Les résumés des matchs de la quatrième journée de championnat de hockey en salle

Les huit équipes engagées dans le championnat en salle se rejoignent ce dimanche au Sport Village de Lasne pour la quatrième journée de championnat. C’est déjà l’heure des matchs retours.

Les résumés des matchs de la quatrième journée de championnat de hockey en salle
©BELGA
Ethel Vandiest

La semaine dernière, plusieurs changements se sont opérés dans le classement. L’Orée est maintenant en tête, toujours suivie par le Léo qui prend la deuxième place, tous deux talonnés par le Watducks et l’Amicale Anderlecht, c’est le White Star qui fait la plus grande chute en dégringolant à la cinquième place. La Gantoise, le Pingouin et Namur occupent les dernières places.

Suivez notre direct match après match :

Amicale Anderlecht – Watducks ( 7 - 10 ): dix-sept buts et un sextuplé de Dykmans

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud'hui, Conreur, De Sousa Ventosa, Faille, Gryspeerdt, Noé, Pangrazio, Patterson, Scheer, Sior

Waterloo Ducks : Dykmans, Esquelin, Ghislain, Hazar, Maraite, Neyts, Van Strydonck, Wilibers, Willems

Arbitres : MM. M. Pontus et N. Stenier

Cartes vertes : Noé, Patterson

Carte jaune : De Sousa

Les buts : Dykmans (0-1), Dykmans (0-2), Maraite (0-3), Patterson (1-3), Willems (1-4), Scheer (2-4), Neyts (2-5), Antoine (3-5), Esquelin (3-6), Dykmans (3-7), Sior (4-7), Dykmans (4-8), Sior (5-8), Bourdeaud’hui (6-8), Dykmans (6-9), Dykmans (6-10), Patterson (7-10)

Au match aller, le Watducks n’avait pas laissé une chance à l’Amicale Anderlecht, en l’emportant 4 buts à 1. Il est certain que les Bruxellois ne voudront pas concéder trois nouveaux points. C’est pourtant le Watducks qui domine ce début de rencontre, en se créant le premier pc. La combinaison Dykmans – Esquelin ne fonctionne pas, trop lente et trop lisible, elle est facilement interceptée par la ligne défensive de l’Amicale. Le Watducks continue à imposer le rythme, mais Anderlecht parvient à par deux fois à pénétrer dans le cercle adverse. On le sait, Anderlecht et surtout Patterson sont dangereux sur pc. Il est important pour le Watducks de ne pas les laisser provoquer. Dykmans intercepte la balle dans sa partie de terrain, il remonte l’entièreté du terrain sans se soucier des coups de sticks adverses et se présente seul face à Gryspeerdt, il place un parfait tir entre les jambes du gardien tout en tombant. C’est 0-1. Anderlecht a du mal à placer son jeu, il y parvient faiblement à la fin de cette première partie de match en provoquant leur premier pc. Mais Patterson est sur le banc. C’est donc Scheer qui reçoit la balle de Pangrazio, mais sans succès Hazar l’intercepte facilement.

Le Watducks obtient son deuxième pc de la partie, la combinaison très simple de Maraite qui stop pour Dykmans est plus efficace. C’est 0-2 pour le Watducks, deux buts de Dykmans. Maraite creuse encore en inscrivant le 0-3. Les Anderlechtois se fracassent contre la défense brabançonne et ne parviennent pas à être dangereux. Sauf quand un joueur blanc glisse devant son cercle et est obligé de laisser Patterson jouer, c’est 1-3. Le Watducks répond directement avec un pc, transformé par Willems (1-4). C’est un véritable jeu du berger qui répond à la bergère. Anderlecht réduit l’avance via Scheer (2-4), ensuite Neyts qui recreuse l’écart à (2-5) et finalement Antoine qui inscrit le (3-5). Ce quart temps aura été rempli en buts.

Anderlecht est réduit à 4 joueurs de champ en début de deuxième mi-temps. Et le Watducks en profite, Esquelin inscrit le 3-6. Anderlecht en perd la tête. Et ne parvient plus à garder le rythme. Ils parviennent tout de même à se provoquer un pc, mais Patterson est toujours sur le banc. Le pc donne lieu à une deuxième tentative qui ne donnera rien. Dykmans à peine remonter sur le terrain, inscrit de nouveau un goal. Le marquoir indique 3-7. Patterson attendait de monter sur la surface, quand un pc était encore sifflé pour Anderlecht, ils n’ont décidément pas de chance. Mais Sior rompt le sort de malchance et inscrit le 4ème but anderlechtois. Dykmans répond aussitôt, l’écart reste le même, 4-8.

Le coach du Watducks avait raison, l’Amicale Anderlecht ne se suffira pas d’un score pareil. Sior, sur pc, et ensuite Bourdeaud’hui, reviennent à 5-8 et ensuite à 6-8. Dykmans inscrit le 6-9. Garreta sort son gardien, mais Anderlecht concède encore un pc, que Dykmans plante son sextuplé du match. Anderlecht obtient encore un pc, et cette fois, c’est Sior qui est sur le banc et Patterson autour du cercle. Mais la combinaison ne fonctionnera pas. Encore un pc, mais cette fois Patterson réussit à la mettre justement en l’air. C’est 7-10. Le Watducks obtient sur le fil un pc, et Anderlecht reçoit une carte jaune. Le dernier pc n'aggrave pas le score. C’était un match fort chargé en goals.

Gantoise – Léopold (4 - 6): Le Léopold se fait peur, mais l’emporte

Léopold : Baumgarten, Degroote, Henet, Moreno, Muschs, Plennevaux, Poncelet, Reynaud, Simar, Zimmer.

Gantoise : Cefko, De Bolle, Deplus M., Hellin, Molenaar, Scheen, Vandenbossche.

Arbitres : Melle M. Sergeant et M. T. Bigare

Carte verte : Cefko

Carte jaune :

Les buts : Zimmer (0-1), Zimmer (0-2), Baumgarten (0-3), Scheen (1-3), Molenaar (2-3), Scheen (3-3), Zimmer (3-4), Plennevaux (3-5), Plennevaux (3-6), Cefko (4-6)

L’équipe de la Gantoise est fortement réduite et ne présente que 7 joueurs pour cette 4ème journée de championnat. Le Léopold est lui au complet avec ses deux gardiens. Le Léopold est aux manettes, la Gantoise n’ayant pas vraiment de jeu et fonctionne surtout à la réaction. Mais la Gantoise donne quelques sueurs froides au Léo. Ces derniers provoquent un pc, malgré une passe en balle montante, le goal est accordé par les arbitres après un court conciliabule. Quelques instants plus tard, Zimmer inscrit le 0-2. Le Léopold se voit obligé de jouer de manière un peu brouillonne, la Gantoise est partout à la fois, et ce sans aucune structure apparente. Le match est très rapide, mais très précipité. Un premier pc est accordé pour la Gantoise sur le buzz de fin de quart temps, mais Henet est présent.

Degroote et son épaule sont trop présents, la Gantoise obtient un pc dès l’entame du quart. Henet bloque la balle et empêche la Gantoise de jouer, c’est un deuxième pc, qui lui sera dégagé bien plus proprement. Cela ne sera pas le cas du troisième pc, que Scheen a inscrit après avoir feinté Henet. La Gantoise est bien plus présente dans la surface dangereuse du Léopold dans ce deuxième quart. Hellin assène coup sur coup deux tirs vers Henet. A force de forcer, ça rentre, Molenaar oublié dans le dos du portier bruxellois trompe celui-ci et revient à 2-3. Un nouveau pc est sifflé pour la Gantoise, Scheen ne cadre pas son envoi, le Léo garde l’avantage. Mais pour peu de temps, Scheen permet à son équipe de revenir à 3-3. Le Léopold n’arrive vraiment plus à imposer son jeu et concède trop de pc.

Les speechs de mi-temps n’avaient pas la même intonation des deux côtés, de l’un on se satisfaisait du mental et de l’intention des joueurs dans les échanges, de l’autre, on soulignait les trop nombreuses erreurs ainsi que le manque de jusqu’en boutisme sur certaines actions. Sur pc, la combinaison entre De Groote et Zimmer est bien huilée et fonctionne parfaitement. C’est 3-4. Dès que les Bruxellois peuvent revenir à leur jeu, ils sont dangereux, notamment avec cet enchaînement de passes en un temps, faisant participer l’entièreté de l’équipe et se terminant bord de cercle avec Simar, son tir est dévié par le gardien. Un but est annulé pour la Gantoise sur le fil, pour une balle montante.

La Gantoise entame le dernier quart temps par un pc, mais Scheen ne calibre pas celui-ci. Alors que le Léopold répond par une action typiquement indoor, que Plennevaux conclut par un but, le marquoir indique 3-5. La Gantoise force toujours, obtient un pc de plus, ce n’est pas Scheen qui le tente mais Deplus, c’est également mal cadré. Le Léopold n’est pas plus efficace sur pc. Mais bien en phase de champ, Plennevaux en duel face à Vandenbossche prend son temps, attend de voir l’ouverture, et place intelligemment son tir entre ses guêtres. C’est 3-6 pour le Léopold qui respire enfin un peu. Sur le fil, Cefko réduit la marque à 4-6.

Léopold – Amicale Anderlecht ( 3-4 ): Anderlecht livre bataille jusqu’au bout et arrache la victoire

Léopold : Baumgarten, Degroote, Henet, Moreno, Muschs, Plennevaux, Poncelet, Reynaud, Simar, Zimmer.

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud'hui, Conreur, De Sousa Ventosa, Faille, Gryspeerdt, Noé, Pangrazio, Patterson, Scheer, Sior

Arbitres : MM. M. Pontus et N. Stenier

Carte verte : Antoine

Les buts : Patterson (0-1), Simar (1-1), Baumgarten (2-1), Patterson (2-2), Simar (3-2) , Patterson (3-3), Sior (3-4).

Le Léopold a une revanche à prendre face à l’Amicale contre qui ils se sont inclinés au match aller, 2-6. Les deux équipes entament le match de manière très équilibrée, une action du Léopold donne lieu à une tentative d’Anderlecht et vice versa. Notons par exemple la belle tentative de De Sousa qui réussit à s’infiltrer dans le cercle. Mais c’est Patterson qui inscrit le premier but de la rencontre (0-1), aussitôt reprise, la balle finit dans le filet adverse, par Simar qui égalise (1-1). Les deux groupes sont présents et dangereux. Le score tourne en faveur du Léopold, via Baumgarten (1-2). Ce n’est pas le meilleur week-end de Gryspeerdt, il concède facilement un pc au Léopold. L’envoi de Simar passe à quelques centimètres du poteau, le score reste inchangé. Après le poteau gauche, c’est la transversale qui dévie l’envoi de Simar.

Les automatismes du Léopold sont impressionnants, la plupart des joueurs ne doivent plus se regarder pour savoir où ils se trouvent sur le terrain. Et voilà le poteau droit du but qui entre en scène, poteau jugé sortant, ce n’est pas goal. Quelques instants plus tard, Patterson s’exprime une fois de plus, et transperce Henet, l’Amicale Anderlecht revient à 2-2. Le Léopold répond aussitôt en se provoquant un pc, que Degroote est proche de transformer mais l’envoi est trop haut. Une autre tentative est accordée aux hommes de Moreau. Degroote ne calibre toujours pas. Le score reste à 2-2. Niveau qualité de jeu, le Léopold a davantage l’occasion de construire que face à la Gantoise, mais ne parvient pas à garder suffisamment la balle. L’Amicale réagit bien mais semble subir et manque de précisions dans ses contres, voire de réalisme.

C’est au tour du Léopold de manquer de précisions dans cette reprise, un petit filet et des calages peu réglementaires ne leur permettent pas de creuser le score. Jusqu’à ce que Simar trouve enfin la solution et donne l’avantage aux siens, en plaçant dans le petit filet intérieur. Conreur, le capitaine est proche d’inscrire le but égalisateur, malgré sa belle feinte pour effacer le gardien du Léopold, son envoi part trop loin du cadre. Encore un poteau pour le Léopold qui les aura, finalement, tous fait et ce des deux côtés du terrain. L’Amicale résiste aux attaques. Plennevaux se fait tacler par Gryspeerdt et obtient un stroke. Degroote ne battra pas Gryspeerdt, le score reste de 3-2.

Le dernier quart temps promet d’être tendu. L’Amicale enchaîne les tentatives, par De Sousa, Pangrazio et Scheer, mais aucune ne rentre. Finalement Patterson se jette sur le centre de Scheer pour égaliser. C’est 3-3 à six minutes de la fin. La bataille est livrée jusqu’au bout. On va d’attaque en contre-attaque, la balle et les joueurs font des aller-retours à n’en plus finir. Le pc obtenu par l’Amicale est célébré comme un but, mais Patterson, arme d’Anderlecht, est sur le banc. C’est Sior qui transforme l’essai et qui donne l’avantage à son groupe. Ils l’emportent sur le fil.

Watducks – Gantoise ( 3-3 ): La Gantoise obtient un point, là où ils en auraient mérité trois

Waterloo Ducks : : Dykmans, Esquelin, Ghislain, Hazar, Maraite, Neyts, Van Strydonck, Wilibers, Willems

Gantoise : Cefko, De Bolle, Deplus M., Hellin, Molenaar, Scheen, Vandenbossche

Arbitres : Melle M. Sergeant et M. T. Bigare

Cartes vertes : Scheen, Neyts

Les buts : Esquelin (1-0), Wilbers (2-0), Scheen (2-1), Willems (3-1), Cefko (3-2), Molenaar (3-3)

La rencontre débute par en pc pour le Watducks, aussitôt converti par Esquelin, c’est déjà 1-0 alors que le marquoir n’a pas encore égrainé une minute de jeu. Voici déjà le deuxième pc concéder, mais l’envoi de Dykmans est complètement hors cadre. La Gantoise réagit bien et se confronte enfin à Hazar, mais sans succès. Les Gantois résistent bien aux assauts brabançons, rappelons que le groupe de Pascale Kina ne dispose que d’un remplaçant sur le banc.

C’est au tour du Watducks de devoir défendre. Mais le Watducks peut également compter sur les fautes de la Gantoise pour obtenir un pc, qu’ils ne convertiront pas. Dykmans se confronte à Vandenbossche mais ne trouve pas encore la solution. La Gantoise est réduite à 5 le temps que Scheen purge sa carte verte. Cefko est proche d’égaliser. Mais c’est le filet extérieur qui tremble. Un poteau vibre, pour une fois il est rentrant, le tir venait de Wilbers, c’est 2-0 pour le Watducks. Ils creusent l’écart mais ne sont pas encore à l'abri, loin de là.

La Gantoise se montre dangereuse dans cette reprise, tout d’abord en se présentant plusieurs fois dans le cercle adverse et ne laissant pas les défenseurs se dégager, ils obtiennent ensuite un pc, qui est converti par Scheen, mais le goal est annulé sur décision arbitrale qui voit un back stick. La Gantoise ne baisse pas les bras et continue à mettre la pression sur les Verts. A plusieurs reprises, les jeunes gantois ont la possibilité de revenir au score, mais ils n’y parviennent pas. Les Waterlotois quant à eux, tentent de se dépatouiller de cette équipe en accélérant le jeu dès qu’ils possèdent la balle, mais ils n’y parviennent pas vraiment. Ils se procurent cependant un pc pour une des rares fois qu’ils entrent dans le cercle adverse en cette deuxième mi-temps, mais n’aggrave pas le score. La Gantoise obtient un nouveau pc, Scheen mitraille Hazar, déjà blessé, le gardien le prend en plein plastron sans vraiment le décider. Très fair-play, Kina demande que le temps soit arrêté car le gardien adverse est resté à terre.

Rappelons que le score n’est toujours que de 2-0, la Gantoise peut tout à fait encore revenir. C’est sûrement ce qu’ils se disent quand ils se placent autour du cercle pour leur phase de pc, Scheen réussit enfin à tromper la défense verte et inscrit le 2-1. Mais le Watducks répond immédiatement en inscrivant leur troisième but de la rencontre sur pc, via Willems. D’un point de vue possession et occasion, la mi-temps est en faveur de la Gantoise. Cefko réduit la marque à 3-2 alors qu’il reste 4 minutes au chrono. Molenaar revient au score superbement entre les guêtres du gardien, c’est donc 3-3. C'est sur un partage que se termine le match, alors que la Gantoise aurait mérité de l'emporter.

Orée – Namur ( 3-3 ) Namur est proche de la victoire, mais l’Orée résiste

Orée : Branicki, Hawaux, Langer, Perez, Robbrecht, Thiéry, Van Nieuwstadt

Namur : Dieudonne, Jacob, Joye, Lauwers, Navez, Orbant, Vaerman, Willemart

Arbitres : MM. L. Dooms et F. Haine

Cartes vertes : Dieudonné, Branicki

Carte jaune : Branicki

Les buts : Jacob (0-1), Van Nieuwstadt (1-1), Branicki (2-1), Dieudonné (2-2), Navez (2-3), Branicki (3-3)

Les deux équipes ont des noyaux très réduits en cette quatrième journée de championnat, examen, blessures, vacances, … sept joueurs d’un côté et huit de l’autre. Namur a éventuellement un coup à jouer ce dimanche. Le premier quart ressemble à un round d’observation, les deux équipes explorent le cercle adverse sans trop de dangerosité. Jusqu’au premier pc obtenu par Namur. Mais l’envoi de Navez est repoussé par le gardien sans grande difficulté. C’est en effet Namur qui débloque le marquoir, via Jacob, c’est 0-1.

L’Orée tente de revenir dans le match, Havaux est même dangereux avec son centre, mais aucun de ses coéquipiers n’a son stick au sol. L’essaie est donc raté. Il faut attendre encore quelques instants pour que l’Orée reviennent au score, Van Nieuwstadt inscrit le but égalisateur. Namur ne se laisse pas décourager par ce but, ils reviennent à la charge, mais concède quelques contrattaques à l’Orée, sans conséquence. Jusqu’à ce que… Branicki se retrouve en bonne position et trompe Vaerman. L’Orée prend l’avantage.

Namur augmente le rythme et revient rapidement au score par Dieudonné, c’est 2-2. Namur obtient même l’occasion de reprendre la main, mais le pc est mal calé. Navez permet toutefois à son groupe de mener au score. Il s’y reprend à deux fois, mais inscrit le 2-3. L’Orée ne veut pas se laisser faire, et Branicki répond aussi vite avec un but égalisateur, 3-3 au marquoir. Le temps est longuement arrêté, Nathan Robbrecht, revenu il y a peu de blessure est au sol, le même genou, il rejoint finalement le banc le visage fermé. L'Orée n'a plus de banc pour finir ce match et cette journée. Namur obtient un pc alors qu’il reste quelques secondes. La combinaison avec Willemart n’est pas fructueuse, le score reste inchangé.

Ce dernier quart sera disputé, comme beaucoup de fin de match aujourd’hui. L’Orée commence mal et est réduit à 4 joueurs de champ durant 2 minutes. Namur met une pression importante sur l’Orée qui commence à s’échauffer et à se tendre. Ils font pourtant bloc et résistent bien. Les Rouges ont plusieurs fois l’occasion de dominer au score, mais n’y parviennent pas. Il reste trois minutes au compteur, les échanges s’intensifient encore plus, si c’est possible. Namur concède un pc dans les derniers instants. Mais le match en restera au match nul. Un premier point pour Namur, qui aurait tout de même pu décrocher les trois points à plusieurs reprises.

White Star – Pingouin (4 - 5 ) Trois points arrachés sur le fil

White Star : Aerts, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Devreker, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert

Pingouin : Blockmans, Cockelaere, Fernandez, Leclef, Meire, Mitrotta, Onana, Vandiest, Verdussen

Arbitres : Melle C. Martin-Schmets et M. T. Roland

Cartes vertes : Verdussen

Carte jaune :

Les buts : Fernandez (0-1), Devreker (1-1), Hermans (2-1), Onana (2-2), Cockelaere (2-3), Dykmans (3-3), Vandiest (3-4), Dykmans (4-4), Meire (5-4)

Le White Star doit absolument gagner ces deux rencontres du jour s’il ne veut pas continuer sa dégringolade dans le classement. Le Pingouin souhaite lui rester sur sa victoire de la semaine passée et voit son groupe s’étoffer avec les retours d’Onana et de Cockelaere. Le Pingouin mène déjà au score, par un but de Fernandez, c’est 0-1. Le White doit calmer le jeu s’il veut s’imposer, mais le Pingouin ne lui laisse pas reprendre son souffle. Comme à son habitude les interventions de Mitrotta sont spectaculaires. Devreker revient au score juste sur le fil.

La pression des attaquants nivellois sur les défenseurs bruxellois est au maximum, et la vitesse balle au stick de Moretto est quant à elle très impressionnante et lui permet d’être dangereux. C’est sur une reconversion rapide que Hermans donne l’avantage à son équipe, ce sont maintenant les Bruxellois qui mènent 2-1. Le White Star réussit à dominer les échanges et à imposer son rythme. Devreker est proche du doublé, mais le poteau en décide autrement. Onana prend de vitesse ses adversaires et conclut son solo par le but égalisateur, c’est 2-2. Un pc est concédé par le Pingouin en fin de mi-temps, Leclef faisant monter la balle dans le cercle. Mitrotta est solide et l’arrête en bord de cercle. Le Pingouin a le temps de reprendre la main, via Cockelaere dont l’envoi est dévié dans le goal par un défenseur. Le Pingouin se fait peur en concédant un pc en fin de rencontre et en étant réduit à 4 joueurs de champ. Mais le score ne changera pas.

Le Pingouin continue à mettre la pression sur le White Star, et pénètre déjà à deux reprises dans le cercle adverse. A la troisième pénétration dans le cercle, c’est pc pour les aclots. L’issue du pc donne lieu à discussion, un dégagement est sifflé, alors que le Pingouin réclame un stroke et que le défenseur indique l’avoir touché du stick mais que l’envoi n'est pas cadré. Le White profite de la déconcentration du Pingouin pour revenir au score, Dykmans se présente à gauche du cercle et trompe Mitrotta avec une balle en l’air. Le match devient équilibré. Meire se confronte une fois de plus à Gucassof, sans succès. Dans l’action suivante il obtient un pc pour les siens, Blockmans voit son essai bloqué par Gucassof, qui peine à se dégager, mais qui parvient aidé par ses défenseurs.

Cela devient peut-être redondant, mais encore une fois, le dernier quart sera décisif et intense. Mitrotta doit s’imposer sur une occasion bruxelloise. Dykmans tente de lobber le gardien du Pingouin à l’aveugle mais est un mètre trop large. Tout comme l’occasion de Cockelaere quelques instants plus tard qui finit un mètre trop à droite. Sur pc, Vandiest donne l’avantage au sien. Le White revient à 4-4, via Dykmans alors qu’ils venaient de sortir leur gardien et étaient donc en surnombre. Meire après avoir tenté à plusieurs reprises la même phase, trompe enfin le gardien du White Star et permet au Pingouin d’arracher une victoire méritée.

Namur – White Star ( 3-4 ) Grosse remontée du White Star

Namur : Dieudonne, Jacob, Joye, Lauwers, Navez, Orbant, Vaerman, Willemart

White Star : Aerts, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Devreker, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert

Arbitres : MM. L. Dooms et F. Haine

Cartes vertes : Van Bogaert, Dieudonné

Carte jaune : Aerts, Hermans, Van Bogaert

Les buts : Willemart (1-0), Navez (2-0), Lauwers (3-0), Van Bogaert (3-1), Dykmans (3-2), Dykmans (3-3), Van Bogaert (3-4)

Encore une rencontre qui peut chambouler le classement. Le White Star vient de perdre trois points et doit absolument stopper l’hémorragie. C’est mal parti, Namur enclenche rapidement le marquoir. Tout d’abord par Willemart en phase de jeu, et ensuite par Navez qui dévie la passe d’Orbant sur pc. C’est donc déjà 2-0 pour les Namurois. Les Rouges appliquent leur slogan à la lettre, un roc un bloc, ils restent compacts et ne laissent pas le White Star progresser. Ils obtiennent même une nouvelle phase de pc, alors qu’ils sont en surnombre. Lauwers convertit l’occasion en troisième but, suite à une combinaison avec Jacob.

Le White Star a à cœur d’inverser la tendance du match, ils bénéficient d’un pc dès la reprise, mais les guêtres de Vaerman sont au rendez-vous. Le White est à deux doigts de boire la tasse quand ils sont de nouveau réduits à 4 joueurs de champ pour une deuxième carte jaune, attribuée à Hermans cette fois-ci. Van Bogaert permet cependant au White Star de revenir quelque peu à la surface avec le 3-1, Dykmans met le 3-2 deux minutes plus tard. De Geyter a même la balle du 3-3 au bout du stick, mais sa déviation est 10 centimètres trop à gauche. Namur s’est tout de même vu reprendre au score en très peu de temps.

Namur reprend sur des chapeaux de roues, en étant dangereux à plusieurs reprises dans ce début de mi-temps. Mais Brocorens est présent dans les cages (et non Gucassof, comme indiqué dans le match précédent, mea culpa) et sauve son équipe de la noyade. Dykmans refait même monter son groupe à la surface en inscrivant le goal égalisateur. C'est même Namur qui est proche de prendre l'eau. Van Bogaert voit son tir dévié par les guêtres de Vaerman.

Les échanges sont serrés en cette fin de rencontre, Namur reçoit un stroke, un peu surpris eu même de recevoir cette opportunité. Brocorens s’interpose et garde le partage à l’affiche. C’est au White Star d’obtenir une phase leur permettant de reprendre la main, mais le pc de Gucassof se retrouve à un mètre hors du cadre. Après un but non accordé aux Namurois, le White Star obtient un nouveau pc, Gucassof voit de nouveau son essai repoussé. Namur, grâce à une rapide reconversion, obtient un nouveau pc. Il reste 110 secondes au compteur, mais Namur ne parvient pas à reprendre la main. C’est au contraire Van Bogaert qui permet au White Star de remonter à 3-4. Mené 0-3 ils reviennent donc au score et concluent les échanges avec une victoire.

Pingouin – Orée (2 - 2) Rude partage

Pingouin : Blockmans, Cockelaere, Fernandez, Leclef, Meire, Mitrotta, Onana, Vandiest, Verdussen

Orée : Branicki M., Branicki S., Langer, Hawaux, Neven, Perez, Stockbroekx, Thiéry, Van Nieuwstadt

Arbitres : Melle C. Martin-Schmets et M. T. Roland

Carte verte : Neven

Carte jaune :

Les buts : Cockelaere (1-0), Neven (1-1), Cockelaere (2-1), Van Nieuwstadt (2-2)

Le dernier match de la journée oppose la Pingouin, tout de noir vêtu, et l’Orée en camaïeux de bleu. Pol Gantois a pu rappeler Stockbroekx, Neven et Stanislas Branicki afin de nourrir son banc qui était réduit notamment par la blessure de Robbrecht. Le Pingouin obtient le premier pc, qui donne lieu à une deuxième tentative, mais cette deuxième occasion n’est pas concluante. L’Orée veut faire courir le Pingouin et maintient un tempo élevé. Mais les Nivellois tiennent bon. Les échanges s’accélèrent et se précipitent même quelque peu. Le premier goal tombe 10 secondes avant le coup de buzz. Un enchaînement de passes en un temps permet à Cockelaere de tromper Perez, c’est 1-0 pour le Pingouin.

L’Orée reprend le deuxième quart en tentant de modifier sa structure, cela fonctionne plutôt bien, ils déstabilisent les lignes adverses et se montrent dangereux. Mais la vitesse de Onana et Cockelaere donne un certain avantage au groupe aclot. Neven permet à son équipe de revenir au score, c’est 1-1. Tout est à refaire pour le Pingouin. L’Orée obtient un pc suite à un jeu au sol du défenseur. Ils ont l’opportunité de reprendre la main. Mais Mitrotta sort rapidement et repousse le danger. Les deux équipes rejoignent leur banc sur ce partage.

La reprise des débats se font sur le même ton. Van Nieuwstadt tente de tromper Mitrotta en jouant dans les airs, mais ce dernier, une fois n’est pas coutume, ne s’est pas couché. Et le Pingouin répond en obtenant un pc, suite à un mauvais contrôle de Thiéry. L’envoi de Vandiest donne lieu à un stroke. Mais Blockmans ne permet pas au sien de prendre l’avantage. C’est toujours 1 partout. Le coach bruxellois réclame de la structure, là où le coach nivellois appelle ses joueurs à travailler sur chaque balle. Mitrotta repousse les deux tentatives de Neven. Aucune des deux formations ne se dégagent, la moindre erreur se paiera cash. C’est de nouveau Cockelaere qui donne l’avantage au sien en trompant Perez.

L’Orée obtient un pc dès l’entame de ce dernier quart. Van Nieuwstadt convertit proprement cette occasion et revient au score, c’est 2-2. Mais l’Orée ne se contentera pas d’un point, ils mettent la machine en route afin de prendre le lead. Cela fonctionne, acculé le Pingouin va à la faute dans son cercle, de nouveau pc. L’envoi s’envole au-dessus de la cage. Il reste trois minutes et les échanges vont en crescendo, les occasions et les duels se succèdent. La première carte est délivrée en fin de rencontre. Les deux équipes se séparent sur un partage qui ne contente personne.

Sur le même sujet