Hockey D1: pas de Pingouin ni de White Star en DH l'an prochain

Pour les Nivellois, c'était attendu depuis leur match nul contre Namur. Pour le White, la pilule est dure à digérer après un match farci d'incidents d'arbitrage.

Hockey D1: pas de Pingouin ni de White Star en DH l'an prochain
©BELGA

Un vrai quart de finale ! Voilà comment se présentait le match entre le White Star et Malines. Les données étaient simples : les Etoilés avaient besoin d'une victoire pour dépasser leur adversaire du jour. Un match de coupe dans toute sa splendeur.
Hélas, il s'est terminé dans la confusion générale, avec beaucoup de frustration du côté bruxellois. Sans doute le pari de faire arbitrer la rencontre par deux arbitres inexpérimentés n'était-il pas très inspiré. Le résultat fut en tout cas cinq cartes jaunes et trois vertes, un score mal communiqué et un gros incident en fin de match.

Le White commença par ouvrir la marque par Greg Gucassoff sur rebond de pc, mais Louis Hottlet ne fut pas long à égaliser pour les Malinois avant que ceux-ci héritent d'un pc, transformé par Manu Mondo (1-2). Juste avant la mi-temps, le White revint à égalité par son sniper Elliot Mathieu (2-2).

Déjà nerveuse au départ, la rencontre fut de plus en plus tendue en deuxième période. Un deuxième but d'Elliot Mathieu à un quart d'heure de la fin offrit une qualification virtuelle aux Everois, mais on n'y était pas encore. Malines décida de faire sortir son gardien à huit minutes de la fin et joua même avec deux joueurs de champ en plus lorsque le White prit sa 4e carte jaune (!). A deux minutes de la fin, un arrêt du pied de Greg Gucassoff sur la ligne rapporta un stroke logique aux Anversois. Oliver Flack s'avança mais Grégoire Brocorens arrêta son envoi ! La joie des Bruxellois fut de courte durée car l'arbitre posté sur la ligne de fond avait cru voir un pied dépasser de la ligne au moment du stroke. A partir de là, les versions divergent car chacun a sa vidéo de l'événement. Une chose est certaine : le stroke fut recommencé et converti (3-3). Qualification difficile mais pas forcément imméritée pour les troupes de Pieter Theuniers si l'on veut bien considérer que c'est Malines qui a pris le plus de points au second tour.

Pendant ce temps, Uccle Sport n'avait plus qu'à battre une équipe du Polo déjà à moitié en vacances, mais toujours prête à mettre des bâtons dans les roues des adversaires. Ce fut encore le cas lorsque Benjamin Van Hove ouvrit la marque après 150 secondes. Mais trois pc ucclois, deux par Juan Amoroso et un sur rebond par Mallory Magnant, orientèrent la rencontre dès avant le repos (1-3). Le Polo s'accrocha et réduisit l'écart sur stroke par Jérémy Muylaert, mais Uccle reprit le match à son compte et profita lui aussi d'un stroke, par Amoroso, et d'une phase de jeu par le même joueur, pour assurer sa qualification (2-5).

Baroud d'honneur inutile du Pingouin

On le savait dès l'instant où ils n'avaient pas réussi à battre leur concurrent direct : les palmipèdes nivellois n'avaient plus leur sort en main. Il leur fallait battre l'Old Club (déjà tout un programme) et espérer un faux pas de leurs concurrents namurois. La première mission fut menée à bien après une première mi-temps partagée (2-2) et une deuxième qui le fut beaucoup moins (7-3 au total). Les buts locaux par Manu Cockelaere (3), Thibault Meire, Sacha Piastra, Victor Leroy et Felix Artigas, les réalisations liégeoises par Maxime Lectius sur pc, Louis Berthus et William Lamarche pour réduire l'écart à 6-3.

Namur avait donc tous les atouts dans son jeu mais les jeunes Escargots (19 ans de moyenne) se montrèrent un peu fébriles en début de match, encaissant dès l'entame un but par Koen Bakhuis. Mais les Mosans ne furent pas longs à renverser la vapeur, par l'inévitable Viktor Pokorny et Geronimo Clement, deux fois sur pc. En deuxième période les Namurois se contentèrent de gérer leur avance, non sans une petite frayeur lorsqu'un nouveau but de Bakhuis fut annulé. Mais finalement tout se termina dans l'allégresse. Les Namurois affronteront Uccle Sport dès dimanche prochain, en commençant par recevoir, tandis que l'Old Club se déplacera à Malines.

Le Lara par le chas de l'aiguille

Après un début de saison en pagaille, l'Amicale s'améliore de semaine en semaine. La victime du jour fut cette fois le Langeveld, qui venait de retrouver ses esprits contre le Lara la semaine avant. Renaud Pangrazio et Nicolas Meerschaert donnèrent deux buts d'avance aux Anderlechtois avant que Nicolas Henet ne relance le suspense avant le repos. Ensuite, les Amicalistes marquèrent deux fois sur pc par Martin Michiels et encore une fois par "le Doc" Fabrice Bourdeaud'hui, de sorte que le but d'Ethan Tombroff en fin de match ne valut plus que pour les statistiques (5-2).

Le Wellington est lui aussi reparti du bon pied, mais il dut suer sang et eau pour se défaire de l'Ombrage, malgré un début de match prometteur : Elliot Gillardin sur pc et Thomas Coelenbier firent apparaître un score de 2-0 au marquoir, puis après la réduction du score par Lautaro Diaz, un nouveau pc de Gillardin sembla faire la différence (3-1). Ce n'était pas fini pour autant et lorsque Diaz remit ses couleurs dans le parcours en début de deuxième mi-temps, la suite fut assez équilibrée mais le succès du Well ne fut plus remis en question.

Le dernier match du jour se jouait pour la troisième place (synonyme de maintien) et a tenu toutes ses promesses. L'Indiana ouvrit la marque par Ulysse Alenus sur pc et menait ainsi à la mi-temps. Timothy Nesse profita cependant d'un pc après le repos pour remettre les pendules à l'heure, chose toujours nécessaire lors du passage à l'heure d'été. Deux minutes plus tard tout était à refaire lorsque Abram Herssens redonna l'avance aux Gantois. Il restait une poignée de secondes lorsqu'un dernier long corner traversa toute la défense gantoise et vit Victor Deses arracher un point précieux comme l'or pour les Wavriens (2-2).