Au Léo le premier trophée

Hockey

Jean-François Jourdain

Publié le

LÉOPOLD: Deneumostier, T. Zembsch, Jo. et Jé. Toussaint, Muller, Depaepe, Verdussen, Herman, Lefere, Meyers, de Chaffoy, puis De Baets et Delmee.

DRAGONS: van Rijthoven, Hopchet, Demoor, Stumpe, Gérard, Heughebaert, P. Gierts, Smilovici, A. et X. Paternottre, X. Van Elderen, puis Delguste, E. Gierts et Rogival.

ARBITRAGE: MM. Th. Dumon et J.F. Stappaerts.

LES BUTS: 28e Stumpe (0-1); 41e de Chaffoy sur pc (1-1); 56e Jé. Toussaint (2-1); 60e Verdussen (3-1).

NIVELLES Le Léopold partait nettement favori de la première super-coupe organisée depuis dix ans. Non pas tellement parce que le champion en titre a toujours un petit avantage théorique sur le tenant de la coupe, mais surtout parce que la campagne des transferts lui avait été a priori favorable. Pendant que le Léo pêchait un gros poisson en la personne de Vincent Deneumostier, gardien de but de l'équipe nationale, le Dragons a perdu pas mal d'écailles dans l'entre-saison : Berger, Collin, Collignon et les frères Vredegoor sont partis sous d'autres cieux et seuls les frères Paternotte, en provenance de l'Antwerp, sont venus juguler l'hémorragie. En outre, le Dragons devait se passer des services de Kinnen, blessé.

Pourtant, le Léo (privé, il est vrai, lui aussi de trois titulaires : Pille, Denis et Deleuze) n'a guère eu la tâche facile dans ce match où il se retrouva carrément mené au repos après une première période franchement soporifique, où les actions de but se comptèrent sur les doigts d'une seule main, mais où il aurait fallu un boulier compteur pour totaliser les mauvaises passes et autres imprécisions. Peu avant la demi- heure, un centre en retrait de Delguste trouvait Stumpe qui, déjà auteur d'un raté spectaculaire au quart d'heure, ajustait cette fois Deneumostier d'un tir imparable (0-1).

Dûment sermonnés à la pause par Bobob Maroye, les champions en titre revinrent sur la pelouse animés d'intentions nettement plus belliqueuses et réussirent à faire ce qui leur avait cruellement manqué jusque-là : hausser le rythme et créer des brèches dans la défense anversoise. Il en résulta une kyrielle de pc et sur le troisième de la série, Alex de Chaffoy partit en dribble et ramena l'égalité au marquoir (1-1). Peu avant cela, une floche de Demoor avait presque bénéficié à Verdussen, mais van Rijthoven, dont les réflexes sont toujours aussi spectaculaires, eut le dernier mot.

Le Dragons fit encore mieux que se défendre jusqu'à l'entrée du dernier quart d'heure. Mieux, Deneumostier dut sortir deux fois le grand jeu devant X. Paternottre et P. Gierts, qui s'étaient présentés seuls devant lui en contre-attaque. Mais dans le dernier quart d'heure le Léo fit valoir son surcroît de technique : d'abord sur un magnifique geste de Jérôme Toussaint à la réception d'un centre de Herman (2-1), puis sur une très longue balle de John Toussaint que la défense du Dragons laissa passer à tort, permettant à Verdussen de jaillir et de propulser la balle dans les filets de van Rijthoven médusé (3-1). The end, même si le Dragons toucha encore du bois tout en fin de rencontre.

`Le Dragons nous a endormis tout au long de la première mi-temps. Au repos, j'étais quelque peu frustré car je savais que nous pouvions faire beaucoup mieux. Lorsque nous avons réussi à accélérer, nous avons emballé le match´ fut l'analyse, lucide, de John Toussaint, promu capitaine en l'absence de Pille...

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous