Le Braxgata et Louvain sont à l'affût des faux-pas des leaders, l’Antwerp descend

Jean-François Jourdain, Thibaut Vinel
Le Braxgata et Louvain sont à l'affût des faux-pas des leaders, l’Antwerp descend
©AFP

L’Antwerp descend officiellement

Antwerp - Herakles 1-5

Antwerp : Drijver, Huyghe, Budgeon, Rijkers, Patterson, Rath, Verheijen, van Groesen, Igau, van Baal, De Winter, puis Groen, De Cleene, Delrue, Fawe et Fouyn.

Herakles : Timmermans, Leclef, Weyer, Nepote, De Kerpel, M. Donck, Van Dessel, Van Damme, Keusters, Tarres, Delaisse, puis G. Verdussen, V. Donck, Vloeberghs, Amorosini et Collignon.

Arbitres : Melle C. Martin-Schmets et M. A. Lemmens.

Carte verte : 25e Weyer.

Les buts : 18e Weyer sur pc (0-1) ; 35e De Kerpel sur pc (0-2) ; 39e Keusters (0-3) ; 41e De Winter sur pc (1-3) ; 55e Weyer sur pc (1-4) ; 66e De Kerpel (1-5)

Penalty corners : Antwerp 1/2, Herakles 3/9.

Première mi-temps fort peu emballante avec un Antwerp jouant très bas. Keusters tente sa chance après 6 minutes mais Drijver est attentif. L’Herakles se crée quelques pc et le troisième finit par rentrer quelques secondes avant le coup de sifflet du premier quart-temps, par Weyer (0-1).

Deuxième quart-temps plutôt à sens unique, si ce n’est une première attaque de l’Antwerp terminée par un tir de Rath à côté et un centre de van Baal raté par Groen. Dans l’autre camp une phase semblable avec un centre de Collignon raté par Donck. L’Herakles hérite d’un nouveau pc à la dernière minute, Weyer le tire, Drijver repousse et De Kerpel devance les défenseurs locaux (0-2).

Le troisièe quart-temps commence joyeusement avec un effort de Tarres en retrait pour De Kerpel (0-3) suivi une minute plus tard d’un pc que De Winter transforme (1-3). Les Campinois en auront un deuxième cinq minutes plus tard, mais Weyer sauvera sur la ligne. Pendant ce temps, l’Herakles se crée de nombreuses occasions, Van Dessel isole Keusters dont le revers s’égare à côté, les pc pleuvent (9 au total) et Weyer transforme le sixième (1-4). Tarres rate l’immanquable après avoir laissé toute la défense locale sur place, alors que Keusters attendait tout seul à trois mètres (65e). Finalement le cinquième but tombe sur une attaque collective terminée par De Kerpel (1-5). Timmermans n’a pas touché la balle de tout le match ! L’Antwerp est maintenant officiellement relégué, même s’il arrivait malheur au Léo dans l’affaire Monja.

Le Racing, une mi-temps pour gagner, une mi-temps pour douter

Racing - Watducks 3-2

Racing : Gucassoff ; R. Delavignette, Wegnez, Vanwetter, Xavier ; Truyens, Meurmans, Lucaccioni ; Charlier, Cosyns, de Chaffoy ; puis Lambeau, Weyers, Cayphas, Berton, H. Delavignette.

Watducks : Vandenbroucke ; Dumont, Van Oost, Charlet, Van Strydonck ; Wilbers, Boccard, Van Marcke ; Ghislain, Willems ; puis Sidler, De Backer, Dykmans, Depelsenaire, Lemaire, Petit.

Les arbitres : MM. D. Van den Eede et L. Dooms

Carte verte : 26e Depelsenaire

Carte jaune : 58e Meurmans

Les buts : 6e De Chaffoy (1-0), 11e Cosyns sur suite de pc (2-0), 33e Cosyns sur pc (3-0), 41e Charlet sur pc (3-1), 58e Boccard (3-2)

Penalty corner : Racing (2/6) et Watducks (1/7)

Les deux équipes entraient bien dans la partie. Van Oost épatait la galerie en mystifiant trois joueurs du Racing. Les Ucclois trompaient Vandenbroucke sur leur première occasion qui venait de la baseline côté droit. Vandenbroucke sortait un autre centre, mais envoyait la balle sur un pied. Le sleep de Cosyns était contré. Wegnez centrait pour Charlier qui trouvait Truyens dont le tir n’était pas cadré. Encore une belle phase. Le Racing gardait le contrôle des débats. Weyers croquait une frappe qui aurait pu être dangereuse.

Cosyns était à deux doigts de doubler l’avantage en poussant la balle en bout de course, mais Vandenbroucke était impeccable. Le Watducks attendait son premier pc pour être réellement dangereux. Il était mal donné, mais Dumont allait chercher le deuxième pc. Charlet remettait un sleep en plein centre. Le Watducks vivait quelques belles minutes. Le Racing provoquait son 2e pc.

Le sleep de Cosyns était repoussé, mais le Red Lion était sur le rebond pour doubler l’avantage. Van Strydonck concédait le 3e pc pour un backstick. Le tir sur pc de Charlier était contré. Le 4e pc était déjà accordé sur la phase suivante. Vandenbroucke sortait le sleep de Cosyns. Charlier amenait le 5e Cosyns était contré fautivement. Sur le 6e, le filet tremblait (3-0). Gucassoff était parfait pour garder le zéro à la 35e minute. Charlier et Truyens s’offraient encore deux tirs dont un qui touchait le poignet de Vandenbroucke.

Le Racing cherchait plus à contrôler ce qui permettait au Watducks d’être beaucoup plus offensif. D’ailleurs le 3e pc était vite accordé pour le Wadu. Le sleep de Boccard était contré. Berton recevait une balle de contre, mais il la négociait mal. Truyens faisait un cumulet au ralenti après avoir pris un tir de Dumont sur la main. Ce troisième quart était à sens unique, mais le Watducks peinait à inquiéter le keeper. Il fallait attendre un pc de Charlet pour que les Brabançons ne réduisent l’écart au marquoir. Le centre de Willems était sautillant. Sinon, Boccard l’aurait déviée dans le but. Le Watducks dominait de plus en plus. Sur un centre tendu de Dumont, Boccard trouvait le plafond du but (3-2). Meurmans prenait une jaune ce qui compliquait un peu plus les affaires du Racing. Depelsenaire amenait un pc qui enflammait les supporters. Sur le re pc, le Wat était trop timide. Charlet sleepait sur le pc suivant. Le Watducks poussait un maximum, mais le Racing tenait bon cette fois. Les Rats font la belle affaire du jour.

Un match intense dans lequel Gand émerge

Gantoise - Orée 3-1

Gantoise : Santiago ; T.Deplus, Waller, M.Deplus, Desgouillons ; Goyet, Kina, de Paeuw ; Tynevez, Ferreiro, Masson puis Bugallo, de Borrekens, Hellin, Molenaar, Cremers

Orée :Thieffry ; Willems, Raemdonck, Bellenger, Stockbroekx, Beckers ; Masso, Dohmen, Curty; Simar, Domene puis M.Branicki, Willocx, S.Branicki, Clément, Van Nieuwstadt

Arbitres: MM T.Dagnelie et G.Boutte

Cartes vertes : 18e Willocx, 23e Stockbroekx, 27e Ferreiro, 34e de Paeuw

Cartes jaunes : 51e Masson, 67e Dohmen

Les buts : 39e Masson (1-0), 40e T.Deplus sur pc (2-0), 44e Kina sur pc (3-0), 46e Curty (3-1)

Penalty Corner : Gantoise 2/8, Orée 0/7

Entre une Gantoise qui doit gagner pour rester dans le top 4 et l’Orée qui ne peut perdre sous peine de se voir mêlée à la lutte pour le maintien, cela risque d’être chaud. Défaits toutes les deux vendredi, elles doivent une solide revanche à leurs supporters. Ce match qui démarre avec 10 minutes de retard à cause d’un problème d’eau vaut le déplacement. En 5 minutes, l’Orée obtient 4 pc dont elle ne profite pas. Tynevez fait merveille dans ses sorties. Les Bruxellois font le jeu et donnent du fil à retordre aux Buffalos. Pour les locaux, le danger vient presqu’exclusivement des débordements de de Paeuw. Dohmen règne en maître dans l’entrejeu et Stockbroekx fait le ménage devant la défense. 15e petite poussée Gantoise bien maîtrisée… 16e mouvement initié par Dohmen dévié par Stockbroekx qui isole Willems. Ce beau mouvement amène un pc repoussé par le gardien très attentif puis par un défenseur sur la ligne.

Dès l’entame du Q2, sur une action dangereuse initiée par les Gantois, Willocx fait un sauvetage kamikaze. Le dispositif des visiteurs empêche les locaux de développer leur jeu, il y a en effet peu d’espace entre les lignes et l’Orée joue de manière compacte. 27e grosse occasion pour les visiteurs via Domene, Willocx et Stockbroekx. 35e un pc gantois est sauvé sur la ligne par Clément.

Au début de 2e mi-temps les Gantois tentent d’emballer la rencontre. Et nous arrivons au tournant du match : 39e Masson ouvre le score, une minute plus tard T. Deplus fait 2-0 sur les suites d’un pc et à la 44e Kina fait 3-0 sur pc ; L’Orée se désunit quelque peu, mais à la 45e Curty isolé dans le cercle réduit la marque à 3-1. Le match perd un peu de son intensité. A la 48e un solo de de Paeuw permet d’isoler Molenaar qui aurait du conclure. Les Bruxellois tentent de sortir la tête de l’eau mais le dernier geste fait défaut. De Paeuw décidément intenable met le feu dans la défense visiteuse.

Stockbroekx met Santiago à l’ouvrage dans le dernier quart. Goyet croise trop son tir sur un contre rondement mené. Des espaces s’ouvrent…c’est un régal pour les attaquants buffalos qui contrôlent la fin de la rencontre. L’Orée tente bien un dernier baroud mais les locaux sont bien en place

Très belle prestation qui se conclut sur un partage

Beerschot - Léopold 4-4

Beerschot: Verhoeven; De Sloover, Penelle, M. Peeters, Du Monceau; Draper, H. Peeters, Nelen, Sior; Perez, De Bolle, M. Capelle puis Goudsmet, L. Capelle, Duvekot, Gus.

Léopold: Reynaud; Muschs, J. Verdussen, Forgues; Zimmer, Baumgarten, Cuvelier; Englebert, A. Verdussen, Boon, Plennevaux puis Moreno, Verdoodt, Vanderborght, Poncelet, Leeuw

Arbitres : MM. T. Hennes et M. Dutrieux

Cartes vertes : 17e Draper, 30e A. Verdussen, 39e Plennevaux, 40e M. Capelle

Cartes jaunes : 57e J . Verdussen, 66e Perez.

Les buts : 8e Sior sur pc (1-0), 13e Sior (2-0), 22e A. Verdussen (2-1), 35e Sior sur pc (3-1), 38e Plennevaux (3-2), 51e Plennevaux (3-3), 56e De Sloover sur stroke (4-3), 63e Englebert (4-4)

Penalty Corner : Beerschot (2/6) Léopold (0/6)

Cela fait moins de 20 jours que les deux équipes se sont affrontées, le match du début de saison avait été reporté au 10 mars dernier. La rencontre avait tourné en faveur du Léopold. La rencontre a plus d’enjeu pour les hôtes que pour les visiteurs, en effet, le Beerschot ne peut plus se permettre de perdre le moindre point s’il ne veut pas déjà signer sa descente.

On joue depuis 4 minutes que Plennevaux et H. Peters se télescope, Peters reste au sol le nez en sang. Il doit sortir se nettoyer avant de reprendre le jeu. Il n’y a pas encore eu de véritable occasion alors que Perez intercepte la balle mal calibrée d’un défenseur adverse. Ce même dernier défenseur heurte fautivement le stick du porteur de balle, le premier pc de la rencontre est logiquement sifflé. La première phase donne lieu à un second pc, après un changement de donneur, pour cause de « feinte », Sior trompe Reynaud, les hôtes mènent 1-0. Le Léopold ne semble pas encore dans sa rencontre alors que le Beerschot lui est particulièrement concentré. Et le Beerschot profite de cette absence de présence du Léo quelque seconde plus tard. Toujours Sior à la manœuvre, il intercepte une nouvelle mauvaise balle et d’un revers efface Reynaud. C’est 2-0 pour le Beerschot qui jusqu’ici fait office de patron sur le terrain. Le Léo peut revenir dans le jeu via son 1er pc, mais l’envoi au sol de Boon, longe le mauvais côté du poteau et termine dehors.

Les Mauves sont proches d’encore prendre le Léo à revers, Draper remontant de sa carte, le fait très discrètement et dans le dos de Verdoodt, que personne n'a averti du danger. Les attaquants se jouent une nouvelle fois de la ligne défensive uccloise jusqu’ici peu rigoureuse. Verdoodt revient tout de même sauver les meubles et récupère la touche. Le Léopold réduit l’écart en repartant rapidement après une faute dans les 25. Certains diront même « Trop rapidement », la balle étant toujours en mouvement. En un temps, A. Verdussen dévie le centre reçu, c’est 2-1. Le Bee enchaîne deux pcs, mais Zimmer est impeccable sur la ligne de but et sauve les envois puissant de Sior. Le Léopold obtient lui aussi deux pcs mais les tentatives de Boon sont, elles aussi, repoussées. Sur le fil de la 1ère mi-temps le Bee obtient un pc supplémentaire, cette fois-ci Sior le convertit, c’est donc 3-1, avec un triplé de Sior.

Le Léopold a la meilleure réaction lors d’une reprise, et réduit l’écart à 3-2 à peine remonté sur le terrain Plennevaux trompe Verhoeven et inscrit le deuxième but bruxellois. Plennevaux se voit infliger une carte verte quelques instants plus tard. M. Capelle vient lui tenir compagnie sur les chaises, les deux équipes sont réduites à 10. Après de longues secondes à occuper les 25 adverses, le Léopold, encore via Plennevaux, trouve la solution et permet aux siens de revenir au score. C’est donc 3-3. Comme on peut l’entendre des deux côtés, lors du break entre le Q3 et le Q4, le score est maintenant « revenu à zéro » tout est à refaire et ça se jouera dans la tête principalement et dans les jambes ensuite.

Aucune des deux équipes n’a dit son dernier mot dans cette rencontre. Le Bee obtient un stroke au meilleur moment de la rencontre. C’est logiquement De Sloover qui s’avance. Il donne l’avantage au mauve. J. Verdussen se voit attribuer une carte jaune de par son statut de capitaine pour les commentaires de ses co-équipiers. Le Léopold est donc mené au score et en infériorité numérique pour ces dernières minutes. En plus, ils gâchent deux phases de pcs. Il reste moins de 10 minutes. Mais le Léopold n’est pas premier au classement pour rien. Ils reviennent une nouvelle fois au score par une réalisation de Englebert cette fois. Le Léopold peut prendre définitivement les devants et ce pour la première fois , mais les phases de pc ne leur réussissent pas ces temps-ci. La machine Léopold se met toutefois en marche alors que le Beerschot montre ses premiers signes de faiblesses. D’autant plus qu’ils sont réduits à 10 pour la fin du match. Le Léopold enclenche le mode « harcèlement » et ne laisse plus son adversaire reprendre son souffle, les occasions tombent de toute part, mais la ligne défensive du Beerschot tient bon. Après avoir jeté ses dernières forces dans une contre-attaque, le Beerschot doit sentir son sang se glacer quand il remarque Boon complètement esseulé en bord de cercle et que la balle perdue lui parvient. Il amorce un lobbe du gardien quand les trois coups de sifflet retentissent, le match est terminé alors que la balle quitte le stick de Boon, nous ne dirons pas où la balle termine sa course, car en effet, un match dure bien 70 minutes.

Les deux équipes se quittent sur un partage 4-4, après avoir démontré de très belles choses des deux côtés.

Le Brax est la vraie équipe de 2022

Dragons – Braxgata 4-5

Dragons : Van Doren, Della Torre, Geers, Harte, Denayer, Rubens, Gougnard, T. Luyten, Martinez, van Aubel, Raes, puis Putters, Cobbaert, Lootens, M. Luyten.

Braxgata : Walter, Loots, Luypaert, O. Biekens, Van Cleynenbreughel, Adriaensen, Rossi, T. Biekens, Onana, Bordas, Walker, puis de Voogd, Van Biesen, Mazzilli, Van Steerteghem et Van Bavel.

Arbitres : MM. Th. Bigaré et N. Stenier.

Carte verte : 12 e Van Biesen.

Les buts : 2 e Onana (0-1) ; 13 e M. Luyten (1-1) ; 15 e Della Torre sur pc (2-1) ; 17 e Adriaensen (2-2) ; 26 e Luypaert sur pc (2-3) ; 37 e Della Torre sur pc (3-3) ; 49 e Loots sur pc (3-4) ; 61 e van Aubel (4-4) ; 66 e

Walker (4-5).

Il ne fallait pas arriver en retard au parc de Brasschaat, où le parking est pourtant très difficile en ces jours ensoleillés, sous peine de rater le but d’ouverture de Nelson Onana sur une rapide contre- attaque, après 64 secondes ! (0-1). Pour le round d’observation, on repassera, puisque le Dragons a obtenu dans la foulée son premier pc, expédié à côté par Della Torre. Le Dragons ne lâchait pas prise et en deux minutes, réussit à retourner la situation à son avantage, d’abord sur un travail de van Aubel conclu par Max Luyten, ensuite sur son 2 e pc, converti par Della Torre (2-1). Ce n’était pas encore fini dans ce premier quart puisque Adriaensen s’appuya sur de Voogd qui lui rendit un centre en retrait parfait (2-2). On était parti pour un match plaisant et animé. A la 25 e un joli slalom de Putters ne put profiter à Della Torre mais en revanche à la minute suivante, Walker força un pc que Luypaert transforma (2-3). Cobbaert eut une belle occasion d’égaliser mais il loupa un centre de Rubens, alors que le même joueur se heurtait à Walter deux minutes plus tard. Enfin, sur le deuxième pc boomois, Van Doren eut un excellent réflexe pour sortir le sleep de Luypaert (32 e ). La deuxième période fut à peine moins spectaculaire. Le Dragons força une paire de pc et égalisa séance tenante (3-3) mais pour le reste Walter ne se laissa pas surprendre. En revanche, la balle sembla rouler davantage pour le Brax sur son 3 e pc, mal bloqué mais récupéré par Luypaert qui servit Loots, oublié au 2 e montant (3-4). Le Dragons tenta de conjurer le sort et crut y parvenir, après 12 minutes sans occasion, sur une attaque générale terminée par van Aubel (4-4). On se dirigeait vers un partage qui ne contentait aucune des deux équipes, lorsque la défense locale laissa Walker se promener dans le cercle et ajuster Van Doren d’un maître tir. Le Brax, qui n’a pas encore perdu en 2022, se rue vers les premières places, mais devra encore se farcir quatre matches en deux semaines. Un programme pas piqué des hannetons.

Louvain émerge en fin de rencontre et se rapproche du Top 4

Louvain - Daring 5-4

Louvain: Carr; Pérez-Pla, Madeley, Coolen, Walsh; Santana, Murray, Harris; Maraite, Lane, Divorra; puis Schoenaers, Van Lembergen, M. De Clerck, Kinnen, T. De Clerck

Daring: Feldheim; Brunet, Legrain, Cicileo, Bell; Krüger, Salis, Vander Gracht; Van Linthoudt Cosyns, Esmenjaud; puis Jacquier, Leffler m, Coelho, Marque et Denis

Arbitres: MM. C. L. Le Clef et S. Michielsen

Cartes vertes: 32e Jacquier, 38e Santana, 40e Bell

Carte jaune: 42e Cosyns

Les buts: 14e Maraite sur stroke (1-0), 18e Leffler (1-1), 23 Cosyns (1-2), 31e Bell sur pc (1-3), 33e Lane sur pc (2-3), 47e Murray (3-3), 48e Marque (3-4), 59e Divorra, 68e Maraite sur stroke (5-4)

Penalty corner: Louvain 1/3, Daring 0-1

Louvain affrontait le Daring avec pour ambition de gagner et de recoller au top 4. Les louvanistes étaient invaincu depuis 5 rencontres et espéraient bien surfer sur la vague positive de ces dernières semaines. Ce vendredi, ils sont revenus du diable vauvert contre le Racing pour arracher un point à un concurrent direct pour le TOP 4. En face, le Daring voulait l'emporter pour s'assurer le plus vite possible une place dans le top 10 et éviter la culbute directe en division un. Avec 4 points d'avance sur l'avant dernier, ils sont bien partis. Ils devaient surfer sur leur première mi-temps, excellente au Dragons.

Le début de match était plaisant même s'il fallait attendre la 6e pour voir une première situation chaude avec une balle de Vander Gracht jouée vers le but qui terminait sa course sur le poteau extérieur. En face, le véloce Murray débordait le flanc droit sans trouver de partenaire sur sa passe en retrait. A la 14e, Lane sur la baseline jouait vers le but et obtenait un pc. Il le tirait, la balle était stoppée par un pied sur la ligne. Maraite le transformait dans le plafond du but. Juste avant la fin du premier quart, le Daring égalisait par Leffler qui concluait une action après une premier tir d'Esmenjaud.

Le Daring prenait l'avantage au marquoir à la 23e par Cosyns qui réceptionnait une louche partie de la défense pour ensuite tromper Carr d'un tir croqué. Louvain réagissait directement sur pc mais l'essai de Lane était dévié à côté du but. A la 27e, Marque percutait bien pour se mettre en revers. Son tir était dégagé par Carr. Le Daring obtenait un pc à la 30e. Bell le transformait superbement. Louvain héritait à son tour d'un pc. Lane en profitait pour réduire le score d'un sleep direct.

Esmenjaud produisait un bel effort et rentrait dans le cercle. La balle arrivait chez Van Linthoudt qui tirait en revers, obligeant Carr à intervenir du gant. Murray imitait Esmenjaud et avançait d'une trentaine de mètres et entrait dans le cercle. Divorra essayait de conclure sans succès. Lane allumait Feldheim d'un missile en revers mais le jeune gardien molenbeekois dégageait la balle. Louvain egalisait sur une phase confuse par Murray après un premier sauvetage sur la ligne de Brunet. Mais dans la minute suivante, le Daring reprenait l'avance au marquoir par Marque d'un beau tir en revers.

Louvain essayait d'emballer le dernier quart. Les locaux égalisaient via Divorra qui smatchait dans le but un premier envoi dévié de Madeley. Louvain poussait encore et obtenait un stroke à la 69e. Maraite le transformait. Louvain reprenait les commandes au meilleur moment. Vander Gracht était trop court pour reprendre un centre. Louvain conservait son avantage et repartait avec les trois points.