Gand confirme sa position de leader du championnat

Orée - Gantoise 0-3

Orée: Thieffry; Stockbroekx, Bellenger, Beckers, Raemdonck; Dohmen, Thiéry, Simar; Callioni, Domene, Clément; Puis Willocx, Curty, Neven, S. Branicki, Van Nieuwstadt

Gantoise: Santiago; M. Deplus, Dubois, Tolini, Vanwetter; de Paeuw, Kina, Goyet; Masson, Rogeau, Saladino; Puis de Borrekens, T. Deplus, Esquelin, Hellin, Tynevez

Arbitres: M. M. Dutrieux et Mlle C. Martin Schmets

Carte verte 70e Simar

Carte jaune: 70e Clément

Les buts: 13e Tolini sur pc (0-1), 42e Tynevez (0-2), 61e Tynevez (0-3)

L'Orée était fort déforcée pour rivaliser face à une équipe gantoise d'un tel niveau. Privé de Willems, Masso et M. Branicki, Cédric De Greve avait aligné 5 joueurs de moins de 20 ans. Un peu léger face à des Gantois très bien organisés. Malgré quelques moments forts, les Bruxellois n'ont jamais fait douter la mécanique des Buffalos. Les Gantois ont pris le large assez tardivement. Le but sur pc de Tolini tombait au terme d'un premier quart-temps à sens unique. Tynevez, souvent bien placé dans le cercle, alourdissait la marque en fin de 3e quart et au 4e quart. Les protégés de Pascal Kina ont obtenu 4 pc et quelques occasions très nettes de Masson, Tynevez, de Paeuw, Saladino et Kina.

Et l'Orée? La bande à Dohmen a résisté assez bien et a même provoqué 4 pc, mais Domene n'a pas trouvé la faille. Un tir de Dohmen, une déviation de Simar, autant de phases qui n'ont pas trompé Santiago. Globalement, le portier gantois n'a pas eu beaucoup de boulot sur le terrain très rapide de l'Orée.

A l'Orée, Xavier De Greve restait confiant malgré le 0 sur 9 (Léopold, Watducks et Gantoise). "Gand a été plus fort. Ils étaient mieux préparés. Nous avons un plan pour construire une équipe à l'Orée. Cette phase de construction se déroule bien. Nous avons remporté 7 matches, puis nous avons perdu face aux trois candidats au titre (Léopold, Watducks et Gantoise). Notre système de sortie de défense a fait ses preuves face aux meilleurs. Nos connexions dans les 25 adverses doivent encore être améliorées. Le processus suit sont cours. Tout va bien. Nous voulons devenir une grande équipe. Nous voulons figurer dans le Top 4."

De l'autre côté du terrain, son homologue Pascal Kina a apprécié le visage de ses joueurs. "Nous avons livré une belle performance", dit-il. "Nous prenons trois points chez le 2e au classement. Nous avons connu un léger flottement dans le 3e quart, mais le score aurait pu être plus sévère. Ma défense a sorti un très gros match."

Dimanche, Gand joue déjà à midi. "C'est la même chose pour le Braxgata. Nous n'avons même pas 24 heures. On s'adapte aux conditions. Mes gars sont prêts."

L'Orée joue dimanche à 15h30 au Beerschot.

Sixième victoire de la saison pour le Léo

Braxgata – Léopold 1-4

Braxgata : D. Van Rysselberghe ; de Abadal, Loots, Luypaert, Clément ; A. Van Biesen, O. Biekens, Adriaensen, Onana ; De Voogd, Casasayas puis Bordas, Van Cleynenbreugel, T. Biekens, M. Van Rysselberghe, Van Steerteghem.

Léopold : Henet ; Poncelet, J. Verdussen, Forgues, Eaton ; De Trez, Cuvelier, Englebert ; A. Verdussen, Boon, Zimmer puis Degroote, Baumgarten, Muschs, Vanderborght, Verdoodt.

Arbitres : MM. D. Van Den Eede et T. Hennes.

Cartes vertes : 42e Zimmer, 54e Luypaert

Les buts : 17e Boon (0-1), 20e T. Biekens (1-1), 35e Boon sur pc (1-2), 38e A. Verdussen (1-3), 63e A. Verdussen (1-4)

Le Léopold s’est sorti du piège tendu par un Braxgata hargneux qui devait confirmer son succès face au Racing. Plutôt brouillons sur l’ensemble de la partie, les Ucclois ont toutefois su être solides défensivement pour réduire à néant les efforts boomois.

Seulement trois occasions pour un goal dans le premier quart temps, toutes du côté ucclois. Boon loupa d’abord son premier PC de l’après-midi après trois minutes. Il envoya ensuite un revers au-dessus sur une balle qui traînait dans le cercle. La suivante fût la bonne. Sur un service en revers d’Arthur Verdussen, le Red Lion fut l’auteur d’un tip in victorieux…pour l’arbitre Hennes. Mais pas pour tout le camp du Braxgata qui assurait que c’était le défenseur boomois au marquage qui l’avait mise au fond, entraînant dès lors un long.

Le second quart temps vit rapidement le Brax revenir au score via Tobias Biekens sur rebond et qui profita d’un bel avantage laissé par Van Den Eende. S’ensuivirent de longues minutes de hockey décousu, de duels et d’erreurs techniques. Le Léo obtint des PC mais Boon dut attendre sa 5e tentative pour faire 1-2.

Après la pause, Arthur Verdussen fit rapidement 1-3 sur un joli débordement de la gauche, trouant David Van Rysselberghe. Une avance de deux buts suffisante pour que les hommes de Robin Geens passent une suite de match plutôt calme. Le seul PC local de Luypaert (50e) fut stoppé aisément par Henet. Et quand le Brax parvint plusieurs fois à rentrer dans le cercle, les actions arrivèrent rarement à porter le danger. Arthur Verdussen tua tout suspense à quelques minutes du coup de sifflet final.

«Ils ont été assez efficaces, sauf peut-être à la fin », livrait Philippe Goldberg, le coach du Brax. « Nous n’avons pas assez créé offensivement. Ce qui est râlant, c’est que leur premier goal n’est pas goal. On a demandé à Tom qui dit qu’il ne l’a pas touchée. Christophe Adriaensen la dévie dedans. Ça change un peu le match mais c’est comme ça. On voulait gagner mais je ne peux pas reprocher à mes joueurs de ne pas s’être battus. Aujourd’hui nous étions 10 à 15% en-dessous d’eux et ça se voit dans le score final. On doit faire un match quasi parfait contre une équipe comme Léo. Ce n’était pas le cas. Contre Gand ce dimanche, il faudra que ce soit plus que parfait. »

Côté Léo, Robin Geens savourait. « C’est mérité sur l’ensemble du match. On est bien payé en première mi-temps. Défensivement, on a été meilleur en seconde période. Je souligne le travail de nos attaquants au pressing. Depuis quelques années, on n’a jamais été bon ici, ça a toujours été difficile de venir prendre quelque chose. C’est enfin un peu plus net dans les chiffres. »


Six jours après l'exploit, Namur accroche le Daring

Namur – Daring 3-3

Namur : D’Hayer ; Dieudonné, V. De Cocqueau, De Moor, Bonanni ; Weicker, Joye, Pokorny ; Destrée, Géruzet, P. De Cocqueau ; Puis Oguz, Navez, Cirillo, Jacob, Willemart.

Daring : Feldheim ; Cicileo, Legrain, Brunet, Denis ; Kruger, Montone, Cosyns, Vander Gracht ; Van Linthoudt, Sior ; Puis Leffler, Marqué, Charlier, Coelho, Jacquier.

Arbitres : MM. N. Benhaiem et A.L. Lemmens

Cartes vertes : 26e Jacob, 50e Vander Gracht, 54e Weicker, 62e Dieudonné

Les buts : 7e Coelho (0-1), 34e Pokorny sur pc (1-1), 42e Vander Gracht (1-2), 46e Sior sur pc (1-3), 50e Cirillo (2-3), 65e Pokorny sur pc (3-3)

Après une première victoire en division d’honneur la semaine dernière, Namur accueillait aujourd’hui une équipe du Daring qui restait sur un bon point pris au Beerschot. Nos deux équipes du jour étaient donc en pleine confiance pour attaquer cette rencontre sur les hauteurs de Saint-Servais.

Dès l’entame du match le Daring tentait de prendre les choses en main mais ne parvenait pas à être réellement dangereux. Namur tentait de répliquer en combinant rapidement. À la 7e Coelho trompait le gardien namurois sur la première occasion bruxelloise (0-1). Namur ne parvenait pas à se montrer offensivement mais bloquait bien les offensives du Daring. Sur le coup de sifflet de fin de quart, Namur obtenait le premier pc de la rencontre. Un deuxième pc était sifflé dans la foulée, Pokorny trouvait le montant du but.

Dès le début du deuxième quart, l’arbitre appelait les capitaines pour calmer les esprits. Une carte verte était donnée à Jacob. La tension montait encore après certaines hésitations du corps arbitral. Pokorny tentait d’inquiéter Feldheim d’un shoot revers mais trouvait le petit filet extérieur du but. Le Daring obtenait un premier pc mais le gardien namurois sortait le sleep bruxellois. Un troisième pc Namurois était sifflé après un slalom de Jacob, Pokorny trouvait le plafond du but et égalisait (1-1).

Après une première mi-temps équilibrée, le score était d’un but partout. Les deux coachs tentaient de calmer leurs troupes et de trouver les mots justes pour aller chercher les 3 points.

Namur attaquait la deuxième mi-temps avec maturité et contrôlait la balle. Le Daring tentait de répliquer en faisant circuler la balle derrière. Après une longue possession, Van Linthoudt trouvait Vander Gracht en bord de cercle, ce dernier trompait D’Hayer (1-2). Dans la foulée, le Daring creusa it l’écart via Sior sur pc (1-3). Vander Gracht recevait une carte verte pour faute volontaire. Cirillo réduisait l’écart suite à une contre attaque rapide en driblant le gardien (2-3). Ce troisième quart temps décousu se terminait sur un score de 2-3.

Le capitaine namurois prenait une carte verte dans les premiers instants du dernier quart. Le Daring obtenait 2 pc de suite sans les convertir. Namur tentait de jouer plus haut pour éviter la défaite. Dieudonné écopait d’une verte. La tension montait encore d’un cran dans ces dernières minutes. Pokorny obtenait un pc, il s’offrait un doublé en envoyant un sleep dans le plafond du but (3-3).

Dans les derniers instants, le Daring obtenait 2 pc de suite mais D’Hayer sortait des parades exemplaires. La rencontre se terminait par un score nul de 3-3.

Après une première victoire en division d’honneur, les Namurois accueillaient aujourd’hui le Daring qui restait sur un partage au Beerschot. Les deux équipes ont livré un beau match avec beaucoup de rythme. En première mi-temps, l’ancien namurois Coelho donnait l’avantage aux Bruxellois mais les escargots répondaient sur pc juste avant la pause. Après avoir pris le large en début de seconde période via Vander Gracht et Sior, le Daring s’est fait remonter grâce notamment à une performance 5 étoiles de Pokorny. Le caractère des locaux est également à mettre en avant comme le soulignait ce même Pokorny : « Le travail collectif paie enfin, on fait preuve de plus de maturité, on est super bien encadrés malgré les moyens limités du club comparé à nos concurrents. » Namur s’est battu jusqu’au bout et parvient à arracher un point mérité en fin de rencontre. Le coup de sifflet final était célébré comme une victoire par les locaux, les Bruxellois quant à eux étaient déçus et tendus.

Le Watducks l’emporte logiquement contre le Dragons

Waterloo Ducks – Dragons 3-1

Watducks : Vandenbroucke ; Van Strydonck, Charlet, Van Oost, Lemaire ; Sidler, Boccard, Van Marcke; Willems, Ghislain, Dykmans et puis Depelsenaire, Dumont, Wilbers, de Backer, Capelle.

Dragons : Walter ; Noblett, Lootens, Geers, Della Torre ; Van Aubel, Denayer, Rubens, Rombouts ; Martinez, Charlier, et puis Putters, Cobbaert, Luyten, Raes.

Arbitres : MM. M. Pontus et J. Ciechanowski

Carte jaune : 44e Della Torre

Les buts : 21e Willems (1-0) , 25e Charlet sur PC (2-0), 44e Van Marck (3-0), 62e Denayer (3-1)

C’est après une minute de silence à la mémoire du premier échevin Monsieur Yves Vander Cruysen que la rencontre débute ce samedi Drève d’Argenteuil. Les rares spectateurs pourront se croire à un match de tennis, tant les actions alternent entre les deux côtés du terrain. On notera la remontée de terrain de Dykmans ainsi que le solo technique de Van Marcke du côté du Watducks. Pour les Dragons, soulignons les nombreux débordements de Van Aubel et Denayer. Des deux côtés les lignes défensives sont particulièrement efficaces et interviennent proprement. Si bien que le premier quart temps ne comptera qu’un PC obtenu par le Dragon. Tout ceci sur un terrain bien trop arrosé qui n’épargne aucun des joueurs niveau glissades.

Après le premier arrêt du match, Charlier rate l’inratable face à Vandenbroucke sorti de sa cage, sa reprise finira dans le petit filet extérieur. Un instant plus tard, le jeu se passe dans l’autre cercle, Ghislain sert Willems au point de stroke, la déviation est imprenable pour Walter, c’est 1-0. Quelques minutes plus tard, le Watducks obtient son premier PC de la rencontre. Charlet transforme l’essai, c’est 2-0.

Les échanges reprennent avec un peu plus d’agressivité. Les épaules et les interventions se veulent plus franches et plus sèches. Les coachs des deux bancs se font entendre demandant d’une part d’être plus réaliste et de l’autre de monter et de jouer vers l'avant. Les Dragons se retrouvent à 10 avec la sortie de Della Torre. Les canards en profitent pour alourdir le score. En effet, sur une sortie hasardeuse de Walter, c’est Van Marcke qui inscrira le 3ème but. Scène un peu surprenante de voir Denayer appeler ses co-équipiers à se rassembler pour un briefing express en plein match. Ceci ne changera pas la tournure de la rencontre. Le Dragon ne saisit pas les occasions de remonter à la marque jusqu’au solo de Denayer qui réduira le score à 3-1 dans le dernier quart.

L’analyse est rapidement faite et confirmée par les deux camps. Charlet annonce que « Beaucoup d’équipes se cassent les dents contre notre défense. » là où Charlier souligne le manque d’efficacité du Dragon en ce samedi : « Nous avons eu beaucoup trop d’occasions et pas assez de concrétisation. On perd logiquement ».


Reckinger offre un beau cadeau à l’Herakles

Herakles – Antwerp 2-1

Herakles : Timmermans, Leenders, Haig, Leclef, Puglisi, M. Donck, Keusters, Van Dessel, Van Damme, Delaisse, Devillé, puis De Kerpel, Harte, Van Diest, Reckinger et Vloeberghs.

Antwerp : Drijver, N. van Straaten, Machtelinckx, van Ginneken, van Wanrooij, Verheijen, Rombouts, Paton, Imrie, van Baal, P. van Straaten, puis Uher, De Winter, G. Stockbroekx, Huyghe.

Arbitres : MM. T. Croese et S. Michielsen.

Cartes vertes : 33e Rombouts, 60e N. van Straaten.

Les buts : 4e De Kerpel (1-0) ; 21e Uher sur pc (1-1) ; 66e Reckinger sur pc (2-1).

Tant l’Herakles que l’Antwerp avaient besoin des trois points pour se rapprocher de la 8e place, occupée au coup d’envoi par le Braxgata. Les Lierrois déploraient toujours l’absence de Van Stratum, Struyf et Amorosini, mais récupéraient De Kerpel après sa parenthèse Covid. Une rentrée qui n’est pas passée inaperçue puisqu’après 4 minutes, alors qu’il venait de monter au jeu, le Red Lion y alla d’un effort personnel à droite suivi d’un tir dans la lucarne, d’un angle difficile, qui surprit complètement Drijver (1-0). Trente secondes plus tôt, on avait failli assister à l’ouverture du score dans l’autre camp, mais Van Dessel avait dégagé la balle devant la ligne. L’Antwerp ne s’en laissa pas conter et obtint une paire de pc. Timmermans éclaircit la première phase provoquée par Uher, mais dut s’avouer vaincu sur un tir direct du même joueur après 21 minutes. Entre-temps, le dernier rempart hérakléen avait écarté un revers de van Baal et six minutes après le but égalisateur, il dutnsauver spectaculairement un tir de G. Stockbroekx, tandis que son vis-à-vis restait au chômage technique. En fin de mi-temps l’Herakles, sentant le danger, força à son tour une paire de pc, mais sans résultat.

Le début de deuxième mi-temps permit au longiligne gardien campinois de se mettre en évidence, sur le troisième pc hérakléen tiré par De Kerpel. La phase continua et se termina par un revers de Keusters, sauvé du stick par Drijver. Rebelote trois minutes plus tard sur un rapide contre Donck-Van Damme-De Kerpel ponctué par un nouveau revers. L’Antwerp répliqua par un pc, tiré largement au-dessus de l’objectif.

L’Herakles, nettement plus offensif en cette deuxième période, repartit à l’attaque et obtint à son tour un 4e pc, mais Haig se heurta à nouveau à Drijver.

Le dernier quart-temps fut très disputé, aucune des deux équipes n’étant contente avec un match nul. L’Antwerp fut le plus souvent en possession de la balle mais comme souvent, la fin de match de l’Herakles fut tonitruante : un cinquième pc à quatre minutes de la fin se termina par un rebond du revenant Reckinger (2-1). Avec deux semaines d’entraînement dans les jambes, le vétéran lierrois aura offert à son club formateur trois points précieux comme l’or. Encore fallut-il en toute fin de match deux grands arrêts de Timmermans sur les deux derniers pc campinois pour que ces points tombent dans l’escarcelle lierroise.


Louvain repart avec la victoire, le Bee avec les regrets

Louvain: Carr ; Guerra, Madeley, Coolen, Santana ; Murray, Harris, Gougnard ; Dekeyser, Maraite, Vila et puis De Paepe, Van Lembergen, Diaz, Dujardin et Vanden Dael

Beerschot: H. Verhoeven ; Fürste, M. Peeters, De Sloover, Penelle ; H. Peeters, S. Verhoeven, Cabuy ; Perez, Duvekot, Capelle, puis Du Monceau, Catlin, Gus, Goudsmet et Rossi

Arbitres: MM. L. Dooms et C. Jardy

Cartes vertes: 21e Catlin, 31e Gougnard, 38e Furste, 63e Cabuy

Carte rouge: 63e Cabuy

Les buts: 9e De Sloover sur pc (0-1), 14e Madeley sur pc (1-1), 16e Catlin (1-2), 20e Dekeyser (2-2), 52e Dekeyser sur pc (3-2)

Pour son premier match à domicile après la trêve forcée due au Covid, Louvain recevait le Beerschot. Les deux équipes étaient coude-à-coude au classement (Louvain précède le Bee d'un point mais les anversois comptent un match de moins) et sont actuellement dans les 8 premiers avec un viatique de quelques unités par rapport à la 9ème place, à éviter car synonyme de Play-Down. Dernière similitude, les deux équipes ont partagé lors de la journée de championnat précédente. Cette rencontre avait un parfum de Bundesliga puisque l'américan Patrick Harris a jouait à Mannheimer l'an dernier et de l'autre côté Moritz Fürste a lui joué à Uhlenhorster jusqu'en 2018. Lucas Rossi était enfin de retour et dans la sélection du Bee.

Les visiteurs étaient les premiers à se montrer dangereux. Perez débordait sur le flanc gauche et centrait en louche. Capelle reprenait mais dangereusement. A la 7e, Sidney Cabuy passait en rebond vers le cercle. Catlin récupérait et testait les réflexes de Carr qui écartait le danger. Une minute plus tard, le Bee héritait du premier pc de la rencontre après une faute de Maraite sur Perez. De Sloover en profitait pour ouvrir le score, son tir ne laissait aucune chance au portier local. Louvain ne s'affolait pas et recollait au score à la 14e sur pc. Madeley répondait à De Sloover. Sur l'action offensive suivante, les Ours reprenaient l'avantage au marquoir. Perez alertait Carr qui dégageait en hauteur. Verhoeven surgissait, contrôlait la balle et laissait intelligemment à Catlin qui ponctuait d'un slap rageur. Le premier quart a globalement été équilibré avec des pénétrations dans le cercle quasi semblable d'un côté à l'autre.

Les louvanistes égalisaient à la 20e sur la première action du second quart. Santana jouait rapidement une faute vers Murray qui envoyait dans le cercle vers l'inoxydable Jay Dekeyser qui faisait parler sa science du placement pour dévier dans les filets de Verhoeven. S'en suivra une domination des joueurs de John Goldberg pour la suite du quart. A la 23e, Cabuy percutait et dribblait deux louvanistes avant d'adresser la balle à Perez. L'ancien oréen tirait vers Carr qui dégageait au-dessus de son but. Sur le long corner, Carr dégage du corps mais dangereusement. Le Bee obtenant ainsi une succession de trois pc qui n'étaient pas convertis. Les arriéres centraux du Bee avaient des espaces pour diriger le jeu. A la 29e De Sloover trouvait Perez dans le cercle d'une passe lumineuse. L'attaquant anversois contrôlait et tirait en revers mais Carr se détendait bien. Il y avait mieux à faire. Le Bee continuait son pressing intense et se créait une nouvelle possibilité avec Perez et Verhoeven mais ce dernier ne pouvait remettre vers Duvekot. La fin de quart voyait Maraite tenter sa chance à deux reprises sans succès. Du côté visiteur, De Sloover envoyait une balle millimétrée dans le cercle qui n'était pas touchée.

Le troisième quart était terne en occasions. Le Bee se créait plusieurs pc consécutivement mais sans trouver la faille. Le Bee avait la possession de la balle mais les universitaires défendaient très bien. Sur leur second pc du match à la 53e, Louvain passait en-tête, au meilleur moment. Dekeyser plaçait son sleep dans le but de Verhoeven.

Le Bee devait jouer vers l'avant mais c'était Louvain et Gougnard qui provoquait les premiers frémissements du dernier quart. De Sloover veillait aux grains et degageait la balle. Maraite obtenait un pc sur une faute de Furste à la 55e. Le premier sorteur du Bee faisait le job. Sur une louche offensive, Capelle recevait la balle dans une position idéale. Il tirait sur Carr qui sortait un arrêt de classe international. Le Bee continuait d'attaquer, et obtenait un nouveau pc. Gougnard sortait rapidement et annihilait l'essai de De Sloover. Cabuy écopait d'une carte verte qui d'une carte rouge pour propos peu amène envers le corps arbitral. Louvain contenait les assauts du Bee et engrangeait un succès important pour la course au Top 8.

Le Bee aura eu le jeu à son compte durant une bonne partie du match mais n'aura pas réussi à convertir ses pc et ses quelques grosses occasions via Perez et Capelle notamment. L'axe central très fort avec Furste et De Sloover est un des points forts du Bee. Des visiteurs qui peuvent s'estimer déçu de repartir sans point de Louvain La carte rouge de Cabuy, auteur jusque là d'un bon match, et très déçu d'avoir abandonné ses équipiers sera la conclusion d'un match tendu. Rapidement, les deux équipes ont montré et indiqué leurs désaccords par rapport aux décisions des arbitres. Louvain a fait du Louvain: les joueurs n'ont jamais baissé les bras, se sont battus sur toutes les balles et défendus en "half-court", harangués par leur entraîneur Xavi Trench. Contrairement au Bee, les universitaires ont été efficaces sur pc. Défensivement, Louvain a été très fort et a pu s'appuyer sur un milieu de jeu très complet. Louvain poursuit son bon championnat. Le top 8 se rapproche.


Le Racing prend enfin des points

Racing - Old Club 10-3

Racing : Pierre ; Harte, Lambeau, R. Delavignette, Rickli ; Truyens, Wegnez, Meurmans, Weyers ; de Chaffoy, Cayphas, Hottlet puis Lucaccioni, Berton, Van Lierde, Vermylen, de Chaffoy.

Old Club : Martin ; Lectius, Langen, Lejeune, Jehaes ; Dawance, Kleikenberg ; T. Tambwe, de Moor, Neuprez, Geurts puis Marchandisse, Martin, Berthus, Künsch, Chêne.

Arbitres : MM. Tinant et Dagnelie

Cartes vertes : 37e Meurmans, 50e Wegnez

Les buts : 3e Harte sur PC (1-0), 4e Langen sur PC (1-1), 11e Truyens (2-1), 21e T. Tambwe (2-2), 22e Van Lierde (3-2), 24e Cayphas (4-2), 28e Kleinkenberg (4-3), 31e Cayphas (5-3), 37e Cayphas (6-3), 41e Rickli (7-3), 44e Harte sur PC (8-3), 54e Wegnez (9-3), 58e Lambeau (10-3).

Un match qui commence haut en couleurs. Seulement trois minutes après le premier coup de sifflet, Harte profite d’un PC pour ouvrir le bal (1-0). Directement, l’Old Club réplique, lui aussi un PC, par un goal mis une minute après par Langen (1-1). Alors que le match a commencé par une hargne significative venant des deux clubs, le Racing semble tout de même mener la danse et le premier quart temps se déroule principalement dans la moitié du terrain du club liégeois. Après beaucoup de contestations envers l’arbitre, les tensions commencent à monter sur le terrain. Le début du deuxième quart temps à peine siffler, le même tableau semble se reproduire. D’abord un goal par Truyens (2-1), directement répliqué par Tambwe, qui rééquilibre le score pour l’Old Club (2-2). Véritable jeu du chat et de la souris, l’Old Club finit par s’essouffler face à la rapidité de jeu du Racing. Alors que la mi-temps n’a toujours pas été sifflée, l’équipe à domicile enchaîne deux goals, à deux minutes d’intervalle, mis par Van Lierde (3-2) et Cayphas (4-2). Le cercle étant devenu l’obsession des deux équipes, la balle passe d’un opposé à l’autre du terrain avec très peu d’actions dans le centre. L’Old Club toujours mené à la baguette par le Racing tente bien que mal à se redresser, et Kleinkenberg finit par marquer un magnifique goal quelques instants avant la mi-temps (4-3). Plus en forme que jamais pour ce match à domicile, Cayphas décide d’agrémenter un peu plus le compteur et marque son deuxième goal (5-3). Une fois la mi-temps passée, l’Old Club décide de reprendre du poil de la bête et se réveille pour cette deuxième partie. Malheureusement, la vitesse du Racing les rattrape une fois de plus, Cayphas devenu inarrêtable marque un troisième goal à la 37e minute (6-3). Rickli (7-3), Harte sur un PC (8-3), Wegnez (9-3) et Lambeau (10-3) le suivront pour finalement offrir une magnifique victoire au club ucclois. Une victoire très bien accueillie pour ceux qui cherchent à tout prix à remonter dans le classement.