Les Red Panthers confiantes avant d'affronter le Chili : "Sans shoot out, avec un beau jeu"

Alix Gerniers est confiante avant le cross-over face aux inconnues chiliennes.

Les Red Panthers confiantes avant d'affronter le Chili : "Sans shoot out, avec un beau jeu"
©BELGA

Acte II, scène 1. Après avoir passé une dizaine de jours à Terrassa, les Red Panthers entament la seconde partie de la Coupe du monde à Amsterdam. Après la déception de mardi et la réaction de mercredi, les Reds ont pris l'avion jeudi matin vers le nord de l'Europe. Un trajet court et sans encombre. "Tout s'est parfaitement déroulé, raconte Alix Gerniers qui a découvert un nouvel hôtel à Amsterdam. Le trajet ne nous a pas vraiment fatiguées. On connaît le terrain et le stade par cœur."

En revanche, les Red Panthers ne connaissent pas du tout ou presque leur adversaire de samedi en cross-over. Dirigée par Vigil Sergio, l’équipe du Chili compte sur le duo expérimenté Camila Caram et Claudia Schuler pour compliquer la vie des Panthers.

Les derniers matchs entre les deux nations remontent à 2018 lors de rencontres amicales au Beerschot (deux partages et une victoire). Lors des dix dernières années, les Belges ont joué à six reprises face au Chili, mais seulement une fois dans un tournoi officiel. Les Reds n'ont jamais perdu (3 victoires et 3 partages). Un Belgique - Chili était du niveau du Champions challenge II en 2011. "Nous ne les connaissons pas beaucoup. Il y a quelques années, nous avions joué un match amical face à elles lors d'un stage en Argentine. Quelques filles ont joué en Belgique. Elles sont plutôt solides sur un plan individuel."

Équipe technique, le Chili devrait laisser des espaces à l'arrière. "Je ne le pense pas, coupe l'attaquante de Gand. Elles vont plutôt défendre et fermer le jeu. De notre côté, nous devrons être patientes et bien faire circuler la balle."

Les voyants sont au vert dans les rangs belges. L'ensemble de l'équipe a bien presté lors des trois matchs de la phase de poule. "Nous avons pris de la confiance malgré la déception d'avoir laissé la première place à l'Australie."

Qui dit cross-over, dit match à élimination directe et donc une potentielle séance de shoot-out. "Nous allons éviter de passer par là. Gardons-les pour le quart de finale contre les Pays-Bas."

Selon le plan de Raoul Ehren, les Red Panthers doivent se qualifier pour les quarts de finale afin de remplir les objectifs fixés. "Nous sommes fières du niveau de jeu produit. Nous avons réalisé de grands progrès en 18 mois. La Pro League nous a aidés. Dans ce tournoi, nous grandissons au fil des matchs. Je veux d'abord réaliser un meilleur résultat qu'à la Coupe du monde de Londres en 2018 (10e)."