Un peu comme dans l'Evangile, cette saison en D1, il y aura beaucoup d'appelés et peu d'élus.  En l'occurrence, une seule équipe trouvera le chemin de la Division d'Honneur alors que trois en descendront.  Avec les deux montants de D2 cela fait au total quatre équipes qui passeront à la trappe.  Le championnat s'annonce donc très rude et riche de 22 journées linéaires.

C'est le White Star, qui ne cache pas ses ambitions, malgré le départ de Lionel Debroux pour la Rasante, qui a pris le meilleur départ dans cette première journée sans le moindre match nul - c'est rarissime, d'autant que cinq des six victoires ont été obtenues par un seul but d'écart ! Les Etoilés ont cependant attendu la deuxième période pour prendre leurs distances vis--à-vis d'un Wellington accrocheur.  Au repos c'était 1-1 avec un pc d'ouverture de Grégory Gucassoff et une égalisation juste avant le repos par Alex Amzel.  En deuxième période, les Everois se montrèrent plus habiles en contre-attaques, marquant quelques très jolis buts par Elliot Mathieu (2), Vincent Launois et Cyril Hermans.  Mathias Gowie eut la satisfaction amère de réduire le score sur stroke à deux minutes de la fin (5-2).

Autre équipe généralement citée parmi les favoris avec le retour des frères Lemaire notamment, même si Maxime Bertrand est devenu coach à Uccle Sport, le Pingouin n'a pas loupé son départ non plus.  Mais sur le terrain du Victory, qui remonte de D2, les choses ne coulèrent pas de source.  Les Anversois se créèrent pas mal d'occasions, mais ne réussirent pas à les mettre au fond.  Nicolas Vandiest, toujours au poste, réussit à donner l'avance aux Aclots, mais sur un pc du Victory juste avant la pause, un gros cafouillage se termina par un own-goal d'Olivier Bertrand (1-1);  En deuxième période le Pingouin posa davantage son jeu et marqua le but de la victoire grâce à deux jeunes ; travail de Sacha Piastra et conclusion de Manu Cockelaere (1-2).  A noter qu'un deuxième but égalisateur du Victory en fin de match fut d'abord accordé, puis annulé par les arbitres après un conciliabule rendu nécessaire par la panne d'oreillette de l'un d'entre eux.

Uccle repart du bon pied

Malgré la défection de Jay Dekeyser parti à Louvain, Uccle Sport a repris victorieusement le championnat avec une surprise du chef : l'arrivée de Thibault Cornillie, qui en avait sans doute assez de jouer en Open League depuis trois saisons.  Après tout, il n'a jamais que 33 printemps ! En visite à l'Amicale, un des miraculés du Covid, les Merles ont pris deux buts d'avance sur pc par Jonathan Defise (qui hélas pour lui s'est cassé la main peu après), puis par Simon Houbart.  Les Anderlechtois ne se tinrent pas pour battus et revinrent à égalité en deux coups de cuiller à pot par l'inusable Fabrice Bourdeaud'hui, sur pc et phase de jeu.  Le mot de la fin revint à Simon Houbart qui marqua son deuxième but de l'après-midi (2-3).
L'Ombrage recevait le Lara, l'autre promu, et n'a guère eu la tâche facile.  Les Wavriens se créèrent une kyrielle de pc (9 au total) mais ne purent en exploiter aucun, notamment à cause d'une brillante prestation du gardien local Matthieu Spruytte.  Ce gaspilla coûta cher aux Macas qui encaissèrent, au cours d'une deuxième période plus disputés, un but signé Hadrien Hallet et qui fut finalement le seul du match.

Le Polo en difficulté

Comme la saison dernière, le Polo a raté son départ.  Il recevait une équipe de Malines considérablement renforcée dans l'entre-saison et s'est incliné à Argenteuil (2-3).  Pourtant, contrairement à leurs habitudes, les Waterlootis prirent le jeu à leur compte pendant la grande majorité du match.  Et tout commenca bien puisque Romain Lemaire transforma rapidement un pc.  Mais les Malinois profitèrent d'un contre pour égaliser juste avant le repos par Samuel T'Syen.  Même scénario après la reprise, mais les Malinois se montrèrent nettement plus efficaces, transformant deux pc par Manuel Mondo pour un seul côté local par Benjamin Van Hove (2-3).
Enfin, le Langeveld a enlevé un succès difficile à l'Indiana.  Les Gantois ratèrent beaucoup d'occasions de but en première période, de sorte que le marquoir était toujours vierge à la mi-temps.  Entra alors en scène l'inévitable Thibault Cooremans, qui ouvrit la marque pour les Ucclois.  Pas pour longtemps puisque l'Indiana égalisa sur pc par Pierre Desimpel.  A sept minutes de la fin, suite à une carte jaune, le Langeveld se retrouva à dix et le nouveau coach de l'Indiana, Maurice Dubois, flairant le bon coup, en profita pour faire sortir son gardien et créer un surnombre de 2 joueurs.  Mais cette tactique comporte des risques : Gaston Golstein partit en contre et se fit arrêter fautivement.  Stroke, transformé par Thibault Cooremans (1-2).  La gourmandise est décidément un vilain défaut !