C'est invraisemblable. Tout le monde le dit. Pourtant, les chiffres sont là. A sept journées de la fin de la saison régulière, le dimanche 13 avril prochain, les neuf premières équipes du classement se tiennent en... huit points à peine.

Bref, pour le dire en des termes de circonstance, liés à l'ouverture, ce samedi, de la saison cycliste en Belgique avec le Circuit Het Volk, c'est vers un véritable sprint massif que se dirige la division 1 masculine pour l'attribution des quatre places de demi-finaliste.

A l'heure actuelle, c'est toujours le Waterloo Ducks qui possède, en soi, les meilleures cartes. Le leader, cela dit, a vu son avance sur ses poursuivants se réduire à sa plus simple expression depuis la reprise, au point que nombre d'observateurs se demandent s'il ne va pas craquer d'une pièce suite au départ de ses trois Australiens et à l'absence, pour une longue durée, de Brooke. Le déplacement qu'il effectuera à Uccle Sport, requinqué par ses victoires contre l'Orée et l'Héraklès, mais qui sera privé de Stéphane Moraux, opéré d'une hernie inguinale, devrait être, sur ce plan, particulièrement révélateur.

«Nous manquons pour l'instant de lucidité dans notre hockey, reconnaît Paul Van Laethem, le manager du Wadu. Nous avons un meilleur fond de jeu, mais nous devons nous montrer plus constants dans les prestations. Cela fait partie d'un apprentissage, car l'équipe manque encore d'expérience, mais il se pourrait bien que ce soit l'aspect qui fera la différence en cette fin de championnat.»

La zizanie au Beerschot?

Derrière, en tout cas, les candidats à une éventuelle prise du pouvoir ne manquent pas. L'Antwerp, qui reçoit dans ses installations le Relax, pourrait par exemple déjà lui ravir le trône. Et le Léopold, qui accueillera une équipe de l'Héraklès en plein doute, peut également entrevoir la perspective de s'emparer du premier accessit. Il n'empêche, comme le dit très bien son coach, Bob Maroye, «il faut se méfier de tout le monde dans ce championnat, tant les surprises ne se comptent plus...»

Tandis qu'à Gentbrugge, La Gantoise et Louvain se livreront sans nul doute à une bataille à couteaux tirés pour demeurer en ordre utile en tête du peloton, le Dragons tâchera de ne pas laisser des écailles dans un déplacement à l'Orée qui s'annonce plus périlleux que le classement des deux équipes ne tendrait à le faire supposer. L'Orée, ainsi, est peut-être toujours avant-dernière, mais elle vient de se refaire un moral en surprenant le Léopold et en atteignant la finale de la Coupe d'Europe en salle division C qu'elle organisait le week-end dernier à Boitsfort.

Enfin, last but not least, le Beerschot et le Wellington disputeront, à Uccle, un match capital afin d'éviter la toujours très aléatoire épreuve des rencontres de barrages décidant du maintien. Le Well imaginait bien se retrouver dans cette position, mais pour le Bee, au sujet duquel circulent des rumeurs faisant état de zizanie au sein de l'équipe, il s'agit d'une désagréable surprise...

«Ce fut la zizanie sur la manière de concevoir le championnat en salle, mais depuis, franchement, c'est loin d'être le cas. A la limite, je me demande s'il ne vaudrait pas mieux que l'on s'engueule (sic) un petit peu plus pour retrouver de la hargne, sourit le manager Patrick Goldberg.

»Simplement, toute une série de facteurs font que les choses ne tournent pas comme elles devraient. Les internationaux sont saturés, il y a un manque de confiance dans l'équipe,... Il faut relever la tête.»

© Les Sports 2003