L'équipe belge féminine de hockey (19è) s'est inclinée 4-0 (mi-temps: 2-0) face à l'Angleterre (4è), samedi à Mönchengladbach, dans le cadre de la première journée du championnat d'Europe (Groupe B), qui offre les premiers tickets européens pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Pour leurs retrouvailles avec la plus haute hiérarchie européenne, et devant plus de 1500 supporters belges ayant fait le déplacement, les protégées de Pascal Kina ont vite mesuré, sans toutefois démériter, l'écart qui existe encore avec le gratin mondial.

Après 19 minutes de jeu, Nadine Khouzam, qui entre temps avait sauvé à plusieurs reprises ses filets, avait déjà dû rechercher la balle au fond de son goal à deux reprises. La première fois sur une suite de pc, Danson mettant fin à une mêlée (14e). Et la seconde, sur une action entraînant une nouvelle mêlée devant la gardienne belge clôturée par... Valérie Vermeersch, et non Rogers (19e), qui, pressée par l'attaquante anglaise, poussa fautivement la balle dans son propre but.

Les joueuses belges, bien que montrant le désir de jouer vers l'avant et d'aller marquer ce but qui aurait pu les libérer, se montrèrent peu efficace dans les 25 deniers mètres, se créant peu d'occasions franches.

Les Belgium Panthers tenteront de redresser la tête, mais encaisseront néanmoins encore trois buts après la pause. Cullen transformait d'abord le 8e pc anglais (donné assez généreusement) d'un sleep à hauteur de planche (47e), avant que Walsh n'accentue le score, toujours sur pc (54e). En fin de rencontre, les belges, jusque là présentes dans les contacts physiques, montraient quelques signes de fatigue les poussant à la faute.

C'est donc sur un score sévère au vu du match que les belges se sont inclinées, faisant la plupart du temps jeu égal avec leur adversaire du jour. "Le score ne reflète peut être pas le match dans son ensemble, mais nous ne pouvions pas gagner en concédant autant de PC", analysait, lucide, Charlotte Devos, la capitaine de l'équipe belge.

Malgré la belle résistance des Panthères, l'Angleterre a pu compter sur son expérience, ne jouant pas un jeu flamboyant mais efficace, possédant la maitrise du jeu et du tempo.

Si les Panthères ne ramènent aucun points et n'ont pas non plus été capables d'ouvrir leur compteur but, elles auront fait montre de beaucoup de combativité, ne se laissant pas faire par des joueuses qui visent en toute transparence une médaille aux prochains JO. "Ce qui importe, c'est d'emmagasiner de l'expérience", soulignera après coup le coach belge, satisfait de la prestation de ses jeunes troupes et particulièrement de l'entre-jeu.

Tout comme l'Allemagne, on s'attend donc à ce que les anglaises élèvent leur niveau de jeu au fil des matchs.

Plus tôt dans l'après-midi, l'autre rencontre du groupe B avait vu l'Allemagne vaincre l'Irlande par 3-0, sans vraiment impressionner.

La prochaine rencontre des Belgium Panthers sera déjà cruciale. Elle devront s'imposer face à l'Irlande (15e mondial) dimanche (20h) si elles veulent conserver une chance de finir parmi les deux ou trois premières de leur poule.

Mardi, elle en découdront avec l'Allemagne (3e). Une place de finaliste est nécessaire pour se qualifier pour les JO , un podium suffira si l'Angleterre arrive en finale (puisque le pays organisateur est assuré de qualification).

Réactions

Charlotte De Vos (capitaine belge) : "Nous étions toutes bien sur le terrain et loin d'être ridicules. Le score est un peu sévère, même si elles ont eu 9 pénaltys. Demain, nous jouons une équipe abordable. C'est l'occasion de gagner. Sinon, au niveau de l'ambiance, c'était magique de jouer devant 1500 supporters belges. On s'y était d'ailleurs préparé..."

Pascal Kina (coach) : "Nous sommes ici pour apprendre. Mes joueuses viennent de la D2 européenne donc tout est bon à prendre. Ce n'est que du bonus vu que nous ne pouvons pas descendre de division étant donné que nous accueillons le prochain tournoi."