Namur – Pingouin : ( 3-5 ) Le Pingouin goûte à ses 3 premiers points

Namur : Andre, Daussogne, Dieudonne, Jacob, Joye, Navez, Orbant, Pokorny, Vaerman, Willemart

Pingouin : Beirnaert, Blockmans, Fernandez, Keusters, Leclef, Leroy, Meire, Mitrotta, Vandiest, Verdussen

Arbitres : MM. V. Michotte et N. Stenier

Cartes vertes : Keusters, Dieudonné

Les buts : Pokorny (1-0), Leclef (1-1), Vandiest (1-2), Navez (2-2), Vandiest (2-3), Vandiest (2-4), Pokorny (3-4), Beirnaert (3-5)

La dernière rencontre du jour oppose certes, les deux derniers du classement, mais elle verra surtout les premiers points de la saison s’accorder, soit pour l’une, soit pour les deux équipes. C’est Namur qui se créé la première occasion, sur pc, Mitrotta est impeccable. Un deuxième pc est sifflé, c’est le genou de Fernandes qui s’interpose. C’est bien Namur qui impose son jeu dans ce premier quart, le Pingouin restant patient et compact.

Le Pingouin concède un pc de plus, cette fois-ci Pokorny trompe Mitrotta, c’est 1-0. Le Pingouin se réveille enfin et provoque sa première phase de pc, la combinaison entre Blockmans et Vandiest termine à côté du goal. Après plusieurs échanges, c’est encore le Pingouin qui provoque un pc, la phase est convertie par Leclef, c’est 1-1. Cette rencontre tourne à un affrontement sur phase de pc. Dieudonné ne cadre pas son envoi, aucune inquiétude pour les Nivellois. Le premier goal de champs parvient d’une phase associant Keusters et Vandiest à la conclusion, le Pingouin reprend l’avantage un instant. C’est sans compter sur la déviation de Navez qui remet les comptes à égalité avant le coup de sifflet.

La mi-temps reprend logiquement sur un pc pour Namur, Mitrotta impose son gant et sort l’essai. Le Pingouin est réduit à 4 joueurs, mais cela ne change rien au score. Les échanges s’intensifient, quelques décisions arbitrales sont discutées, le Pingouin gâche quelques véritables occasions.

Le dernier quart de la journée sera décisif pour les deux groupes, Vandiest peut encore compter sur son coéquipier Keusters pour être servis en bonne posture, c’est après avec sang-froid qu’il place parfaite la balle, et donne l’avantage au Pingouin. Plusieurs pcs sont distribués, aussi bien pour Namur que contre. Namur ne parviendra pas à revenir au score, alors que Vandiest verra son essai atteindre le fond de la cage. Le gardien de Namur est sorti, et le Pingouin encaisse. Pokorny revient à 3-4, il reste 60 secondes. Beirnaert scelle le score à 3-5.

Gantoise – Amicale Anderlecht : ( 3-5 ) Remontada d’Anderlecht

Gantoise : Cefko, Crelers, Deplus, Hellin, Lauwers, Leitaer, Molenaar, Rogge, Vandenbossche

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud’hui, Conreur, Faille, Gryspeerdt, Noé, Pangrazio, Patterson, Scheer, Sior.

Arbitres : MM. T. Croese et M. Pontus

Cartes vertes : Leitaer, Pangrazio

Les buts : Leitaer (1-0), Hellin (2-0), Pangrazio (2-1), Molenaar (3-1), Patterson (3-2), Sior (3-3), Conreur (3-4), Patterson (3-5)

Encore une fois, ce sont les vainqueurs du jour qui s’affrontent. Anderlecht ne veut pas faire aussi peur qu’au match précédent, et la Gantoise veut également enterrer le match au plus vite. C’est La Gantoise qui commence le match en se procurant une première phase de pc, celle-ci ne donne rien. Bourdeaud’hui et Conreur se confrontent les premiers au gardien gantois, sans succès, non plus. C’est Leitaer qui trouve le goal en premier en trompant Gryspeerdt, c’est 1-0.

Les deux groupes débutent le deuxième quart avec uniquement 4 joueurs de champs. Il est difficile de dire que la Gantoise construit, elle réagit surtout, toujours en se basant sur ses individualités. Là où la Gantoise court balle au stick pour remonter le terrain, l’expérience et les automatismes de l’Anderlecht leur permet de traverser le terrain plus rapidement en construisant en équipe. Le groupe de Garreta ne parvient cependant pas à trouver la solution. Un stroke est accordé à la Gantoise sur le fil de la mi-temps, Hellin le convertit, c’est 2-0.

Il manque décidément quelque chose à Anderlecht, que cela soit quelques centimètres, de la communication ou parfois simplement de la chance. Mais ils ne baissent pas les bras, pour preuve le goal de Pangrazio qui intervient en début de mi-temps, c’est donc 2-1. La Gantoise ne laisse pas de répit à Anderlecht et continue à creuser l’écart, cette fois-ci par Molenaar qui trompe Gryspeerdt. Anderlecht obtient un pc en fin de quart mais ne parvient pas à revenir au score.

Anderlecht rejoue exactement la même phase sur pc que lors du quart précédent, mais l’issue est ici différente, le tir de Patterson fait trembler les filets, c’est 3-2. Quelques instants plus tard, un autre pc est sifflé, même phase, le dernier défenseur la prend en plein casque, c’est stroke. Sior ne tremble pas, et permet à son groupe de revenir au partage, c’est 3-3. Tout est à refaire pour le groupe de Pascal Kina. Anderlecht obtient un premier pc, celui-ci est rejoué suite à un kick, Sior combine avec Conreur. Le capitaine des Bleus donne l’avantage à ses hommes (3-4), il reste 150 secondes. La Gantoise sort son gardien, eux qui ont mené se retrouve maintenant en difficulté. Sur le fil, Anderlecht obtient un pc, avec la cage vide, Patterson finalise le score à 3-5.

Amicale Anderlecht – Namur : ( 5-3 ) Anderlecht se fait peur mais l’emporte

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud’hui, Conreur, Faille, Gryspeerdt, Noé, Pangrazio, Patterson, Scheer, Sior.

Namur : Andre, Daussogne, Dieudonne, Jacob, Joye, Navez, Orbant, Pokorny, Vaerman, Willemart

Arbitres : MM. V. Michotte et N. Stenier

Carte verte : Sior

Les buts : Pangrazio (1-0), Pokorny (1-1), Willemart (1-2), Orbant (1-3), Patterson (2-3), Sior (3-3), Sior (4-3), Patterson (5-3)

L’Amicale Anderlecht commence directement les échanges par un pc, que Pangrazio transforme en goal, on joue depuis 112 secondes. Pokorny répond 120 secondes plus tard et trompe Gryspeerdt, c’est 1-1. Willemart remet le couvert avec le 1-2, et Orbant ajoute une couche avec déjà le 3-1, on joue depuis 6 minutes. La tournure du match est assez étonnante, là où on attendait une domination d’Anderlecht c’est bien Namur qui impose son rythme.

Un pc pour Anderlecht rime avec Patterson, l’Amicale revient à 2-3. Namur concède un deuxième pc dans la foulée, c’est le moment pour les joueurs de Garreta de revenir dans les échanges, c’est presque le cas, sauf que Patterson fait un back-stick en contrôlant la balle sur son calage. Vaerman s’interpose face à Pangrazio quelques instants plus tard. Les Bruxellois semblent dépassés par la situation et ne trouve pas vraiment la solution, Namur reste dangereux en se provoquant un pc. Celui-ci manque le cadre à quelques centimètres près. Anderlecht n’est plus invincible sur pc, c’est le deuxième qui n’est pas concrétisé.

Les consignes de Garreta ont résonné dans toute la salle, le nombre de pc raté ne lui convient pas du tout. L’amicale Anderlecht se rattrape bien en convertissant leur premier pc de la mi-temps, par Sior. C’est donc 3-3. Bourdeaud’hui n’est pas loin de faire dominer son équipe, mais Vaerman est présent. Namur n’est plus au contrôle, mais Anderlecht n’a pas non plus pris le dessus. Chacune des deux équipes peut à tout moment reprendre l’avantage sur son adversaire, que cela soit avec les occasions en solitaire de Sior ou de Willemart, ou encore avec les phases de pc. Namur pense remonter au score, mais le but est annulé par les arbitres.

Anderlecht obtient un pc en début d’entame du dernier quart, Sior arme, le dernier défenseur se sacrifie, mais c’est converti en stroke. Sior le transforme, Anderlecht prend de nouveau l’avantage de la rencontre avec un 4-3 affiché au marquoir. Patterson, certainement frustré par les échanges, explose littéralement de joie lorsqu’il inscrit son but en solo dos au goal. C’est 5-3 et Namur sort son gardien, comme bon nombre d’équipe avant eux. La méthode n’a pour le moment fonctionné pour aucune d’elles, rappelons-le. Il reste deux minutes et Namur obtient un pc, mais Anderlecht joue le temps, il reste 35secondes à la sortie de phase. Le buzz retentit. Anderlecht s’est fait peur.

Pingouin – Gantoise : ( 3-4 ) La Gantoise revient au score et l’emporte

Gantoise : Cefko, Crelers, Deplus, Hellin, Lauwers, Leitaer, Molenaar, Rogge, Vandenbossche

Pingouin : Beirnaert, Blockmans, Fernandez, Keusters, Leclef, Leroy, Meire, Mitrotta, Verdussen

Arbitres : MM. M. Pontus et T. Croese

Carte verte : Molenaar, Keusters

Les buts : Beirnaert (1-0), Lauwers (1-1), Verdussen (2-1), Lauwers (2-2), Blockmans (3-2), Cefko (3-3), Lauwers (3-4)

La Gantoise fait appel au même groupe, alors que le Pingouin voit revenir Blockmans sur le terrain. C’est assez simple, si le Pingouin n’engrange pas de point ce week-end, la descente pointera le bout de son nez. Les hommes de Xavi Arnau en ont conscience, ils inscrivent d’entrée de jeu le premier but de la rencontre, via Beirnaert, c’est déjà 1-0. Ils ne sont pas loin d’inscrire le deuxième but, d’abord sur pc et ensuite sur une phase de jeu. La Gantoise pousse, et parvient à revenir au score juste avant le quart temps via Lauwers.

La Gantoise rate une occasion de mener, devant un goal abandonné par Mitrotta, l’attaquant gantois s’emmêle les pinceaux et ne parvient pas à contrôler la balle. Les jeunes joueurs de la Gantoise mettent la pression sur la ligne défensive du Pingouin et réussissent à intercepter de part deux fois la balle aux défenseurs. Mais ils leur manquent encore un peu de sang froid pour profiter de leur avantage. Le Pingouin obtient un premier pc, qui donne lieu à un second, dégagé par le keeper. C’est finalement Verdussen qui arrivera, sur un suivi de rebond à inscrire le deuxième but du Pingouin. La Gantoise obtient un premier pc, qui sera rejoué donnera lieux à deux autres pcs, cependant le Pingouin peut compter sur ses deux défenseurs gardant la ligne de but qui l’intercepteront avec beaucoup de sang-froid.

Les échanges sont secs en cette reprise de jeu. Mitrotta s’interpose une première fois, et quelques instants après c’est Lauwers qui emportent son duel avec le gardien du Pingouin. C’est 2-2, balle au centre. Le Pingouin enchaine le jeu en une touche de balle et Meire se retrouve à deux reprises en bonne position pour inscrire le troisième goal, mais n’y parviendra pas. Les deux équipes se retrouvent réduites à 4 joueurs de champs pratiquement en même temps. Les Nivellois obtiennent un pc, et Blockmans le transforme en un avantage pour son équipe. C’est 3-2 mais seulement pour un instant, Cefko revient au score dans la même minute. C’est 3-3. Mitrotta repousse le 4ème but de la Gantoise à deux reprises et tient bon, aidé par son poteau, il est vrai.

Et voilà déjà le quatrième quart se profiler, Lauwers inscrit son triplé, ce qui fait que La Gantoise prend le dessus des échanges. Le Pingouin répond en provoquant une nouvelle phase de pc, la phase en deux temps ne leur permet pas de revenir au score, ils sont toujours menés au score. Plusieurs mauvaises relances mettent le Pingouin en difficulté en cette fin de rencontre. Ils pressent haut dans l’espoir de revenir au score, ce qui peut leur jouer des tours face à l’énergique équipe de la Gantoise. Logiquement, le Pingouin sort son gardien afin de jouer le surnombre durant ces trois dernières minutes de match. La stratégie permet d’obtenir un pc sur le fil du match. Le gardien s’opposera sur ce dernier essai. La Gantoise l’emporte.

Léopold – Watducks : ( 6-2 ) Lourde défaite du Watducks en panne sur pc

Léopold : Baumgarten, Degroote, Depauw, Detrez, Forgues, Henet, Moreno, Muschs, Plennevaux, Reynaud, Simar.

Waterloo Ducks : Burnotte, Capelle L., Capelle M., Dykmans, Esquelin, Ghislain, Maraite, Neyts, Sidler, Van Strydonck, Willems

Arbitres : MM. F. Haine et T. Bigare

Cartes vertes : Dykmans, Baumgarten

Carte jaune : /

Les buts : Degroote (1-0), Dykmans (1-1), Verdussen (2-1), Simar (3-1), Simar (4-1), Degroote (5-1), Baumgarten (6-1), L. Capelle (6-2)

La journée commence fort avec l’affrontement entre le Léopold et le Watducks, deux équipes qui sont prometteuses. C’est le Watducks qui se présente le premier face au goal de Henet. Une première tentative, et ensuite un premier pc, Henet est impeccable et sort l’essai de Dykmans du stick. C’est toujours le Watducks qui est à l’initiative durant ces premières minutes, ils obtiennent déjà leur deuxième pc, qui après avoir été rejoué, est également stoppé par la ligne défensive du Léo. La première intrusion du Léo dans la partie adverse se voudra dangereuse mais pas fructueuse, d’abord une tentative de Simar et ensuite de Moreno, mais le portier du Watducks est présent sur les deux envois. Quelques minutes plus tard, Simar s’en prend à trois fois, mais les guêtres de Burnotte se trouvent à chaque fois sur le chemin. Cette fin de premier quart devient un véritable duel entre Philippe Simar et Adam Burnotte, encore un bel essai de l’attaquant du Léo, et encore un arrêt du gardien waterlootois.

Le Watducks entame ce quart comme le précédent, en se provoquant un pc. L’essai est donné de manière trop décalée par rapport aux attaquants, même si Dykmans récupère la balle et peut tenter un sleep, il sera, comme les autres, récupéré par Henet. Verdussen dévie la balle en l’air dans le cercle, c’est encore pc, tentative infructueuse, cela devient assez inquiétant pour le Watducks. Premier pc pour le Léo suite à un kick de Sidler. Tom Degroote ne tergiverse pas, le compteur est enfin activé. C’est 1-0. Cette première véritable erreur du Watducks se paie cash. Simar se confronte encore une fois à Burnotte, ça ne fonctionne toujours pas. Il reste 30 secondes au compteur quand sur un coup franc, Dykmans touche la balle entre la nuée de stick, celle-ci est déviée entre les jambes de Henet, c’est 1-1. Il reste 10 secondes, le Watducks pense que la mi-temps va être sifflée, ils en oublient Verdussen dans le cercle qui reçoit la balle de remise en jeu et dévie également entre les jambes, mais cette fois de Burnotte, c’est donc de nouveau le Léo qui mène, 2-1.

Simar trompe enfin Burnotte, resté sur la ligne de fond, malgré l’arrivée de son co-équipier balle au stick, Simar est présent sur le rebond et a le temps de placer son envoi alors que Burnotte est au sol. C’est 3-1 pour le Léo. Pilou Maraite se confrontera également à Henet, ce dernier sort un arrêt rebondissant mais efficace. Les frères Capelle y vont également de leur tentative en duo, mais ils se confrontent également à un Henet décidément très en forme. Le Léo obtient encore un pc, et est toujours aussi efficace, c’est via le stick de Simar que le score s’aggrave encore, nous sommes à 4-1 pour les Bruxellois. C’est surtout le match des gardiens, Henet stoppe encore une tentative directe de Dykmans.

Dans ce dernier quart c’est au Watducks de poussé, le Léo pourrait se permettre d’attendre, mais ce n’est pas le cas, Degroote monte l’addition à 5 buts. Encore une fois le Watducks obtient un pc, mais encore une fois, aucune concrétisation. Dykmans va provoquer un nième pc en se confrontant à Moreno, même si la combinaison est très belle, Dykmans déviant en un temps la balle à Ghislain, Henet est encore et toujours sur le coup. Le 6ème but est signé Baumgarten en duel dos au gardien, il réussit à placer la balle dans les filets. Louis Capelle réussit après deux essais à vaincre le solide Henet. Le score final est donc de 6-2 pour le Léo. A retenir de cette rencontre, le Watducks n’aura réussi à placer aucun pc. Et les gardiens auront été très efficaces.

White Star – Orée : ( 4-6 ) L’Orée l’emporte avec un quadruplé de Branicki

White Star : Aerts, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert.

Orée : Bogaerts, Branicki, Havaux, Labouchere, Neven, Perez G., Perez R., Robbrecht, Stockbroekx, Thiéry, Van Nieuwstadt .

Arbitres : MM. L. Dooms et R. Tinant

Cartes vertes : Labouchère, Hermans, Havaux

Les buts : De Geyter (1-0), Bogaerts (1-1), Croonenberghs (2-1), De Geyter (3-1), Perez G. (3-2), Branicki (3-3), Branicki (3-4), Dykmans (4-4), Branicki (4-5), Branicki ( 4-6)

Le deuxième match de la journée oppose le premier et le deuxième du classement, cela promet également du beau spectacle. Le White Star obtient le premier pc, que le gardien, Remy Perez intercepte sans problème. Un deuxième est sifflé 20 secondes plus tard, encore sur une faute de concentration. Perez se présente très rapidement face à Hermans qui ne peut que constater que son tir s’écrase de nouveau sur les guêtres de celui-ci. Après ces deux tentatives franches, les échanges se calment peu à peu, l’Orée enchaine les longs échanges entre Bogaerts et Thiéry, ne trouvant pas d’ouverture, le White Star se plaçant en « parapluie ». C’est finalement sur une phase de pc que le White Star, après une première tentative, réussira à déclencher le compteur, la balle revenant au donneur, De Geyter inscrit le 1-0. Cette rencontre en salle a le plaisir de revoir Manu Stockbroekx sur un terrain. Du côté de l’autre banc, Quentin Bigaré est blessé, déchirure, et ne reviendra que pour la deuxième partie de saison.

L’Orée tente d’imposer son rythme, cela marche, ils obtiennent leur premier pc, le calage n’est pas optimal et ne permet pas au groupe d’avoir une véritable tentative. A force d’augmenter le rythme, cela fonctionne, Bogaerts se retrouve en duel rapproché face au portier du White Star, il trouve le moyen de s’extirper de celui-ci afin de le lober en revers. Les deux équipes sont de nouveau à égalité. Mais cela ne dure que quelques instants, Croonenberghs se jette littéralement pour dévier la balle, Perez est battu, c’est 2-1. Le match s’emballe quelque peu, De Geyter inscrit le 3-1, Gaëtan Perez revient au 3-2 et sur stroke Branicki revient finalement à 3-3.

Tout comme le score actuel, les échanges sont assez équilibrés. C’est finalement Branicki qui fait pencher le score en faveur de l’Orée, mais le White revient directement avec Dykmans, qui inscrit le 4-4. C’est un véritable jeu du chat et de la souri, Branicki atteint la lucarne c’est 4-5.

Ce dernier quart temps sera intense, autant les deux équipes veulent les trois points à la fin de la rencontre. L’Orée creuse quelque peu l’écart en inscrivant le 4-6, quatrième but de Branicki. Le White Star sortira son gardien à plusieurs reprises. Mais cela ne changera rien au score final.

Orée – Léopold : ( 5-5 ) Le Léo se fait remonter par l’Orée durant le dernier quart.

Orée : Bogaerts, Branicki, Havaux, Labouchere, Neven, Perez G., Perez R., Robbrecht, Stockbroekx, Thiéry, Van Nieuwstadt.

Léopold : Baumgarten, Degroote, Depauw, Detrez, Forgues, Henet, Moreno, Muschs, Plennevaux, Reynaud, Simar, Zimmer.

Arbitres : MM. T. Bigare et F. Haine

Carte verte : Simar

Les buts : Robbrecht (1-0), Simar (1-1), Zimmer (1-2), Baumgarten (1-3), Havaux (2-3), Simar (2-4), Degroote (2-5), Branicki (3-5), Perez G. (4-5), Stockbroekx (5-5)

Les deux vainqueurs de la matinée s’affrontent en ce troisième match de la journée et c’est l’Orée qui a la première occasion franche avec Havaux, sans danger pour Henet. Zimmer, absent lors de la première rencontre suite à sa double carte de la semaine dernière est l’auteur de la première tentative du Léo, stoppée par R. Perez. Le premier but sera pour l’Orée, une intrusion en solitaire de Robbrecht. Le Léo obtient le premier pc de la rencontre, Simar transforme l’essai par un puissant envoi ras du sol. Les équipes sont de nouveau à égalité. Degroote sauve joliment la balle qui aurait pu donner l’avantage à l’Orée.

Le jeu des deux équipes est très différent, là où le Léo joue un pur jeu de salle, l’Orée profite de ses individualités pour progresser sur le terrain. Ce qui donnent, au final, des échanges très intéressants. Encore une fois, Henet se démarque encore une fois en revenant rapidement sur ses appuis après un duel le long de la ligne de fond. Après un long moment lors duquel Van Nieuwstadt fut véritablement encerclé par les attaquants du Léo ne pouvant pas se dégager de sa ligne de fond, lorsqu’il y parvient, c’est malheureusement pour lui Zimmer qui récupère la balle et fusille Perez, c’est 1-2. Alors que l’Orée réclamait un pc suite à un dégagement en l’air de la part du gardien, le Léo écoute la décision arbitrale et continue à jouer se qui leur permet de se retrouver un sur nombre dans le cercle, et Baumgarten inscrit le troisième but de la rencontre.

Le Léo commence leur mi-temps avec un changement de gardien, c’est Reynaud qui monte et remplace Henet. Dès son premier duel, il se fait tromper par Havaux qui réussi à placer son push dans le petit filet intérieur opposé. L’Orée revient à 2-3. Pendant deux longues minutes, le Léo accule Remy Perez et sa défense, chacun y va de sa tentative, mais sans parvenir à percer sa garde. Un petit accrochage entre Depauw et Thiéry verra un joli geste de fair-play. Dans sa position qui semble sa préférée, à la jonction entre la ligne de fond et la bomme, Simar reçoit une longue passe de Degroote et inscrit le 2-4 en effaçant Remy Perez. Degroote assassine véritablement la défense Oréenne sur pc d’un puissant sleep, c’est 2-5.

Gaëtan Perez obtient un stroke suite aux fauchages des défenseurs dans la surface, c’est Branicki qui transforme celui-ci, l’Orée revient dans les débats en cette fin de rencontre, le marquoir affiche 3-5. Il reste 5 minutes et Gaëtan Perez permet à son groupe de remonter encore plus au score, c’est 4-5, un instant plus tard Stockbroekx remet les compteurs à égalité 5 partout. L’Orée n’a pas dit son dernier mot. Le Léo est quelque peu sonné par ces trois buts encaissés en moins de 6 minutes. Les échanges sont électriques, le Léo est réduit à 4 joueurs de champs, Simar sur le banc. C’est finalement sur un partage que les deux équipes se quitteront.

Watducks – White Star : (5 - 3 ) Le Watducks domine et l’emporte

Waterloo Ducks : Burnotte, Capelle L., Capelle M., Dykmans G., Esquelin, Ghislain, Maraite, Neyts, Sidler, Van Strydonck, Willems.

White Star : Aerts, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Dykmans A., Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert.

Arbitres : MM. R. Tinant et L. Dooms

Carte verte : Van Bogaert

Carte jaune :

Les buts : Croonenberghs (0-1), Capelle L. (1-1), G. Dykmans (2-1), Esquelin (3-1), Maraite (4-1), Moretto (4-2), M. Capelle (5-2), Hermans ( 5-3)

Ne pas repartir sans rien, voilà ce que se disent les 20 joueurs engagés dans ce dernier match de première partie de journée. Les échanges viennent à peine de commencer que les poteaux des deux côtés résonnent déjà, mais en poteaux sortant à chaque fois. Hermans est proche d’inscrire le premier goal de la rencontre, mais son lobe est mal calibré et passe facilement 1 mètre au-dessus de la cage. Croonenberghs fera le premier trembler les filets sur une déviation. Le White Star mène 0-1. Louis Capelle répond presque aussi tôt en inscrivant le but égalisateur (1-1). Après avoir sauvé une balle sur la ligne, le White Star va se provoquer un pc, qui est sorti par le Watducks.

G. Dykmans provoque le premier pc pour le Watducks à l’entame de ce deuxième quart. Mais ce n’est pas sur cette phase que les waterlootois prendront l’avantage. En effet, sur une perte de balle du White Star, le Watducks, via G. Dykmans permet à son équipe de passer devant. Après avoir sauvé une balle sur la ligne de goal, le Watducks fait passer une sale minute au White Star, les Noirs tiennent bon. Au forcing, le Watducks obtient un pc sur le buzzeur de la fin de mi-temps. La combinaison donne lieu à un autre pc, très discuté entre les deux staffs. L’envoi de Maraite est mal calibré.

La vitesse de Ghislain et Esquelin est impressionnante, en une deux en un temps ils remontent le terrain, Ghislain trouve Esquelin les yeux fermés, ce dernier finit la phase en inscrivant le 3-1. De Geyter est proche d’inscrire un but important, mais Burnotte l’intercepte du stick au-dessus de sa tête. Le White Star augmente le rythme, mais sans réussir à prendre le dessus face au Watducks bien en place.

Maraite y va d’un joli solo pour inscrire le 4-1, après avoir effacé deux joueurs, il termine son action en plaçant dans le coin inférieur gauche son tir. Le cinquième but est finalement annulé ce qui permet encore au White Star d’espérer revenir au score. Ils obtiennent un pc alors qu’il reste peu de temps, Moretto convertit la phase en goal, c’est 4-2 quand le T1 du White décide de sortir son gardien afin de jouer le sur nombre. Mais ça se retourne contre eux, M. Capelle, face à un goal abandonné, peut placer le 5-2. Un pc est sifflé sur le coup de sifflet final, celui-ci donne lieu à un stroke pour le White Star. Donné par Hermans, le score final est de 5-3.

Sur le même sujet