Euro de hockey U21 masculin: Médaille de bronze pour nos Young Red Lions

Espagne – Belgique : (1-3)

La Rédaction

Après avoir quelque peu déçu en demi-finale, les Young Red Lions doivent se ressaisir et décrocher cette troisième place du podium. La médaille de bronze sera un lot de consolation nécessaire pour le jeune groupe. Cela ne sera pas chose aisée, l’Espagne ayant l’avantage du mental avant la rencontre, en effet ce sont eux qui l’avaient remporté lors du match de poule, 4 à 1, un score sans appel. Les équipes monteront sur le terrain toutes les deux avec le couteau entre les dents, après les claques prises en demi-finales. Éliminées sur le score de 3 à 0, aussi bien pour la rencontre Pays-Bas – Espagne qu’Allemagne – Belgique.

Nos Young Red Lions, tout de blanc vêtu, se montrent les plus opportunistes en ce début de rencontre, le chronomètre n’est en route que depuis 120 secondes qu’ils pénètrent pour la première fois dans le cercle espagnole, Luyten reçoit la balle de son capitaine, il a le temps de se retourner et d’armer un shoot en revers qui fait résonner la planche de Luna, c’est déjà 0-1 pour nos jeunes compatriotes. Mais les Espagnoles sont rapides, il leur suffit d’une contre attaque pour se retrouver en surnombre dans le cercle belge, Pierre de Gratie ne peut rien faire face à Pepe Cunill, c’est déjà 1-1 alors que la rencontre a débuté il y a cinq minutes à peine. Les Belges doivent déjà se rassembler dans la cage pour le premier pc de la rencontre, la combinaison des Espagnoles est quelque peu hasardeuse, de Gratie peut dégager sur un pied adverse. On traverse le terrain et c’est le premier pc Belge qui est maintenant sifflé. Le sleep part bien mais passe à quelques centimètres du poteau extérieur. Les Belges n’en n’ont pas terminé avec la phase et restent dans le cercle adverse, Max Luyten inscrit son deuxième but de la partie, après avoir été servi près du point de stroke. Les Belges mènent 1-2 à la huitième minute. Ce match se veut déjà très intense. Hellin et Depelsenaire harcèlent tous deux le gardien espagnol mais celui-ci tient bon. De Gratie doit lui interposer son gant pour repousser un tir direct à bonne hauteur.

Le deuxième quart est quelque peu plus calme, les Young Red Lions gardent la balle, leur objectif est clairement de continuer à construire et d’aller creuser l’écart afin de se mettre quelque peu à l’abri. La défense, orchestrée maintenant par Boris Feldheim au goal, s’articule et coulisse pour ne laisser aucune opportunité à l’attaque espagnole de la prendre en traître. Les Belges sont bien en place, mais ils doivent rester attentifs et ne pas se laisser dépasser par la vitesse adverse, pour ce faire, ils enchaînent les passes et font circuler la balle. Rodriguez est l’incarnation parfaite de ce jeu rapide, même balle au stick, il réussit à déborder en laissant les Belges dans son sillage. Il n’y a plus d’occasions aussi franches que lors des quinze premières minutes mais les Belges s’invitent encore quelques fois dans les vingt-trois adverses. Aussi bien Wilbers et Hellin se confrontent à Luna, sans succès. Alors qu’il reste moins d’une minute avant la pause, Fite parvient à s’introduire dans le cercle belge mais l’essaie passe à côté.

L’Espagne tente maintenant de passer les lignes belges par les airs, les quelques tentatives sont trop longues, ils doivent s’ajuster à ce jeu qui n’est pas spécialement le leur. Les Belges continuent à faire tourner la balle et à s’approcher du cercle espagnol, mais ces derniers se regroupent et tiennent bon. La première carte est distribuée, elle donne l’avantage numérique aux Belges pour quelques minutes. Crols qui est resté haut sur une phase de dégagement intercepte la balle au défenseur, celui-ci n’a d’autre choix que de commettre une faute pour stopper la course de ce dernier, c’est logiquement pc. La phase belge est fluide, en revenant sur le donneur, Sebastiaan Geers, celui-ci a tout le temps de placer son tir entre les jambes de Luna, la Belgique mène 1-3. La Belgique décide d’établir ses quartiers dans les vingt-trois espagnoles, c’est de nouveau pc pour les Blancs, le sleep de Crols n’est pas assez puissant et est facilement repoussé du gant par le portier. Sur l’entre fait, Tobias Biekens se voit intimer l’ordre de rejoindre le banc le temps d’une carte verte. Les joueurs espagnols commencent à se déconcentrer et à réclamer sur la plupart des décisions arbitrales. Nos compatriotes doivent absolument ne pas se faire contaminer par cet état d’esprit et doivent continuer à garder leur sang-froid. Sur le fil du dernier break, la Belgique obtient un nouveau pc, mais la tentative n’est pas convertie.

Les vingt-deux protagonistes remontent sur le terrain pour disputer le dernier quart temps de cette petite finale, ou plus exactement, les vingt et un, l’Espagne étant réduite par une carte jaune. Ils parviennent cependant à obtenir une phase de pc. L’envoie s’envole trop haut et n’inquiète aucunement Boris Feldheim qui vient de prendre son tour de garde. Il reste dix minutes aux Espagnoles pour revenir au score. Ils en ont conscience et provoquent encore plus nos joueurs. C’est de nouveau pc pour eux, Hellin fait un faux départ, Boris n’est plus qu’accompagné de trois défenseurs sur cette phase. Le calage espagnol n’est pas satisfaisant, ils n’ont pas la possibilité d’organiser une vraie combinaison, mais tentent tout de même leur chance. La tentative est repoussée. Le groupe belge est soudé, chacun se donne à 100% pour récupérer les balles et les éventuelles petites erreurs de son coéquipier. Il reste sept minutes au compteur et le capitaine belge sort sur blessure. Les Espagnoles tentent le tout pour le tout et retirent logiquement leur gardien afin d’être en supériorité numérique sur la surface. Mais pour le moment la défense belge est irréprochable, c’est un mur de onze joueurs que doit affronter l’Espagne. Cela sera le cas jusqu’à la fin de la rencontre, aucune des tentatives espagnoles n’aboutira. Le marquoir reste sur le score de 1-3 quand les supporters belges entament le décompte final. La Belgique décroche la médaille de bronze dans ce tournoi après une de leur meilleure prestation de la semaine.

Espagne : Luna ; Zaldua, Barutell, Cunill, Petchame ; Rafi, Bozal, Borras ; Rodriguez, Fite, Vilallonga puis Cabre Verdiell, Lacalle, Font, Miralles, Amat, Dalmases, Capellades

Belgique : De Gratie ; Geers, Joye, Raemdonck, Hainaut ; Wilbers, Van Dessel, Biekens ; Van Damme, Luyten, Crols puis Putters, Foubert, de Backer, Hellin, Depelsenaire, Delavignette, Feldheim

Arbitres : Jamie Telfer (Ecosse) et Olivier Tarnoczi (Autriche)

Cartes vertes : 35e Rafi, 40e Biekens

Carte jaune : 45e Miralles

Les buts : 2e Luyten (0-1), 5e Cunill (1-1), 8e Luyten (1-2), 37e Geers sur pc (1-3)