NIVELLES En ce week-end pascal, les Dames de Shane McLeod disputaient trois matches contre la France, en vue de l'Euro B qu'elles disputeront début septembre à Bakou, en Azerbaïdjan. Le bilan chiffré, deux victoires (5-0 samedi et 3-1 hier) et un nul (1-1 dimanche), est incontestablement positif, mais des progrès doivent être effectués, au niveau tactique et physique. Les Dames, emmenées par la capitaine Magali Demeyre, ne devront donc pas se reposer sur leurs lauriers. «Je sais qu'il y a beaucoup de choses à faire», confie d'ailleurs Shane McLeod, le coach néo-zélandais de l'équipe féminine. «Mais il faut être positif! Nous arriverons, étapes par étapes, à notre meilleure forme physique et tactique pour Bakou. Ce lundi, nous avons mieux joué que dimanche. J'ai essayé plusieures joueuses à différentes places, et nous avons pu mettre sur pied différentes tactiques. Les résultats de ce week-end sont finalement très positifs. J'ai appris beaucoup de choses sur mes joueuses lors de ces trois rencontres, même s'il m'en manquait trois. D'ici Bakou, nous aurons un programme chargé, avec 20 matches et notamment un stage en Suisse.»

«Parfois trop gentilles...»

Ce lundi, les Belges ont été surprises à la 8e par Juliette Leman, mais ont redressé la barre peu après via Margaux Grossen. En seconde mi-temps, Joy Jouret permit aux élèves de Shane McLeod de prendre l'avance, but toutefois entaché d'une faute de pied ayant échappé aux arbitres. Louise Cavenaile fixait le score à 3-1 en fin de partie.

Pascal Poulenc, l'entraîneur de l'équipe de France, remarquait en tout cas d'indéniables progrès des Belges depuis les matches disputés fin de l'année passée. «Mes joueuses n'avaient qu'une rencontre de championnat dans les jambes, note-t-il d'emblée. Nous n'en sommes qu'au début de notre préparation physique, ce qui explique sans doute en partie nos résultats. On a des progrès à faire, c'est indéniable. En tout cas, le travail des Belges commence à payer. Elles ont gagné en explosivité. La Belgique est une équipe assez homogène. Je trouvais que les attaquantes belges bougeaient et appelaient bien la balle. Je les vois bien placées à Bakou pour une qualification. Toutefois, comme la France, je pense que la Belgique est un peu loin des 10 meilleures nations mondiales...»

Joy Jouret, une des attaquantes de choc et de charme des Belges, sait qu'il reste du travail à un groupe dont l'amitié unissant les joueuses soude les liens sur le terrain. Il faudra tenter d'éviter dorénavant l'abus de longues balles vers l'avant, en oubliant la construction à la base, et travailler la forme physique! «Le bilan de ce week-end est positif, sourit la sympathique Rasantaise. C'est tout de même dommage que nous soyons passées à côté de notre deuxième match. Je pense que cela est dû à la jeunesse du groupe, qui était peut-être trop en confiance après le 5-0 de ce samedi. Aujourd'hui (NdlR: lisez hier), on a bien relevé la tête. Ces deux victoires et ce match nul nous font plaisir. Cela prouve que nous progressons. Nous pouvons évoluer au point de vue physique, technique et tactique, mais aussi de la confiance en nous. En effet, nous sommes parfois trop gentilles...»

La prochaine étape menant à l'Euro se passera les 9 et 10 avril sur le terrain de l'Antwerp. Une des équipes du top en Biélorussie, RITM de Grodno, jouera les sparring-partners. La route est longue d'ici Bakou pour nos représentantes. Mais le jeu en vaut la chandelle...

© Les Sports 2005