La journée de championnat voyait le sommet du jour se jouer à Uccle.

Dans la grande salle du collège Saint-Pierre, les "locaux" prenaient rapidement l’avance sur un but de l’immense Thibaut Cornillie.

Cédric Buchet doublait le score sur pc peu avant la pause. Le match était rapide, tactique et les Racingmen tentaient d’étouffer les Oréens par des balles rapides.

Les Woluwéens, coachés par l’ancien T1 du Racing Marcello Orlando, tentaient de parfaire leurs automatismes, eux qui comptent quelques nouvelles têtes. Gaby Garreta, Alex De Chaffoy, Maxime Clément et l’excellent gardien Max Tack sont, en effet, venus rejoindre les habitués de cette équipe que sont Lionel Sempoux, Laurent Ballon-Perrin et autres Raphael Robyns.

Face à eux, Guillermo Garcia portait le score à 3-0 peu après la reprise. De Chaffoy atténuait le score en convertissant un des pc de l’Orée; trop tard pour inquiéter des Racingmen très posés.

Olivier Nonnon soulignait le match plein de ses joueurs : "Ils n’ont pas failli face à une équipe expérimentée; physiquement, ils ne sont pas encore à 100 %, mais ils ont encore le temps d’y travailler. L’arrivée de Mesa dans la ligne arrière sera un plus."

Le Racing ajoutera 3 points dans son escarcelle après avoir battu le Waterloo Ducks en fin de journée, 5-2. Les Canards avaient mené 0-2 sur des buts de Cosyns, Vanneste et Garcia rétablissant l’égalité avant le repos. Cornillie (2) et Buchet assuraient la victoire du Racing.

Il est invaincu et file droit vers la finale des play-offs.

Derrière les Rats, les Oréens ont donc fait bonne figure. Ils avaient battu en match d’ouverture un Wellington très volontaire. De Chaffoy (2) Balon-Perrin et Sempoux avaient marqué les 4 buts de l’Orée, Gowie fermant le score sur pc.

Le Well s’est vengé de cette défaite en surprenant le Waterloo Ducks dès le début du match : Deltour et Van Ossel trompaient Vanasch avant le repos. Peeters redonnait espoir au Waterloo avant que Muylaert ne scelle le sort des Canards à deux minutes du terme.

Mauvaise journée pour le Waterloo, coaché par Sergei Makhotkin, et qui alignait le néo-international Christophe Moraux : il se retrouve dans le peloton de queue de la division.

A Malines, les quatre autres équipes n’ont pas été avares de buts. Namur, le challenger indiscutable du Racing ces trois dernières années, n’a pas fait dans le détail. Il a empilé 12 buts au Léopold.

Ce dernier aligne une équipe très jeune, peu expérimentée et qui n’a que son courage à opposer aux autres équipes.

Les Ucclois ont tout de même offert une belle résistance face au Beerschot, réussissant un score de 7-10. Ces deux défaites les condamnent à jouer pour la poule des descendants. Quant au Beerschot, il a partagé l’enjeu avec Uccle Sport 4-4.

Les Ours sont donc loin de reproduire leur prestation de la saison passée, et ils devront sans doute se contenter de ne pas descendre en nationale 1.

Dans le dernier match de la journée, Uccle a tenu tête à Namur, réussissant un 3-5 honorable. Namur se pointe en tête des poursuivants du Racing.

La dernière journée du premier tour est programmée le 8 janvier prochain. Il sera alors temps pour le Beerschot, finaliste l’an dernier, d’effacer les récentes déceptions et pour le Wellington, montant de nationale 1, de confirmer ses remarquables prestations.