Philippe Verdonck espérait un autre scénario que celui du match aller. Après coup, il constatait: «De nouveau, on devait mener 0-4 à la mi-temps mais on galvaude, on galvaude et puis tout s'écroule... On essaye des trucs qu'on ne sait pas faire et, au final, on leur offre 6 points.» Le White avait pourtant concrétisé son 3epc, Gucassoff glissant à gauche pour Gaby Garreta dont le slape trompait Lemens. Bien organisés, les Everois gardaient leurs adversaires à distance, évitant de concéder des pc à une équipe usant efficacement de cette arme.

De retour des vestiaires, les Ours passaient à la vitesse supérieure et, suite au premier pc local, Philippe Goldberg récupérait la balle en tête de cercle et plaçait hors de portée de Schoo Ians (1-1). Cinq minutes plus tard, la défense everoise se dégageait maladroitement, le shoot de De Decker qui suivit fut repoussé dans l'axe et donna au milieu anversois l'occasion de s'illustrer une seconde fois (2-1). Le White ne trouvant plus de solutions dans l'entrejeu, la suite de cette deuxième période à sens unique fut réchauffée par les phases arrêtées mises à profit par John Goldberg. Sur pc d'abord, son envoi entrant dans le cadre alors que, de son propre aveu, il visait le stick de Coens pour une déviation. Deux fois sur stroke ensuite, lorsque Schoo Ians et ses défenseurs l'eurent, en l'espace de deux minutes, arrêté fautivement (5-1). Les Bruxellois eurent toutefois une ultime réaction d'orgueil, Gaby Garreta slalomant dans le cercle de Lemmens et entrant littéralement dans le but avec la balle au stick.

© Les Sports 2005