Ce quart de finale oppose le tenant du titre brabançon au promu bruxellois. Après la courte défaite 1-0 au Racing il y a deux semaines, les Waterlootoises n'avaient plus droit à l'erreur.

Watducks – Racing (match aller 0-1) 3-2 (SO 2-4)

Watducks : D'Hooghe ; Cavenaile, Verelst, Blockmans ; Comerma, Sinia, Limauge, Raymakers ; Wagemans, Gose, Vouche ; Puis Ronquetti, Peeters, De Mot, Stribos, Stappaerts

Racing : Buckley ; Rasir, Meulemans, A. Willems, François ; Boon, Englebert, Raes ; Patriarche, J. Willems, Lopez ; Puis Haussener, Letor, Meurmans, Belvaux, Di Bernardo

Les arbitres : MM. T. Dagnelier et T. Van Den Eede

Cartes vertes : 39e Englebert, 48e Boon

Les buts : 9e Ronquetti (1-0), 24e Patriarche (1-1), 33e De Mot sur pc (2-1), 36e Boon sur stroke (2-2), 58e Ronquetti sur stroke (3-2)

Shoot out A. Willems (0-0), Ronquetti (0-0), Raes (0-1), Blockmans (1-1), Boon (1-2), Peeters (1-2), Englebert (1-3), Gose (2-3), Patriache (2-4)


Premier quart temps (1-0)

Le Racing prenait à son compte les premières minutes de la partie. A la 9e minute, Comerma concédait le premier pc pour le Racing. Il voyait un tir de Raes et surtout un contre magnifiquement joué en 3 passes avec une déviation de Ronquetti (1-0). A la 11e minute, la défense concédait encore un pc évitable. Il débouchait sur une faute. Malgré le but encaissé, c'est bien le Racing qui contrôlait la balle et qui entrait dans le cercle lors de ce premier quart. Boon s'offrait un tir cadré alors qu'elle est seule face à D'Hooghe qui préserve le zéro. Meulemans évitait le pc à la 17e minute. Beau réflexe.


Deuxième quart temps (2-1)

Le Watducks continuait à jouer avec le feu. C'est bien le Racing qui dominait les échanges. Boon alertait encore D'Hooghe d'un beau tir cadré. Willems trouvait Boon qui se rapprochait des 25. Les Uccloises jouaient vraiment bien. Boon provoquait déjà un 3e pc à la 24e minute. Patriarche déviait un énième centre dans le plafond (1-1). Le Watducks réclamait un backstick, mais le but était validé. Le balle revenait comme une vague dans le cercle d'Aisling D'Hooghe. Les Brabançonnes n'arrivaient pas à amener le danger dans les 25. Comerma tentait une percée dans l'axe. Peeters allait chercher le premier pc pour les Ducks à la 33e minute. France De Mot déviait le tir (2-1). Le Watducks a eu deux occasions, deux buts en une mi-temps.


Troisième quart temps (2-2)

Après 33 secondes, Cavenaile concédait un 4e pc. Il était transformé en stroke pour un arrêt douteux de Cavenaile. Pourtant, on entendait le bruit du stick. La balle de Boon se prenait dans le tapis. Il était à rejouer car Ash avait bougé. La deuxième tentative était la bonne pour Boon (2-2). Lopez filait vers un duel avec D'Hooghe qui était bien sortie. Lopez levait la balle, mais la keeper avait le reflexe de la toucher. Elle sortait volontairement une balle sur l'action suivante. Le pc était indiscutable. Rasir était au poteau pour la déviation, mais la balle n'était pas cadrée. Ronquetti chargeait sévèrement Buckley. Le Watducks sortait mieux alors que le Racing semblait se contenter du score. Buckley sauvait la mise à deux reprises en fin de 3e quart.


Quatrième quart temps (3-2)

Le Racing se lançait dans une opération 'tous en défense' qui était dangereuse. Ronquetti se lançait dans un une-deux avec Blockmans qui centrait sur Gose. Elle était fauchée par Buckley. Le stroke était sifflé. Ronquetti était stoppé. Le stroke était à retirer car la gardienne avait bougé avant. Ronquetti prenait alors la gardienne à contre-pied. Le Racing ne sortait toujours pas de sa moitié. Le Watducks pressait toujours plus. A la 65e minute, Cormerma provoquait le 2e pc du Watducks. Peeters touchait le sabot de Buckley. Le Racing recevait un pc qui nous semblait imaginaire dans la foulée. Re pc. Aisling D'Hooghe était impeccable à la barre. La Racing pressait à son tour lors des deux dernières minutes.


Sur la séance de shoot out, Bukcley a été solide pour contrer 2 essais sur 4 alors que Patriarche d'un flat propulsait le Racing en demi-finale.

Réaction du coach du Racing

Lucas de Mot « On avait fait 7 sessions de shoot out »

« Durant toute la semaine, nous avions bossé l'aspect mental. Nous avions imaginé tous les scenarii. Nous étions prêts. Nous jouions pour la première fois en DH et donc nous découvrions les play offs. Elles ont abattu un boulot formidable. »


Réaction de Jill Boon

« Nous savons que nous marquons à tous nos matches. Nous étions confiantes sur les pc. Nous avons connu 5 minutes sous pression. Nous avons dominé la première mi-temps. On a gardé notre concentration jusqu'au bout. En quart de finale, nous savions qu'il pourrait se passer des trucs bizarres comme ces deux strokes à retirer. Sur les shoot out, nous étions confiantes. Nous n'étions pas déçues de les jouer. En demi-finale, nous jouerons contre le Brax, une autre grande équipe. On vient de sortir les tenantes du titre. Nous restons le Petit Poucet. »


Réaction du Watducks

Vanessa Blockmans : « Deux buts sur deux erreurs d'arbitrage »

« On s'attendait à un tel match. C'était difficile. Nous avons utilisé notre coupe d'Europe comme team building. Nous avons encaissé deux buts sur deux erreurs d'arbitrage. C'est scandaleux. Nous sommes déçues de finir la saison comme ça. Je salue la prestation du Racing. »

La Gantoise rate ses shoot-out : l’Antwerp qualifié à l’issue d’un match disputé et de bon niveau

Premier quart-temps : 1-0

Après un match nul à l’aller, les deux équipes ont offert une belle bataille au match retour.
La Gantoise commence littéralement avec un but d’avance : sur la première incursion de l’équipe locale, une faute sur Granatto fournit un pc qu’Alix Gerniers transforme (1-0). On ne joue pas encore depuis trois minutes que Granatto s’échappe à nouveau en contre-attaque, mais tire largement à côté. L’occasion était pourtant belle de faire le break.

Des pc, il y en eut pas mal dans ce premier quart, trois pour la Gantoise (mais Elodie Picard ne se laissa plus surprendre, notamment sur un tir de Stephanie Vanden Borre) et quatre pour l’Antwerp, dont trois consécutifs après le buzzer, mais sans résultat.

Deuxième quart-temps : 1-1

Pas grand-chose à signaler ensuite, si ce n’est beaucoup de duels dans l’entrejeu et un jeu équilibré. Après 25 minutes, Pauline De Ryck doit sauver deux fois de suite sa cage devant Urroz puis Aerts. En toute fin de mi-temps, l’Antwerp obtient un nouveau pc et cette fois c’est Charlotte Berends qui trouve l’ouverture (1-1). Les équipes sont à égalité stricte aux trois quarts de leur confrontation.

Troisième quart-temps : 3-3

La deuxième période commence par deux grosses occasions pour l’Antwerp, mais De Ryck sauve son camp devant Urroz avant qu’une combinaison Urroz-Delforge ne soit gaspillée par la deuxième citée, puis par M. Struijk. Il y a du but dans l’air et effectivement, profitant d’une supériorité numérique temporaire, l’Antwerp passe devant, Delforge servant parfaitement Wisniewska qui plonge au point de stroke (1-2). Mais la Gantoise ne se laisse pas faire. Il lui faut cinq minutes pour reprendre ses esprits, mais ensuite on assiste à un festival de Maria Victoria (appelez-la Vicky) Granatto : tir à côté (48e), reprise d’un débordement spectaculaire de Gerniers (49e, 2-2) puis effort personnel (50e, 3-2). Le tout, en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Ce n’est pas fini car Laurine Delforge profite d’un coup franc rapidement joué pour égaliser séance tenante (3-3). Un vrai festival !

Quatrième quart-temps : 3-3

La Gantoise tente de reprendre le match en main et Granatto force un pc (cela faisait 40 minutes…) qui ne donne rien. Nouveau rush de l’Argentine trois minutes plus tard et nouveau pc avec en prime une carte verte pour Berends. Mais il n’est pas bloqué. Qu’à cela ne tienne, nouveau pc gantois à la 63e, toujours forcé par la même, mais le tir passe à côté. Les deux équipes évoluent un instant à dix, Donohue ayant récolté une carte jaune pour une faute qu’elle nie avoir commise. Il reste deux minutes lorsque Granatto, encore elle, force un 7e pc gantois. Mais A-S. Vanden Borre ne cadre à nouveau pas son essai. La dernière chance gantoise de faire la différence est passée et ce sont les shoot-out qui vont décider de l’élimination d’une des grosses pointures du championnat.

A ce petit jeu il n’y a pas eu photo : l’Antwerp a marqué tous ses essais et la Gantoise, aucun. La déception était évidemment vive dans le camp local et au coup de sifflet final, on aurait entendu une mouche voler. La meilleure joueuse sur le terrain était, en outre, dans le camp des perdantes !


Gantoise – Antwerp 3-3 (S/O 0-3)

Gantoise : De Ryck, Brasseur, Donohoe, A.S. Vanden Borre, S. Vanden Borre, Guinea, Johnston, Gerniers, Vanhee, Sergeant, Granatto, puis Rogeau, Van Bauwel, Le Jeune, Lanckneus et Keij.

Antwerp : Picard, Neal, Berends, S. Van Strydonck, C. Struijk, M. Struijk, Aerts, Puvrez, Delforge, Urroz, Wisniewska, puis Gloyn, Loots et Van Haren.

Arbitres : MM. M.D. Denis et F. Haine.

Cartes vertes : 42e Donohoe ; 58e Berends.

Cartes jaunes : 61e Van Strydonck ; 64e Donohoe.

Les buts : 2e Gerniers sur pc (1-0) ; 35e Berends sur pc (1-1) ; 43e Wisniewska (1-2) ; 49e Granatto (2-2) ; 50e Granatto (3-2) ; 51e Delforge (3-3).

Les shoot-out : M. Struijk (0-1) ; Granatto (stroke pour S. Vanden Borre, arrêté : 0-1) ; Gloyn (0-2) ; A-S. Vanden Borre (0-2) ; Urroz (0-3) ; Johnston (0-3).

Louvain un ton au-dessus du Dragons (Louvain - Dragons : 2-0)

Après sa victoire au Dragons 1-2 (avec deux buts dans les 6 premières minutes), Louvain partait avec un bel avantage et ne devait craindre que lui-même.

Premier quart 1-0

Pourtant dès l’entame de la rencontre, le Dragons poussait au point d’obtenir après 48 secondes le premier pc de la partie. Il aboutissait à côté. A la 2e minute, Raye envoyait un solide revers qui passait également hors cadre. C’en était trop pour les Louvanistes qui sortaient avec une première balle qui passait devant le but du Dragons ; sans danger. A la 4e minute, Norlander était contrée deux fois de suite face au but : le danger avait changé de camp. Les deux équipes avaient choisi de procéder par de longues balles, question de gagner du temps. Avec malheureusement plusieurs balles perdues.

A la 10e minute, une phase mieux gérée partait sur la gauche par Van Dieren : la balle arrivait à Norlander qui débordait la défense brasschaatoise ; elle cédait à Scheers qui marquait un des buts les plus faciles de sa jeune carrière. Dans les 20 secondes suivantes, le Dragons se retrouvait face au but louvaniste avec une balle qui trainait en hauteur à 50 centimètres du but : McManus dégageait in extremis. A la 14e minute, Louvain obtenait à son tour un pc qui était tiré en plein sur Goethals. Le premier quart se terminait par une belle pression louvaniste et un centre en revers de Norlander pas exploité.

2e quart 1-0

Toute la puissance des Louvanistes allait se manifester dans ce deuxième quart-temps, avec une belle percée de Wright qui aboutissait sur Goethals : la force et la vitesse d’exécution des Canadiennes allait faire la différence, si pas dans les buts, au moins dans le jeu. Norlander, la plus dangereuse d’entre elles tirait à bout portant sur la gardienne du Dragons : on n’était à la 26e minute. Quelques secondes plus tard, Chardome recevait un caviar devant le but mais ne pouvait inscrire le 2-0 au marquoir. A la 30e, Wright était balancée dans le cercle : le pc échouait hors cadre. A la 31e Van Dieren manquait la cible, imitée 10 secondes plus tard par Chardome. Le Dragons s’en sortait bien. La mi-temps était atteinte par une dernière action sérieuse du Dragons ; Sosa échouait devant Tack très attentive.

3e quart 1-0

Louvain continuait sur sa lancée et multipliait les occasions de but : Woodcroft, Norlander et deux centres ne donnaient rien. Le Dragons reprenait alors du poil de la bête et connaissait une petite période de possession de balle, avec deux entrées de cercle. A la 53e, Norlander se rappelait au souvenir de la gardienne visiteuse. Le troisième quart se terminait sur une attaque du Dragons et les coups de sifflet de fin de période et de l’arbitre se chevauchaient : Mlle Van den Bosch accordait un pc au Dragons. Jakus envoyait un flat bondissant au fond du but mais l’arbitre n’accordait pas le but, la balle n’étant pas sortie du cercle.

4e quart 2-0

Le Dragons décidait de jouer sans gardienne pour créer le surnombre. Opération gagnante car immédiatement, le jeu se portait dans la moitié de terrain de Louvain. Avec d’emblée une toute grosse occasion pour Sosa partie en contre-attaque : Tack sortit de son cercle et plongeait à la rencontre de la petite argentine, touchant au passage son stick. L’arbitre laissait l’avantage et la balle arrivait à gauche sur C. Teves qui n’en profitait pas ; l’arbitre ne revenait pas en arrière et Louvain s’en sortait bien. Le jeu repartait dans l’autre sens et s’en suivait un cafouillage d’une trentaine de seconde à l’issue duquel Stairs envoyait la balle au fond du but (2-0). Le dernier quart d’heure allait être tout à l’avantage du Dragons. A la 56e, Sosa plaçait de peu à côté. Sur une rare contre-attaque, Scheers touchait le poteau (61e). Puis, entre les 62e et 66e minutes, les Brasschaatoises obtenaient 6 pc, tous échouant sur Tack. A la 68e, De Cocker ne pouvait exploiter un centre de Chardome. Et à la dernière minute, le Dragons obtenait encore 2 pc ; tout aussi improductifs que les autres.

Louvain passait sans problème l’obstacle du Dragons.

L ouvain ; Tack, De Cocker, Van Hees, McManus, Paulus, Van Lindt, Woodcroft, Wright, Van Dieren, Stairs, Norlander, puis Van Laer, Vassart, Van Mol, Scheers et Chardome.

Dragons : Goethals, De Groof, Roels, Jakus, De Vooght, Herzsprung, F. Teves, Raye, D. Marien, C. Teves, Sosa, puis Struyf, Verboven, Roumen, O. Marien et A. Marien.

Arbitres : Melle A. Van Den Bosch et M.M. Bourg

Cartes vertes : 26e Raye, 48e F. Teves
Carte jaune : 56e F Teves

Les buts : 10e Scheers (1-0), 55e Stairs (2-0)


Le Braxgata battu mais passe

Il s’en est fallu de peu que le Victory crée la surprise à Boom alors qu’il avait été battu 24 au match aller. La tâche ne semblait pas insurmontable aux ex-championnes de Belgique qui avaient fait le plus dur à Edegem. D’autant qu’elles sortaient d’une coupe d’Europe où elles avaient survolé les débats, tout en s’épargnant en vue de ce quart de finale retour. La réalité du terrain a été différente.
Le Victory a sorti sa prestation de l’année. « Il y avait beaucoup de pression, notre défense a fait un super boulot », constatait Peter Vriens, le manager de l’équipe. « Notre gardienne fait un super match et arrête ce stroke de Bonastre : c’est peut-être le tournant du match. » Car en troisième quart-temps, Van Hoof faisait sortir sa gardienne pour créer le surnombre. Et Secco en profitait pour marquer un but à la retourne dont elle a le secret. Le Victory réitérait sa tactique en dernier quart mais ne pouvait conclure. Le Victory était battu d’un but sur les deux rencontres. « Nous avons eu les occasions pour marquer mais nous avons manqué de finition. Il y avait tout de même la fatigue de Lille et Berta revenait de blessure », soulignait Jolien Rasschaert, la manager du Brax.

Braxgata : Sotgiu, Fobe, J. Vandermeiren, Cornette, L. Hillewaert, Coppey, Leclef, Nelen, Versavel, Ikegwuonu, Meyvis, puis Lo. Hillewaert, E. Albertyn, A. Vandermeiren, Halsberghe, L. Albertyn

Victory : Williams, Williamson, Hennig, Vingerhoets, Franssen, Rootenbergh, Contardi, Weyns, Secco, Haughn, Winthagen puis Schiltz, Rotthier, Smidsdom, De Roeck, Ledesma

Les arbitres: Mme V. Hermans et Mr C. Hardy

Carte verte: 40e Williams, 44e E. Albertyn, 60e Schiltz
Carte jaune : 68e Contardi
Les buts: 49e Secco (0-1)