L'Assemblée Générale de l'ARBH, tenue samedi dernier, a été plutôt houleuse et a débouché sur une petite crise entre le Conseil Général et les clubs. Tentons d'y voir plus clair.

Rétroactes. L'an dernier, une proposition émanant de neuf clubs de division d'Honneur proposait de revenir, après une saison seulement, à un championnat linéaire à douze clubs. Le Conseil Général avait envoyé cette proposition sur les roses avec, sans doute, un certain manque de diplomatie. Du coup, cette année, les clubs ont tenté de reprendre la main en transférant l'organisation du championnat du Règlement Sportif (RS, compétence du Conseil Général) vers le Règlement Administratif (RA, compétence de l'Assemblée Générale). Dix clubs ont signé cette proposition qui a finalement été votée en AG. "Les clubs se sentaient incompris et voulaient pouvoir disposer de leur avenir", explique celui qui vient d'être réélu pour la 3e fois délégué des clubs de DH, et à ce titre membre du Conseil, Patrick Keusters. "Le Conseil avait supprimé les satellites et le championnat réserve, et voulait maintenant limiter le nombre d'équipes par club en nationale, et le nombre de 2es équipes en D1. Alors je vous pose la question : qu'allons-nous faire de nos jeunes, dont le niveau ne fait qu'augmenter, si nous n'arrivons pas à les caser en équipe première ? On ne peut tout de même pas tous les envoyer en mineure 3 ou 4 ! Notre but n'était pas du tout de désavouer le Conseil, mais de décider qui faisait quoi."

Le son de cloche est quelque peu différent chez Jean-François Bourlet, vice-président de l'ARBH et auteur d'un discours bien senti à l'AG. "Ce qui a été fait est inconstitutionnel. Le Règlement Organique, véritable Constitution de l'ARBH, prévoit que c'est le Conseil qui est compétent pour traiter les matières sportives. On nous a enlevé notre principale fonction. Par contre, on nous a laissé la compétence de décider, par exemple, combien de clubs montent et descendent. Si nous voulons faire la grève du zèle, on peut décider par exemple qu'il y aura six descendants de DH vers la D1 la saison prochaine ! Nous avions des propositions équilibrées qui évitaient les abus sportifs que nous avons connus la saison dernière. Au lieu de cela nous avons droit à des mesures protectionnistes de clubs qui pensent plus à leur cafétéria qu'à l'avenir de leur sport. Il faut que les clubs comprennent qu'il n'y a pas moyen d'organiser un championnat à 12, une compétition en salle, une Coupe de Belgique attractive et être médaille de bronze au championnat d'Europe. Il faut faire des choix. Demain, quand un match de DH sera remis, il faudra convoquer une AG pour savoir quand il se jouera ! Les clubs réalisent-ils cela ? Et dans un avenir proche, il pourrait y avoir 12 clubs en DH et les 2es équipes des 12 mêmes en D1, ce qui paralyserait tout. Est-ce cela que nous voulons ?"