Versée dans une poule très difficile, la Belgique ne devait pas se faire trop d’illusions quant à une qualification pour les quarts de finale. La Chine (2e mondiale), la Nouvelle-Zélande (4e) et l’Espagne (10e) constituaient pour la Belgique (14e) des adversaires solides.

Avec une équipe constituée uniquement de joueuses évoluant en Division Honneur, la Belgique pouvait toutefois prétendre à bien figurer et créer éventuellement une surprise.

Xavier Reckinger, le coach des Belges, soulignait bien la force de l’opposition. "Les Chinoises sortaient d’une préparation en internat de 5 mois. On connaît la force athlétique des Néo-Zélandaises. Et l’Espagne venait au Chili avec cinq joueuses qui étaient à Rio. Ne pas terminer dans les deux premiers de la poule n’aurait pas constitué une contre-performance. J e pense qu’on ne s’en rend pas bien compte en Belgique", affirmait-il avec insistance.

Contre la Nouvelle-Zélande, après une première mi-temps un peu nerveuse, les Belges se sont bien reprises et ont gardé la structure pour arracher une victoire 2-1. Dans le même temps, la Chine se faisait surprendre par l’Espagne (4-4).

Contre qui en quart de finale ?

La deuxième rencontre face à l’Espagne fut à oublier. "Ce fut un off-day. La première mi-temps ne fut pas bonne. Le deuxième but en début de seconde période nous a tués. Tout allait mal", analysait Reckinger qui a remonté le moral de ses troupes pour aborder la meilleure équipe de la poule. "Effectivement, les Asiatiques sont plus vives que nous et le terrain lent - qui a handicapé toutes les équipes - n’a pas aidé à avoir un jeu rapide. Les filles sont restées structurées et ont gardé la balle. Au total du match, on a 9 tirs au goal, un poteau et une latte plus un stroke refusé par l’arbitre."

Menées 0-2, Reckinger faisait sortir sa gardienne à 3 minutes du terme. "Tout était prévu et répété lors des matches d’entraînement. Les filles ont fait exactement ce qui était prévu. Cela ne réussit pas toujours", rajoutait Reckinger.

Avec une Sotgiu extraordinaire, une Vanden Borre excellente, des filles qui sont parfaites au niveau physique - le rush final contre la Chine en est une belle preuve -, la Belgique est bien armée pour affronter le vainqueur de la poule C. Elles ont appris la nuit dernière le nom de leur adversaire.