Après trois mois et un jour d'interruption, le D1 a repris son championnat, désormais débarrassé des barrages pour la montée qui l'obligeaient à suivre le rythme démentiel de la Division d'Honneur. Et la reprise mettait précisément aux prises les deux premiers de la Division, l'Orée et le Pingouin. Les Woluwéens de Marcelo Orlando l'ont emporté sur un large score (5-1) qui pourrait laisser croire que tout fut facile. Qu'on se détrompe : à l'issue d'une très bonne première mi-temps, le Pingouin menait à la pause 0-1, un but du good old Gaëtan Defalque. "Le score est un peu lourd, mais nous avons raté en première période les occasions de nous mettre à l'abri" estimait le coach nivellois, Xavier Blockmans, qui devra se passer pour une longue période de son médian Gaël Raes. Dès la reprise, Philippe Simar égalisait sur pc puis donnait l'avance aux Bleus sur phase de jeu. Une longue passe déviée par un Nivellois amena Facundo Callioni en position de conclure et celui-ci ne se fit pas prier (3-1). Les Aclots, quelque peu dépassés après la reprise, baissèrent quelque peu les bras et Bergner, puis Masso creusèrent encore l'écart. Avec 10 points d'avance, l'Orée peut à présent voir venir, même si son coach rappelle que "ce n'est pas encore fini, il faut continuer à jouer concentré."

En revanche, cette défaite fait mal au Pingouin, qui se retrouve maintenant talonné par deux équipes : le Léo 3 (qu'il devance à la différence de buts, mais qui ne peut de toute façon pas monter) et surtout le Wellington, qu'il ne devance plus qu'au nombre de victoires. Le Léo 3, en dépit d'un mauvais départ, a facilement réglé le compte du White Star. Après un quart d'heure de domination étoilée ponctuée de l'ouverture du score par Arnaud Dykmans, les Ucclois réagirent et renversèrent la vapeur avant le repos grâce à deux pc d'Antoine Denis. Après les oranges, un stroke de Philippe Stoupel et un but de César Hoed, combiné au fait que le pc everois refusa de rentrer jusqu'au bout, vinrent sceller une large victoire des joueurs de Vincent Van Gucht (4-1).

En visite à Uccle Sport, le Wellington a dû attendre la fin d'un match équilibré pour s'emparer des deux points. Les joueurs de la Petite Espinette dominèrent la première période, mais sans se montrer dangereux et au repos le score vierge était toujours de mise. Les Ucclois du bas de la ville tirèrent ensuite la couverture à eux mais sans se créer le moindre pc, et un seul tir au but à part l'ouverture du score par Renaud Lucas (1-0). "Mais on ne peut pas revendiquer les trois points avec un aussi maigre bilan offensif" concède Alain Boon, qui remplaçait comme coach Robin Geens à l'étranger. En effet, le Well attendit son heure et frappa deux fois dans les dix dernières minutes par Julien Plennevaux, juste de retour d'Erasmus. Vous parlez d'une joyeuse rentrée ! C'était décidément le week-end de la famille Plennevaux puisque le petit frère, Max, a trouvé de son côté trois fois le chemin des filets… mais sans bénéfice pour son club !

En visite à la Rasante, qui souffle le chaud et le froid cette saison, le Langeveld ne s'attendait qu'à limiter la casse : avec six absents (blessés ou au ski, selon la grande tradition de l'avenue Dupuich) il lui fallait aligner trois juniors-vétérans, dont John Toussaint, pour être à quatorze joueurs ! Ce fut pourtant l'ancien international qui égalisa juste après l'ouverture du score par David Delouvroy. Lorsque Xavier De Scheemaekere transforma un pc juste avant le repos, les Woluwéens crurent sans doute avoir fait le plus dur. Mal leur en prit car en quelques minutes, l'inusable Guillaume Noël puis Olivier Buysschaert renversèrent la vapeur en faveur des Ucclois. Ceux-ci construisirent ensuite un véritable mur de béton sur lequel les Rasantais persistèrent à envoyer de longues balles, invariablement renvoyées. De sorte que le Lang émergea finalement avec les trois points, à sa propre grande surprise !

Dans le bas du classement, succès capital pour sa survie de l'Indiana devant l'Amicale Anderlecht. Les Gantois, quelque peu fébriles, ouvrirent la marque par Benjamin Van Hoof (ex-Beerschot) mais Martin Michiels égalisa avant la pause. A la reprise, les visités reprirent l'avance par un pc de Denis Wuyts (2-1). Les Anderlechtois mirent tout à l'attaque, mais Max Tack (ex-Léo) se rappela au bon souvenir de ses admirateurs en sortant quelques parades de grande classe. Finalement c'est Abram Herssens, sur un contre, qui scella la victoire des troupes d'Armand Solie. Celles-ci restent dernières, mais ont désormais leur adversaire du jour et le White Star, le Racing 3 et même Uccle en ligne de mire.

Justement, le Racing 3 est revenu avec un (très) bon point du Saint-Georges, qui menait pourtant 5-2 à vingt minutes de la fin. Nicolas Lefebvre, puir Henri Bekaert commencèrent par donner aux Chevaliers courtraisiens une avance de deux buts. Après un goal de Nicolas Truyens sur pc, Thomas Raisin, puis Nicolas Renaer et enfin N. Lefebvre encore creusèrent l'écart à trois buts, Zoulou Brulé en renfort occasionnel ayant modéré à 3-2 au passage. Ce fut l'ancien meilleur sleepeur de l'équipe nationale qui fut le héros de la fin de match, puisqu'il égalisa à lui tout seul, sur stroke, sur phase de jeu et enfin sur pc à cinq minutes de la fin. Bon sang ne saurait mentir : même s'il a dû arrêter la pratique régulière du jeu suite à des problèmes de dos, le Nivellois conserve plus que de beaux restes !