La question de la semaine: faut-il appliquer une tolérance zéro pour les rouspétances des joueurs contre les arbitres ?

La question de la semaine: faut-il appliquer une tolérance zéro pour les rouspétances des joueurs contre les arbitres ?
©BELGA

La qualité de la Division Honneur n’est plus à démontrer. La Belgique possède l’un des deux meilleurs championnats du monde. Les Red Lions sont devenus champions d’Europe, du monde et olympiques en évoluant, pour la plupart, dans le championnat belge. Des étrangers de premier plan sont venus en DH pour une ou plusieurs saisons. Chaque dimanche, le spectacle est de haute qualité.

La Top Hockey League ne cesse de trimer pour rendre visible ce beau produit. Pourtant, un danger menace le hockey belge qui a construit sa réputation sur ses valeurs ancestrales de fair-play.

Des plus jeunes à l’élite, une tendance se dessine de plus en plus : les rouspétances. Il n’est plus un match en DH (et ailleurs) où ces athlètes ne s’emportent contre des coups de sifflet des arbitres. Les hommes au sifflet tentent de gérer au mieux cette montée de violence verbale qui n’est pas neuve. De tout temps, les joueurs ont cherché à influencer une décision.

Les arbitres comme la THL et l’ARBH ne ferment pas les yeux face à ces rouspétances. Il est grand temps d’imposer une tolérance zéro. Ces joueurs de DH sont des exemples regardés par des gamins. Certains entraînent des plus jeunes qui viennent les voir le dimanche. Est-ce réellement cette image qu’on veut transmettre ? Assurément non !

Au niveau de la FIH, la tolérance zéro est appliquée. On ne voit jamais un Red Lion aboyer sur l’arbitre. Il prendrait une carte et redescendrait dans la hiérarchie. Alors, pourquoi ne serait-il pas possible d’appliquer cette sévérité en Belgique ?

Bien sûr, on passerait par des semaines compliquées où on retrouverait du monde sur les chaises des punis. Certains matchs pourraient même être interrompus faute du minimum de 7 joueurs requis.

Et vous ? Quelles sont vos idées pour aider les arbitres ?