Les dix raisons de croire à l’exploit des Red Panthers face aux Pays-Bas

Notre consultante Emilie Sinia a pointé dix raisons qui laissent à penser que l’exploit est à portée de stick pour les Red Panthers.

Les dix raisons de croire à l’exploit des Red Panthers face aux Pays-Bas
©Montage

1 "Ehren, notre espion néerlandais"

"Notre coach a travaillé toute sa vie dans le championnat des Pays-Bas. Raoul Ehren connaît par cœur le profil de toutes les Or anjes . Soit il les a dirigées à Den Bosch, soit il les a vues en Hoofdklasse. Il mettra en place la tactique parfaite pour jouer sur les rares faiblesses de son pays natal. Il sait ce qu’elles aiment et détestent. Il est peut-être le seul coach au monde à pouvoir les battre."

2 "Les Belges se rapprochent ces dernières années"

"Ces dernières années, l’écart entre la Belgique et les Pays-Bas s’est resserré. Le jeu belge est en constante évolution. Mais l’équipe néerlandaise est du style à évoluer au fil des matchs dans un tournoi. Néanmoins, la différence n’est plus si grande entre les deux équipes."

3 "Notre défense est monstrueuse"

"La défense belge est brillante depuis le début de cette Coupe du monde. Sur les flancs, Hillewaert et Puvrez empêchent les centres. Brasseur est au top. Vanden Borre est capable de soigner les sorties de défense en variant son jeu. La défense peut nous faire gagner. Elle devra éviter de concéder les pc, ce qu’elle fait admirablement bien depuis le début du tournoi. Bien sûr, le jeu néerlandais sera plus rapide et précis. Notre défense n’a jamais été acculée durant ce Mondial. Même l’Australie n’a eu que deux ou trois actions."

4 "Les Pays-Bas ont changé de coach en septembre"

"Le timing de la rencontre est intéressant. Les Pays-Bas vivent une année post-olympique avec un énorme changement. La coach à succès Alyson Annan a été virée, ce qui a provoqué de gros remous. Jamilon Mülders a débarqué. La transition n’a pas été simple. Des tensions sont apparues."

5 "Les Belges préparent ce match depuis 18 mois"

"Les Belges ont préparé cette Coupe du monde depuis 18 mois. Absentes des Jeux olympiques de Tokyo, elles ont démarré leur cycle avec six mois d’avance. Elles sont dans un processus de construction plus avancé. Les Pays-Bas sont repartis en septembre avec un groupe assez différent."

6 "Six jeunes dans le noyau oranje"

"Les Ora njes alignent dans leur noyau de 18 (+ deux réservistes) six filles qui ont moins de 30 sélections. Elles ne manquent pas de talent car l'école des jeunes aux Pays-Bas est d'une énorme richesse, mais elles manquent d'expérience. Comment vont-elles gérer les attentes des spectateurs et l'enjeu ?"

7 "La pression est sur l’adversaire"

"Les Pays-Bas ont tout à perdre. Leur public est très exigeant. Aucun supporter n’envisage une autre issue qu’une victoire, dimanche, en finale, à Terrassa. Quand elles perdent, elles se font allumer dans les médias et sur les réseaux sociaux. Elles auront 100 % de la pression sur les épaules."

8 "Le milieu saura répondre au défi"

"Le milieu des Red Panthers a énormément progressé depuis le dernier match de Pro League en novembre dernier. Les Néerlandaises seront surprises par le volume de jeu d’une Struijk par exemple. En plus, Barbara Nelen et Pauline Leclef ont joué en Hoofdklasse. Elles savent à quoi à s’attendre. Le milieu des Pays-Bas est le meilleur du monde, mais la Belgique possède aussi de la vitesse et de la qualité technique."

9 "Physiquement, on tiendra le choc"

"Sur un plan physique, il y aura match entre les deux formations. Les Belges ne sont plus dépendantes au niveau de la gestion des efforts. Elles sont capables de tenir durant 60 minutes à un haut rythme. En plus, elles ont eu droit à un match peu stressant ou fatiguant samedi face au Chili. Ce match les a aidées à rester dans le tournoi. Les Oran jes patientent depuis cinq jours, ce qui est très long."

10 "Nelen est belge"

"Les Belges possèdent une guide exceptionnelle : Barbara Nelen. Elle est super pro et en grande forme. Elle répond toujours présent dans les plus grands matchs. Elle trouvera le bon équilibre entre son envie d’attaquer et de gérer. Babs, c’est la leader naturel qui est pétrie de talent."