Après avoir essuyé trois pc du Well, les jeunes troupes de Luc Melotte ont inscrit deux buts de fort belle facture par le biais de Cornillie. Une déviation d'abord, qui devait être sa première touche de balle ou presque (1-0). Un shot en revers tiré de la droite du cercle dans la lucarne de Schoo Ians ensuite (2-0).

Delusinne s'était entre-temps retrouvé seul face à Gucassoff mais avait perdu son duel. Le Wellington forçait encore deux pc dans les trois minutes qui suivirent le second but des Rats. L'envoi échouant dans les guêtres de Gucassoff, Rey vint contrer la tentative de dégagement de Jérôme Truyens et redonna l'espoir à ses couleurs (2-1).

Alors que le Racing avait jusque-là tenu le match en main, il semblait désormais lui échapper petit à petit. Dix minutes après la reprise, Grégoire se trouva démarqué en tête de cercle lors d'un coup franc au bord de celui-ci. Il ajusta Gucassoff et rétablit la parité (2-2).

Piqués au vif, les noirs et blancs poussaient tant et plus. Deux pc du Well plus tard, le score basculait cependant en leur défaveur lorsque Montelli bénéficiait d'une habile passe à gauche pour expédier la balle au fond du but de Gucassoff (2-3). La réplique ne se fit attendre que quatre minutes. Debroux reproduisait à l'identique (passe à gauche sur pc) l'envoi de son opposant argentin. Une tentative de Cornillie longeait encore la ligne sans la franchir alors qu'en face, Didier Michielssen perdait son face-à-face avec Gucassoff. De quoi faire regretter à Luc Melotte d'avoir vu ses troupes laisser le Well remonter "trop facilement" et à Lucas Santurio, sans amertume, d'avoir perdu deux points "pas à cause de nous...".