Demi-finales (aller)

L'Orée perd Stockbroekx évacué en ambulance et le match dans les dernières minutes

Orée – Dragons 2-3

Orée : Thieffry ; Stocbroekx, Bellenger, Beckers, Willems ; Thiéry, Dohmen, Simar ; Domene, Clément, Masso ; Puis Raemdonck, Willocx, Curty, M. Branicki, Van Nieuwstadt, Callioni

Dragons : Walter ; Geers, Lootens, Noblett, Della Torre ; Rubbens, Denayer, Rombouts, Cobbaert ; van Aubel, Martinez ; Puis Martinez, Raes, Luyten, Putters, Foubert

Arbitres : MM. M. Pontus et M. D. Van Den Eede

Carte verte : 52e Branicki

Carte jaune : 52e Branicki

Les buts : 30e Martinez (0-1), 41e Domene sur pc (1-1), 65e Domene sur pc (2-1), 66e Della Torre sur pc (2-2), 69e Della Torre sur pc (2-3)

La demi-finale aller entre l’Orée et le Dragons a été marquée par une blessure spectaculaire de Stockbroekx évacué par ambulance ce qui a causé une interruption de 40 minutes. La fin de match a également été dramatique pour l'Orée qui menait 2-1 à la 65e minute avant de s'effondrer.

Ala 3e minute, un kick offrait un premier pc au Dragons. Denayer cherchait la déviation de Noblett, mais la défense bruxelloise était plus prompte sur la balle. L’Orée était très bien structurée durant ce premier quart. Mais, à l’exception de ce pc, les gardiens étaient assez peu sollicités. A la 11e minute, Martinez entrait dans le cercle et cadrait un tir repoussé par Thieffry. A la 13e minute, c’est l’Orée qui forçait un premier pc. Walter stoppait un sleep bien placé de Domene. Les Oréens espéraient un pc à la 15e.

L’Orée tenait son match. Dohmen and co contrôlaient le jeu, mais ils peinaient à entrer dans les 25. Le Dragons restait à l’affût d’un contre. On sentait une grande prudence dans la construction. Charlier recevait la balle dans le cercle, sur la baseline. Il était contré. Callioni allait chercher un 2e pc à la 26e minute. Re pc. Le sleep de Domene était contré. Stockbroekx sauvait le contre dangereux. Van Aubel passait dans le cercle à Raes qui envoyait un tir au-dessus de la lucarne. La défense bruxelloise s’en sortait bien car le Dragons était en supériorité numérique. Le Dragons était bien payé à la 30e minute. Sur un mauvais contrôle de Domene, Martinez chipait la balle et marquait le 0-1. La fin de mi-temps était animée, anversoise, mais il n’y avait plus aucune action à souligner.

Les Anversois remontaient sur le terrain avec une plus grande détermination. Ils étaient les maîtres en possession de balle. L’Orée souffrait dans les 5 premières minutes. Stockbroekx partait avec la balle à la 41e minute. Il allait au contact avec Lootens. Les deux joueurs finissaient par terre. Stocky hurlait et restait au sol. La scène était angoissante. Il a perdu connaissance. Il saignait. L’ambulance a été appelée. Le débrifibilateur était amené sur le terrain. Le match était interrompu. Les secours arrivaient après 10 minutes. On lui posait une minerve. Le Red Lion a perdu du sang. Il est resté inconscient quelques minutes. Stocki était évacué par civière. Les joueurs recommençaient à s’échauffer. Après 20 minutes, il était évacué du terrain alors que les joueurs s’échauffaient. L’épaule a été touchée, mais sns gravité. Il saignait de la lèvre. Il était désorienté. En quittant le terrain, il avait repris les esprits. Il souffrait finalement d’une commotion.

Après un échauffement de 10 minutes, le match reprenait après 40 minutes sur la phase de pc. Domene rétablissait l’égalité (1-1). Van Aubel était encore sur la baseline, mais Thieffry était sur la trajectoire. Charlier ratait un contrôle dans le cercle. Le Dragons reprenait les commandes de cette demi-finale. Le Dragons concédait son 5e pc à la 49e minute. Martinez, premier sorteur, était plus rapide que le sleep de Domene. Branicki prenait une verte puis une jaune. L’Orée a souffert dans cette fin de 3e quart.

Le dernier quart était sous haute tension. A la 55e minute, sur une percée de Willems, Thiéry allait chercher un 6e pc. Domene ne cadrait. Charlier s’engouffrait sur la baseline, mais la défense tenait bon. Les deux équipes évitaient de trop se dévoiler. Callioni déviait sur un pied dans le cercle. Déjà le 7e pc. Domene sleepait côté gant et marquait son 2e but (2-1). Le Dragons répondait par un pc sur la phase suivante. Della Torre rétablissait l’égalité (2-2). Son sleep était remarquable. Les Anversois provoquaient un nouveau pc à la 69e minute. Della Torre sleepait de l’autre côté et remettait le Dragons aux commandes (2-3). Thieffry sortait. Il ne restait que 50 secondes.

Le Watducks a clairement fait la moitié du chemin


Léopold – Watducks 2-3

Léopold : Henet, Eaton, J. Verdussen, Forgues, Muschs, Cuvelier, Baumgarten, de Trez, Boon, Plennevaux, A. Verdussen, puis Poncelet, Degroote, Englebert, Zimmer et De Kepper.

Watducks : Vandenbroucke, Van Oost, Charlet, Van Strydonck, Dumont, Boccard, Wilbers, Van Marcke, Willems, Ghislain, Dykmans, pûis Lemaire, De Backer, Capelle, Depelsenaire et Caytan.

Arbitres : MM. N. Benhaiem et G. Boutte.

Cartes vertes : 9e Zimmer, 52e Forgues.

Les buts : 6e A. Verdussen (1-0) ; 37e Ghislain (1-1); 56e Charlet sur pc (1-2); 64e Boon (2-2); 70e Wilbers (2-3).

Le Léo démarre en force la première mi-temps, commencée 18 minutes en retard à cause de la présence nécessaire de la télévision qui a dû affronter la fermeture du Bois de la Cambre. Après 50 secondes il obtient déjà un pc conclu par un bon vieux tir à plat de John Verdussen, sans résultat. Mais le Léo insiste et Boon envoie un tir violent depuis la droite, qui file à côté. Dans la foulée, une perte de balle de Boccard profite à Plennevaux qui temporise intelligemment avant de servir idéalement Arthur Verdussen (1-0). Le Léo obtient un nouveau pc infructueux avant d’être quelque peu refroidi dans son élan par une carte verte pour Zimmer. Les Bruxellois continuent à dominer mais juste avant le buzz du premier quart-temps, Plennevaux envoie un grand tir qui sort via le piquet.

En deuxième quart-temps, on voit que Jean Willems a resserré les boulons. Malgré un tir à côté de Cuvelier (19e), on assiste à la première phase dangereuse du Wat, une attaque collective Willems-Caytan conclue à côté par Depelsenaire. C’est le signal pour le Watducks que sa mission n’est pas impossible et un mouvement Willems-De Backer-Boccard se termine à côté. Mais le Léo ne désarme pas et un quatrième pc est expédié par Boon, et sauvé par une conjonction d’un arrêt de Vandenbroucke et un dégagement devant la ligne de Van Strydonck.

La deuxième mi-temps a à peine repris que le coup de tonnerre tombe : sur une balle perdue récupérée par Ghislain en tête de cercle, le jeune Waterlooti risque une volée qui va se nicher dans le coin du but d’Henet (1-1). Dans la foulée, le Wat obtient son premier pc, mais Henet sauve le sleep de Charlet. A la 49e un impressionnant slalom de Willems… ne donne rien. Mais le Wat est désormais bien dans le match.

Il reste 14 minutes lorsqu’une faute sur Willems dans le cercle du Léo est sanctionnée d’un pc, le deuxième pour les Canards. Charlet le transforme en force (1-2). Et voici le Léo, comme les semaines précédentes, obligé de courir derrière le score. Ce qu’il faut en obtenant un 5e pc, sorti par le premier sorteur brabançon. Une occasion énorme se présente à la 61e lorsqu’un centre de Degroote dévié par la défense visiteuse aboutit à Max Muschs, mais celui-ci tire à côté. Deux minutes plus tard c’est Van Strydonck qui doit sauver devant Degroote. Le Léo met tout à l’attaque et finit par obtenir la récompense de ses efforts : Degroote centre pour Boon qui, libre de tout marquage, égalise facilement (2-2). Mais ce n’est pas fini : Wilbers conclut de près un dernier mouvement sur un centre de Ghislain (2-3). Une fin de match palpitante qui laisse toutes les options ouvertes pour dimanche prochain.

Matchs de classement

Gand achève en 5e place

Gantoise - Beerschot 4-1 (samedi)

16e Hellin (1-0), 20e Duvekot (1-1), 38e Masson sur pc (2-1), 45e Esquelin (3-1), 62e Kina sur pc (4-1)

Le Racing finit sur une défaite

Racing - Louvain 1-3

Racing : Pierre ; Harte, Lambeau, R. Delavignette, Rickli ; Meurmans, Weyers, Lucaccioni ; Cayphas, Hottlet, Horler ; Puis Berton, H. Delavignette, de Chaffoy, Marquet, Malherbe

Louvain : Carr ; Guerra, Madeley, Coolen ; Murray, Harris, Gougnard ; Dekeyser, Maraite, Diaz ; Puis Kinnen, Van Lembergen, Weyers, Georgis, Van Lembergen

Arbitres : MM. J. Ciechanowski et R. Tinant

Cartes vertes : 44e Lambeau, 52e Cayphas

Les buts : 12e Diaz (0-1), 34e Horler sur stroke (1-1), 39e Murray sur PC (1-2), 41e Harris (1-3)

La vitesse pour le Racing, la construction de jeu pour Louvain. Même si l’équipe accueillante domine les premières minutes, les louvanistes semblent être plein de motivation et d’adrénaline, déterminés à reprendre cette balle, échange qui offrira un véritable spectacle de ping-pong en ce début de match. Alors que c’était au tour de Louvain de dominer le jeu, Diaz profite d’une occasion pour ouvrir le bal de goals (0-1). Le premier quart temps sonné, l’équipe flamande mène la danse, le jeu se déroulant principalement dans le cercle adverse. Un score qui stagne mais un jeu très agréable à observer, offrant rebondissements et surprises. A une minute seulement de la mi-temps, un stroke est annoncé pour le Racing. Horler désigné pour cette occasion en or, il égalise finalement le score du match (1-1). La mi-temps s’achève et trois minutes après seulement, Louvain décroche un PC, sur lequel Murray finira par faire rentrer la balle, après plusieurs tentatives de la part de ses camarades (1-2). Quelques secondes plus tard, Harris se retrouve seul face au goal, dont le gardien a laissé libre accès, et continue à faire monter le score pour Louvain (1-3). Voyant le score monter en flèche, les joueurs du Racing montent en puissance et réussissent finalement à provoquer un PC à la 45e minute. Un PC échoué, faute du stoppeur, mais qui aura finalement droit à sa deuxième chance, quelques secondes après. Harte en tireur, il offre un magnifique shot, malheureusement arrêté par le gardien adverse. Et puisque jamais deux sans trois, un troisième PC se joue pour le Racing, encore une fois voué à l’échec. Le jeu finalement relancé, la hargne des deux équipes se fait grandement ressentir. La voix des coachs se fait entendre, preuve que les joueurs ne sont pas les seuls à subir cette pression grandissante. Les minutes passent et le jeu s’accélère, pourtant dominé cette fois-ci par le Racing qui, encore une fois, décroche un PC. Malheureusement encore une fois défaillant au stopping, le jeu se relance rapidement, toujours en montant dans les tours. Une tension qui vaudra d’ailleurs une carte verte à Cayphas, et une construction de jeu beaucoup moins soignée de la part des deux équipes. Les dix dernières minutes, le jeu continue son cours, et suite à une sortie d’un blessé, les deux équipes semblent s’être calmées. La balle se déplaçant toujours très rapidement d’un côté à l’autre du terrain, le Racing tente en vain de rattraper leurs points de retard lors de plusieurs belles actions. Un blessé en plus, et pourtant la tension qui remonte, si proche du coup de sifflet final. Les trois dernières minutes, Louvain se concentre davantage sur sa construction de jeu en équipe, offrant un joli spectacle pour clôturer ce match palpitant.

Playdown

Daring - Herakles 2-1

Daring : Feldheim ; Brunet, Delos, Denis Charlier ; Kruger, Coehlo, Salis ; Cosyns, Van Linthoudt, Sior puis Montone, Marqué, Leffler Vander Gracht, Van Droogenbroeck.

Herakles : Mitrotta ; Haig, Donck, W. Van Dessel, Le Clef ; De Kerpel, Struyf, Keusters ; Delaisse, Van Damme, Amorosini puis Puglisi, Harte, Devillé, A. Van Dessel, Vloeberghs.

Arbitres : MM. T Dagnelie et C. Le Clef

Cartes vertes : 11e Kruger, 42e Coelho

Les buts : 40e Cosyns (1-0), 44e De Kerpel (1-1), 46e Brunet sur pc (2-1)

Lors de la dernière rencontre entre les deux formations, celle-ci s’était soldée par un partage 3-3, prémisse de la très bonne deuxième partie de saison des Molenbeekois. Les buteurs du jour étant Louis Delaisse pour un doublé et Amaury Keusters d’un côté, Geoffroy Cosyns également pour un doublé et François Sior de l’autre côté.

Aucune des deux équipes n’entament parfaitement ce match. Beaucoup de technique, de jeu d’équipes, de construction ligne par ligne, mais en fin de compte, aucune véritable occasion. L’Herakles se provoque quelques pc, et ce sont là les phases les plus dangereuses de ce début de rencontre.

Vient ensuite le tour du Daring d’obtenir un pc, celui-ci est arrêté sur la ligne par Haig. L’Herakles monte d’un cran après une vingtaine de minutes et tente d’étouffer la ligne défensive du Daring sur chaque remise en jeu, mais sans succès. Cela prend évidemment plus de temps qu’à l’accoutumée pour les hôtes du jour de traverser le terrain. Allant de petites fautes en petites fautes, jusqu’aux portes du cercle adverse, mais sans parvenir à y pénétrer. Et c’est de nouveau à l’Herakles de reprendre pour quelques instants le lead du match en mettant sous pression la défense de Brunet.

Il faut donc attendre la seconde partie de rencontre pour que les choses se débloquent enfin. Après avoir enchainé deux pc, mais qui ne finissent pas au fond, c'est finalement sur un enchaînement de quatre passes que le Daring inscrit le premier but. Une balle haute de Charlier qui trouve Colheo, celui-ci centre sur Van Linthoutd complètement oublié en bord de cercle, ce dernier sert Cosyns au poteau, c’est 1-0.

Cela faisait quelques minutes que De Kerpel rongeait son stick notamment sur les décisions arbitrales. La meilleure réponse se trouve toujours sur le terrain. Suite à un joli solo technique dans le cercle, il permet à son équipe de revenir au score (1-1) quatre minutes après le goal encaissé.

Réponse pratiquement instantanée des joueurs du Daring, sur pc, Brunet reprend l’avantage (2-1)

L’Herakles n’a pas l’habitude de se faire mener au score, bien que le match soit équilibré, c’est bien le Daring qui mène les débats. De Kerpel adopte la position d’électron libre, tantôt en back central, tantôt en attaquant de pointe, tantôt entre ces deux positions. Bien que ce choix permette d’accélérer le jeu, il a aussi comme conséquence de déstructurer les lignes et d’ouvrir les couloirs tant appréciés par le Daring. Ceux-ci enchaînent quelques beaux duels face au gardien, mais sans succès. L’Herakles est à un poteau de se mordre les doigts d’avoir sorti son gardien en fin de rencontre, mais le score final reste à 2 buts à 1 en faveur des Molenbeekois.

Namur – Antwerp 3-6

Namur : Besonhe ; Bonanni, V. De Cocquéau, Dieudonné, De Moor; Joye, Weicker, Jacob, Navez ; Cirillo, Géruzet puis P. De Cocquéau, Lauwers, André, Bronchart, Destrée

Antwerp : Drijver ; Huyghe, N. Van Straaten, Van Wanroij ; Uher, Van Der Putten, Verheijen ; De Winter, Imrie, Van Baal, P. Van Straaten puis Stockbroekx, Boeckx, Paton, De Cleene, Fawé.

Arbitres : MM. T. Croese et G. Uyttenhove

Cartes vertes : 53e Jacob, 58e Van Baal, 64e Boeckx

Carte jaune : 70e Géruzet

Les buts : 8e Uher (0-1), 13e André (1-1), 26e Van Baal (1-2), 35e Uher (1-3), 37e XX (1-4), 40e De Winter (1-5), 51e P. De Cocquéau (2-5), 65e Jacob (3-5), 69e De Winter (3-6)

Old Club – Braxgata 5-5

Old Club : Martin ; Lectius, Langen, Maréchal, L. Lejeune ; Dawance, Marchandisse, Jehaes ; Tambwe, Neuprez et Chêne puis, Künsch, Berthus, Kleinkenberg Lamarche

Braxgata : D. Van Rysselberghe ; de Abadal, Loots, Luypaert, De Ridder ; Adriaensen, Van Steerteghem, T. Biekens, De Voogd ; Casasayas, Bordas puis Onana, Van Cleynenbreugel, Burmann

Arbitres : Melle C. Martin-Schmets et M. C. Hardy

Carte verte : 30e Chene

Les buts : 11e De Voogd (0-1), 21e Dawance (1-1), 30e Lamalle (2-1), 30e Lamalle (3-1), 33e De Voogd (3-2), 36e Luypaert (3-3), 42e Jehaes(4-3), 52e Bordas (4-4), 59e Luypaert (4-5), 70e Langen (5-5)