Le Léopold donne une ‘’Boon’’ leçon au Racing

Léopold - Racing 5-2


Léopold: Henet; Eaton, Forgues, J. Verdussen, Muschs; Poncelet, Cuvelier, Zimmer ; Boon, Degroote, Plennevaux, A. Verdussen; puis Englebert, Thiéry, De Trez, De Kepper, Baumgarten
Racing : Gucassoff; Woods, Delavignette, Harte, Ponthieu; Meurmans, Truyens, Berton, Weyers; Cayphas, de Chaffoy, puis Piastra, Vermylen, Bollengier, Lambeau, Marquet
Arbitres: MM. Th. Bigaré et L. Dooms
Cartes vertes: 54e Harte, 67e Thiéry
Les buts : 8e Truyens (0-1), 11e A. Verdussen (1-1), 14e Plennevaux sur pc (2-1), 37e Thiéry (3-1), 39e Englebert (4-1), 55e Boon (5-1), 58e Woods sur pc (5-2)

Contexte

Pour cette deuxième journée inter-poule, ce sont deux clubs bien nantis qui s’affrontaient à l’avenue Dupuich. Le Léopold et le Racing avaient tous les deux 10 points et un goal average de +6. Le premier était deuxième et le deuxième était troisième (place et poule). Cette rencontre a ceci de piquante que le Racing a vu son buteur fétiche choisir le Léopold comme nouveau port d’attache dans l’entre-saison. Tom Boon a déjà inscrit cette saison 6 buts pour le Léo (Plennevaux, lui, en a rajouté 4) alors que ce sont Truyens et Cayphas (3 buts chacun) qui ont pris place dans le classement des buteurs du Racing. La défense du Racing semble plus imperméable que celle du Léo. Le derby ucclois promettait.
Premier quart-temps (2-1)
Avec un terrain très glissant et collant, les acteurs de ce derby cherchaient très vite à prendre possession de la balle. Les actions allaient rapidement d’un côté à l’autre du terrain, les premiers tirs étant l’œuvre de Plennevaux à la 4e minute. Sur une attaque rapide de l’autre côté, Truyens trompait Henet de près (0-1). Deux minutes plus tard, A. Verdussen plongeait pour prolonger la balle alors que Plennevaux venait une première fois d’allumer Gucassoff (1-1). Le press local continuait avec un pc obtenu à la 12e minute : l’envoi de Boon était contré et le second tir de J. Verdussen dévié. Une minute plus tard, re-pc et le premier sorteur du Racing bloquait à nouveau Boon, mais imparfaitement car Plennevaux était à la reprise d’un revers inarrêtable (2-1). Autre pc à la 17e, cette fois pour le Racing : Henet était à la bonne place pour bloquer Woods et Berton à la reprise.
Excellent premier quart, rapide et engagé.
Deuxième quart-temps (2-1)
La partie reprenait avec une grosse frayeur pour Truyens qui se trouvait en un contre un devant le but avec A. Verdussen : il s’en sortait bien. Le rythme restait soutenu. A la 22e, Henet intervenait du gant. Au centre du jeu, Truyens multipliait les interventions. A la 27e, Thiéry obtenait le 3e pc du Léo : Gucassoff déviait le sleep de Boon. Les occasions se faisaient plus rares et la mi-temps était atteinte sur une légère avance du Léo.
Troisième quart-temps (4-1)
Début en fanfare signé Boon. Le numéro 27 débordait Delavignette en puissance et au terme d’un déboulé de trente mettre envoyait un revers vers le but que Thiéry déviait juste avant la ligne : limpide (3-1). Réaction du Racing, immédiatement contrée et sur la contre-attaque, Englebert envoyait la balle dans le plafond (4-1). Le Racing allait connaître une période de domination avec deux occasions franches à la 45e, une double balle de Piastra à la 46e brillamment déviée par Henet (le gardien ucclois avait raison de célébrer son action les bras au ciel) et un autre tir de près de Berton sur le dernier rempart local. A la 52e le deuxième pc du Racing était stoppé par Henet. Seule action remarquable, la descente de Poncelet à la 47e qui aurait mérité mieux. Quart-temps à l’actif du Racing, mais assommé en début de période par deux buts éclairs.

Quatrième quart-temps (5-2)
Nouvelle entrée de période en boulet de canon, avec comme artilleur Boon qui armait un tir magistral dès son entrée dans le cercle (5-1). Décidément, pas le jour du Racing. A la 58e minute, 3e pc pour le Racing : Woods voyait son sleep dévié au-dessus de Henet (5-2). Sur la relance, Gucassoff repoussait un envoi d’Englebert. Le pc qui suivait était galvaudé. Le score n’évoluait plus malgré plusieurs belles actions d’une superbe rencontre. Le Léo plus fluide avait profité des occasions pour tuer le match au bon moment.

Domene remporte son match des sleepers face à Charlet

Watducks – Orée 2-3


Watducks : Vanasch ; Van Oost, Van Strydonck, Charlet, Dumont ; Boccard, Dohmen, Ghislain ; Dykmans, Van Straaten, T. Willems ; Puis Pangrazio, Van Lierde, Genestet, Wilbers, Lemaire

Orée : Thieffry ; L. Willems, Lockwood, Beckers, Cole ; Simar, de Paeuw, Masso ; Domene, Duncan, Callioni ; Puis Sidler, Branicki, Masson, Raemdonck, Willocx

Les arbitres : MM. S. Michielsen et F. Heijster

Cartes vertes : 10e Dykmans, 15e Genestet, 52e Masson, 55e Domene

Les buts : 4e Domene sur pc (0-1), 30e Simar sur suite de pc (0-2), 38e T. Willems (1-2), 47e Domene sur pc (1-3), 51e Dohmen sur stroke (2-3),

Contexte

Défait par le Beerschot juste avant la trêve, le Watducks avait à coeur de redresser le cap en soignant le spectacle face à l’Orée, premier membre de l’autre groupe qu’il affronte. Les Waterlootois jouaient pour la première fois devant leur nouvelle tribune.

Premier quart-temps (0-1)

Dès l’entame du match, le Watducks cherchait à accélérer le tempo. L’Orée était la première à recevoir un pc. Domene se régalait en sleepant juste à côté du poteau. Ghislain ne trouvait pas Willems dans le cercle. Sur la baseline, Dykmans butait sur le gardien. Dykmans provoquait le premier pc du Watducks à la 7e minute. Sur une feinte de sleep de Charlet, c’est Dykmans qui avait le champ libre, mais Thieffry déviait. Via Dykmans, le Watducks repartait. Dykmans prenait une verte. Van Oost sortait un centre dangereux. Michielsen ne sifflait pas un pc que tout l’Orée réclamait. L’Orée appliquait son plan de jeu sans trop souffrir malgré la volonté du Watducks d’augmenter le rythme. Genestet prenait une verte pour une poussée sur De Paeuw qui sortait sur blessure. Callioni ne profitait pas d’une belle occasion. Il se montrait trop collectif. Willocx stoppait du pied un tir de Van Straaten. Le sleep de Charlet était stoppé.

Deuxième quart-temps (0-2)

Wilbers remontait tout le terrain jusqu’à la baseline. Sa passe en retrait arrivait à Pangrazio qui déviait en un temps. Il était contré. Le wat pressait de plus en plus. Dumont s’offrait un tir qui frôlait l’équerre. La défense de l’Orée mettait toujours un stick sur les nombreux centres. Van Oost déviait du stick, mais l’arbitre accordait un 2e pc pour l’Orée à la 30e minute. Simar était sur le rebond du sleep de Domene (0-2). Genestet trouvait le pied de Beckers pour un 3e pc du Watducks. Le sleep de Charlet ne tournait pas. Sur la phase suivante, le 4e pc était accordé. Sur une feinte de Charlet, c’est Boccard qui ne cadrait pas.

Troisième quart-temps (2-3)

Thieffry bloquait le tir de Tommy Willems, mais la balle passait entre les jambes et franchissait tout juste la ligne (1-2). C’est Boccard qui avait centré. L’Orée était volé d'un pc. Wilbers sortait un beau tir près du poteau, mais Thieffry était parfait sur le coup. Trois minutes plus tard, l’arbitre néerlandais réparait sa faute en offrant un pc pour un kick de Pangrazio alors qu’il était à 1 mètre du cercle. Charlet sortait le pc fautivement. Charlet déviait ensuite le pc mais du tibia. Domene ne se laissait plus prier pour planter son 2e but. A la 50e minute, le Watducks héritait de son 5e pc. Boccard provoquait un stroke. A la 51e minute, Dohmen prenait ses responsabilités (2-3). Masson prenait une verte pour un coup de stick.

Quatrième quart-temps (2-3)

Pour avoir touché la balle après une faute, Domene prenait une verte. Sans conséquence. Willems était proche du 3-3. Van Lierde amenait la balle dans le cercle. L’Orée ne laissait rien au Watducks. Physiquement, les Brabançons ne parvenaient plus à tenir le rythme. Sur un centre de Charlet, Pangrazio n’avait plus qu’à la pousser dans le but vide à la 67e minute. Il manquait la balle. Callioni restait au sol. Il sortait, blessé à la main. Il filait à l’hôpital directement. La pression était terrible sur les 2 dernières minutes. L'Orée résistait sans peine et gardait même la balle.

Le Bee s’arrache et s’impose au Dragons

Dragons – Beerschot 0-1

Dragons : Walter ; Geers, Lootens, Noblett, O’Donoghue ; Bakhuis, Van Valburg, Putters ; Raes, Stockbroekx, van Aubel, Denayer puis T. Luyten, M. Luyten, Delrue, Rubens .

Beerschot : Vandenbroucke ; De Sloover, Goudsmet, O’Connor, Peeters ; Cabuy, Catlin, Rossi ; Capelle, Carson, Duvekot, Perez puis De Bolle, Gus, Verhoeven.

Arbitres : MM.T.H. Hennes et G.U. Uyttenhove

Cartes vertes : 15e van Aubel, 16e Capelle

Cartes Jaunes : 44e Catlin

Les buts : 4e Capelle (0-1) 

Contexte 

Après trois semaines de trêve internationale, la division d’honneur reprend ses droits ce dimanche 10 novembre. Le Dragons reçoit le Beerschoot dans son antre pour le premier derby anversois de la saison. Les visiteurs ont bien entamé leur saison avec un bon 10 sur 15 et une deuxième place derrière le Waterloo Ducks qu’ils ont battu il y a trois semaines à l’extérieur. Le Dragons, lui, sort d’une victoire écrasante (7-0) face à Namur juste avant la trêve.

Premier quart-temps (0-1)

Ce match commence par une minute de silence en hommage à l’ancien joueur du Dragons, Patrick Huysmans. Le bee fait tourner en ce début de match. Peeters, capitaine du Bee part en contre suite à une bonne relance de sa défense mais l’action sera stoppée net par la défense du Dragons bien en place en bord de cercle. Le Bee est entreprenant et ouvre le score à la 4e minute de jeu via un shoot du revers de Maxime Capelle (0-1). O’Donnoghue part en profondeur pour le Dragons mais n’en profite pas suite à un bon retour de la défense du Beerschot. A la 8e minute, Denayer parvient à s’isoler en bord gauche du cercle adverse et sert Raes dans le cercle. Le tir du revers de l’attaquant finit à droite de la cage du Bee . Les visiteurs obtiennent un pc à la suite d’un kick. Walter s’interpose sur ce pc sans trop de soucis. En fin de quart-temps, Raes essaye de trouver un de ses coéquipiers dans le cercle, mais Vandenbroucke est sur trajectoire.

Deuxième quart-temps (0-1)

Ce deuxième quart-temps commence avec deux cartes vertes coup sur coup. A la 21e minute, Raes voit son but annulé pour kick au préalable sur la même action. Quatres minutes plus tard, ce sont les Anversois qui bénéficient d’un pc à la suite à un kick. Walter s’impose à nouveau avec un bel arrêt du pied gauche. Le match s’essouffle un peu, le spectacle se trouve plus dans les tribunes en cette fin de mi-temps. A la 32e minute, le Beerschot arrache un dernier pc avant la pause sur kick, mais le sleep De Sloover est stoppé par Walter.

Troisième quart-temps (0-1)

Le Dragons remonte sur le terrain avec les meilleures intentions. Cette deuxième mi-temps débute bien pour les Braaschattois qui se montrent par deux fois dangereux avec une double tentative venue de Raes à la 38e minute. Les locaux obtiennent un pc une minute plus tard, après une faute de Cabuy qui laisse trainer son stick. La tentative de Charlier sera bloquée par la défense du Bee. C’est au tour du Beerschot de s’illustrer sur pc, mais la combinaison entre les anversois échoue. On assiste ensuite à un festival de Charlier. Catlin est obligé de mettre son stick pour le stopper et écope de la carte jaune. Le Dragons pousse mais n’y parvient pas à inquiéter les visiteurs. Ce quart-temps s’achève avec un pc de Denayer bien dévié par le gardien.

Quatrième quart-temps (0-1)

Le Bee se montre encore dangereux en fin de match, mais heureusement pour le Dragons, Walter reste attentif. Le Beerschot se fait peur, Luyten rentre dans le cercle par la droite et trouve Raes qui ne cadre pas. La fin de match est marquée par des contacts rugueux. Capelle sortira d’ailleurs pour avoir pris la balle sur la main. Le score ne changera plus et le Beerschot arrache la victoire sur le plus petit score dans ce derby anversois.

La Gantoise poursuit sa marche en avant après sa victoire contre des anversois combatifs

Gantoise - Antwerp 3-1


Gantoise: Santiago; Vanwetter, T. Deplus, Tolini, Dubois; Kina, Salis, Rogeau; Goyet, Saladino, Miltkau; puis M. Deplus, Esquelin, Hellin, Tynevez.

Antwerp: Gryspeerdt; Machtelinckx, Van Straayen, Goûters, Boschman; Paton, Ibara, Van Ginneken; Stockbroekx, Van Minde, Imrie; puis Drijver, Van Der Putten, Groen, Uher et Van Wanrooij.

Les arbitres: MM. N. Stenier et R. Tinant

Les cartes vertes: 30e Kina, 33e Groen

Les cartes jaunes: 30e Kina, 51e Machtelinckx, 66e Machtelinckx, 68 Ibara

Carte rouge: 66e Machtelinckx

Les buts: 12e Hellin (1-0), 16e Tolini sur pc (2-0), 40e Miltkau (3-0), 58e Imrie sur suite de pc (3-1)

Contexte

Leader autoritaire de sa poule avec quatres victoires et un partage, les gantois recevaient l'Antwerp qui n'a toujours pas pris de point lors de ce championnat. Un match à priori disproportionné entre la meilleure attaque de l'élite et la seconde moins bonne défense.

Premier quart-temps (2-0)

Les gantois jouaient avec un rythme élevé en début de rencontre et se créeaient les premieres entrées dans le cercle adverse. Le premier danger venait de l'insaisissable Saladino. Il pénétrait dans le cercle mais Gryspeerdt écartait du gant. Les anversois répliquaient avec une déviation sur le poteau de Stockbroekx. L'Anwerp obtenait le premier pc que Van Ginneken sleepait sur Santiago. Le match perdait ensuite en intensité jusqu'à un solo de Saladino qui levait la balle sur son revers, traversait le cercle avant de tirer en revers. Hellin était à la déviation et ouvrait le score. Les anversois repartaient vers l'avant avec de l'envie. Van Wanrooij avait l 'occasion de remettre les deux équipes à égalité mais Santiago sauvait les meubles. Les Gantois doublaient la mise sur pc via son artificier maison, Tolini, qui sleepait dans la lucarne.

Deuxième quart-temps (2-0)

Les joueurs de l'Antwerp continuaient à jouer leur match et Imrie tirait sur Santiago. Saladino continuait son récital (quel élégance chez le joueur argentin) en dribblant et en tirant en revers. La balle revenait vers Miltkau qui armait en un temps. Gryspeerdt faisait l'arrêt nécessaire, la balle restait à proximité de ses guêtres. La défense anversoise mettait fin au cafouillage. Saladino poursuivait en forçant un pc. Tolini le tirait sur Gryspeerdt. La fin du second quart approchait et les gantois proposaient une très belle combinaison entre ses differents attaquants. Miltkau tirait hors cadre.

Troisième quart-temps (3-0)

Miltkau inscrivait le but du break à la 40e. Il recevait la balle dans le cercle et tirait rapidement dans le goal. Esquelin, Saladino et Tynevez combinaient à trois. Le dernier nommé tirait en revers juste à côté. Sur l'attaque suivante, l'Antwerp se mettait au diapason. Stockbroekx s'enfermait et jouait sur Santiago. Malgré le score, c'étaient bien les anversois qui avaient la balle et les opportunités. Uher débordait sur le côté droit en centrait pour Imrie qui ne parvenait pas à conclure l'action.

Quatrième quart-temps (3-1)

Rogeau tirait à côté. Les visiteurs obtenaient un pc. Imrie trouvait l'ouverture en reprenant à bout-pourtant la balle sur Santiago n'avait pas pu dégager. Van Wanrooij essayait ensuite de reprendrz de volée une balle haute dans le cercle mais ne faisait que l'effleurer. Tynevez tirait hors cadre et était imité ensuite par Esquelin. Machtelinckx ne terminait pas le match après avoir reçu un second carton jaune. Il écopait d'une carte rouge. Les anversois terminaient le match à 9 après un avertissement pour Ibara. Le score n'évoluait plus.

Braximus terrasse Hercule

Braxgata - Herakles 3-2

Braxgata: Van Rysselberg D.; Luypaert, Van Rysselberg M., Clement, Loots; Baart, Adriaensen, Van Biesen; De Voogd, Casasayas, Onana puis Biekens T, Bienkens O., Van Steertenghem, Hannes, Van Cleynenbreugel

Herakles: Timmermans; Haig, Puglisi, Prat, Donck M.; Sarikaya, De Kerpel, Van Stratum; Arana, Jeness, Keusters puis Amorinisi, Deville, Da Costa, Struyf, Van Damme.

Arbitres : M. M. Pontus et Mlle C. Martin-Schmets

Carte verte : 57e Onana

Les buts : 35e Luypaert sur pc (1-0), 36e De Kerpel sur pc (1-1), 50e De Voogd (2-1), 52e Arana (2-2), 56e Luypaert sur pc (3-2)

Contexte

L’interruption internationale, aura-t-elle été propice au Braxagata ? Le Braxgata qui est toujours à la recherche de son match référence et d’une victoire probante. En cinq rencontres, les hommes de Philippe Goldberg n’ont enregistré qu’une victoire contre le promu Namur. Insuffisant pour prétendre au top 4. L’Hérakles, quant à elle souffle le chaud et le froid. Son manque de constance et de travail collectif sur les 70 minutes, lui coûte des points contre des équipes à sa portée comme le Racing et le Beerschot. Le kop du « Yellow Submarine » attend de son armada offensive de meilleurs jours.
Ces 2 équipes présentent une ligne offensive impressionnante, les De Voogd, Casasayas, Onana, Jenness, Arana, Keusters et consort vont-ils nous offrir un feu d’artifice de goal. A voir !!!

Premier quart-temp (0-0)

Le 1er flick de Luypaert isole Baart dans le coin droit des 25 Yards hérakléen, centre dans le vide (1ère). 2e minute, 1er envoi en revers de Casasayas dans les gants de Timmermans. Les actions offensives s’enchainent, De Kerpel envoie dans les gants de Van Rysselberg qui dévie sur le pied de Luypaert, PC. Celui-ci est mal stoppé et ne donne rien. La construction du Brax est clairement dirigée par Luypaert qui distribue flicks et longs flast. Une perte de balle de De Voogd au 25 hérakléen permet une combinaison Arana-De Kerpel en contre-attaque mais le centre du dernier ne trouve personne. Devillé chipe la balle à Biekens O., la glisse à Van Stratum, envoie la balle au cercle qui arrive dans le stick de Struyf, shot au goal dévié en hauteur par un défenseur. Puglisi sleep, déviation de Van Rysselberg en corner. Les pertes de balle dans le milieu du Braxgata permettent à l’Hérakles de jouer un jeu vertical et rapide portant le danger devant Van Rysselberg. 15e, Puglisi rate son contrôle sur le flick de Luypaert, Onana lui vole la balle, contourne la défense par la droite du cercle, centre en retrait et Timmermans sauf les meubles sur le shot de Van Biesen. Clairement, l’occasion la plus franche du quart.

Deuxième quart temps (1-0)

Le Braxgata attaque de manière collective et placée dans la moitié de terrain de l’Hérakles, L’Hérakles fait parler sa vitesse offensive. Ces situations entrainent à la 19e, une faute en bord de cercle des Mauves, Timmermans repousse le shot de De Voogd. Une construction sur l’aile droite bien sentie et travaillé à l’entrainement fini par un débordement de Biekens T. qui reçoit un coup de stick, PC. Luypaert sleep hors cadre. Le Braxgata prend petit à petit le contrôle du match, moins de faute technique leur permette de tourner autour du bloc hérakléen. Luypaert, la machine à distribution, trouve Biekens par un Xème flick, il dribble son opposant envoie au but mais dangereusement. De nouveau un flick de Luypaert, Puglisi se troue et Biekens O joue un contre un avec Timmermans dans un angle fermé, l’envoi passe devant le but vide. Luypaert effectue sa 1ère montée en ligne combine avec son back droit, centre et un pied hérakléen traine, PC. Toujours et encore Luypaert au sleep qui place la balle entre les jambes de Timmermans pour l’ouverture du score.

Troisième quart-temps (2-1)

L’Hérakles va-t-elle à trouver une solution pour contre-carrer la relance du Brax, et plus particulièrement Luypaert. Une faute rapidement jouée dans le milieu par Keusters, combine avec De Kerpel qui trouve un pied bleu et le 3ème PC hérakléen. Le donné manque de précision mais De Kerpel corrige tout ça et expédie son sleep dans le coin du but (1-1). Combinaison Jenness-Arana-Keusters, Keusters tire à côté du but. On ne compte plus le nombre de flicks dans ce match, beaucoup d’entre eux son inutile et n’apporte rien du tout, la chasse au papillon est ouverte dans ce quart. Le jeu est ouvert mais les défenseurs prennent le dessus dans les duels. Depuis la reprise, Sander Baart est assis sur le banc avec un grosse veste et ne remontera plus. 50e, Biekens T. élimine Struyf sur la ligne du milieu, une combinaison s’en suit et le shoot en revers de De Voogd bat Timmermans (2-1).

Quatrième quart-temps (3-2)

52e Luypaert flicke sur 50 mètres et Puglisi se trouve pour la 3ème fois, De Voogd envoi sur le piquet des mauves. L’action qui suit voit une prouesse technique d’Arana par une déviation dans son dos hors cadre. Sur la droite, déboulé de Prat qui centre et Arana se fait contrer. Perte de balle de Clément au back gauche. De Kerpel joue vite la faute, isole Sarikaya en tête de cercle qui sert un caviar à Arana qui dépose la balle dans le but (2-2). Une suite de 3 PC pour le Brax est sortie par Donck. Luypaert hérite du 7 ème PC pour les bleus pour un kick de Struyf. Il se fait un point d’honneur à marquer son 7ème sleep de la saison (3-2). Luypaert gagne du temps, Pontus le sanctionne avec une faute contre, faute rapidement joué mais sans conclusion. Onana pousse fautivement Keusters sur la ligne des 25, carte verte. L’Hérakles en profite pour sortir son gardien et joue à 11 contre 10. 2-3 occasions chaudes portent le danger devant Van Rysselberg mais les occasions sont toutes hors cadre. 30’’ à jouer, Onana remonte au jeu dans le dos de la défense de l’Hérakles, Luypaert le trouve via un nouveau flick, Le goal est vide, Haig revient mettre la pression , Onana place à côté du but. Le Braxgata enregistre sa 2ème victoire.

Namur limite les dégâts

Louvain-Namur 4-1

Louvain : Carr ; Enrich, Guerra, Coolen, Vanneck, Madeley ; Georgis, Montelli, Gougnard, Weyers, Santana ; Diaz, Della Torre, Maraite, Van Lembergen, Weyers puis Bosmans.

Namur : Heyvaert ; De Moor, Nikitin, Weicker ; Korolev, Germain, Dieudonné, Oguz, Pokorny ; Destrée, Andre, Navez, Blanc Gonzalez, Vandenhaute puis Joye et De Cocqueau.

Arbitres : MM. M.D Dutrieux et D. Van Den Eede

Les buts : 3e Della Torre sur PC (1-0), 27e Bosmans (2-0), 43e Della Torre sur PC (3-0), 48e Della Torre (4-0), 53e (4-1)

Contexte

C’est aujourd’hui que les deux équipes montantes de Division 1 vont s’affronter pour marquer la fin de la trêve. L’avantage est du côté des Louvanistes, 5e de leur poule, qui comptabilisent 4 points alors que les Namurois n’ont pas encore réussi à en rafler un seul. Louvain compte une victoire contre l’Antwerp et un nul contre le Racing. Du côté de Namur, c’est l’hécatombe au niveau des scores. Mais le mois de pause du Championnat aura peut-être su booster ces deux équipes, une bonne opportunité pour Louvain qui a besoin de renouer avec la victoire sur son territoire, mais l’occasion aussi pour Namur de s’imposer enfin et d’arracher une première victoire.

Premier quart-temps (1-0)

Louvain ouvre le match par un pc à la 3e. Et celui-ci est converti avec efficacité par Della Torre. Un deuxième pc est sifflé à la 6e. Mais il ne trouvera pas les filets d’Heyvaert. On voit que l’équipe de Louvain est bien décidée à dominer les Namurois aujourd’hui. Diaz tente un solo lorsqu’il reçoit la balle dans le cercle par inadvertance et shoot en revers mais trop haut. La défense de Namur est très sollicitée dans ce premier quart-temps. Vandenhaute, blessé temporairement à la main sort du terrain. Gougnard montre son habilité à manier la balle et terrorise la défense namuroise. Namur tente quelques démarches offensives qui ne parviennent pas à passer le mur de Louvain.

Deuxième quart-temps (2-0)

Vandenhaute est de retour sur le terrain. Dans ce deuxième quart-temps, les deux équipes se valent et passent tour à tour à l’offensive. Le jeune louvaniste Bosmans, bien placé, parvient à faire la déviation et à marquer à la 27e (2-0). Un premier pc namurois est sifflé à la 32e. Nikitin rate malheureusement cette occasion. Louvain montre à nouveau sa forte intensité dans l’attaque.

Troisième quart-temps (4-0)

Gougnard prouve à nouveau être un excellent milieu en ce début de quart-temps. Mais Louvain a du mal à atteindre les filets d’Heyvaert. La défense namuroise reste solide. Et pourtant Louvain la joue en mode pressing. L’effort a fini par payer car l’équipe obtient un pc à la 42e. Della Torre le convertit (3-0). Un stroke est accordé à Louvain à cause d’un pied d’un joueur namurois devant le goal. Della Torre s’en charge et marque (4-0).

Quatrième quart-temps (4-1)

Namur ouvre ce dernier quart-temps sur un goal de Germain (4-1). Il en aura même perdu sa dent. Et ils n’en démordent pas car un PC est sifflé en leur faveur à la 55e. Celui-ci était malheureusement décentré, mais pas loin. Namur est encore à l’affût et ne se gêne pas pour le montrer. On assiste du coup à un jeu plus uniforme des deux équipes. La rencontre en restera là.