L'Old Club et Uccle remontent en DH

Les deux premières équipes du premier tour ont finalement raflé la mise. Il reste place pour un barragiste qui sera Malines ou Namur.

L'Old Club et Uccle remontent en DH
©BELGA

Le sort en est jeté ! Un an après être descendu, l'Old Club retrouve déjà le chemin de l'élite et on ne peut pas dire que ce soit volé. Les Liégeois ont dominé le premier tour et terminent de loin avec la meilleure attaque de D1. C'est devant un stade de Rocourt comble que les fils de Tchantchès ont assuré leur montée, à l'issue d'un véritable thriller. Quoi qu'en laisse paraître le score de 5-1 (c'est d'ailleurs toujours 4-1 sur l'appli de la fédération : les arbitres auraient-ils perdu le fil du match ?), ce fut un barrage très disputé. A une dizaine de minutes de la fin, les deux équipes étaient d'ailleurs parfaitement à égalité : 2-1 pour Malines à l'aller, 2-1 pour l'Old Club au retour avec des buts de Tommy Keenan sur pc et Pierre De Moor pour les Liégeois, et le pc hebdomadaire de Manu Mondo pour les Malinois. A une dizaine de minutes de la fin donc, alors que le gardien local Florent Martin venait de sortir un arrêt très difficile, les Sang et Marine partirent en contre et Pierre De Moor marqua son second but de l'après-midi. Cela généra une fin de match déséquilibrée car Malines fit alors sortir son gardien... ce qui n'eut d'autre effet que de provoquer deux nouveaux buts liégeois, par Gauthier Marchandisse et Aymeric Maréchal (5-1). La fête pouvait commencer et pour ce genre de chose, on peut faire confiance aux Liégeois !

Dans le même temps, c'était la fête aussi au Merlo où, sans surprise, Uccle a émergé comme au match aller devant Namur privé de Viktor Pokorny et de Geronimo Clement. Les Merles ne furent pas longs à prendre l'avance par Simon Houbart sur rebond de pc avant de doubler l'écart par Mathieu Latte au quart d'heure. Namur n'abdiqua pas et après quelques occasions ratées revint à 2-1 sur stroke par Tomas Dieudonné. Les Ucclois remirent le couvert après la reprise, Thibault Cornillie marquant son premier but de la saison avant que Mallory Magnant ne sale l'addition. Menant 8-3 au total des deux manches, les Ucclois du bas de la ville n'avaient plus qu'à attendre le coup de sifflet final, qui ne fut pas atteint sans que Namur ne réduise à nouveau l'écart, par Loïc Daussogne (4-2) avec la collaboration du gardien local.

L'Amicale se maintient, l'Ombrage descend

La poule pour le maintien a livré ses premiers résultats officiels. Comme attendu, l'Amicale (qui n'avait plus besoin que d'un point) se sauve et l'Ombrage, qui n'avait plus son sort en main, descend. Cela n'a pas empêché les trois rencontres d'être très disputées, comme quasi chaque semaine.
Le Langeveld a eu le privilège de faire descendre officiellement l'Ombrage, après un très long séjour en D1 (à part un petit séjour en D2 entre 2012 et 2014). En manque urgent de points, les Ucclois ont ouvert la marque par Thibault Cooremans sur pc (ça faisait longtemps !) et menaient 0-1 au repos. En deuxième période, ils doublèrent l'écart par Nicolas Henet d'un revers avant que l'Ombrage recolle au score sur pc par Leo De Ranter. Entre-temps, Boris Hazaer avait arrêté un stroke tiré par Florian Lalande, consécutif à un autre pc. Il restait dix minutes lorsque Thibault Cooremans mit cette fois définitivement le Langeveld à l'abri, sur une passe de Simon Bourel. Un dernier pc permit aux Woluwéens de revenir à 2-3, toujours par De Ranter, mais les trois points restèrent à Uccle.

Petite cause, grands effets : le Lang dépasse ce faisant le Lara, auteur d'un... septième match nul en huit matches. Un match nul sur le terrain de l'Amicale, ça ne se refuse pas pour l'instant, mais les Wavriens, pourtant privés de cinq joueurs, furent bien près d'en conquérir trois, leur dernier pc à trois minutes de la fin, marqué par Victor Leduc, étant annulé par le corps arbitral... à tort selon les Amicalistes eux-mêmes en troisième mi-temps ! Avant cela, l'Amicale avait deux fois pris l'avance sur pc (par Pangrazio avec la complicité d'un défenseur sur la ligne, puis par Martin Michiels) et les Macas étaient revenus à 1-1 par Gilles Strypstein avant la mi-temps, et par Gilles Aurel Germain sur stroke. Voilà le Lara barragiste, mais avec toujours son sort en main : la semaine prochaine il jouera contre l'Ombrage avant la "grande finale" contre le Langeveld le 1er mai.

Enfin, le Wellington s'est rapproché du maintien en partageant l'enjeu avec l'Indiana. Les Gantois menèrent deux fois à la marque en première mi-temps, par Lukas Verhulst puis Mattia Melato sur pc, mais deux fois les Jaune et Gris furent sauvés par leur tireur de pc, Elliot Gillardin. A moins que l'Indiana ne gagne ses deux derniers matches et qu'ils terminent eux-mêmes par un 0/6, les Ucclois resteront une année de plus en D1.