Voici notre sélection des 18 Red Lions pour le Mondial

Les 18 Reds seront connus lundi à 14h. Une sélection délicate en vue de l’après 2024.

Belgium's Maxime Van Oost pictured in action during a hockey match between the Belgian Red Lions and South Africa in the group stage (game 12 out of 16) of the Men's FIH Pro League competition, Wednesday 08 June 2022 in Wilrijk, Antwerp. BELGA PHOTO JASPER JACOBS
Le jeune Max Van Oost est la grande inconnue de la sélection de Michel Van den Heuvel. Il est le sixième défenseur aujourd'hui. La question est de savoir si le T1 prendra cinq ou six défenseurs.

Michel Van den Heuvel dévoilera sa première grande sélection en tant que T1, lundi à 14h, au centre d’excellence de Wilrijk. L’entraîneur principal des Red Lions, qui a pris ses fonctions au lendemain des Jeux olympiques de Tokyo, a dû répondre à une série de questions au moment de coucher sur papier le nom des 18 Reds (et deux réservistes) qui représenteront la Belgique lors de la Coupe du monde à Bhubaneswar et à Rourkela du 13 au 29 janvier.

Le tacticien venu des Pays-Bas devra trouver l’équilibre entre sa volonté d’aligner des valeurs sûres et celle d’intégrer les jeunes qui devront reprendre le flambeau après les Jeux olympiques de 2024 à Paris. À ce jour, les jeunes William Ghislain, Nelson Onana et Tommy Willems ont déjà disparu de la liste. Il reste encore 23 prétendants dont les jeunes Max Van Oost, Arno Van Dessel et Thibeau Stockbroekx.

La question des jeunes est centrale car la Belgique fonce tout droit vers une petite catastrophe. Après les JO de Paris, un exode massif secouera ce noyau tant titré. En 2024, quatorze (!) Lions seront largement trentenaires : A. Van Doren (30), De Kerpel (31), Hendrickx (31), Van Aubel (33), Cosyns (33), Gougnard (33), Luypaert (33), Boccard (33), Denayer (34), Boon (34), Dockier (35), Dohmen (36), Vanasch (37) et Charlier (37).

Nous nous sommes livrés au périlleux exercice de faire notre sélection en vue de ce Mondial. La première difficulté saute aux yeux. À ce jour, 25 Red Lions peuvent jouer sans que la qualité du jeu ne soit affectée.

Toute la réflexion partira d’un choix purement tactique. Michel Van den Heuvel décidera-t-il de reprendre six défenseurs ce qui inclut alors Maxime Van Oost. Dans ce cas, il ne pourra choisir que cinq attaquants. Un Dockier deviendrait réserviste. A contrario, il est fort probable qu’il opte pour six attaquants ce qui placera Maxime Van Oost sur le banc des réservistes.

Dans tous les cas de figure, l’ossature sera la même que celle des Jeux de Tokyo. Seul Tanguy Cosyns, qui était présent aux Jeux de Rio, est assuré de reprendre sa place.

Voici le programme des Red Lions durant les 5 prochaines semaines

Gardien :

Vanasch – L. Van Doren

Aucune surprise n’est attendue. Vincent Vanasch sera le titulaire et le roi des shoot out en cas de besoin. Loic Van Doren devra encore ronger son frein. Simon Vandenbroucke ne sera pas du voyage.

Défense :

Boccard, Van Doren, De Sloover, Hendrickx, Luypaert

Dans l’axe, les deux Arthur sont irremplaçables tout comme sur les ailes Hendrickx et son sleep ainsi que Boccard. Luypaert, aussi, est précieux avec son sleep. Ces cinq champions olympiques ont, en plus l’avantage d’être 'relativement' jeunes. Après les JO de Paris, la défense sera la ligne la moins déforcée. En plus, Maxime Van Oost est déjà prêt à prendre sa place sans toucher à l’efficacité de notre arrière-garde.

Milieu :

Denayer, Dohmen, Gougnard, Kina, Wegnez

Le milieu est très vieillissant. Le trio Dohmen-Gougnard-Denayer est déjà trentenaire aujourd’hui. Ils sont toujours bons pour le service, mais il faut songer à les remplacer petit à petit sous peine de vivre un séisme à moyen terme. Pour la Coupe du monde, le T1 reconduira de manière certaine ses 5 Olympiens : Dohmen, Denayer, Gougnard, Wegnez et Kina. Même si le jeune Van Dessel sera un cadre dès 2024, il est encore un (tout) peu court pour le moment. N’oublions pas non plus qu’Augustin Meurmans, retraité depuis Tokyo, brûle d’envie de revenir. Et lui, il a l’expérience, le profil et toutes les qualités. Wegnez-Kina-Meurmans-Van Dessel incarnent l’avenir. Il restera une place.

Attaque :

Boon, Charlier, van Aubel, Cosyns, De Kerpel, Dockier

Le plus vaste chantier, c’est l’attaque. Pour Bhubaneswar, l’inquiétude n’est pas de mise. Il reste juste à savoir s’il partira avec cinq ou six attaquants. Les places de van Aubel, Boon, De Kerpel et le revenant Cosyns sont acquises. Cédric Charlier, aussi, sera du voyage même s’il soigne une vilaine blessure. Il reste encore Sébastien Dockier.

Les deux réservistes :

Van Oost et T. Stockbroekx

Il est fort probable que les deux réservistes soient des jeunes : Maxime Van Oost et Thibeau Stockbroekx. Il leur faudra encore faire preuve d’un peu de patience avant de devenir deux cadres.

Les deux grands absents :

M. Stockbroekx et A. Van Dessel

Manu Stockbroekx, c’est incontestablement une grande perte, mais il est surtout la victime d’une ligne défensive ultra-forte. Dans l’histoire du hockey mondial, une telle ligne défensive est inédite. Manu Stockbroekx a vécu de grands moments avec cette équipe. Son explosivité et son jeu offensif sont des atouts indéniables. L’autre absent, c’est un jeune qui monte très vite, Arno Van Dessel. Là aussi, il est sacrifié à cause d’une ligne redoutable. L’avenir lui appartient.

L'équipe élargie reprise sur le site officiel de l'ARBH