© BELGA

Hockey

Adam Commens : "C'est maintenant qu'il faut progresser"

Belga

Publié le - Mis à jour le

A un peu plus de deux mois des Jeux Olympiques de Pékin, Adam Commens, le coach australien de l'équipe belge messieurs de hockey sur gazon, a fait mercredi l'évaluation des récentes prestations de son groupe, qui vient d'être réduit de 22 à 18 joueurs à l'issue du Sultan Azlan Shah Cup, un tournoi international en Malaisie, où la Belgique a terminé sixième sur sept nations participantes.

Si les objectifs principaux recherchés ont été atteints à Ipoh (Mal), à savoir disputer des matches de haut niveau sous des conditions climatiques semblables à celles de Pékin, expérimenter un nouveau système de jeu face à des équipes asiatiques, ainsi qu'observer l'évolution d'autres nations qualifiées pour les Jeux, la déception prévalait toutefois dans le discours de Commens, mercredi.

Lors de ce 4ème point presse avant les Jeux, tenu à Lint dans les locaux de la société Alfacam, une société de production audio-visuelle qui permettra désormais à la fédération belge de capter ses propres images de hockey, le mentor des Diables à tenu à épingler aussi certains manques d'un noyau qu'il gère depuis presque un an (début juillet 2007).

"Grow periode is now" (la phase de progression débute), a lancé Commens en se référant aux 15 matches d'entraînement programmés d'ici les JO et à la mise à disposition à plein temps de ses joueurs dès le 6 juin prochain.

"Notre préparation avant le tournoi en Malaisie n'a pas été idéale. C'est un aspect facilement corrigeable pour Pékin, où nous serons sur place dès le 30 juillet, soit douze jours avant d'entamer le tournoi olympique. De plus trois rencontres seront programmées sur place afin d'être dans le rythme dès le 1er match, et pas à partir du 2ème ou 3ème comme à Ipoh".

"Certains signaux ont été positifs, comme le succès contre la Pakistan (6ème mondial) - que la Belgique n'avait jamais battue en rencontre officielle - et la manière dont les joueurs ont réussi à adapter les trois structures différentes de jeu."

"C'est au niveau de la mentalité que nous avons encore du pain sur la planche. Quand tout va bien, la spirale positive se met en route, mais à la moindre anicroche, certains signes négatifs reviennent au galop. En outre, il ne suffit plus de dire que nous avons perdu de justesse, alors que nous avons bien joué. Il faut surtout être présent aux moments opportuns".

"Sur ce point, la défaite contre la Nouvelle-Zélande alors qu'une place en petite finale se jouait, a été significative. Ce jour-là, pourtant important, nous étions nulle part", regrettait l'entraîneur fédéral.

En Malaisie, à l'observation de pays comme la Nouvelle-Zélande, qui fait partie du même groupe A que la Belgique à Pékin, ainsi que le Canada et le Pakistan, le staff technique belge s'est rendu compte de la vitesse de progression de ces nations ces derniers mois.

"En juin, contre le Pakistan (7-8 juin à Brasschaat) et contre l'Australie (15-17 juin à Kontich), nous verrons directement où nous nous situons", a ajouté Commens.

La dernière ligne droite avant les JO est en vue. Le noyau des 18 joueurs, formant un mixte entre jeunesse et expérience et qui possèdent la plupart des qualités de polyvalence quant à leur positionnement dans le jeu, sera réduit à 16 avant le départ pour Pékin.

Les deux réservistes malchanceux accompagneront le groupe en Chine durant la toute dernière phase de préparation sur place avant le début du tournoi afin de pourvoir à toute défection de dernière minute.

Le tournoi olympique, où la Belgique (12ème mondiale) a été versée dans le groupe A avec l'Allemagne (N.1), l'Espagne (N.4), la Corée du Sud (N.5), la Nouvelle-Zélande (N.10) et la Chine (N.17), débute le 10 août pour se terminer le 23 août.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous