Menées en première période, les Everoises ont rectifié le tir juste avant la pause.

Le denier gros adversaire du White Star avant la fin du championnat était à son menu ce samedi au Vivier d’Oie. La classe biberon du Racing, troisième au classement, allait tenter de venir à bout d’un White Star déjà qualifié pour la remontée en division Honneur.

La rencontre débutait prudemment de part et d’autre, le White craignant les rapides contre-attaques locale, tandis que le Racing connaissait la force de frappe de l’attaque everoise avec une moyenne de 6 buts par match. C’est le Racing qui allait frapper le premier avec une descente d’Englebert qui mettait la gardienne Van Hee dans le vent avant de déposer la balle dans le stick de Verheyen (0-1). Loin de réveiller les Etoilées, ce but allait doper la confiance du Racing qui se créait de nouvelles occasions aux 14e et 15e minutes ; sur cette dernière, on ne comprend d’ailleurs pas comment la balle n’était pas rentrée. Sur les deux pc qui suivirent, le Racing se montrait peu convaincant. A la 22e minute, Stefani allait au contact de Van Hee et envoyait un revers qui devait normalement terminer sa course au fond ; à 3-0, la rencontre aurait été pliée. L’avertissement allait être compris par le White qui réagissait immédiatement : Puissant se faisait balancer par Terlinden, la gardienne locale, mais l’arbitre n’accordait qu’un pc - redoublé – que le White envoyait à côté. A la 26e minute, nouveau pc et cette fois-ci, Renders ne laissait plus passer l’occasion : son flat frappait la planche (1-1).

Le trio directeur du White (Hugo Benhaiem, Maxime Clément et Vincent Vanasch) profitait de la pause pour redonner un peu de confiance à ses troupes. Cela se remarquait dès la reprise avec un but de l’éternelle Puissant qui mettait fin à un cafouillage (1-2). Loin de se décourager, les jeunes Racingwomen repartaient à l’attaque, de manière convaincante mais quelque peu désorganisée. A la 50e, Englebert centrait au point de stroke mais personne ne reprenait. Deux minutes plus tard, Vouche allait montrer comment s’y prendre : elle prolongeait en pivotant un centre venu de la droite (1-3). On notera encore une belle occasion pour Englebert, au-dessus. Le Racing continuait à combiner mais la défense du White n’avait pas de difficulté à bloquer les velléités offensives locales. Le coup de sifflet final fut accueilli avec joie par les Etoilées qui gardaient ainsi la tête du classement.