Samedi, sous l’œil attentif du Roi Philippe, les Red Lions débuteront leur Euro au Braxgata avec de très hautes ambitions. Officiellement, le Top 3 est évoqué, mais, entre les lignes, une absence des Lions en finale serait mal vécue. Voici 10 raisons de penser que les Belges monteront sur le terrain dimanche 25 août à 16h00.

1. A la maison. Depuis de nombreuses années, l’ARBH ne recule devant aucun effort pour booster l’équipe nationale. Après avoir loupé l’organisation de l’Euro 2011, elle a remué ciel et terre pour recevoir cet Euro qui s’annonce historique en coulisses. On se souvient de l’effet Kontich en mars 2012 sur les Panthers.

2. Une préparation idéale. Marc Lammers l’a dit et répété. Un grand événement se prépare durant 6 semaines. Le coach a disposé de ce laps de temps en évitant les blessures dans ses rangs. De plus, il a assisté à des prestations très convaincantes de ses protégés en matches amicaux.

3. Ambiance et sérieux. Au sein du groupe, l’ambiance est excellente malgré une concurrence féroce. Tous parlent d’une seule voix et sont prêts à mourir sur le terrain.

4. Rotterdam, le déclic. Il manquait aux Belges un résultat de référence en matches officiels. En juin, lors du 3e tour de World League, les Belges ont décroché leur ticket qualificatif pour la Coupe du Monde en s’offrant à deux reprises le scalp des Australiens. Rien ne semble pouvoir les arrêter.

5. Lammers, le meilleur. Sous les ères Commens et Batch, les Belges ont énormément appris. Grâce au tacticien hollandais, ils ont gommé les quelques détails qui les privaient des places d’honneur. Lammers est un stratège en communication.

6. Un groupe talentueux. Les 18 Red Lions sont montés en puissance ensemble ces dernières années. Aucun des joueurs n’est un frein à l’équipe. Tous sont talentueux et bosseurs.

7. Objectifs toujours atteints. Depuis des années, l’ARBH a toujours placé la barre très haut. A chaque fois, les Lions ont répondu présent.

8. Un 12e homme qui joue son rôle. Le "meilleur public au monde" a déjà répondu présent en achetant des milliers de tickets. Séances de grimages et de déguisements s’organisent sur les réseaux sociaux. A l’Euro de Monchengladbach, les équipes pensaient jouer en Belgique tant les supporters belges chantaient et encourageaient leurs couleurs. Qu’en sera-t-il à Boom où les supporters seront réellement chez eux ? Dans un écrin majestueux qui plus est.

9. L’Espagne, notre adversaire favori. En phase de poule, les Belges doivent se hisser aux deux premières places, c’est-à-dire battre soit l’Allemagne soit l’Espagne. A l’Euro 2011 et aux JO, l’Espagne offrait un style de jeu qui nous convenait bien.

10. Une occasion en or de frapper les esprits. Pour la première fois de leur histoire, les Red Lions joueront en direct à la télévision sans avoir délié les cordons de leur bourse. Les télés ont acheté des droits de retransmission. L’occasion est belle de conquérir le cœur d’un plus large public.