Tous les résultats de la cinquième journée de championnat indoor Messieurs

Ce dimanche, les rencontres opposent les mêmes équipes que lors de la journée d’entame de la saison.

Tous les résultats de la cinquième journée de championnat indoor Messieurs
©BELGA PHOTO BRUNO FAHY
Ethel Vandiest

En matinée, les deux premiers, Léopold et Watducks, rencontrent les deux derniers du championnat, le Pingouin et Namur. En fin de journée, ce sont les équipes du White Star, de l’Amicale Anderlecht, de l’Orée et de la Gantoise qui s'affrontent, la quatrième place du classement étant déjà à l’ordre du jour.

Suivez nous en direct :

Léopold – Namur : (12 - 4) Score impressionnant.

Léopold : Baumgarten, Degroote, Depauw, Moreno, Plennevaux, Reynaud, Simar, Zimmer.

Namur : Dieudonne, Jacob, Joye, Lauwers, Navez, Orbant, Vaerman, Willemart

Arbitres : MM. N. Stenier et L. Dooms

Cartes vertes : Degroote, Plennevaux, Jacob

Les buts : Orbant (0-1), Simar (1-1), Plennevaux (2-1), Simar (3-1), Simar (4-1), Plennevaux (5-1), Orbant (5-2), Degroote (6-2), Simar (7-2), Willemart (7-3), Plennevaux (8-3), Simar (9-3), Navez (9-4), Zimmer (10-4), Simar (11-4), Plennevaux (12-4)

La première rencontre oppose les antipodes du classement. C’est pourtant Namur qui se veut plus dangereux en ce début de période. Tout d’abord avec une très belle passe de Jacob qui aurait pu tromper le gardien du Léo, mais l’attaquant était quelques centimètres trop courts. Ensuite il y a eu le goal de Joye, annulé pour back stick, et finalement le goal d’Orbant validé cette fois-ci, Namur mène donc 1-0. Mais cela ne dure pas longtemps, Simar réduit la marque à 1-1, par un envoi assez puissant sur les guêtres de Vaerman, qui est obligé de la dévier dans son goal. Juste avant la fin du premier quart, le Léo est réduit à 4 joueurs de champ.

Le Léo se fait encore peur sur une tentative de lobe de Dieudonné, mais obtient également en premier pc, que Plennevaux met proprement au fond des filets. Le Léo était sans doute refroidi par la température de la salle, mais le diesel est maintenant chaud. Simar inscrit le 3-1 côté droit, et ensuite le 4-1 côté gauche. Plennevaux inscrit son doublé du jour, c’est déjà 5-1 au compteur, Namur qui espérait, se fait maintenant dépasser de tous les côtés. Ils reviennent cependant dans les débats, en fin de première mi-temps avec une belle combinaison, entre Willemart et Orbant, qui finit au fond du but.

Le match reprend après les 3 minutes de pause réglementaire, le club de Namur obtient deux pcs, mais leurs combinaisons ne parviennent pas à aggraver le score. Le Léo est bien plus efficace sur cette phase décisive, Degroote ne transige pas et arme un tir puissant, si bien que le défenseur doit se baisser pour ne pas recevoir le tir en plein visage (6-2). Simar continue sur sa lancée et soigne son goal-average, c’est donc 7-2. Namur, bien que dominé, montre tout de même de belles phases, et surtout une belle volonté et hargne à se battre jusqu’au bout. Pour preuve le troisième but de Namur qui vient d’une action en solitaire de Willemart, après avoir effacé un et puis deux défenseurs bruxellois, il conclut le mouvement par un goal justement placé.

Le Léo obtient un pc en début de cette dernière partie de match, mais le ce n’est pas sur cette phase que le compteur bougera. C’est Plennevaux qui inscrit le 8-3 quelques instants plus tard. Suivi du 9-3 de Simar. Namur est enfin efficace sur pc, Navez reçoit la balle sur combinaison de Jacob. Les buts s'enchaînent en fin de rencontre, au point d’en perdre le fil, Zimmer, Simar et Plennevaux s’y mettent pour arriver à 12 goals pour le Léo. Les échanges se clôtureront sur ce score de 12 à 4.

Watducks – Pingouin : ( 5-6 ) Un derby fort disputé, qui tourne à l’avantage des Nivellois.

Waterloo Ducks : Capelle L., Capelle M., Dykmans, Esquelin, Hazaer, Maraite, Neyts, Sidler, Van Strydonck, Willems

Pingouin : Beirnaert, Blockmans, Cockelaere, Fernandez, Keusters, Leclef A., Meire, Mitrotta, Onana, Verdussen

Arbitres : MM. T. Bigaré et V. Michotte

Carte verte : Cockelaere

Les buts : Cockelaere (0-1), M. Capelle (1-1), Maraite (2-1), Blockmans (2-2), Beirnaert (3-2), Dykmans (3-3), Maraite (4-3), Cockelaere (4-4), Cockelaere (4-5), M. Capelle (5-5), Meire (5-6)

Au match aller, le Pingouin réussit à tenir bon et à freiner les tentative et l’envolée du Watducks, est ce que cela sera encore le cas aujourd’hui ? Il faut bien avouer que c’est le Pingouin qui vient frapper à la porte du cercle adverse en premier. Tout d’abord par un pc, que Le Clef ne convertit pas, ensuite pas deux trois actions relativement dangereuses. Le Watducks se veut quelque peu plus agressif et plus présent dans le cercle nivellois, mais la défense parvient à s’en sortir intelligemment et à relancer Onana, qui se confronte à Hazaer. Meire se confronte encore au portier waterlotois, mais sans succès.

C’est donc toujours 0-0 à l’entame de cette onzième minute de jeu, mais cela ne le reste pas longtemps, Cockelaere inscrit d’amblée le premier but du Pingouin et débloque enfin le compteur resté gelé trop longtemps. Max Capelle, en combinaison avec Louis son frère, revient à l’équilibre, c’est 1-1. Willems voit son tir se heurter au poteau. Le Watducks monte petit à petit en puissance. Le Pingouin ne souhaite pas se laisser faire, il ne relâche pas la pression et obtient un pc, mais le tir de Blockmans n’est pas cadré. Mais Maraite trouve la faille quelques instants plus tard, dans un véritable trou de souris il place la balle et trompe Mitrotta.

Les échanges se durcissent et s’accélèrent, les occasions se multiplient mais le score ne se modifie pas. C’est le quart temps des pcs. Les deux équipes en obtiennent plusieurs, mais c’est le Pingouin qui est le plus efficace sur cette phase, il en inscrira deux, Blockmans (2-2) en driblant Hazaer, et ensuite Beirnaert (3-2) suite à une combinaison parfaitement huilée. Dykmans revient au partage, également sur pc (3-3).

Ces dix dernières minutes seront tendues, Cockelaere voit son goal annulé, et c’est Maraite qui fait encore basculer le score en faveur de son équipe. C’est donc 4-3. Sauf que Cockelaere et consorts ne se laisseront pas faire, ils reviennent harceler Hazaer, et cette fois le but est accordé. C’est 4-4. Aussi bien Dykmans que Onana ont le goal de la victoire au bout du stick, mais pour l’instant aucune équipe ne domine l’autre. Chaque balle est importante, il reste 3minutes trente, le Pingouin s’octroie un pc, qui donne lieu à une deuxième phase car la balle est jouée alors qu’elle est toujours en l’air. La combinaison avec Beirnaert n’aboutit pas. Mais le solo de Cockelaere quelques instants plus tard lui fonctionne parfaitement, le Pingouin reprend la main. Mais cela ne dure que 14 secondes, Max Capelle anéantit une fois de plus les espoirs du Pingouin, il inscrit le 5-5. Comme pour le match contre l’Orée, c’est Meire qui délivre son équipe, à 10 secondes de la fin.

Namur – Watducks : (4 -2 ) Exploit des Namurois

Namur : Dieudonne, Jacob, Joye, Lauwers, Navez, Orbant, Vaerman, Willemart

Waterloo Ducks : Capelle L., Capelle M., Dykmans, Esquelin, Hazaer, Maraite, Neyts, Sidler, Van Strydonck, Willems

Arbitres : MM. N. Stenier et L. Dooms

Cartes vertes : Orbant, Van Strydonck, M. Capelle, Lauwers

Carte jaune : Joye

Les buts : Jacob (1-0), Orbant (2-0), Dykmans (2-1), Navez (3-1), Dykmans (3-2), Navez ( 4-2).

Le Watducks veut se retrapper, Namur veut en profiter pour créer l’exploit. Les Watducks se montre déjà dangereux, Willems par un long moment de dribble dans le cercle, ne peut trouver un espace pour armer, il passe en retrait à Maraite, mais son essai est directement sur Vaerman. Les échanges sont rudes, plusieurs joueurs se retrouvent au sol, et les premières fautes donnant lieux à des pc sont sifflés. Namur, comme a son habitude inscrit le premier but du match, Jacob dévie l’envoi de Navez. La tentative de Louis Capelle se voit repousser par le poteau. Namur obtient un deuxième pc. Et inscrit son deuxième goal, via Orbant. Le stick de Vaerman est présent sur la tentative de Maraite. Le buzz signifie la fin de ces 10 premières minutes, le score est de deux buts en faveur des namurois.

Dykmans encourage ses coéquipiers et montre le chemin des buts, en forçant les lignes défensive, il va inscrire le premier but du Watducks dès la reprise. Le capitaine peut revenir au score sur pc, mais sa tentative n’est pas cadrée. Le Watducks semble manquer de rythme et accumule les petites erreurs de contrôle. Namur ne domine pas, mais profite de son avantage et de chaque imprécision de son adversaire. Le Watducks offre littéralement un pc à Namur, heureusement Hazaer est présent et sort facilement celui-ci. Namur est réduit à 4 joueurs de champ, mais le Watducks n’en profite pas. Au contraire, Van Strydonck sort trop l’épaule dans son duel avec Orbant, et c’est la double peine, carte verte et pc. Mais la défense du Watducks est présente.

Namur entame cette mi-temps de la meilleure manière qui soit, en inscrivant un but via son capitaine, Navez, c’est donc 3-1 alors que le Watducks est encore réduit en nombre de joueur. Hazaer s’en sort bien quelques instants plus tard, lorsqu’il est à terre et mis sous pression par Orbant et Joye. Le Watducks poursuit son cauchemar et se voit une nouvelle fois réduit, alors que le M. Capelle n’avait honnêtement pas entendu la consigne de l’arbitre. Les décisions arbitrales continuent à tourmenter le groupe de Arnaud Massaert qui ne comprend pas toujours le bien fondés de celles-ci. C’est Namur qui est finalement réduit à 4 joueurs de champ et ce durant deux minutes. Le Watducks saisi l’occasion et se provoque un pc, l’occasion n’est pas convertie. Un deuxième pc est sifflé quelques instants plus tard, Vaerman est encore présent. Sur la reconversion, Joye est proche du coup de grâce, mais c’est finalement le petit filet extérieur qui tremble et non l’intérieur. Le score est toujours de 3-1 quand le buzz retenti.

Namur est donc à 10 minutes de l’exploit. Ils concèdent cependant un pc dès le début. Le Watducks revient à 3-2 par l’envoi millimétré de Dykmans le long du poteau droit. Namur continue à presser et croit en ces trois premiers points. Il reste 3 minutes et le Watducks décide de sortir son gardien. Navez est voit sa déviation s’éteindre hors du cadre alors qu’il est seul face aux cages vides. Le Watducks obtient un pc alors qu’il reste une minute au compteur, mais les guêtres de Vaerman sont encore sur le chemin. Il reste 30 secondes et Navez inscrit le 4-2 qui scelle l’issue du match. Victoire de Namur.

Pingouin – Léopold : Pingouin – Léopold : ( 3-7 ) Le Léopold reste dominant

Pingouin : Beirnaert, Blockmans, Cockelaere, Fernandez, Keusters, Leclef A., Meire, Mitrotta, Onana, Verdussen

Léopold : Baumgarten, Boon, Degroote, Depauw, Henet, Moreno, Plennevaux, Reynaud, Simar.

Arbitres : MM. T. Bigaré et V. Michotte

Carte verte : Blockmans

Les buts : Simar (0-1), Simar (0-2), Plennevaux (0-3), Beirnaert (1-3), Verdussen (2-3), Simar (2-4), Degroote (2-5), Simar (2-6), Meire (3-6), Plennevaux (3-7)

Le Léopold aligne une équipe quelque peu changée, Zimmer absent et Henet est de retour et un certain Tom Boon vient s’essayer à la salle, arrivé sans stick, ni jambière tout de même. Le Léopold ne laissera pas le Pingouin s’installer et inscrit deux buts en moins d’une minute, par Simar tous les deux. Le Pingouin ne respire pas en cette première partie de match, hormis une tentative d’Onana, ce sont bien les rayés rouge et blanc qui dominent et sont à la manœuvre. Le Pingouin résiste cependant et ne laisse pas le Léopold s’envoler.

Le Pingouin doit faire le gros dos et serrer les coudes en défense, tant ils sont assaillis par le Léopold. Les quelques ouvertures qu’ils obtiennent ne sont pas concrétisées, ni par Onana, ni par Cockelaere. Plennevaux trompe Mitrotta dans les airs, son point faible, c’est 0-3. Cela ne sera pas une clean sheet pour Henet, Beirnaert inscrit le premier but du Pingouin alors qu’il vient de monter au jeu. Le Pingouin prend goût au cercle adverse et double la marque. Verdussen dévie le centre de Cockelaere. C’est 2-3. Le Léopold obtient un pc en fin de quart mais Boon rate son sleep, la balle est dégagée.

Onana tente d’y aller en solo et slalome entre les lignes du Léopold, sa tentative termine par contre hors cadre. Le Pingouin possède un petit peu plus la balle en ce début de reprise, mais a tendance à se précipiter et perd l’avantage dont il pourrait disposer. Sur pc, Simar donne de l’air à son équipe, bien que son contrôle fût quelque peu sautillant, le but est accordé, c’est 2-4. Le Pingouin obtient un pc mais celui-ci s’écrase sur la latte.

Une combinaison entre Simar et Degroote sur pc monte le score à 2-5. La première carte du match tombe, c’est le Pingouin qui est réduit durant une minute. Le Pingouin obtient tout de même un pc, mais cela ne leur permet pas de réduire le score. Le Léopold reste maître de la situation. Simar inscrit exactement le même but que lors du précédent quart. Sur pc, malgré une balle sautillante le goal est accordé. Le Pingouin répond directement sur pc également, après avoir tenté à plusieurs reprises, c’est Meire qui la met au fond, c’est 3-6. Le score final est de 3-7, via Plennevaux.

Gantoise – Orée : (2 - 6) L'Orée reste efficace

Gantoise : Cefko, Cremers, De Bolle Deplus, Lauwers, Leitaer, Molenaar, Rogge, Vandenbossche.

Orée : Becker, Branicki M., Branicki S., Hawaux, Langer Perez G., Perez R., Thiéry, Van Nieuwstadt, Willocx

Arbitres : MM. M. Pontus et T. Dagnelie

Cartes vertes : G. Perez,

Les buts : Cefko (1-0), G. Perez (1-1), G. Perez (1-2), G. Perez (1-3), Van Nieuwstadt (1-4), M. Branicki (1-5), S. Branicki (1-6), Cefko (2-6)

Lors du match aller, l’Orée avait vaincu l'équipe de la Gantoise, un but à trois. Un peu refroidit lors du week-end dernier, ils souhaitent logiquement reproduire ce match aller et repartir avec les trois points. C’est bien l’Orée qui mène les échanges en début de rencontre. Ils imposent rythme et construction. La Gantoise suit le mouvement. C’est pourtant la Gantoise qui entame le score, sur pc le but est attribué à Cefko. Mais l’Orée répond dans la foulée, via Perez qui remet le score à égalité.

La Gantoise obtient, quelque peu généreusement, un pc dès le début de ce deuxième quart, mais R. Perez est présent et s’interpose sur l’essai. La Gantoise est plus présent dans cette partie du match. Lauwers et Leitaer y vont de leur tentative. L’Orée reste cependant très efficace, une entrée dans le cercle et G. Perez inscrit le 1-2. Les Bruxellois se font tout de même inutilement peur. Mais revient encore, toujours avec G. Perez (1-3).

Quelques sueurs froides pour l’Orée à la reprise, sans conséquence, jusqu'à maintenant, mais on sait que le point faible de l’Orée est de garder son niveau de concentration constant lors de l'entièreté de la rencontre. Le point fort de la Gantoise est son énergie et son explosivité, ils ne comptent pas leurs efforts et se jettent dans le match. Thiéry va provoquer intelligemment un pc pour son équipe, celui-ci est convertit par Van Nieuwstadt, l’Orée mène 1-4. M. Branicki reçoit un centre de Thiéry en bord de cercle, il a le temps de fixer le gardien adverse, celui-ci n’a d’autre choix que de dévier le tir de l'attaquant dans ses propres filets, c’est 1-5, l’Orée se rassure. Soulignons tout de même la belle tentative de déviation de Leitaer, mais R. Perez est resté attentif.

G. Perez ne laisse pas respirer la défense gantoise, et est présent dès les remises en jeu, après une occasion, il provoque un pc, mais l’envoi n’est pas cadré et ce sont les filets de protection des vitres qui tremblent. Sur le pc suivant, la combinaison entre G. Perez et M. Branicki est proche de la conclusion, G. Perez, donneur reçoit la balle directement au poteau, il lui manque pourtant quelques centimètres pour inscrire un but supplémentaire. Thiéry va titiller les guêtres de Vandenbossche, mais la balle est déviée hors des limites de jeu. C’est en équipe que le 6ème but est inscrit par l’Orée, conclusion par S. Branicki. Sur le dernier pc gantois, Cefko conclut les échanges sur un 2-6, le double du score aller.

Amicale Anderlecht – White Star :(7 -8 ) Véritable combat disputé jusqu'au bout.

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud'hui, Conreur, De Sousa Ventosa, Delos, Michiels, Noé, Pangrazio, Patterson, Scheer, Sior, Van Cangh

White Star : Aerts, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Devreker, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert.

Arbitres : Mlle C. Martin-Schmets et M. R. Tinant

Les buts : Bourdeaud’hui (1-0), Van Bogaert (1-1), Patterson (2-1), Michiels (3-1), Van Bogaert (3-2), Gucassof (3-3), Hermans (3-4), Devreker (3-5), Van Bogaert (3-6), Scheer (4-6), Hermans (4-7), Patterson (5-7), Bourdeaud’hui (6-7), Devreker (6-8), Pangrazio (7-8)

Le match attendu du jour oppose l’Amicale Anderlecht au White Star. Deux équipes qui souhaitent intégrer durablement le top 4, deux groupes qui se connaissent bien et deux staffs très présents sur le bord du terrain, cela promet du spectacle. Spectacle que nous espérons beau.

La première tentative franche est à comptabiliser du côté du White Star via Devreker. Le premier goal tombe cependant du côté anderlechtois, par le doyen de la compétition, Bourdeaud’hui, c’est donc 1-0. Le White Star tente plusieurs fois de passer en force et d’atteindre la surface dangereuse adverse. Après quelques tentatives, ils arrivent enfin à se créer un pc. Van Bogaert reçoit la balle et arme un tir puissant qui est dévié par un défenseur dans son propre goal, c’est un partout, balle au centre.

Anderlecht reprend l’avantage via un but de Patterson, après plusieurs minutes dans le cercle adverse, Brocorens ne peut plus repousser les assauts anderlechtois. Un de plus, signé Michiels cette fois-ci, le marquoir indique 3-1. Le White Star se réveille et y va également de ses occasions mais avec moins de réussite que ses adversaires. Hermans voit par exemple son lobbe s’échouer hors du cadre. Suite à un échange trop musclé des défenseurs, le White obtient l’un de ses premiers pcs, Van Bogaert ne transforme pas l’essai. Le pc tiré par Sior est intercepté par Brocorens. Van Bogaert inscrit son doublé et trompe Van Cangh. Le score est de 3-2 avant la mi-temps.

Le White Star démarre la mi-temps dans le cercle adverse et à force d’insister obtient un pc. Gucassof permet à son groupe de revenir au score (3-3). Et le poteau empêche le White de prendre la main sur la tentative de Hermans. Il se rattrape 40 secondes plus tard, sur pc et inscrit le but permettant au White Star de mener pour la première fois de la rencontre, c’est 3-4. Le White Star fait basculer le match, tout d’abord via Devreker qui inscrit le 3-5 et ensuite Van Bogaert pour le 3-6. Dans la foulé et sur pc, Scheer permet à son groupe de réduire l’avance récemment prise par le White Star, Anderlecht inscrit le 4-6.

Le dernier quart, les dix dernières minutes promettent d’être intenses. Hermans entérine quelque peu le score en inscrivant le 4-7. Les Anderlechtois assez fébriles tentent le tout pour le tout en sortant leur gardien en début de dernier quart. Sur le coup, cela paie, Patterson inscrit le 5-7. Le 6-7 est marqué dans la foulé par Bourdeaud’hui. Mais le White Star répond directement et surenchère à 6-8. Le surnombre d’Anderlecht se ressent, Pangrazio marque le 7-8. Il reste 30 secondes. C’est une belle remontée tout d’abord de la part du White Star et ensuite de la part d’Anderlecht, mais celle-ci ne suffit pas.

White Star – Gantoise : (4 - 3 ) Le White tient bon

White Star : Aerts, Brocorens, Croonenberghs, De Geyter, Devreker, Dykmans, Gucassof, Hermans, Moretto, Van Bogaert.

Gantoise : Cefko, Cremers, Deplus, Lauwers, Leitaer, Molenaar, Rogge, Vandenbossche.

Arbitres : MM. M. Pontus et T. Dagnelie

Carte verte : Van Bogaert

Carte jaune : Deplus

Les buts : Cremers (0-1), Hermans (1-1), Hermans (2-1), Lauwers (2-2), Devreker (3-2), Dykmans (4-2), Cefko (4-3)

Le White Star enchaîne directement avec sa deuxième rencontre, face à l’équipe de la Gantoise. Leur victoire précédente leur aura couté beaucoup d’énergie, arriveront ils tenir tête au jeune groupe ? Nous verrons.

Le match a en effet du mal à démarrer, et c’est finalement la Gantoise qui entame le score, un peu sur un mal entendu, même Cremers semble surprit que la balle termine dans la cage. Le White Star répond aussi tôt via la déviation d’Hermans c’est donc 1-1 au marquoir. La Gantoise obtient un pc, même si celui-ci est difficilement sortit par la défense, la Gantoise ne parvient pas à en obtenir quelque chose. Un instant plus tard, le groupe gantois est même réduit à 4 joueurs de champ durant 2 minutes. Les deux gardiens se démarquent sur leurs différentes interventions. Les occasions sont là, mais rien ne rentre.

En cette reprise, ce sont encore et toujours les gardiens qui se font remarquer et ce positivement. Le White Star obtient un pc, manque de communication entre le donneur et l’attaquant, celui-ci ne s’attendait pas à recevoir la balle, si bien qu’il avait entamé sa course vers le goal. Un second pc est sifflé en faveur des Bruxellois, mais Hermans voit son tir repoussé. Toujours Hermans, mais en phase de jeu cette fois-ci, et l’issue est différente. C’est le 2-1. Les joueurs de Pascal Kina n’ont pas dit leur dernier mot, Lauwers revient au score, 2-2. Le White obtient assez généreusement un pc sur le buzzer de la mi-temps. C’est le poteau qui sauvera les Gantois.

La Gantoise débute en jouant deux phases de pc, mais n’en marque aucune, la White est bien plus efficace et prend le lead avec Devreker qui permet au compteur d’afficher 3-2. L’expérience du White Star leur permet de garder l’avantage. Mais il est ténu, et peu basculer à tout moment. La Gantoise obtient un pc car le défenseur Moretto intercepte la balle en plein visage. La Gantoise ne marque pas. Une reconversion plus tard, Dykmans se trouve parfaitement positionné et inscrit le 4-2. On notera le geste de fair-play du White remettant la balle à la Gantoise après un bully suite à un problème technique du gardien.

Il reste un peu moins de 10 minutes au compteur, quand Cefko permet aux siens de revenir à 4-3 sur pc. C’est au tour du White Star d’enchainer les phases de pcs, mais les tentatives de Gucassof restent infructueuses. Encore un pc en faveur du White Star, et puis un deuxième avec un défenseur en moins, mais le marquoir reste insensible à cette phase. Kina décide de sortir son gardien, le sur nombre de fin de match penchera t il en faveur des Gantois ? Ce n’est pas le cas. Le score reste inchangé ; 4-3.

Orée – Amicale Anderlecht :( 4-9 ) L'Amicale Anderlecht se montre plus forte que l'Orée

Orée : Becker, Branicki M., Branicki S., Hawaux, Langer Perez G., Perez R., Thiéry, Van Nieuwstadt, Willocx

Amicale Anderlecht : Antoine, Bourdeaud'hui, Conreur, De Sousa Ventosa, Delos, Michiels, Noé, Pangrazio, Patterson, Scheer, Sior, Van Cangh

Arbitres : Mlle C. Martin-Schmets et M. R. Tinant

Carte verte : Antoine, Willockx

Carte jaune : Scheer

Les buts : De Sousa (0-1), Patterson (0-2), G. Perez (1-2), Thiéry (2-2), Thiéry (3-2), Bourdeaud’hui (3-3), Scheer (3-4), G. Perez (4-4), Patterson (4-5), Scheer (4-6), Antoine (4-7), Patterson (4-8), Bourdeaud’hui (4-9)

A peine le temps de s’installer, que le premier goal tombe dans cette dernière rencontre de la journée, l’auteur est De Sousa, c’est donc Anderlecht qui mène 0-1. L’Orée tente de revenir et d’effacer cet écart, mais est rapidement stoppé. Anderlecht obtient même son premier pc assez rapidement. Mais celui-ci n’aboutit à rien R. Perez sortant rapidement. La combinaison entre G. Perez et S. Branicki termine sur le poteau d’Anderlecht. Patterson double la marque sur un but de champ, mais l’Orée revient et garde l’écart à un but, en inscrivant le 1-2 via G. Perez.

On sent la frustration du côté de l’Orée, Thiéry, généralement plus défensif décroche de sa position et vient se confronter au jeune Van Cangh. Une première fois sans résultat, la seconde sera payante, c’est 2-2. Thiéry n’est pas rassasié et il s’en va mettre le 3-2. Comme souvent, s’installe un jeu du « Berger qui répond à la Bergère », Bourdeaud’hui inscrit aussi tôt le 3-3. Et rebelote, cette fois c’est Anderlecht qui mène de nouveau au score par Scheer. La mi-temps n’est pas encore sifflée que nous en sommes déjà à huit buts inscrits. En effet, G. Perez revient à 4-4. Patterson, sur pc, donne avantage à son groupe au bout de 18 minutes de jeu. Les hommes retournent sur leur banc au score de 4-5.

L’Orée concède généreusement un pc dès la reprise, un coup de stick jugé trop volontaire de Perez aux abords du cercle, Anderlecht, encore via Scheer, mène dès lors 4-6. Le septième but d’Anderlecht est sans doute le plus collectif de la journée, une succession de passes en un temps, conclue par Antoine. L’Amicale Anderlecht se voit réduit à 4 durant deux minutes, étalées sur les deux derniers quarts.

L’Orée entame ces dernières dix minutes avec une réelle intention de revenir au score. Ils ne profitent cependant pas du pc qu’ils obtiennent en début de reprise. Anderlecht reste également très agressif. Pol Gantois sort son gardien en fin de rencontre, ils ont au minimum trois buts à rattraper afin d’empocher des points. Il leur reste moins de quatre minutes pour le faire. Mais Patterson place la barre du défi un peu plus haute encore, en inscrivant le 4-8, Bourdeaud’hui met un terme au espoir de la Blue Army en inscrivant le 4-9.