Herakles - Léopold 2-1

Herakles: Timmermans; Le Clef, Puglisi, Haig, Donck; Van Stratum, Van Dessel, Am. Keusters; De Kerpel, Ant. Keusters, Van Damme; puis Leenders, Harte, Devillé, Amorosini, Delaisse

Léopold : Cherpion; J. Verdussen, Eaton, Forgues, Poncelet; De Trez, Zimmer, Cuvelier; Boon, Plennevaux, Englebert; puis Baumgarten, A. Verdussen, Muschs, Degroote et Doms

Arbitres: MM. M. Dutrieux et A Lemmens

Cartes vertes: 29e Van Damme, 55e Van Dessel, 57e Boon, 58e Degroote

Carte jaune: 66e Van Dessel

Les buts: 6e Devillé (1-0), 15e Van Damme (2-0), 26e Plennevaux sur pc (2-1)

En mal de point en ce début de saison avec zéro point au compteur, l'Herakles accueillait le Leopold qui sort d'une défaite à domicile contre le Watducks. Les deux équipes se devaient de l'emporter pour ne pas tomber dans une spirale négative. Les Lierrois n'ont pas joué le week-end dernier, le match contre le Braxgata étant remis pour cause de Covid.

Première bonne séquence des locaux avec

Haig qui joue dans le cercle mais personne n'est à la déviation. Le premier shot au goal venait du stick de Plennevaux. Un défenseur déviait au dessus du but. Sur le long corner, Eaton mettait un grand pont à son opposant mais ne cadrait pas son tir. L'Herakles jouait rapidement le dégagement. Devillé recevait la balle en entrée de cercle, se mettait sur son revers et croisait parfaitement son tir pour donner l'avance à l'Herakles. On jouait la 7ème minute. Deux minutes plus tard, on reprend les mêmes acteurs mais cette fois le tir de Devillé n'était pas cadré. Le Leo réagissait par Arthur Verdussen qui passait à Plennevaux qui cannonait sur les guêtres de Timmermans. Sur une attaque placée d'école, Van Damme doublait la mise. Van Stratum passait à droite à Amorosini qui débordait sur la baseline et centrait en retrait pour Van Damme qui avait bien suivi. Superbe but.

Le Léopold peinait à se créer des occasions tandis que les locaux jouaient en équipe. De Kerpel récupérait une balle dans les 25 et passait à son compère Keusters dont le tir était trop enlevé. Plennevaux tirait à la retourne sur Timmermans qui sortait un bon arrêt. Les joueur de Darran Bisley sortaient bien de défense et offraient de belles séquences. Sur l'une d'elles, Van Dessel était un stick trop court pour conclure une belle action collective. Plennevaux relançait le Leo sur sleep sur pc à la gauche de Timmermans. Dans l'autre sens, sur pc, la combinaison De Kerpel - Keusters passait à côté.

Des l'entame du troisième quart, Timmermans était mis à contribution mais sortait la parade. Degroote se voyait refuser un but, la balle n'étant pas touchée dans le cercle. De Kerpel au pressing récupérait la balle et filait dans le cercle. Il poussait trop sa balle sur son dribble et était trop excentré pour avoir un angle de tir. Le Leo se dégageait. Van Damme forçait un pc. De Kerpel tirait en revers dans le but. Les arbitres annulaient le but car la balle n'aurait pas été stoppée hors du cercle à la grande fureur de Nico De Kerpel. Le Léopold obtenait un pc qui était mal stoppé.

De Kerpel trouvait Devillé qui tirait sur Cherpion. De Kerpel obtenait un pc qu'il tirait à bonne hauteur. Cherpion était vigilant. De Kerpel débordait le long de la ligne de fond et passait en retrait. Keusters ne pouvait conclure. Amorosini ne pouvait cadrer un centre. Un bon centre de Boon trouvait Plennevaux qui se jetait mais se heurtait à Timmermans. Le gardien local sortait une nouvelle intervention décisive. Plennevaux dribblait le gardien mais plaçait à côté. Van Dessel écopait d'une carte jaune les locaux allaient terminer à 10. Les locaux défendaient becs et ongles. L'Herakles tenait sa victoire.


Namur a vendu chèrement sa peau

Namur – Braxgata 3-5

Namur : Vaerman, Dieudonné, N. De Moor, Bonanni, V. De Cocqueau, Weicker, Oguz, Destrée, Pokorny, Géruzet, Cirillo, puis P. De Cocqueau, Joye, Sakellaridis, Daussogne et André.

Braxgata : D. Van Rysselberghe, Loots, Clement, Luypaert, M. Van Rysselberghe, Van Cleynenbreugel, Adriaensen, Van Biesen, T. Biekens, Casasayas, de Voogd, puis Van Steerteghem, O. Biekens et De Ridder.

Arbitres : MM. M. Bourg et G. Boutte.

Carte vertes : Weicker, Destrée.

Les buts : 6e T. Biekens (0-1) ; 16e Luypaert sur pc (0-2) ; 17e Casasayas (0-3) ; 35e Géruzet (1-3) ; 45e Adriaensen (1-4) ; 54 e Sakellaridis (2-4); 56e Luypaert sur pc (2-5); 70e Dieudonné sur pc (3-5).

Après deux semaines d’interruption forcée, le Brax se présentait avec seulement 15 joueurs sur les hauteurs d’Hastedon. Et encore, le 15 e , Bordas, n’est jamais monté au jeu. Dès le coup d’envoi les Boomois imprimèrent un rythme soutenu à la partie et après six minutes, une combinaison entre les frères Biekens fut conclue par Tobias (0-1). Namur n’arriva pas à desserrer l’étreinte et les pc s’accumulèrent devant Vaerman, qui s’en tira avec brio à plusieurs reprises et fut tout heureux de voir un smash d’Adriaensen au rebond échouer à côté de sa cage, tout comme un revers de Casasayas au quart d’heure. A la 16 e cependant, Luypaert conclut victorieusement le cinquième pc anversois. Les Escargots n’étaient pas encore remis de leur déconvenue que Casasayas transformait victorieusement un rebond d’un tir de O. Biekens (0-3). Était-on parti pour un score fleuve ? Pas du tout, en deuxième quart-temps Namur fit plus qu’équilibrer les échanges et menaça même carrément David Van Rysselberghe à plusieurs reprises. D’abord un tir hors cadre d’André, puis un tir de Géruzet, et enfin deux pc avec en prime quatre arrêts de Van Rysselberghe devant Pokorny (2), Dieudonné et Oguz. Pour conclure ce festival offensif local, en vue du repos, une passe de P. De Cocqueau à Géruzet permit à ce dernier de réduire l’écart (1-3). A la reprise, le jeu resta assez équilibré, un sixième pc de Luypaert échouant sur Vaerman alors que Van Rysselberghe déviait un essai de Pokorny sur le troisième pc namurois. Finalement ce fut une subtile déviation d’Adriaensen sur un centre de Van Cleynenbreugel qui fit la différence (1-4) alors que dans l’autre camp, P. De Cocqueau était sur le point de conclure lorsqu’il trébucha. Le dernier quart d’heure fut encore égayé de trois buts : un effort personnel de Sakellaridis qui se faufila jusqu’au but pour réduire une deuxième fois l’écart, puis un pc de Luypaert entre les jambes de Vaerman (2-5) et enfin, sur le buzz, un 4e pc namurois très joliment transformé par Dieudonné (3-5). Le Brax a gagné logiquement mais Namur a montré une bien belle résistance.


Louvain mal payé, mais quel beau spectacle

Louvain-Orée 2-3

Louvain : Carr ; Madeley, Coolen, Vanneck ; Murray, Georgis, Santana, Gougnard ; Dekeyser, Maraite, Vila, puis De Paepe, Van Lembergen, Diaz, Vanden Dael et Weyers

Orée : Thieffry ; Stockbroeckx, Raemdonck, Willems, Bellenger ; Simar, Curty ; Callioni, Domene, Masso, et Clément puis Willocx, S.Branicki, M. Branicki , Moens et Thiéry
Arbitres : MM. S. Michielsen et N. Benhaiem
Cartes vertes : 25e Madeley, 38e Santana, 68e Domene
Les buts :
13e Diaz (1-0), 23e Callioni (1-1), 26e Clément (1-2), 33e Domene (1-3), 37e Dekeyser (2-3)

C’est bien d’un sommet qu’il fallait parler : les deux équipes présentes à Heverlee étaient invaincues dans ce championnat naissant. Toutes les deux avec 14 buts marqués, l’Orée possédait une meilleure défense avec seulement 1 but encaissé pour 6 à Louvain.

Premier quart-temps (1-0). Dès l’entame de la rencontre, les deux équipes se lancent à toute vitesse dans le jeu. A qui prendrait l’autre de vitesse. A ce jeu, Louvain se montrait le plus pressant mais la première incursion véritablement dangereuse était pour Callioni qui, à la 5e minute, obligeait Carr à mettre le gant. Nouvelle occasion pour l’Orée à la 7e lorsque Clément, à peine monté, entrait dans le cercle et obligeait le gardien louvaniste à intervenir à hauteur du point de stroke. A la 8e minute, Maraite arrachait des applaudissements en envoyant une passe lumineuse de 50 mètres vers Vila. Ce dernier ne parvenait pas à prendre Thieffry en défaut. A la 12e minute, Stockbroekx sauvait son équipe sur la ligne du but. A la 13e, Diaz se trouvait à la bonne place pour propulser la balle au fond (1-0). A la 15e, Callioni envoyait une fusée détournée au-dessus par Carr. Au nombre d’occasions, l’Orée était largement devant.
Deuxième quart-temps (1-3). Pas de temps mort non plus pour ce deuxième quart et une vitesse d’exécution parfois hallucinante : les deux équipes soignaient le spectacle. A la 23e minute, sur une descente par la droite, Callioni recevait la balle au point de stroke et trompait Carr (1-1). A la 26e, Clément se retrouvait en tête de cercle et envoyait un obus en revers (1-2) : en deux minutes, l’Orée avait renversé le cours du jeu. A la 28e, Van Lembergen manquait l’égalisation, son tir du bord du cercle était repoussé par le poteau. A la 30e, Clément voyait un revers contré in extremis. A la 33e, Domene partait en solo et terminait l’ouvrage (1-3) ; ce but sera sans doute un de ses seuls buts de jeu de la saison, lui qui est le spécialiste oréen du sleep. En moins de 10 minutes d’efficacité rare, l’Orée avait plié le match.
Troisième quart-temps (2-3). En fait pas vraiment car dès le début de la reprise, Dekeyser profitait d’une longue passe de Santana pour dévier hors de portée de Thieffry (2-3). A la 41e minute, l’Orée marquait son 4e but mais il était refusé par Mr Michielsen, la balle étant centrée dans le paquet en hauteur ; l’Orée estimera après la rencontre qu’il n’y avait pas de jeu dangereux, son joueur ayant repris la balle avant tout le monde. A la 42e, Vila tirait en force et Thieffry déviait en hauteur. Le danger se précisant, l’Orée entreprit de garder la balle et s’offrit de longues phases de possession de balle. De quoi laisser passer l’orage louvaniste. Puis ce fut au tour des locaux de reprendre possession de la balle et de s’installer dans les 23 mètres oréens. Interrompu par le coup de sifflet de fin d’un troisme quart intense.
Quatrième quart-temps (2-3). La dernière période de cette démonstration de hockey allait être crispante et tendue. Louvain mettait tout à l’attaque et sera finalement mal payé de ses efforts. Certes Domene à la 56e voyait un joli solo repoussé en long et sur la reprise Stockbroekx aurait pu faire mouche, et Vila aurait pu tirer un peu plus bas pour crucifier Carr. Masi c’est bien à Louvain que sont revenues les actions les plus dangereuses. Avec une percée de Murray à la 57e, trois situations scabreuses qui auraient pu valoir chacune un pc pour les locaux, un nouveau poteau de Santana et une incursion de Maraite. La situation restera inchangée et l’Orée s’en tirait avec les trois points, Louvain avec l’honneur d’une superbe réplique.


Watducks - Gantoise: une vraie propagande pour le hockey

Watducks - Gantoise 3-3

Watducks : Vandenbroucke ; E.Van Strydonck, Charlet, Van Oost, N.Dumont ; Boccard, Sidler, Van Marcke ; Capelle, Willems, Pangrazio ; puis Wilbers, Caytan, Ghislain, Dykmans, de Backer

Gantoise : Santiago ; Vanwetter, Tolini, Dubois, M.Deplus ; de Paeuw, Esquelin , Goyet ; Rogeau, Kina, Tynevez ; puis Masson, Hellin, T.Deplus, et de Borrekens

Arbitres : Melle C.Martin-Schmets et M.V.Loos

Carte verte : 50e M.Deplus

Les buts : 27e Willems (1-0); 36e Esquelin sur pc (1-1); 43e Esquelin (1-2) ; Willems (2-2); Capelle (3-2); Tynevez (3-3)

Véritable affiche de cette journée dominicale, cette rencontre opposait en effet 2 des grands favoris pour le titre. Ayant tous les deux le maximum des points ( 9/9 pour La Gantoise et 6/6 pour le Watducks) cette joute allait permettre à ces formations de marquer leur territoire par rapport à un concurrent direct. Les festivités ont démarré avec un hommage à l’ancien président Géry Dohmen qui arrête comme tel au Watducks. Le match s’engageait sans réel round d’observation. La balle circulait rapidement d’un camp à l’autre . Les 2 équipes avaient quelques difficultés à amener le danger dans le camp adverse. Petit à petit ,les choses se précisaient : Esquelin avait une superbe occase à la 11ème de l’autre côté Van Marcke vit son superbe tir repoussé par le gardien visiteur (14ème) Les 2 équipes se créaient enfin de nettes occasions mais les 2 gardiens veillaient au grain… A la 26ème, il y eut un arrêt miracle de Santiago sur une superbe action collective des verts. A la 27ème , Willems ouvrit la marque sur un service millimétré de Boccard. En fin de 1ère mi-temps , La Gantoise poussait mais la défense du Wat tenait le coup. Dès la reprise, les bleus poussaient et égalisèrent méritoirement à la 36ème par Esquelin sur PC.7 minutes plus tard, il remit le couvert sur une subtile déviation 1-2. A ce moment, on était plus près du 1-3 que du 2-2 tant La Gantoise maîtrisait son sujet. Et pourtant à la 48ème Willems dans un grand jour égalisa d’une belle reprise. Le Q4 fut mis à profit par Capelle qui remit ses troupes au commandement (3-2) sur un nouveau beau service de Boccard. La tension monta d’un cran et Tynevez égalisa sur un centre anodin qu’il prolongea dans le goal vide. Ce résultat est le parfait reflet de ce match qui fut une véritable propagande de hockey.


Fürste arriva au Beerschot en même temps que la victoire

Racing - Beerschot 1-2

Racing : Joyce ; Xavier, Harte, Delavignette, Ponthieu ; Meurmans, Truyens, Weyers ; Van Lierde, Cayphas, Horler, Puis Hottlet, Rickli, Lambeau, De Chaffoy, Lucaccioni

Beerschot : H. Verhoeven ; Penelle, De Sloover, Furste, M. Peeters ; S. Verhoeven, Catlin, Cabuy ; Capelle, Perez, Duvekot ; Puis Saeys, Mortelmans, H. Peeters, Goudsmet, Gus

Arbitres : MM. T. Bigaré et T. Dagnelie

Cartes vertes : 58e Capelle, 60e Cabuy

Les buts 8e De Sloover sur pc (0-1), 25e Perez (0-2), 39e Horler sur stroke (1-2)

Le Beerschot démarrait ce 4e match avec sa nouvelle recrue allemande. Moritz Fürste était dans l’axe de la défense au côté de De Sloover. Il commençait la partie. Capelle partait en contre et trouvait Catlin qui ratait son contrôle. Un long flick de Fürste arrivait dans le cercle adverse. Sur un mauvais dégagement, le Racing concédait un pc qui amenait un 2e pc. Fürste était dans la combinaison. Cette fois, Fürste sleepait. C’était cadré et arrêté. Saeys provoquait déjà le 3e pc du Bee. Le sleep de Fürste touchait le pied du premier sorteur, Truyens. La phase entre Fürste et De Sloover déflorait le marquoir. Le Racing répondait par son premier pc sur la phase suivante, un kick. Verhoeven sortait le sleep d’Harte. Mortelmans entrait dans le cercle. Le Bee a dominé ce premier quart même si les Rats étaient plus présents dans les 3 dernières minutes.

Fürste écartait bien sur le flanc ce qui amenait une réelle occasion. Une fois de plus, Fûrste offrait une passe de génie qui amenait la balle dans le cercle ; Perez déviait (0-2).

Le Racing obtenait son 2e pc. Harte sleepait sur le poteau à la 27e minute. Le Racing obtenait son 3e pc dans la minute suivante. Verhoeven était parfait sur l’envoi de Harte. Truyens était sur le rebond. Le Racing ne marquait pas, mais jouait de mieux en mieux. Moritz Fürste remerciait à la dernière seconde Stanley Verhoeven qui réparait la seule bourde de l’Allemand. Il venait de perdre un duel face à Van Lierde qui partait seul dans le cercle.

En deuxième mi-temps, le Racing héritait d’un 4e pc. Verhoeven mettait Harte au tapis avec son stick. Le stroke était sifflé par monsieur Bigaré. Horler se chargeait du stroke (1-2). Perez jonglait dans le cercle, mais ne pouvait pas tirer. De Sloover concédait un pc (le 5e)… utile. Soulignons le contre de Van Lierde. Verhoeven était impeccable. Le Racing pressait toujours plus. Le Bee souffrait et peinait à garder sa structure. Horler qui aurait pu tirer dans le cercle touchait la balle du pied. Ce 3e quart était nettement en faveur des Bruxellois. Le 6e pc était repoussé par Verhoeven.

Le dernier quart était à sens unique toujours. Les Rats poussaient toujours plus. Meurmans cadrait, mais Verhoeven était parfait. Penelle concédait le 7e pc. Verhoeven stoppait du gant. Le Bee était à 9 pour quelques secondes. Le Bee retrouvait des couleurs. A nouveau, Verhoeven était magique. Le Bee résistait mieux au pressing soutenu du Racing.

Avec ce 1-2, le Bee signait sa première victoire. Le Racing s’enfonce un peu plus.


Le Dragons empile les buts face au Daring

Dragons-Daring 7-3

Dragons : Walter ; Lootens, Noblett, Della Torre, Geers ; Denayer, Putters, Rombouts, Van Aubel ; Charlier, Martinez puis Luyten, Cobbaert, Rombouts, Raes, Foubert

Daring : De Vliegher; Cicileo, Bell, Brunet, Denis; Vander Gracht, Kruger, Salis; Van Lindhoudt, Montone, Sior puis Marqué, Coelho, Cosyns, Jacquier, Legrain

Arbitres : MM. D. Van Den Eede et M. Pontus

Carte verte : 26e Montone

Carte jaune : 48e Charlier

Les buts : 6e Denayer sur pc (1-0), 15e Van Aubel (2-0), Van Aubel (3-0), Martinez (4-0), 28e Coelho (4-1), 32e Sior (4-2), 38e Rubens (5-2), 40e Salis (5-3), 59e Martinez (6-3), 65e Charlier (7-3)

Le Dragons comptait sur cette rencontre à domicile pour concrétiser sa lancée des 3 points gagnés contre le Beerschot la semaine dernière. C’était sans compter sur les hommes du Daring, bien décidés à maintenir leur avance face à eux. L’issue de ce match sera en faveur du Dragons qui a fait un match incroyable ce dimanche.

Le début du match se veut équilibré pour les deux équipes, que l’on peut qualifier de « déchainées », chacune bien décidées à dominer l’autre. Un premier tir de Putters échoue à droite du goal molenbeekois. Le keeper Walter est déjà mobilisé car il doit affronter un premier pc dès la 5e. C’est Denayer qui s’en charge et qui marque d’un sleep dans la lucarne (1-0). On observe de belles passes en profondeur entre Noblett et Luyten. Pendant ce temps, le Daring peine à s’imposer dans le cercle adverse. Un nouveau pc est sifflé en faveur du Dragons à la 11e. Il se conclut par un tir imprécis. Van Aubel dévie une balle à la 15e et profite de l’absence de De Vliegher qui s’est jeté au sol (2-0).

Van Aubel réitère son exploit en suivant le même scénario à la 20e (3-0). Martinez ajoute un goal à cette montée en flèche du Dragons à la 22e (4-0). Coelho sauve les meubles du Daring à la 28e en offrant son premier goal à son équipe (4-1). Son coéquipier Sior vient augmenter ce score à la 32e juste avant la mi-temps (4-2).

La deuxième mi-temps est entamée, le Daring doit faire ses preuves et remonter le score. On voit une longue passe de Cosyns qui ne trouve personne pour la dévier. Rubens, le milieu anversois vient allonger le score à 5-2 à la 38e. Mais le Daring ne se laisse pas faire et Salis vient marquer dans la lucarne de Walter à la 40e (5-3). Un pc est sifflé pour le Daring à la 50e (ça faisait longtemps !). Il n’est pas concrétisé grâce à l’intervention de Walter. Petit accrochage du gardien anversois qui reste à terre quelques minutes mais fini par regagner sa cage, après l'intervention du kiné tout de même. Martinez vient marquer par un tir en revers à la 59e (6-3). Charlier fait le show avec une déviation haute en couleur à la 65e (7-3). Il scellera le score de la rencontre.


Antwerp obtient ses trois points en deuxième mi-temps

Antwerp – Old Club 5-2

Antwerp : Drijver ; Machtelinckx, Van Ginneken, N. Van Straaten, Van Waanroij ; Rombouts, Uher, Van Der Putten ; Stockbroekx, Van Baal, P. Van Straaten puis Dewinter, Imrie, Verheijen Paton, Huyghe.

Old Club ; Martin ; Lectius, Langen, L. Lejeune, Jehaes ; Dawance, Marchandisse, Kleinkenberg ; T. Tambwe, de Moor, Neuprez, puis A. Tambwe, Berthus, C. Geurts, M. Lejeune, Chêne.

Arbitres : MM. T. Hennes, C. Hardy

Carte verte : 62e De Moor

Carte jaune : 69e Rombouts

Les buts : 7e P. Van Straaten (1-0), 20e Dawance sur PC (1-1), 37e Van Baal (2-1), 39e Van Baal (3-1), 40e Dawance sur stroke (3-2), 46e Imrie (4-2), 47e Uher sur PC (5-2)

Ce dimanche les retardataires, mais même les supporteurs à l’heure, ont manqué les premières actions sur le terrain de l’Antwerp. En effet, le match débute à 14h58. La consigne d’appliquer un press très haut était apparemment donnée chez les hôtes du jour, qui dès la trentième seconde cadrent leur premier shoot. Van Baal servit par Peter Van Straaten arme son premier tir, celui-ci est sorti par Martin. Ce duo sera à suivre tout le match. La stratégie porte ses fruits au bout de la 6ème avec un premier but d’Antwerp, le tir de Verheijen, bord de cercle, est dévié par Peter Van Straaten. Martin a à peine eux le temps de voir la balle entrer dans ses filets tant le nombre de joueurs dans le cercle est élevé. Cela va être le ton de toute cette première partie de mi-temps, énormément de présences dans le cercle adverse.

La réaction des Liégeois est remarquable. On ne sait pas si elle est due à ces changements 4 par 4 qui ont lieux pratiquement toutes les minutes, l’audace des petits nouveaux ou une hargne qu’on leur connait depuis plusieurs rencontres déjà. Mais ce deuxième quart-temps est le leur. Tom Dawance dévie un PC et marque son premier but de la rencontre (1-1). Les visiteurs donnent tout ce qu’ils ont et font même peur à leur hôte. Liège se permet de rêver à mener pour la première fois au score, après trois belles occasions successives de C. Geurts, M. Lejeune et de nouveau Dawance. Sur le terrain, aussi bien les rouges que les blancs semblent surpris par la tournure que prend le match. Au bord du terrain, les visages d’Antwerp sont tendus, ceux de Liège sont souriants.

Le rêve n’aura duré que 35 minutes, en effet, dès la reprise Van Baal, complètement oublié dans le cercle inscrit son premier but (2-1). Un périlleux sauvetage sur la ligne de L. Lejeune offre un répit de courte durée, car Van Baal, toujours lui, un instant plus tard alourdi le score à 3-1. Tel la réponse du berger à la bergère, Liège obtient un stroke qui est converti par Dawance 3-2. L’expérience, la condition physique et les supporters en nombre permettent à l’Antwerp de reprendre la main définitivement sur le match, en enchainant coup sur coup le quatrième but via Imrie et finalement le 5ème et dernier but sur PC par Uher.

Le dernier quart temps sera rempli d’occasions et de beaux enchainements des deux côtés. Les deux équipes ont assurément appris quelques choses ce dimanche, l’une que rien n’était joué et l’autre que tout était à jouer.