Mais oui, pour ceux qui en douteraient, il existe des Hollandais sympathiques. Nous en avons déjà rencontré plusieurs le long des terrains de hockey. Mark-Jan Kleijsen appartient à cette catégorie. En début de saison, il ne connaissait pas du tout la compétition belge. C'est son vieux copain Joep Welten, qui défend les buts anversois depuis deux saisons, qui l'a amené en Campine. "Nous avions joué ensemble déjà il y a une dizaine d'années à Push Breda", se souvient Kleijsen. "Nous avions pris le pari qu'un jour nous jouerions ensemble en Belgique. Il m'a rappelé l'été dernier pour me dire que le moment était venu. Moi, ça m'arrangeait bien, car Breda était en pleine reconstruction et à bientôt 34 ans, je n'avais plus le temps d'attendre trois ou quatre saisons. A l'Antwerp, je pouvais monter dans le train en marche. Et je dois dire que cette première saison ne m'a pas déçu. Nous avons une équipe très expérimentée avec beaucoup de qualités individuelles, mais qui s'expriment au service de la collectivité. C'est un plaisir d'évoluer comme attaquant avec un entrejeu comme le nôtre dans son dos. On n'est jamais abandonné seul sur son île."

Avec 16 buts (+ 1 marqué en demi-finale aller du play-off) Mark-Jan Kleijsen, qui a fait quasi toute sa carrière en overgangsklasse hollandaise (l'équivalent de notre D1), à Breda et à MOP Vught, est le meilleur buteur de son équipe. S'attendait-il à mieux ? "Oui, en fait je ne suis pas si content de ma propre saison, je trouve que j'aurais pu marquer plus de buts. Je n'aurais pas dit cela en commençant la saison, car je ne connaissais vraiment pas le championnat belge. Chez vous, je trouve que l'on marque énormément sur pc. Certaines équipes ne jouent que sur cela. Il est vrai qu'à mon sens, il y a de bons joueurs dans chaque équipe belge, mais souvent juste pas assez. Exception faite de notre prochain adversaire, Waterloo, qui justement concentre beaucoup d'internationaux."

Quelles sont selon lui les chances des deux équipes ? "C'est du 50-50, ça se jouera sur la forme du moment. Nous avons joué trois fois contre eux, la fois où nous avons gagné notre gardien a joué un match de plomb. L'essentiel sera de jouer en groupe. Si chacun veut faire son petit numéro, ça n'ira pas. J'ai lu quelque part que nous serions moins stressés parce que nous avons plus de joueurs qui viennent de l'extérieur. J'espère que ce sera vrai", sourit-il.

Le Hollandais compte-t-il faire de vieux os chez nous ? "Je ne pense pas que je pourrais retrouver d'aussi bonnes conditions de jeu en Hollande, où il faut s'entraîner 4 ou 5 fois par semaine. Donc, si mon corps suit et que je ne me retrouve pas cassé en deux chaque lundi, pour moi c'est OK. Point de vue niveau et ambiance, l'Antwerp est un bon choix."