Red Panthers: Raoul Ehren vise les quarts de finale au Mondial

Raoul Ehren a remis une sélection de Red Panthers logique et ambitieuse.

Red Panthers: Raoul Ehren vise les quarts de finale au Mondial
©BELGA

Raoul Ehren a dévoilé le nom des 18 Red Panthers qui défendront les couleurs de la Belgique lors de la Coupe du monde du 1er au 17 juillet à Terrassa (Espagne) et Amsterdam. Malgré une forte concurrence, sa sélection ressemble à celle que nous vous avions proposée dans nos éditions de mercredi, à une exception près. Tiphaine Duquesne s’est retrouvée sur le banc des réservistes alors que Lucie Breyne sera bien présente en défense.

Pour le reste, ses choix étaient attendus. Il s'en remet au duo D'Hooghe-Sotgiu au goal. "Pour le moment, je garde deux gardiennes en alternance, nous explique le sélectionneur. La différence entre les deux est minime. Il faut voir leurs tâches dans leur ensemble sans se limiter à des pc, des shoot-out…"

Le mot médaille n’est plus tabou

En défense, il peut compter sur Vanden Borre et Puvrez entourée de Hillewaert et Brasseur avec l'ajout de Breyne. "Lucie a énormément progressé ces derniers mois. Elle est solide défensivement. Elle apporte beaucoup au groupe", détaille Raoul Ehren pour justifier son choix.

Il part aussi avec six milieux ou cinq milieux et une sixième très offensive : Leclef, Struijk, Nelen, Englebert, Vandermeiren et Rasir. Six, c'est beaucoup. Ce chiffre en dit long sur la qualité de cette ligne. "Je peux utiliser Englebert plus haut ou faire descendre Gerniers par exemple. Il existe de nombreuses combinaisons possibles."

Le sélectionneur des Red Panthers depuis un an et demi n’a repris que cinq attaquantes : Ballenghien, Gerniers, Versavel, De Mot et ‘T Serstevens.

Il garde sur le banc Raye et Duquesne alors que Marien, Limauge, Blockmans et Piccard ne seront pas du voyage.

"J'ai confiance dans le coach", explique la jeune Justine Rasir qui était déjà présente au championnat d'Europe en 2021. "Il œuvre pour le bien de l'équipe. Les absentes n'ont pas à rougir. Je comprends leur déception. La compétition était énorme. Il aurait pu opter pour d'autres combinaisons et choisir d'autres filles. Aucune des Reds non reprises n'est mauvaise."

Avec cette base de 18 guerrières, l'entraîneur est prêt à aller au combat et à mettre la Belgique un cran plus haut dans la hiérarchie mondiale. Dans les rangs belges, le mot médaille n'est plus tabou. À l'Euro 2021, elles se sont arrachées pour être la troisième meilleure nation d'Europe. Au Mondial, le podium n'est pas l'objectif dans un premier temps. "Nous voulons faire mieux que le dernier résultat en Coupe du monde. En 2018, les Panthers avaient fini à la dixième place, ce qui signifie que nous devons nous qualifier pour les quarts de finale."

Consistance et régularité

Si elles achèvent la phase de poule à la première place, elles seront directement qualifiées pour les quarts. Si elles terminent aux deuxième ou troisième places, elles passeront par le cross-over, un faux huitième de finale. Leur groupe est composé de l’Australie, du Japon et de l’Afrique du Sud.

"Notre niveau de 2021 n'était pas encore assez bon pour revendiquer une médaille mondiale. Mais les Red Panthers ont affiché un nouveau visage en proposant un hockey plus offensif et créatif, analysait avec lucidité Raoul Ehren. Notre progression n'est pas toujours constante. Nous aurons besoin de consistance et de régularité pour battre l'Afrique du Sud (FIH 16), l'Australie (FIH 3) et le Japon (FIH 10)."

Le Covid-19 a limité les matchs au Japon et en Australie. "Nous sommes dans le flou car le Japon et l'Australie n'ont pas joué beaucoup de matchs depuis les JO. Le Japon est devenu champion d'Asie devant des pays comme la Chine, la Corée et l'Inde. Quant à l'Australie, je ne connais pas son véritable niveau."

Les Belges iront en Espagne pour finir en première place de leur poule. "Une fois que vous êtes en quarts de finale, vous avez le droit de rêver encore un peu plus."