Hockey: la lutte pour le maintien est complètement folle

Pour lancer la seconde partie du championnat après une longue trêve, un alléchant duel bruxellois entre l'Orée, 5ème du classement, et le Léo, leader du championnat, était au programme à Woluwe. Le Braxgata, le Daring et le Beerschot ont pris trois points ce qui relance un peu plus le suspense en bas de classement

Damien Russel
Hockey: la lutte pour le maintien est complètement folle
©BELGA

Le papa Boon fait parler la poudre pour enfoncer l'Orée

Orée - Léopold 2-5

A domicile, l'Orée n'est jamais facile à manœuvrer, à charge pour les artilleurs du Leo de faire démentir cet adage. A noter que plusieurs joueurs ont profité de cette longue interruption pour s'adonner aux joies du hockey en salle, avec à la clé un titre pour le Léo, renforcé pour l'occasion de Phil Simar, qui se trouve en outdoor dans le camp d'en face.

Il n'y avait de période de temporisation en début de match. Après une centaine de secondes de jeu, Verdussen louchait pour Engebert. Le stick d'or espoir centrait dans le cercle. La balle était touchée par un pied oréen mais sans réaction des arbitres. Les visités partaient en contre avec un énorme effort de Domene qui passait pour Curty, esseulé. L'attaquant français perdait son duel face à Reynaud. Dans l'autre sens à la 4e, Simar perdait la balle sur dégagement et cela profitait à Boon qui tirait vers le but. Thieffry dégageait du pied. A la 6e, Curty provoquait le premier pc du match, Domene sleepait, Reynaud contrait. Boon, hyperactif sur la gauche déboulait et centrait. Arthur Verdussen reprenait mais Thieffry ecartait le danger. A la 9ème minute, Boon était dangereux sur pc sans tromper la vigilance de Thieffry. Après un cafouillage, Masso était proche d'ouvrir le score mais Reynaud intervenait bien. En fin de premier quart, Degroote ratait l'imanquable, lorsqu'il tirait à côté du but.

Le second quart n'avait repris que depuis quelques minutes que Boon ouvrait le score d'une tir en revers surpuissant que Thieffry ne pouvait qu'effleurer. Le Leo gérait son avantage avec la possession de la balle. Boo faisait mal. Il se procurait un stroke à la 26e après une faute de Beckers et ne se faisait pas prier pour doubler la mise. Peu après, le meilleur buteur du championnat débordait à droite cette fois et provoquait un long. Sur ce long, Degroote reprenait de volée une balle et envoyait un scud vers Thieffry. Celui-ci stoppait la tentative. Il intervenait une nouvelle fois sur un tir de Boon.

L'orée reprenait bien la seconde mi-temps et pensait revenir au score mais le but était annulé pour jeu dangereux. Zimmer alourdissait le score intelligemment. Sur la remise en jeu, il récupérait la balle et obtenait un pc. Boon le tirait, cela terminait en long. Arthur Verdussen sur le long trouvait une nouvelle fois la faille de près. Le pauvre Thieffry était abandonné par son équipe sur quelques phases en quelques minutes. Le Leo continait d'appuyer sur le champignon et Boon tirait au-dessus du but. Domene réduisait le score sur pc à la 48e.

L'Orée poussait dès le début du dernier quart. Branicki d'abord et Domene ensuite se procuraient des occasions franches. En contre, A. Verdussen touchait le poteau. La meilleure défense étant l'attaque, Plennevaux forçait un pc. Cela redonnait pc. Boon le transformait en s'offrait un triplé. Le Léo continuait d'attaquer et avait un nouveau pc qui redonnait pc. Cela ne donnait rien. Les visités obtenaient un pc en fin de rencontre qui était mal stoppé et permettait au Leo de récupérer la balle. L'occasion pour les visiteurs de se retrouver à plusieurs dans le cercle de Thieffry qui détournait la tentative du Leo. Sur le gong, Domene donnait au score son allure finale.

Orée: Thieffry; Beckers, Bellenger, Raemdonck, Willems; Masso, Simar, Thiéry; Curty, Domene, Clément; puis S. Branicki, M. Branicki, Willocx, Generet et Stockbroeckx

Leopold: Reynaud; Eaton, J. Verdussen, Forgues, Muschs; Baumgarten, De Trez, Engebert; Degroote , Boon, Plennevaux; puis Zimmer, A. Verdussen, Cuvelier Moreno et Poncelet

Arbitres: MM. T. Bigare et D. Van Den Eede

Cartes vertes: 12e Beckers, 15e Willems, 36e Baumgarten

Carte jaune: 57e Bellenger

Les buts: 19e Boon (0-1), 26e Boon sur stroke (0-2), 43e Zimmer (0-3), 44e A. Verdussen (0-4), 48e Domene sur pc (1-4), 60 Boon sur pc (1-5) , 70e Domene sur pc (2-5)

Penalty Corner: Orée 2/5 Léopold 1/5

Le Bee profite de 5 minutes de folie pour rafler les 3 points au Dragons

Dragons – Beerschot 2-3

A la 4e minute, Marin Peeters était le premier à faire entrer la balle dans les 25. Son centre traversait le cercle. Louis Capelle cadrait la première frappe dans la foulée. Loic Van Doren était sur la trajectoire. Le Dragons réagissait par un tir de Rubens qui était jugé fautif. Le premier quart d’heure ressemblait surtout à un round d’observation. Les réelles percées étaient rares. Cobbaert était à la réception d’un centre à la 15e minute, mais il ne contrôlait pas bien la balle. Della Torre combinait avec Denayer qui trouvait van Aubel qui trouvait à son tour un premier pied dans le cercle à la 16e minute. Le premier pc de la partie était sifflé. Sans danger pour Verhoeven qui stoppait le tir. Verhoeven devait à nouveau s’interposer sur un tir cadré. Dans la foulée, le Dragons obtenait un 2e pc. Monsieur Dagnelie écartait le donneur Gougnard pour un faux mouvement. Il faisait ensuite rejouer le pc parti trop tôt. Finalement, Della Torre transformait cette phase confuse d’un puissant sleep.

Dans le deuxième quart, le Dragons prenait le jeu à son compte de manière assez claire. Le Bee cherchait à imprimer son propre tempo pour casser l’ardeur de Denayer and co. A la 29e minute, Gougnard provoquait le 3e pc et surtout la première occasion de ce 2e quart. Il était mal stoppé, mais la phase s’achevait sur la tête de van Aubel. Sur le 4e pc, Della Torre ne cadrait pas. A la 34e minute, Loic Van Doren était héroïque en remportant son face à face puis en repoussant encore la balle alors qu’il était à terre.

De retour des vestiaires, le Beerschot pressait nettement plus haut ce qui dérangeait les sorties de défense du Dragons. Les occasions restaient rares. Raes chauffait le gant de Verhoeven à la 40e minute. A la 43e minute, Raes commettait une faute évitable qui amenait le premier pc du Bee. Comme line-stop, Della Torre déviait la balle sur le poteau. Le Bee poussait un peu plus et Perez trouvait la faille. Il se jouait de van Aubel pour balancer une balle vers le but. Marin Peeters la touchait (1-1). Le Bee, en feu depuis 5 minutes, provoquait son 2e pc à la 48e minute. Perez était sur le rebond pour l’envoyer dans le plafond (1-2). Louis Capelle poursuivait le festival du Bee à la 52e minute en déviant une balle dans le cercle. Un goal typique à la Louis. Flo van Aubel obtenait le pc à 5 secondes de la fin du quart. Della Torre cherchait la lucarne, mais Verhoeven était là. Le 3e quart était rude pour le Dragons.

Dès la 55e minute, Gougnard armait une grosse frappe que Verhoeven détournait. A la 56e minute, c’est van Aubel qui cadrait son tir. A la 57e minute, van Aubel allait chercher un pied dans le cercle. Denayer se chargeait de réduire l’écart (2-3). Raes touchait le poteau à la 59e. A la 64e minute, Sior répondait mais la balle filait à côté du but. Cobbaert tirait à son tour. Le 8e pc du Dragons ne donnait rien, mais Gougnard amenait déjà le 9e pc à la 67e minute. De Sloover déviait le sleep de Della Torre. Dans la dernière minute, van Aubel amenait le 10e pc du Dragons. Il était mal stoppé. Le Bee prend trois points très précieux à Brasschaat.

Dragons : Van Doren ; Lootens, Della Torre, Harte, Geers ; Gougnard, Ruben, Denayer ; Cobbaert, van Aubel, Martinez ; puis Luyten, Putters, Raes, Foubert, Crols

Beerschot : Verhoeven ; Penelle, De Sloover, Goudsmet, M. Peeters ; Draper, Cabuy, H. Peeters, Sior ; L. Capelle, Perez ; puis Nelen, Duvekot, Gus, M. Capelle, du Monceau

Arbitres : MM. L. Dooms et T. Dagnelie

Carte verte : 35e Perez

Les buts : 17e Della Torre sur pc (1-0), 47e M. Peeters (1-1), 48e Perez sur suite de pc (1-2), 52e L. Capelle (1-3), 57e Denayer sur pc (2-3)

Penalty corner Dragons (2/10) et Beerschot (1/2)

Un Braxgata survolté vient à bout du Racing

Braxgata – Racing 3-2

Avant la reprise de cette saison, revenons quelques instants sur la première partie de saison des deux clubs qui s’affrontent ce dimanche. Du côté du Braxgata, bien qu’en mauvaise posture avec sa dixième place sur douze, on remarque qu’ils ont la capacité d’aller arracher le point face aux grandes équipes, Leuven, le Watducks et le Racing en ont fait l’expérience. La formation de Philippe Goldberg a également déjà créé la surprise en emportant la mise face au Léopold en tout début de saison ainsi que face à l’Orée le jour d’Halloween. Du côté du Racing, on peut dire que le retour du capitaine Jérôme Truyens a clairement fait du bien aux troupes. Ils ont engendré un 12 sur 12 en fin de première partie de saison, en l’emportant notamment face au Dragons et à Leuven. Le classement est serré, peu de points départagent les six premiers, et le Racing occupe, avant le coup de sifflet d’entame, la deuxième place de celui-ci.

On joue depuis moins de 120 secondes que les deux équipes se sont déjà dangereusement approchés des cercles. Walker pouvait déjà créer la surprise mais Gucassoff est attentif et repousse la déviation. Le Racing, qui se veut serein, doit faire face à une équipe du Braxgata survoltée qui comptabilise déjà trois véritables tentatives au but. Le premier pc est sifflé en faveur du Racing alors qu’Onana, attaquant, revient aider sa ligne de défense. Le tir est repoussé, le score reste intact. Le Braxgata pousse et reste dans le cercle du Racing et obtient finalement leur premier pc de la partie. La tentative de Luypaert est repoussée mais les échanges suivants poussent Monsieur Lemmens à accorder un stroke que Luypaert transforme bien que Gucassoff touche la balle. C’est 1-0 pour le Braxgata. Le Racing a du mal à poser et à construire son jeu tant les joueurs de Goldberg sont omniprésents et ne laissent aucun répit à leurs invités du jour.

Les Bruxellois semblent se ressaisir en reprise de deuxième quart et vont enfin se confronter à Walter, le portier de Boom. La paire Cosyns- Charlier remonte le terrain et De Chaffoy est proche de l’égalisation. Mais c’est un pc qui est sifflé. Le tir de Charlier part au-dessus de la planche, le goal n’est pas valide. La ligne défensive du Racing semble avoir de réelles difficultés à atteindre leurs coéquipiers. Onana profite de ces tergiversations pour intercepter la balle et entame un sprint vers le goal adverse. Il échoue lors de son duel final face à Gucassoff. Sur une attaque du Braxgata, un centre termine sur la jambe de Wegnez, après un échange entre les arbitres, c’est finalement pc qui est sifflé. Luypaert reste efficace sur cette phase et inscrit le 2-0. Le Racing obtient son 3ème pc juste avant la mi-temps, mais toujours pas de goal valable sur cette phase pour les Bruxellois.

Le Racing remonte sur le terrain en reprenant quelque peu la main sur les échanges. Mais accumule bien trop de fautes individuelles et de déchets dans leur relance pour véritablement prendre les commandes. Après une première franche occasion de Meurmans, c’est Charlier qui, dans exactement la même configuration, c’est-à-dire esseulé en bord de cercle, qui inscrit le 2-1 permettant peut-être au Racing de reprendre ses esprits. Charlier servi par Truyens s’essaie une seconde fois au tir direct, mais cette fois-ci les guêtres de Walter s’interposent. Le Racing s’accorde une nouvelle possibilité de revenir au score sur pc, la phase est rejouée suite au pied du sorteur principal. Le stick de Walter s’interpose magistralement lors de la deuxième tentative. Le Racing veut rester dans cette partie du terrain, et enchaîne. Le tir de Cosyns s’envole au-dessus des cages. Un instant après, le 6ème pc pour le Racing est sifflé. La combinaison entre Cosyns et Charlier donne lieu à un stroke. C’est Cosyns qui s’avance et permet aux siens de revenir au score, c’est 2-2. Le Braxgata n’a pas dit son dernier mot et se présente enfin dans le cercle lors de cette deuxième mi-temps. L’incursion donne lieu à un pc, mais Gucassoff pare du gant la balle de Luypaert. Le Racing est clairement revenu dans la partie.

Dans ce dernier quart, il s'agira pour le Braxgata de ne pas perdre les trois points touchés du bout des doigts durant presque 50 minutes. Même si habituellement un point obtenu par le 10ème face au 2ème du classement pourrait satisfaire le plus grand nombre, ce n’est pas la philosophie du jour. Ce partage aurait le goût d’une amère défaite. Pour le Racing, il s’agira surtout de se prouver qu’ils ont pu complètement transformer la physionomie du match. Une chose est sûre, le partage ne satisfera personne. C’est bien ce que l’on voit sur le terrain. Des occasions qui s'enchaînent d’un côté et de l’autre du terrain, toutes les plus impressionnantes les unes que les autres. Les deux gardiens sortent un très beau match. Le Braxgata exulte sur cette dernière phase de pc, Loots est présent au rebond et inscrit le 3-2. Mais il reste onze longues minutes. C’est toujours sur ce même rythme que les échanges se poursuivent, ainsi que les aller-retours. Le Racing obtient également un pc, mais ce n’est décidément pas sur cette phase que les Bruxellois se démarqueront ce dimanche. Les dernières minutes sont irrespirables tant l’enjeux est important. Le Racing sort son gardien alors qu’il reste 50 secondes. Les trois coups de sifflet finaux sonnent la délivrance du Braxgata qui remporte trois points mérités.

Braxgata : Walter; Loots, O. Biekens, Luypaert, Van Cleynenbreugel; Adriaensen, Rossi, T. Biekens; Onana, de Voogd, Bordas, puis Van Biesen, Van Steerteghem, Mazzilli, Walker

Racing: Gucassoff; Vanwetter, R. Delavignette, Lambeau, Wegnez; Truyens, Meurmans, Lucaccioni ; Charlier, de Chaffoy, Cosyns, puis Xavier, H. Delavignette, Cayphas, Berton, Cornez-Massant

Arbitres : MM. V. Loos et A. Lemmens

Les buts : 13e Luypaert sur stroke (1-0), 33e Luypaert sur pc (2-0), 41e Charlier (2-1), 48e Cosyns sur stroke (2-2), 59e Loots sur pc (3-2)

Penalty Corner : Braxgata (2/4) Racing (0/7)

Louvain gâche le baptême gantois

Gantoise - Louvain 3-3

Match très serré à l’aller…que nous réserve cette rencontre après une très longue interruption ? Quel est l’état de forme des deux formations ? Aucune des deux ne peut se permettre un faux pas mais il y a 3 bons mois Louvain sortait d’une période difficile (1/9) tandis que La Gantoise revenait bien dans le coup (7/9)…Mais que valent encore ces tendances ? Cela démarre en douceur, chaque équipe tentant d’abord de travailler la possession. La bonne volonté est évidente mais de nombreuses imprécisions viennent ternir ce début de rencontre. La première alerte provient d’un pc local repoussé par Carr puis Ferreiro voit sa tentative repoussée en catastrophe par un défenseur de Louvain. La plupart des tentatives avortent seul Santana tente d’organiser le jeu… A la 15e une perte de balle de Divorra permet à Tynevez de s’offrir une belle occasion mais il se heurte à Carr. A la 16e Rogeau fait 1-0 et cela va lancer le match. Réponse du berger à la bergère Madeley égalise sur pc à la 18e. Le Q2 démarre sur le même tempo, mais on a l’impression que les Gantois n’y vont pas toujours à fond. Ce qui énerve Pascal Kina. Les Gantois sont de plus en plus nerveux et Louvain exerce une pression. Après 2 pc infructueux Maraite fait 1-2 sur stroke. Celui-ci est fort contesté par les locaux (tir hors cadre ?) On en reste pas là, Maxime Deplus fait 2-2 sur pc à la 27e. Dès l’entame de la 2e mi-temps, les Buffalos mettent la pression, ils tentent de trouver des solutions mais en vain. 38e un centre de Desgouillons ne trouve pas preneur. C’est un véritable match de reprise, engagé mais avec beaucoup de déchets et de petites fautes qui cassent le rythme. 47e bel arrêt de Carr sur une double tentative locale. En fin de Q3, il se remet en évidence en détournant un essai de Ferreiro dans le plafond sur un centre précis de Masson. A la 53e Quemada fait 2-3 pour finaliser une superbe action collective initiée par Santana. Nouveau retour, à la 54e Maxime Deplus égalise sur pc. C’est en fait son 2e but de l’après-midi. Ce pc longuement contesté par les visiteurs, à raison ? Le match devient très nerveux. Les Gantois exerce une pression évidente en cette fin de rencontre mais le dernier geste manque. De nombreux centres ne trouvent pas preneur. 66e sur une fort belle action visiteuse, Van Lembergen manque de peu une reprise devant un goal vide… A la 67e de Paeuw se fait secouer dans les 25 sans réaction de l’arbitre Boutte. Une nouvelle perte de balle locale dont le profite pas le trio offensif de Louvain. Bref un match de reprise pour tout le monde qui a été engagé et indécis.

Gantoise : Santiago ; Scheen, Waller, M.Deplus, Desgouillons ; Goyet, Kina, de Paeuw ; Tynevez, Ferreiro, Masson puis T.Deplus, Bugallo, de Borrekens, Hellin, Rogeau

Louvain : Carr ; Perez-Pla, Madeley, Coolen, Santana ; Murray, Harris, Walsh ; Lane, Quemada, Bosmans puis Van Lembergen, Schoenars, Soetens, Divorra, Maraite

Arbitres : MM G.Boutte et N.Stenier

Carte verte : 49e Van Lembergen

Les buts : 16e Rogeau (1-0), 18e Madeley sur pc (1-1), 26e Maraite sur stroke (1-2), 27e M.Deplus sur pc (2-2), 54e Quemada (2-3), 56e M.Deplus sur pc (3-3)

Penalty corner : Gantoise 2/6, Louvain 1/5

La défaite qui fait très mal à l'Antwerp

Daring - Antwerp 2-1

Match importantissime à Molenbeek entre le Daring et l'Antwerp, un véritable match à 6 points dans l'optique du maintien. L'Antwerp abattait presque ses dernières cartes pour recoller au bas du classement et espérer décrocher un maintien. La victoire est donc obligatoire pour les anversois malchanceux cette saison car ils proposent un bon hockey mais n'ont pas été récompensés en termes comptables. Pour le Daring, une victoire serait aussi requise, car les joueurs du président Ryan Deuvaert n'ont que deux points d'avance sur l'actuel onzième du championnat et descendant.

Le match à ne pas perdre pour les deux équipes démarrait sur un rythme peu élevé. Denis sauvait sur la ligne une tentative anversoises en début de match. En face, le Daring obtenait un stroke. Cicileo ratait le cadre. L'Antwerp ouvrait le score via Van Baal qui s'arrachait pour récupérer une balle dans les adverse. Il trompait ensuite Feldheim sorti à sa rencontre. Mais le Daring ne doutait que quelques instants car dans la minute suivante, le capitaine Alex Van Linthoudt deviait un centre dans les filets de Drijver.

L'Antwerp obtenait un pc à la 24e. Il était stoppé fautivement. Le Daring s'installait dans le camp adverse. Sur une faute au 25, Brunet tire vers le cercle. Un anversois touchait du pied mais Mr. Hardy laissait l'avantage. Une bonne décision car Esmenjaud pouvait tirer au but. Van Linthoudt déviait à nouveau dans le but et inscrivait le second but des siens. Ce même Van Linthoudt obtenait ensuite un pc que Drijver sortait bien. Peu après, le Daring insistait et provoquait un nouveau pc. Cicileo le tirait et Van Straaten sauvait sur la ligne mais cela redonnait pc. Esmenjaud le tirait au-dessus de la planche. Les balles se multipliaient vers le cercle. Le Daring avait dominé ce second quart.

La physionomie était la même en début de troisième quart. Le Daring avait la balle et empêchait son adversaire de se montrer dangereux. Les deux équipes ne se créeaient pas d'occasions dans ce troisième quart.

L'Antwerp obtenait un pc qui était stoppé par un défenseur. Les visiteurs essayaient de jouer plus haut, s'exposant à des contres adverses. Feldheim dégageait du pied une balle dans son cercle. Patterson dribblait sur le flanc gauche me long de la ligne de fond et centrait. Cela passait devant le but. Le Daring parvenait à conserver la balle plusieurs minutes dans le camp adverse. Les anversois tentaient le tout pour le tout en retirant leur gardien pour ajouter un joueur de champ supplémentaire. Patterson envoyait une bonne balle dans le cercle qui ne trouvait pas preneur. Malgré une toute fin de match dominée par l'Antwerp, le Daring ne lâchait rien et remportait une victoire importante dans l'optique du maintien. Pour l'Antwerp par contre, c'est une très mauvaise opération réalisée

Daring: Feldheim; Cicileo, Brunet, Denis, Legrain; Kruger, Cosyns, Salis; Montelli, Van Linthoudt, Esmenjaud, puis Delos, Marque, Coelho, Leffleur et Vander Gracht

Antwerp: Drijver; Budgeon, Patterson, Huyghe, Rath; Verheijen, Paton, Igau; P. van Straaten, Van Ball, De Winter; puis Delrue, Van Groesen, Fawe et Groen

Arbitres: MM. M. Dutrieux et C. Hardy

Cartes vertes: 11e Esmenjaud, 13e Verheijen, 61e Van Linthoudt, 64e Paton

Les buts: 15e Van Baal (0-1), 17e Van Linthoudt (1-1), 27e Van Linthoudt (2-1)

Herakles – Watducks 1-2

L’Herakles se réveille trop tard

Herakles - Watducks 1-2

Les deux équipes avaient terminé 2021 en force et cet affrontement promettait beaucoup. Malheureusement, il n’a pas tenu toutes ses promesses. L’Herakles sembla encore en hibernation pendant 60 minutes avant de se réveiller, mais un peu trop tard, en fin de match.

Au coup d’envoi, les deux équipes s’observent jusqu’à la 7e minute, lorsque Ghislain plante une première banderille sous la forme d’un tir à côté du but. Avertissement sans frais quelque peu négligé par l’arrière-garde lierroise : mauvaise passe en retrait de De Kerpel interceptée par William Ghislain qui s’en va tout seul battre Timmermans (0-1) . Il faut attendre la fin du premier quart-temps pour voir l’Herakles hériter d’un pc, mais Vandenbroucke fait bonne garde sur l’envoi de De Kerpel.

A la reprise, le Watducks obtient à son tour un pc et Gauthier Boccard nettoie les toiles d’araignée dans la lucarne de Timmermans (0-2). Tout semble facile pour les Canards qui contrôlent facilement la rencontre jusqu’au repos.

Pas de changement dans la physionomie du jeu à la reprise : l’Herakles perd toujours autant de balles et le Wat en profite pour jouer dans un fauteuil. On passe plus près du 0-3 que d’autre chose, notamment sur un tir croisé de de Backer sauvé par Timmermans et un centre de Dumont dégagé devant la ligne. A la 50e de Backer arrive un rien trop tard sur un centre tranchant de Ghislain.

Et puis, alors que plus personne ne s’y attend, la rencontre se retourne comme une crêpe dans les dix dernières minutes : l’Herakles pousse de plus en plus et le Wat doit faire face à une pression croissante. Une action Keusters-De Kerpel-Devillé sonne la charge : Simon Vandenbroucke intervient pour la deuxième fois de l’après-midi. Mais dix minutes très chaudes l’attendent désormais.

Entre la 61e et la 63e minute, les Lierrois forcent quatre pc consécutifs. Sans succès. Sur un contre, Van Marcke est à deux doigts de faire la décision, mais Timmermans est attentif alors qu’une action de Backer-Ghislain se termine à côté. L’Herakles jette toutes ses forces dans la bataille et sur un tir de M. Donck monté en ligne, Arno Van Dessel réduit l’écart au rebond alors qu’il reste deux minutes (1-2). Les événements se précipitent : Darran Bisley fait sortir son gardien pour créer le surnombre. Et l’incroyable se produit : sur un coup franc lierrois, un défenseur du Wat dégage la balle : pc de la dernière chance pour l’Herakles, qui se termine… sur le poteau. On a failli assister à un hold-up, mais celui-ci aurait été parfaitement légal, à défaut d’être mérité.

Herakles : Timmermans, Weyer, M. Donck, Verdussen, Leclef, Amorosini, De Kerpel, Keusters, Van Damme, Delaisse, A. Van Dessel, puis W. Van Dessel, Nepote, V. Donck, Vloeberghs et Devillé.

Watducks : Vandenbroucke, Van Strydonck, Charlet, Dumont, Van Oost, Van Marcke, Wilbers, Boccard, Esquelin, Ghislain, Willems, puis Depelsenaire, de Backer, Dykmans, Lemaire et Sidler.

Arbitres : MM. T. Hennes et S. Michielsen.

Carte verte : 52e de Backer

Les buts : 11e Ghislain (0-1), 21e Boccard sur pc (0-2), 68e A. Van Dessel (1-2)