Les Red Lions se sont inclinés (2-0) face à l’Australie mais ils peuvent encore croire à une place en finale.

Malgré sa solidité défensive et à peine quelques occasions concédées, la Belgique n’a pas su empêcher le rouleau compresseur australien de s’imposer. La Belgique n'a désormais plus son sort en mains mais peut encore rêver d'une finale. Pour cela, il faudra l'emporter contre la Grande Bretagne et que l'Inde s'incline face à l'Australie, déjà certaine d'être en finale. Il faudra également rétablir l'égalité en terme de différence de buts (+4 pour l'Inde) afin d'être qualifiée grâce à la victoire en confrontation directe.

La Belgique a démarré sa rencontre au sommet en trombe. Dès la troisième minute, Sébastien Dockier s’est retrouvé seul face au but australien (grâce à une bonne ouverture de Simon Gougnard) mais s’est heurté au portier adverse. Loïck Luypaert, fraîchement revenu de blessure, a, lui, tenté sa chance sur pc sans réussite ni au sleep ni au rebond. C’est ensuite via Alexander de Paeuw, bien lancé en profondeur par Manu Stockbroeckx, que la Belgique a créé le danger sans trouver l’ouverture dans un premier quart dominé de part en part par les Red Lions.

Réveillée par un début de match compliqué, l’Australie a repris les choses en main mais s’est heurtée à un bloc défensif belge extrêmement bien organisé qui n’a pas laissé la moindre opportunité à des Australiens qui n’ont pas frappé au but avant la mi-temps.

Avec trois occasions d’entrée de quart-temps, les Red Lions auraient dû prendre l’avantage mais Loïck Luypaert n’a pas su convertir ses pc tandis que Alexander Hendrickx, malgré un beau contrôle, n’a pas cadré. Et si la Belgique galvaude, l’Australie ne manque pas ses occasions. Il a suffi d’une frappe (la première des Kookaburras) repoussée par Vincent Vanasch puis d’un enchaînement rapide pour que Glenn Turner, la recrue estivale du Léo, mette l’Australie aux commandes.

Dès l’entrée du dernier quart, les Australiens ont fait le break sur une phase mal repoussée par la défense. Il n’en fallait pas temps à White pour creuser l’écart d’un véritable obus à l’entrée du cercle. La Belgique a ensuite tenté de revenir au score via une frappe de Charlier, repoussée par le gardien, et sur un quatrième pc manqué. Les trois derniers pc (un pour l’Australie, deux pour les Red Lions) n’y ont rien changé.