Euro de Hockey : "La déception n’a duré que cinq secondes"

Championnat d'Europe de hockey en salle : les Red Lions affrontaient les Allemands et l'Autriche

Les Belges ont sérieusement haussé leur niveau de jeu en quatre ans
Les Belges ont sérieusement haussé leur niveau de jeu en quatre ans ©BELGA

Un sur six. Tel est l’excellent bilan des Indoor Red Lions au soir de la première journée des championnats d’Europe en salle à Hambourg. Les Belges ont forcé un beau partage contre les tenants du titre allemands (4-4) et une défaite honorable au vu des occasions face à l’Autriche, numéro un mondiale (6-2).

"Nous aurions signé des deux mains pour un tel résultat après les deux premiers matchs", confie Philippe Simar, qui a planté quatre buts en tout.

L'attaquant refuse de parler de déception après le partage contre l'Allemagne et ses seize titres continentaux. Pourtant, le score indiquait 1-4 en faveur des Belges à l'entame du dernier quart. "Nous avons eu cinq secondes de déception, mais la fierté prenait vite le relais. Nous avons mené 1-4 contre la grande Allemagne."

La satisfaction était d'autant plus de sortie que le fond de jeu est vraiment très bon. Désormais, la structure défensive des Indoor Red Lions est efficiente. "Avant, on se contentait d'attaquer, reprend le joueur de l'Orée. Désormais, notre défense est bien en place." Le mérite en revient au tandem Zimmer-Degroote.

"On doit être ambitieux"

Max Bergez était un homme heureux au moment de quitter le terrain jeudi soir. "Je suis satisfait, mais on doit être ambitieux et ne pas se satisfaire du résultat du dernier match. Le gardien autrichien a été excellent. Nous avons manqué d'un peu de lucidité. Sur le terrain, mes gars affichent une superbe mentalité. Nous avons obligé les Allemands à sortir de leur schéma en men to men pour jouer en zone car nous les dérangions réellement. C'est une grande satisfaction."

Face à l'Allemagne, la défense a souffert dans les dix dernières minutes car les Allemands ont joué leur va-tout en sortant leur gardien. "À cinq contre six, nous avons bien résisté en osant jouer encore vers l'avant, dit Simar. Nous n'avions pas de stress avant de monter sur le terrain. Nous ne partions pas battus d'avance. Le groupe a full confiance."

Cette mentalité de guerrier est aussi l'œuvre de Max Bergez. L'entraîneur a réalisé des exploits en préparant ce groupe en deux semaines. Philippe Simar loue cet état d'esprit général. "Nous affichons la bonne attitude. Face à l'Autriche, nous avons réalisé un meilleur match. Le score ne reflète pas la rencontre. Nous avons manqué d'efficacité à l'avant. Nous avons provoqué six pc et trois tirs."

L’expérience des Autrichiens

Les Autrichiens ont fait parler leur expérience du plus haut niveau. Désormais, les Belges sont en bonne position pour réaliser leur objectif : un top 4. Vendredi (14 h 30), ils ont une belle carte à jouer face à un rival direct, les Pays-Bas.

"Nous avons joué face à eux le week-end passé à Ohain. Nous avons les moyens de les battre. Je parlerais d’un 50-50 car la Belgique a sérieusement haussé son niveau de jeu. Les Pays-Bas peuvent avoir peur de nous. Notre première journée a été une réussite. Une réussite qu’il faut confirmer vendredi. Ensuite, nous viserons le six sur six face à la République tchèque et à la Suisse."

La clé de la réussite se situera aussi au niveau de la récupération. "Nous sentons que nous avons livré deux matchs intenses. Les jambes sont un peu plus lourdes. Mais nous avons tout ce qu'il faut pour récupérer, et surtout un excellent kiné."

En soirée, les Pays-Bas avaient remonté un retard de trois buts pour égaliser à 5-5 dans les trois dernières minutes (37, 39 et 39e), mais Doesch scellait le succès de l’Allemagne à la dernière seconde.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...